En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Quel avenir pour l'énergie nucléaire ?
Déclin
Comment la filière nucléaire enchaîne revers sur revers depuis Fukushima
Publié le 12 septembre 2012
La "conférence environnementale" des 14 et 15 septembre déterminera la stratégie des années à venir sur l'énergie nucléaire. La transition énergétique n'est prévue que pour 2025. Pourtant, de plus en plus d'autorisations de construire des réacteurs se heurtent à des refus, la gestion des déchets pose problème et le risque d'accident inquiète.
Corinne Lepage est avocate, ancien maître de conférences et ancien professeur à Sciences Po (chaire de développement durable).Ancienne ministre de l'Environnement, ancienne membre de Génération écologie, fondatrice et présidente du parti écologiste...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Corinne Lepage
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Corinne Lepage est avocate, ancien maître de conférences et ancien professeur à Sciences Po (chaire de développement durable).Ancienne ministre de l'Environnement, ancienne membre de Génération écologie, fondatrice et présidente du parti écologiste...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La "conférence environnementale" des 14 et 15 septembre déterminera la stratégie des années à venir sur l'énergie nucléaire. La transition énergétique n'est prévue que pour 2025. Pourtant, de plus en plus d'autorisations de construire des réacteurs se heurtent à des refus, la gestion des déchets pose problème et le risque d'accident inquiète.

L’establishment très majoritairement pro-nucléaire - sans du reste nécessairement savoir pour quelles raisons, car celles de 1980 ne sont pas celles de 2012 - veut nous persuader que le nucléaire est une industrie d’avenir. Le président dans son propos du 8 septembre a lui-même parlé de transition énergétique après 2025. Le dernier numéro de la revue des Mines est consacré à l’avenir radieux du nucléaire grâce à la 4ème génération, aux projets sino et nippo-français (qui sont en concurrence exacerbée) et à la fusion qui est pour dans 30 ans comme il y a 30 ans. 

Soit. Mais la vraie vie est bien différente et il serait temps de sortir du déni de réalité dans ce domaine comme dans d’autres. Le nucléaire en tous cas sous une forme de sûreté telle que nous l’exigeons – même si elle n’exclut pas un accident – n’est pas rentable pour l’avenir.

Le 30 août, l'autorité de sûreté nucléaire des Etats-Unis, l'ASLB (atomic safety licensing Board) a refusé à EDF l'autorisation de construire un réacteur EPR à Calvert Cliffs, cette décision était évidente depuis la cession de Constellation (entreprise américaine de production et de distribution d'énergie basée à Baltimore).

En 2011 dans « La vérité sur le nucléaire », j’écrivais : "Aux Etats-Unis, EDF a racheté en 2009, pour 3,1 milliards d’euros un gros producteur, Constellation Energy mais on en restera là car la construction d’un réacteur aux Etats-Unis exige un partenaire local : or la rentabilité n’est pas assurée du tout… Et surtout, l’intérêt initial que présentait la possibilité de construire des centrales nucléaires aux Etats-Unis a disparu. En effet, EDF a refusé d’accepter la garantie de l’Etat américain au niveau de 5,5 milliards pour la construction d’une centrale nucléaire au motif que ce montant était insuffisant. Le président d’EDF a lui-même admis que la construction d’un EPR aux Etats-Unis n’était pas rentable... Depuis, le dossier semble aujourd’hui enterré outre-Atlantique."

On a beaucoup parlé de Calvert Cliffs en France car EDF est concernée, sans pour autant commenter la décision du régulateur américain du 7 août qui gèle les projets nucléaires suite à une décision fédérale. Cette décision fédérale constate l’impasse du stockage et notamment le site de Yucca Mountain.

Ce n’est pas sans rappeler ce qui se passe à Eurajoki, en Finlande, qui se prépare depuis la fin des années 70 à accueillir les déchets nucléaires finlandais pendant 100 000 ans. La question se pose naturellement à cette ville s’il faut se souvenir du lieu et être hanté pendant des années ou oublier le centre d’entreposage des déchets et risquer un changement de la situation géologique (avec une faille affectant le site) et les conséquences du changement climatique (inondation, glaciation, sécheresse, incendie).

La centrale d’Olkiluoto, à une vingtaine de kilomètres de là, voit les retards s’accumuler sur l’EPR. L'opérateur finlandais TVO a annoncé le lundi 16 juillet que l'entrée en service était repoussée après 2014 alors qu’elle était initialement prévue en 2009. Il en va de même à Flamanville où le coût de construction a doublé et où les retards ne cessent de s’accumuler faisant peser un doute sur l’achèvement avec succès de cette réalisation en tous cas dispendieuse. Les opérateurs attendront probablement de voir l’évolution d’un EPR en fonctionnement en Chine. N’oublions pas que l’âge est un facteur de risque sur une centrale mais la centrale de Three Miles Island avait seulement six mois de fonctionnement.

