En direct
Best of
Best Of
En direct
Perte de contrôle
Austérité budgétaire : ce moment fatidique où les Etats ont jeté leurs manuels d'économie
Publié le 09 septembre 2012
Le prix Nobel d'économie Paul Krugman s'insurge contre les politiques d'austérité mises en œuvre actuellement par les élites mondiales, notamment en Europe. Extraits de "Sortez-nous de cette crise... maintenant !" (2/2).
Professeur émérite de l'université de Princeton, Paul Krugman est un économiste américain qui a obtenu le prix Nobel d'économie.Il est l'auteur de nombreux ouvrages, dont "Sortez-nous de la crise... maintenant !" chez Flammarion.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Krugman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur émérite de l'université de Princeton, Paul Krugman est un économiste américain qui a obtenu le prix Nobel d'économie.Il est l'auteur de nombreux ouvrages, dont "Sortez-nous de la crise... maintenant !" chez Flammarion.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le prix Nobel d'économie Paul Krugman s'insurge contre les politiques d'austérité mises en œuvre actuellement par les élites mondiales, notamment en Europe. Extraits de "Sortez-nous de cette crise... maintenant !" (2/2).

Au cours des mois d’épouvante qui ont suivi la chute de Lehman Brothers, à peu près tous les grands Etats ont convenu qu’il fallait enrayer l’effondrement brutal de la dépense privée, et ils ont usé de mesures budgétaires et monétaires expansionnistes – plus de dépenses, moins d’impôts et une large émission de monnaie – pour limiter la casse. Ils suivaient en cela les recommandations des manuels, et appliquaient les leçons durement apprises de la Grande Dépression.

Mais en 2010, une chose curieuse s’est produite : le gros de l’élite mondiale des décideurs – les banquiers et les fonctionnaires du Trésor qui façonnent l’opinion commune – a décidé de jeter aux orties les manuels et les leçons de l’histoire et déclaré que tout ce qui était blanc serait noir. C’est-à-dire qu’il est soudain devenu de bon ton d’appeler à la réduction des dépenses, à l’augmentation des impôts et à la hausse des taux d’intérêt malgré le chômage de masse.

Et quand je dis soudain, je pèse mes mots : la prépondérance des partisans de l’austérité immédiate – les « austériens », pour reprendre le joli surnom que leur a trouvé l’analyste financier Rob Parenteau – était déjà largement assise dès le printemps 2010, quand l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) a émis son rapport sur les perspectives économiques. L’OCDE est un groupe de réflexion établi à Paris et financé par un club d’Etats développés, ce qui explique que son nom soit souvent utilisé pour désigner l’ensemble du monde économiquement avancé – l’adhésion y est plus ou moins synonyme de statut économique. Il s’agit donc par définition d’une institution marquée par les conventions, où chaque document se négocie paragraphe par paragraphe pour éviter de froisser tel ou tel participant de haut rang.

Et au printemps 2010, quel conseil croyez-vous qu’ait donné à l’Amérique ce façonneur d’opinion commune, alors que l’inflation était faible, le taux de chômage très élevé et les coûts de l’emprunt public proches d’un plancher record ? Il fallait que l’Etat américain s’emploie sans délai à réduire son déficit budgétaire et que la Réserve fédéral relève radicalement les taux d’intérêt à court terme avant la fin de l’année.

Par bonheur, les autorités américaines n’ont pas suivi ce conseil. Il y a bien eu un peu de resserrement budgétaire « passif » à mesure que la relance Obama s’estompait, mais contentée de maintenir les taux d’intérêt bas ; elle s’est lancée dans le programme d’achat d’obligations avec l’espoir de donner un peu plus de vigueur à la reprise. En Grande-Bretagne, en revanche, les urnes ont confié le pouvoir à une coalition de conservateurs et de libéraux-démocrates qui a pris les recommandations de l’OCDE au pied de la lettre et imposé un programme de coupes préventives dans les dépenses publiques, malgré le fait que le pays, à l’instar des Etats-Unis, affrontait à la fois un fort taux de chômage et de très faibles coûts d’emprunt.

Pendant ce temps, sur le continent européen, l’austérité budgétaire faisait rage – et la Banque centrale européenne entreprenait début 2011 de relever les taux d’intérêt, malgré la profonde dépression qui affligeait l’économie de la zone euro et l’absence de toute menace convaincante d’inflation.

