En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 2 min 19 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 14 min 27 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 47 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 3 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 23 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 4 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 12 min 59 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 45 min 2 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 52 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 15 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 44 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 2 heures 54 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 28 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 4 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 20 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 41 min
Falbalas

Dior gère l'après Galliano, John gère ses démons

Publié le 05 mars 2011
Défilé sans accroc à Paris. Le couturier anglais est lui en rehab pour gérer ses problèmes d'addiction mais aussi celui de ses origines... juives selon la presse anglaise
Thierry Dussard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Dussard est journaliste et enseignant à l’Institut Français de la Mode 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Défilé sans accroc à Paris. Le couturier anglais est lui en rehab pour gérer ses problèmes d'addiction mais aussi celui de ses origines... juives selon la presse anglaise

En une semaine, Dior a réussi à gérer avec doigté une crise sans précédent. La suspension immédiate de John Galliano, à la suite des injures lancés par le couturier, a tout d’abord coupé court à toute polémique. Echaudé par l’affaire Guerlain, en octobre dernier, Dior a rapidement affiché la couleur : « tolérance zéro à l’égard de tout propos raciste ».

Le dépôt d’une seconde plainte pour propos raciste et antisémite, lundi dernier, suivi d’une vidéo diffusée par The Sun, où l’on voit Galliano déclarer « j’aime Hitler » a levé tous les doutes. La star britannique, aussi créative qu’excentrique, devenait indéfendable. Dior a alors entamé une procédure de licenciement. L’avenir de la maison de couture dont les principaux marchés sont l’Amérique, la Russie et l’Asie était menacé par les plaintes visant son directeur artistique. « Sale juif », « batard asiatique », ces mots qui auraient été prononcés par Galliano étaient comme deux missiles lancés contre la marque aux 826 millions d’euros de chiffre d’affaires, risquant de faire voler en éclat les vitrines  des 160 boutiques réparties dans le monde entier.

Cachemire noir

Le défilé de la collection prêt-à-porter automne-hiver, prévu vendredi à 14 h 30, se déroulait donc sous haute-tension. Une immense tente noire avait été dressée dans les jardins du musée Rodin, le risque était de la transformer en catafalque. Ce n’est pas un mannequin qui est apparu en premier, mais le pdg de Dior en personne, Sidney Toledano, dont la famille est d’origine juive, et qui a condamné d’une voix grave le comportement de John Galliano. Il a surtout rappelé que Christian Dior, dont la sœur Catherine a été déportée à Buchenwald pour faits de résistance, n’a eu de cesse de « libérer les femmes après les heures sombres de l’après-guerre ». Le show pouvait commencer.

La cape et capuche en cachemire noir qui ouvrait le somptueux défilé avait du coup une allure funèbre, celui du fantôme de Galliano planant sur le millier de journalistes, de blogueuses, d’acheteurs et d’invités. Après les 62 modèles, habillés de soie, de mousseline, et d’organza, un silence a un moment laissé place aux applaudissements. Puis toutes les « petites mains de la maison Dior, ce cœur qui bat, et que l’on ne voit pas », selon les mots de Toledano, sont apparues en blouse blanche sur la scène pour saluer. Une première, et un geste fort qui permet à la marque phare du groupe LVMH de souligner que les hommes passent, mais que les marques restent.

L’absence de John Galliano, faisait adroitement écho à celle de Bernard Arnault, le patron de LVMH, qui pourtant ne manque jamais un défilé Dior. Celui-ci était malgré tout représenté par sa fille Delphine, et son fils Antoine, au premier rang. Une manière de suggérer à demi-mots, qu’à tous les niveaux les pages se tournent, tôt ou tard. Christian Dior, disparu en 1957, dix ans après avoir révolutionné le monde de la mode avec le new look, a été aussitôt remplacé par Yves Saint-Laurent, auquel ont succédé Marc Bohan, puis Gianfranco Ferré, et John Galliano.

Des origines juives pour Galliano

Le designer déchu, parti en cure de désintoxication en Arizona, manquait donc au salut final. A la dérive depuis la mort de son jeune compagnon et bras droit, Steven Robinson, en 2007, Juan Carlos Galliano, né à Gibraltar en 1960, n’était plus que l’ombre de lui-même. Selon le Daily Mail, il serait obsédé par ses origines juives, et mettait sans cesse en avant ses racines marannes, le terme qui fait référence aux juifs d’Espagne convertis au catholicisme. Un site anglais a  en outre ouvert les paris sur la succession du « bad boy » arrivé chez Dior en 1996.

Ricardo Tisci, actuellement chez Givenchy, autre pépite de la cassette LVMH, aurait les faveurs de Delphine Arnault. On parle aussi d’Hedi Slimane, qui a déjà tenu les ciseaux chez Dior Homme. Mais c’est Alber Elbaz, le génie bon enfant de Lanvin, qui l’emporte chez les fashionistas. Pour l’instant, Dior se tait. Ou répond à la manière de Christian Dior, à qui on demandait quelle sera la tendance de la prochaine collection : « Je réponds innocemment que je l'ignore, ce qui est presque toujours vrai, et me permet dans le cas contraire, de taire ce que je ne dirais sous aucun prétexte".

En tout les cas, Dior a pour l’instant commis un sans-faute dans l’affaire Galliano. La maison de couture a même fait preuve d’opportunisme, et d’un sens tactique inouï, en se séparant du designer devenu ingérable, après avoir dépoussiéré la marque. 4% de marge opérationnelle pour Dior, contre 45% pour le reste du groupe, ce grand écart était voué à disparaître. Il aura emporté avec lui le couturier gitan, dont la marque « John Galliano » détenu à 96% par LVMH, risque de sombrer avec lui. Le défilé Galliano prévu à La Coupole dimanche a d’ailleurs été annulé, et remplacé par un « tableau vivant ».  Dans l’univers impitoyable de la fast fashion, il n’y a pas que les mannequins qui défilent. Le "maranne de Gibraltar" est entré dans la zone des tempêtes, mais le paquebot Dior poursuit sa route.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
marie
- 05/03/2011 - 18:07
galliano
il est peut etre juif
et alors!!!

ce que je ne comprends pas c'est pourquoi alors qu'on lit partout qu'il dévissait depuis 2007 PERSONNE ne l'a aidé
il a donc été utilise comme un objet
et cela ni le judaisme, ni le christianisme ne le veule!!!

dior a t il une ame?
arnaud n'est qu'un homme d affaire sans souci des autres!!!!