Et que dire du cas de la Corée et de l’opérateur Kepco qui connaît une année horribilis avec des scandales de contrefaçon, de corruption et un grand manque de transparence normale pour cette activité ? Kepco est soupçonné d’avoir contrefait des pièces détachées d’Areva et une procédure judiciaire est ouverte. Au delà des déboires judiciaires, les prix contrôlés en Corée de l’électricité nuisent à la rentabilité du groupe (toute ressemblance avec un autre pays ne serait que pur hasard). Pour remporter des marchés à l’export, Kepco s’endette notamment auprès d’Eximbank qui rencontre aujourd’hui des difficultés de financement. Kepco souhaitait pour renouer avec des marges se développer dans les mines d’uranium mais n’obtient pas le contrat pour Abou Dhabi.

En parlant de difficultés financières, que dire encore d’EDF qui fait appel à la Chine pour financer le renouvellement des centrales britanniques ? Certains se demandaient pourquoi EDF était fournisseur officiel des Jeux olympiques et du club France à Londres. En parlant de mines d’ailleurs, Uramin a encore une fois défrayé la chronique cet été avec un rebondissement en Afrique du Sud et l’actualité de nos compatriotes retenus en otage au Niger, dont je souhaite une libération rapide, ce qui nous ramène inexorablement vers notre dépendance si souvent niée par les partisans de cette industrie.

Au Japon, l’état de la centrale de Fukushima post-catastrophe n’est pas rassurant et en écrivant cela je pense aux militants d’ONG et aux mères de Fukushima que j’ai rencontrés lors de mon dernier déplacement au Japon et dans la préfecture de Fukushima en particulier. Qu’adviendrait-il en cas de gros typhon ou lors d’un tremblement de terre ? Qu’advient-il aujourd’hui des cuves d’eau contaminée de TEPCO et quel est le rejet réel dans les eaux souterraines ? Qu’en est-il des concentrations dans la mer et quelle confiance pour le consommateur de poisson, si important dans l’alimentation japonaise ? Que se passe-t-il pour les pêcheurs ? Que se passe-t-il pour les agriculteurs des provinces contaminées ?

Dans ce pays, les choses changent, le ministre de l'Economie, du commerce et de l'industrie, Yukio Edano, pourtant non taxé d’être un antinucléaire, a affirmé en conférence de presse que le Japon pourrait se passer de l'énergie nucléaire d'ici à 2030. Il s’appuie d’ailleurs sur un scénario financé produit par ses services.

Et surtout, la situation financière d‘Areva et d’EDF, leur niveau d‘endettement, l’état réel des carnets de commandes et en ce qui concerne AREVA la nature des projets (éolien off shore, conseil et non construction d’EPR ni a fortiori retraitement) ne font l’objet de communication et d’éléments forts du débat public.

La question de la rentabilité financière sur le long terme devrait donc être très clairement posée. S’y ajoute la question des conséquences d’un accident puisque enfin, la possibilité d’une telle occurrence en France est reconnue et l’ASN évalue à 70Mds le coût d’un accident moyen et à 700 milliards le coût d’un accident type Tchernobyl.

C’est inacceptable ! C’est dans ce contexte que se repose la question de Fessenheim après Marcoule et Tricastin!

L’incident mineur qui a affecté la centrale de Fessenheim mercredi 5 septembre, conduit à trois observations : la difficulté à disposer d’une information claire et rapide en cas d’incident sur une centrale, les contradictions entre l’exploitant et la préfecture, le flou sur l’origine de l’accident.

L’opacité de l’information sur les blessés montre l’extrême difficulté à communiquer sur un incident pourtant mineur ! Que se passerait-il en cas d’incident plus grave ? Le précédent du Tricastin laisse planer quelques doutes.

Même si cet incident est modeste, il s’ajoute aux innombrables incidents qui affectent cette centrale vieillissante : elle a subi quatre fois plus d’incidents que les autres centrales. De plus, en terme d’exposition aux risques, Fessenheim présente des particularités : une enceinte de confinement alors que les autres en ont deux ; pas d’autorisation de rejets chimiques dans l’eau sans doute en raison de l’impossibilité pour cette centrale de respecter les normes actuelles ; enfin, risque sismique sous-estimé lors de la construction de la centrale (7,2 et non 6,5 sur l’échelle de Richter) qui se cumule avec un risque d’inondation. Ce cumul n’a pas été évalué à l’origine et rien ne peut corriger ce vice initial.

