En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

07.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 5 heures 16 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 11 heures 3 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 12 heures 37 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 13 heures 6 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 13 heures 57 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 15 heures 14 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 16 heures 52 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 10 heures 19 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 11 heures 15 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 12 heures 31 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 12 heures 49 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 13 heures 37 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 14 heures 26 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 15 heures 49 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 16 heures 20 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 17 heures 17 min
© Reuters
La Chancellière allemande Angela Merkel est au centre du dispositif de la zone euro, validant ainsi l'action de la BCE.
© Reuters
La Chancellière allemande Angela Merkel est au centre du dispositif de la zone euro, validant ainsi l'action de la BCE.
Bout du tunnel ?

La zone euro condamnée à soutenir Angela Merkel et son coéquipier Draghi pour survivre

Publié le 19 avril 2013
Angela Merkel attend le jugement de la Cour constitutionnelle allemande sur le pacte budgétaire européen et le fonds de secours permanent. La balle sera ensuite dans le camp des pays endettés s'ils veulent saisir les dispositifs d'aide préparés par la chancelière et par le président de la BCE.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Angela Merkel attend le jugement de la Cour constitutionnelle allemande sur le pacte budgétaire européen et le fonds de secours permanent. La balle sera ensuite dans le camp des pays endettés s'ils veulent saisir les dispositifs d'aide préparés par la chancelière et par le président de la BCE.

Lire aussi sur ce sujet : Allemagne : la Cour de Karlsruhe est-elle l'institution qui garantit le mieux la démocratie allemande ou une semi-dictature constitutionnelle ?

Angela Merkel tient l’agenda de la sortie de crise, et elle est tenue par lui. D’un côté, elle devait surtout attendre le 12 septembre, date du jugement de la Cour de Karlsruhe sur la constitutionnalité des engagements signés par l’Allemagne sur le pacte budgétaire européen et le fonds de secours permanent (le MES). Il lui fallait alors préparer les esprits au soutien de l’Allemagne à la zone euro dans cette nouvelle phase de sa crise, les « esprits » externes à l’Allemagne et plus encore ses « esprits » compatriotes. D’un autre côté, elle doit tout faire désormais pour étayer sa position, en laissant Mario Draghi poursuivre dans sa démarche, les deux étant complémentaires.

Bien sûr, si, le 12 septembre, la Cour va à l’encontre des décisions signées, la crise sera terrible et très difficile à résorber. Mais personne ne le pense vraiment. Ce que veulent les opposants aux avancées de Mme Merkel dans le soutien de l’Allemagne aux pays en difficulté et, à plus long terme, dans une voie fédérale, c’est toujours plus de vérifications, toujours plus de conditions. Au fond, ils veulent plutôt ralentir le mouvement, au risque d’une crise majeure dans la zone euro si la reprise est insuffisante. Pour eux, l’Allemagne s’engage trop pour des pays qui ne font pas assez d’efforts, et parfois ne respectent pas leur parole. Elle gaspille ainsi l’argent des contribuables allemands, elle met en jeu ses milliards et plus encore la crédibilité de la Buba.

Après le 12 septembre, ce sera la vraie reprise des questions financières au sein de la zone. Et tous les responsables européens le savent, c’est bien pourquoi ils ont tant voyagé avant. Ils savent en effet que Mario Draghi a changé la donne dans la zone euro. D’abord, il a mis, fin juillet, la tourmente financière en mode « pause », comme pour un film, en faisant une promesse conditionnelle. Moi, Mario Draghi (autrement dit la Banque centrale européenne), je ferai « tout ce qu’il faut » (whatever it takes) pour vous aider si vous faites, chacun d’entre vous, ce que vous devez faire (de façon à ce que je sois, moi, dans une position telle que je puisse vous aider). Chacun, c’est vous les Grecs, et j’attends vos engagements et le rapport de la Troïka mi-octobre ; c’est vous les Espagnols, et j’attends votre plan et votre demande d’aide dans trois semaines ; c’est vous les Italiens, avec un programme qui devrait vous permettre de continuer seuls, si et seulement si la bourrasque grecque et espagnole baisse d’intensité, bien sûr. Je vous aiderai si vous m’aidez à vous aider : mais rien n’est possible avant le 12 septembre, et si la suite se passe dans le bon ordre. Mais ils savent aussi, que Mario Draghi a mis la Buba (Bundesbank, la banque centrale allemande) sur la touche, ou plutôt c’est elle-même qui s’y est mise, en s’isolant -seule contre tous.

