En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

07.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 15 heures 46 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 17 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 19 heures 59 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 21 heures 58 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 23 heures 21 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 23 heures 45 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 23 heures 45 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 23 heures 59 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 1 jour 14 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 16 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 19 heures 46 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 21 heures 33 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 22 heures 50 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 23 heures 37 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 23 heures 45 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 23 heures 45 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 1 jour 10 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 1 jour 19 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 10 heures
Orthodoxie

Entre 12 000 et 15 000 intégristes musulmans en France : l’Hexagone reste toutefois un des pays occidental les mieux protégés contre le terrorisme islamiste

Publié le 22 septembre 2012
La manifestation devant l'ambassade américaine dimanche dernier a ravivé la question du salafisme en France. D'autres manifestations étaient prévus ce samedi à Paris, avant d'être interdites pour cause de troubles possibles à l'ordre public. Qui sont les salafistes français ?
Samir Amghar est diplômé de l'EHESS et chercheur à l’Observatoire sur le Moyen-Orient et sur l’Afrique du Nord à l’université du Québec à MontréalIl est l'auteur de "l'Islam militant en Europe" (Infolio, 2013) et "Les islamistes au défi du pouvoir" ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samir Amghar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samir Amghar est diplômé de l'EHESS et chercheur à l’Observatoire sur le Moyen-Orient et sur l’Afrique du Nord à l’université du Québec à MontréalIl est l'auteur de "l'Islam militant en Europe" (Infolio, 2013) et "Les islamistes au défi du pouvoir" ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La manifestation devant l'ambassade américaine dimanche dernier a ravivé la question du salafisme en France. D'autres manifestations étaient prévus ce samedi à Paris, avant d'être interdites pour cause de troubles possibles à l'ordre public. Qui sont les salafistes français ?

Atlantico : Paris a été le théâtre dimanche d'une manifestation salafiste suite à la diffusion du film "Innocence of muslims". D'autres étaient prévus ce samedi à Paris, avant d'être interdits pour cause de troubles possibles à l'ordre public. A combien peut-on situer le nombre de salafistes en France aujourd'hui ?

Samir Amghar : En préalable, je voudrais revenir sur la manifestation de dimanche dernier. C'est très important d'avoir à l'esprit qu'on ne peut pas qualifier ce rassemblement de manifestation salafiste. D'une part, on ne connaît pas encore à ce jour les initiateurs de cette manifestation, de plus ce n'est pas parce qu'on a vu des personnes arborer physiquement un "look salafiste" - à savoir une barbe et une djellaba - qu'on peut automatiquement qualifier ces individus de salafistes. 

On ne peut pas réduire le salafisme à quelques drapeaux noirs qui étaient brandis par les manifestants. Les salafistes sont un groupe minoritaire de plus en plus marginalisé par le reste de la communauté musulmane en raison de leur sectarisme religieux.

Cette proportion est-elle en hausse ?

C'est une pratique qui connaît un certain développement en France. En 2004, une étude menée par les Renseignements généraux estimait le nombre de salafistes à 5 000. Aujourd'hui, on estime que le chiffre varie entre 12 000 et 15 000. Les effectifs salafistes ont quasiment triplé en moins de 10 ans.  

Les principales zones du développement salafiste se trouvent dans la conurbation du nord de la France, à savoir Lille, Roubaix et Tourcoing. Il y a également Paris et sa banlieue, Lyon et Marseille. On constate que le salafisme à tendance à s'implanter maintenant dans les moyennes et petites villes, voire les zones rurales. 

Comment expliquez-vous l'impulsion du développement salafiste dans les campagnes françaises?

Depuis plusieurs années, le salafisme tend à devenir de plus en plus la norme religieuse à partir de laquelle les musulmans jugent leur islam. Autrement dit, le salafisme est une sorte d'orthodoxie à partir de laquelle les musulmans estiment s'ils sont de bons où de mauvais musulmans.

Faut-il avoir peur de ces intégristes musulmans ?

Il est essentiel de donner une définition claire et scientifique de ce qu'est le salafisme. Pour la simple et bonne raison qu'on assiste aujourd'hui à un basculement sémantique de la notion de salafiste

Pendant longtemps, le salafisme renvoyait à une idéologie particulière de l'islam, à une orthodoxie. Aujourd'hui ce mot apparaît pour beaucoup de personnes comme un synonyme d'intégrisme et de radicalisme. Or, dans les faits, même si c'est le cas, on ne peut pas réduire le salafisme à du terrorisme, pour une simple raison : le salafisme est un mouvement polymorphe qui a pour particularité de mettre en avant et de purifier l'islam des mauvaises pratiques religieuses. Les salafistes veulent éduquer par un travail de prédications religieuses les musulmans.