Tous les sujets autour de Fessenheim reviendront sur la table européenne à l’occasion de l’examen des stress tests. Compte tenu de la différence d’évaluation des autorités nationales de sûreté et des conclusions à tirer des fissures observées sur les cuves des réacteurs (constatées sur le réacteur de Doel 3 en Belgique et dont on nous dit que les défauts en France ne sont pas les mêmes), il est probable que les débats que nous aurons au sein du Parlement européen seront argumentés et serrés notamment à propos de Fessenheim, centrale sur laquelle les Européens exercent un regard particulièrement attentifs. 

Des travaux considérables ont été réclamés par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Est-il judicieux, en période de vaches très maigres, de dépenser des sommes importantes pour une centrale qui doit fermer dans les années qui viennent ? La question mérite d’autant plus d’être posée que EDF s’empresse d’investir, comme si l’exploitant imaginait pouvoir maintenir contre vents et marées le fonctionnement de cette centrale au-delà de 2017.

Alors, le nucléaire une industrie d’avenir et surtout rentable à long terme ? Oui pour les déchets, oui pour le démantèlement, probablement non pour l’exploitation. En tous cas, la charge de la preuve incombe à l’industrie et il n’est pas acceptable de considérer comme fait acquis ce qu’il convient de démontrer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
05.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
06.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
AtomicBoy44
- 14/09/2012 - 05:41
@bigood26
"J'ai participé aux essais nucléaire dans le Pacifique"
De quelle année ? En 1995 sous Chirac ? Mais ces essais n'étaient ils pas sous marins dans des trous ? Quels rejets a risques ?
"en 86 j'ai ramassé les rejets de Tchernobyl"
Donc les liquidateurs ne sont pas tous morts apparemment ...Contrairement a ce que disent bcp d'anti-nucléaires sur les conséquences de l'accident. Par ailleurs, ou sont les RBMK en France ?
"la ou j'étais le détecteur sonnait"
Comment était réglé votre détecteur ? Quelle dose ?
" je faisait des prélèvement en Manche devant les centrales et à la Hagues ; un copain plongeait pour récupérer les rejets de la centrale ; tout est normal"
Il y avait sans doute plus simple pour récupérer vos prélèvements, même en 1992...Mais au fait, qu'avez vous trouvé ? Des doses légales, mais lesquelles ? Quels éléments au fait ?
"l y a 18 mois le Japon et la aussi tout est normal"
Non, mais qui a dit çà a part vous ? L'accident a eu lieu, personne ne le nie, mais en lisant le rapport de l'ASN, après celui de l'AIEA, il me semble que la situation est bien prise en main après l'accident, quoiqu'en disent les journalistes ou les avocats de l'environnement comme C.Lepage.
bigoud26
- 13/09/2012 - 08:46
AtomicBoy44
Merci pour tous ces liens, je vais éplucher tout cela au calme. Désolé je ne travaille plus pour la grande muette. C'est dans ce cadre la que j'ai vu tout ça. Et d'autre choses qui pourraient prêter à rire. Pour vous je suis dangereux, peut-être est ce parce que vous ne voulez pas perdre tout le confort que nous apporte le nucléaire ... Originaire de Bretagne, le réacteur de Brénnilis est en cours de déconstruction depuis des années. EDF et AREVA marchent sur des oeufs ; zut encore par la faute des anti- nucléaires, qui comme moi se posent des questions. Elles ne sont peut être pas très bonnes, mais au moins elles ont le mérite d'être posées.

Et puis il n'y a pas de questions cons, seulement de mauvais formateurs ... Bonne journée.
Daniel Le Blond
- 12/09/2012 - 21:21
Nucélaire : la pire énergie...à l'exception de toutes les autres
Allons Mme Lepage, quelle énergie n'affronte pas ses revers :
L'éolien et le solaire : en faillite

Le gaz et le pétrole "de schiste" (le classique, y-en a si peu en France - sauf en Guyane ?) ! : interdits d'expérimentation (en France - aux USA, une telle 'forme' que le prix du gaz s'y effondre, provoquant gel des projets nucléaires et relocalisation d'activités économiques)

l'hydraulique : plus guère de potentiel, et oppositions "écolo-locales"

le reste : anecdotique et/ou à voir dans 30 ans

bref, le nucléaire, c'est comme la démocratie : le pire à l'exception de tous les autres