Mais l’OCDE n’était pas seule à exiger des restrictions monétaires et budgétaires malgré la dépression. D’autres organismes internationaux s’y sont mis, comme la Banque des règlements internationaux (BRI) établie à Bâle ; de même que d’éminents économistes comme Raghuram Rajan, de Chicago et des voix influentes du monde des affaires comme Bill Gross, de Pimco. Et en Amérique, les ténors républicains se sont emparés de toute la panoplie des arguments en faveur de l’austérité pour appuyer leur propre revendication de réduction des dépenses et de raréfaction du crédit. Evidemment, il y a bien eu quelques individus et organisations pour ne pas suivre la tendance – fait particulièrement notable et gratifiant, le Fonds monétaire international a persisté à préconiser ce qui m’apparaissait comme une politique saine. Mais je crois qu’il n’est pas injuste de dire qu’en 2010-2011, ceux que j’appelle les Gens Très Sérieux, pour reprendre l’expression de l’animateur de blog Duncan Black – ces personnes dont l’opinion est tenue en haute estime par les individus influents et respectables – ont très nettement basculé dans l’idée que l’heure des restrictions avait sonné, malgré l’absence de quoi que ce soit qui puisse ressembler à un rétablissement complet après la crise financière et ses conséquences.

Que cachait ce basculement soudain du discours politique ? En fait, il y a deux façons de répondre à cette question : on peut choisir de se pencher sur la substance des arguments avancés en faveur de l’austérité budgétaire et de la restriction monétaire, ou alors chercher à comprendre les motivations de ceux qui ont mis tant d’entrain à se détourner de la lutte contre le chômage.

______________________________________________

Extrait de "Sortez-nous de cette crise... maintenant !" chez Flammarion (5 septembre)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
03.
Au tableau : Christophe Castaner mal à l’aise après une question d’un élève
04.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
05.
Alain Finkelkraut étrille Marlène Schiappa après ses propos sur la Manif pour tous
06.
Charlotte Casiraghi & Dimitri se marient (enfin) Charlotte Gainsbourg (enfin) heureuse; Justin Bieber & Hailey Baldwin n'ont pas consommé leur mariage; David Hallyday & Laura Smet ne se quittent plus, les princes William & Harry ne se kiffent plus
07.
Antisémitisme : et Macron sortit le joker de l'extrême-droite !
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
05.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
06.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Inconnu
- 10/09/2012 - 09:24
Paul Krugman ?
Et prix Nobel !

Pas clair, cet économiste (Il a quelque chose à vendre !) Quelle "démonstration" brouillonne : pourquoi veut-il emberlificoter son public ? Bidonnage pour un appareil bancaire ?
Benvoyons
- 09/09/2012 - 23:21
Paul Krugman et pourquoi vous ne feriez vous pas une erreur
de raisonnement?????
Because votre prix Nobel?

L’histoire économique prouve que les certitudes ne font pas bon ménages avec l'économie.
La relance américaine ne relance rien elle tourne dans le vide.
La méthode européenne est basé sur le changement des coûts de structures des États en Europe et une réduction des charges sur les entreprises pour obtenir une réduction de la dette et réduire les pertes industrielles. La différence avec 1929: il y a beaucoup plus de pays participants à l'économie mondial et le monde ne dépend pas seulement des USA. Il y a plusieurs pays qui restent avec des 8 à 10% par an de dynamiques. Donc l’Europe peut rester encore sur 3 ans dans une phase de réduction de la dette et de la phase de transformation de ses coûts industriels.
Ce qui a été une erreur en 1929 ne l'est pas aujourd'hui et je dirais même que les USA ont tord.
En 1929 il y a eu une erreur provoquant une monstrueuse récession, cela ne veut pas dire qu'à chaque problème économique la relance est la solution, et pour l'Europe sûrement pas à part notre Nain Pays Bas il n'y a personne pour relancer avec de la dette des États.
Superchon
- 09/09/2012 - 18:38
Krugman aime bien les chiffres
Il aime si bien les chiffres qu'il peut leurs faire dire n'importe quoi. Ce monsieur n'est pas très rigoureux et est connu pour trafiquer la réalité à son avantage. Méfiez-vous de ses conseils.

http://ow.ly/dzLcV
http://ow.ly/dzLfN