Angela Merkel est donc au centre du dispositif de la zone euro, validant ainsi l’action de la BCE. Bien sûr, elle ne peut elle-même trop avancer, au risque de fragiliser le jeu qui se construit en zone euro et d’antagoniser les positions – mais elle précise en même temps que la Buba est indépendante. Ce faisant, comme cette même Buba a pris une position très isolée, ceci veut dire qu’Angela est indépendante de la Buba ! Le processus marche dans les deux sens. Angela est forte de sa faiblesse apparente : tous les pays doivent l’aider, pour la renforcer dans sa démarche, autrement ils ne s’en sortent pas eux-mêmes. Elle n’est donc pas contre eux : les intérêts politiques sont en réalité alignés dans la zone euro ; mais elle ne peut le dire sans nuance, sans obtenir de garanties des Etats qu’elle soutient. Paradoxalement, cette configuration est ainsi la meilleure pour faire en sorte que les Espagnols, les Italiens, les Grecs, fassent le maximum d’efforts, puisqu’il ne s’agit pas seulement de convaincre la Chancelière, comme on le croit trop souvent. Le rapport de forces est autrement plus complexe – et aussi plus efficace.

Il y a cependant des limites à ce jeu, car Angela Merkel devra être, bientôt, clairement d’accord avec les milliards d’aides pour l’Espagne et avec un allongement du calendrier de la Grèce dans 3 à 5 semaines environ. En même temps, le jugement de la Cour de Karlsruhe, qu’on prévoit favorable, va donner plus de limites encore dans le soutien allemand, sans étayer la position sceptique, pour ne pas dire opposée, de la Buba. Autrement dit sa voix, devrait changer, après la « solution Draghi » du 6 septembre, après le jugement de la Cour du 12. Au total, les quinze prochains jours pourraient ainsi être la voie la plus étroite, et la plus périlleuse, de toute la construction de la zone euro ces deux dernières années. Mais la meilleure. En effet, c’est aujourd’hui la récession.

Après, si tout se passe « bien », la croissance restera faible et les Européens demeureront inquiets, mais le crise sera évitée. Après - 0,5 % pour 2012, ce serait ainsi + 0.5 % en 2013. L’emploi n’ira donc pas mieux, les tensions internes n’auront pas de raison de baisser, mais pas de monter : l’économie aura quand même basculé du côté positif. Le risque serait, alors, de ne pas forcer l’allure de la construction européenne, tandis que le monde est peu à peu en train d’aller mieux, au risque de faire la zone euro l’homme malade du monde, le seul qui ne s’en sort pas. Pour éviter cet écueil, il faudra donc aller plus fort et plus vite, et Angela ne pourra évidemment être seule. François devra la rejoindre, dans un pays qui aura, lui aussi, accéléré considérablement ses réformes. C’est nous, Français, qu’on regardera alors !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

07.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
alphabeta1d
- 15/09/2012 - 13:20
Aux commentaires alarmistes ci dessous :
L'Europe, et ses états membres n'ont cessé de se diriger vers un précipice ces 10 dernières années en réagissant mal au contraintes du 'monde extérieur'.

Oui, la BCE prend le pouvoir, mais elle va dans le bon sens actuellement en essayant de prendre des mesures réalistes pour sortir de la crise. Ca n'est pas parfait, il faudrait réformer pas mal d'institutions et envisager d'autres modes de fonctionnement protégeant l'Europe et l'euro des crises, mais c'est une des meilleures décisions de ces derniers mois.

Racheter de la dette souveraine et donner plus de pouvoir à la BCE ne mène pas forcément à une 'dictature des banquiers centraux', et même si, cela vaut peut-être mieux que la dictature d'un état membre qui ne fait qu'imposer des conditions intenables aggravant la crise. C'est un pas dans une bonne direction, reste à voir si ensuite la relance des pays ayant reçu une aide se fera correctement ou de manière contre productive comme jusqu'actuellement.

Equilibre
- 12/09/2012 - 10:41
Effet collatéral de l'élection du présiflan
Draghi a remplacé Sarkosy.
Nous avons un banquier qui nous explique cela.
Ne voulant pas être plus insultant que cela, je me contenterai de noter que les allemands sont une courte majorité à ne plus vouloir du neuro comme monnaie unique, qu'Angela doit penser à prendre de longues vacances et que tout ceci repose sur une vision monétaire pourrie depuis le départ.
Continuons dans nos erreurs.
Vive la dictature des banquiers centraux et des européistes.
Notons l'absence du présiflan, trop occuper à mentir sur les chiffres à ses con citoyens.
L'UE est un diktat et le présiflan un apparatchik minable sans vision ni charisme ni moyens ni intelligence ni ... A compléter.
Il continue ce qui a été initié par son prédécesseur, qui était bien pourri comme il faut, en reniant au passage ses promesses.
Pitoyable truc.
Ganesha
- 12/09/2012 - 09:42
Rassurant
Un monsieur d'âge mûr, à la calvitie rassurante et aux titres ronflants, qui nous dirige vers une fausse porte débouchant sur un précipice...