Il ne faut pas forcément avoir peur des salafistes. On peut distinguer aujourd'hui trois formes de salafisme en France, qui se subdivisent en plusieurs petites catégories :

  • Une première forme, qui met en avant la purification religieuse et l'éducation des masses musulmanes par un travail de purification. Cette forme du salafisme a la particularité de défendre un islam non violent et apolitique. Elle s'identifie à l'islam d'Arabie saoudite. 

    • La seconde forme du salafisme va mettre l'accent sur l'aspect politique plus que sur un travail de prédication religieuse. 

      • La dernière forme de salafisme est révolutionnaire. Elle appelle les musulmans au véritable islam, invite les musulmans à se soulever par les armes, l'action terroriste : c'est le djihad. Voilà pourquoi, on parle souvent du salafisme djihadiste. 

        On constate d'un point de vue empirique, qualitatif, que la nature du salafisme en France renvoie à la première catégorie. On ne peut donc pas considérer le salafisme comme un danger pour l'ordre public et pour la sécurité étatique.  

Comment ces organisations intégristes grossissent-elles leurs rangs ? Les réseaux sociaux jouent-ils un rôle de plus en plus prépondérant ?

Dans l'esprit de jeunes et de beaucoup de musulmans, le salafisme s'identifie à l'orthodoxie musulmane, sa version la plus pure et la plus véritable, celle qui a été révélée au Prophète Mahomet. Le salafisme part ainsi d'un a priori positif car il est le plus proche du message coranique

On assiste depuis plusieurs années à une massification du salafisme à travers le monde, via les chaînes satellitaires financées par l'Arabie saoudite. Autre exemple, on voit le développement d'une littérature salafiste. Énormément de théologiens (comme Al Albany) écrivent des livres, des articles, qui sont très rapidement traduits vers des langues européennes, notamment le français.  

Les écrits salafistes sont quasiment partout. Si vous êtes un musulman pratiquant, vous avez peu de chances à échapper à cette référence religieuse qui devient de plus en plus importante. 

Les jeunes musulmans se tournent vers le salafisme, car il y a une certaine fascination. Le salafisme est considéré comme la version la plus pure de l'islam. L’Arabie saoudite considérée comme le berceau de l'islam est un épicentre du salafisme. 

Le salafisme a la capacité de donner un sens à l'exclusion sociale et économique que vit le musulman en France.

Pour répondre à la deuxième partie de votre question, je ne pense pas du tout que les réseaux sociaux participent à recruter des jeunes musulmans. Ils n'ont rien à voir avec le salafisme, même si certaines personnes peuvent surfer sur la vague. 

La police a-t-elle les moyens de contrôler ces groupuscules fondamentalistes musulmans ?

On peut en France se targuer d'avoir un service de renseignements efficace qui est capable de détecter des personnes qui s'inscrivent dans un processus de radicalisation. Les services français ont une véritable expertise en la matière. Il ne faut surtout pas oublier que la France est sans doute le premier pays d'Europe à avoir été confronté par le terrorisme islamique en 1986, avec l'attentat de la rue de Rennes.

Dès 1986, la France a été touché par le terrorisme commis par la République islamique d'Iran. Le pays a alors commencé à réfléchir sur la manière d'identifier les potentiels terroristes islamiques qui pourraient basculer dans l'action direct, chose que les Britanniques et les Américains n'avaient pas à l'époque.

Propos recueillis par Charles Rassaert

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

07.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 23/09/2012 - 23:50
Ne vous inquiétez pas BREIZH ATAO
Si les foulards envahissent Nantes, c'est surtout par aveu de faiblesse de leurs propriétaires!
Se sentir humilié par un dessin innocent ( car les dessinateurs de Charlie Hebdo sont très innocents , n'est-ce pas?...), c'est avouer son impuissance à faire du prosélytisme par les idées...
vigil
- 23/09/2012 - 00:46
salafiste pur et dur
Faire référence au salafisme c'est surtout vouloir revenir au temps "héroique" de l'islam du 7 ième sciècle. Ce temps où, en quelques décennies, il a conquis des territoires immenses (par le sabre et la violence, bien sûr). Voilà la raison profonde du regain et du renouveau du salafisme. Le retour de le "conquête". Tu le reste n'est que trompe l'oeil. Et cela se passe sous nos yeux, avec l'assentiment de ceux qui nous dirigent au nom du "vivre ensemble" !
vangog
- 22/09/2012 - 23:42
Je m'amuse (si l'on peut dire) à imaginer...
ce qu'il serait advenu d'un descendant de Français, né en Arabie Saoudite et qui aurait pris l'étendard de la lutte pour la laïcité contre les fanatismes religieux...
Quelque soit son sort (j'ose espérer que le supplice du Pal n'existe plus...), il serait certainement moins enviable que celui de ces 15000 intégristes qui ont la grande chance de rencontrer notre "liberté d'expression", mais qui feraient mieux de retourner dans un pays plus accueillant pour leur croyance, plutôt que rester chez ces "chiens de chrétiens Français"...