En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Story telling
Cher François Hollande, les journalistes n'ont pas voté pour ça (ils sont beaucoup plus conservateurs que vous)
Publié le 08 septembre 2012
Depuis quelques jours, les hebdomadaires se déchainent contre le gouvernement Hollande, comme ils s'étaient acharnés sur Nicolas Sarkozy. Mais l'antisarkozysme était fondé sur une authentique détestation. La critique de François Hollande, au contraire, découle d'une déception naturelle.
Benjamin Dormann a été journaliste dans la presse financière et trésorier d'un parti politique. Depuis 18 ans, il est associé d'un cabinet de consultants indépendants, spécialisé en gestion de risques et en crédit aux entreprises. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Dormann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Dormann a été journaliste dans la presse financière et trésorier d'un parti politique. Depuis 18 ans, il est associé d'un cabinet de consultants indépendants, spécialisé en gestion de risques et en crédit aux entreprises. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis quelques jours, les hebdomadaires se déchainent contre le gouvernement Hollande, comme ils s'étaient acharnés sur Nicolas Sarkozy. Mais l'antisarkozysme était fondé sur une authentique détestation. La critique de François Hollande, au contraire, découle d'une déception naturelle.

Depuis quelques jours,  il est de bon ton pour de nombreux hebdomadaires de gauche de « casser du Hollande », surfant sur la vague initiée par leur confrère L’Express titrant « les cocus de Hollande ». Ainsi, Marianne se risque à un « audacieux » : « Hollande, secoue-toi il y a le feu !", tandis que le Nouvel Observateur s’interroge : « sont-ils si nuls ?  ».  Doute sincère de leur part, après avoir tant soutenu le candidat Hollande avant l’élection, ou simple besoin de chercher la recette commerciale qui permet de doper leurs ventes ?

Depuis longtemps, la presse s’est laissé contaminer par les lois du spectacle et du « story telling », plutôt que d’exercer son simple devoir d’information. Habituée à livrer à ses lecteurs des « duels », des « coups de gueule », des « matchs qu’on refait » et des « polémiques » en tous genres… plutôt que des analyses travaillées et des débats contradictoires et rationnels, elle a besoin d’un adversaire sur le ring. Pas le choix, quelles que soient ses sympathies pour Hollande, impossible pour les hebdos de se priver d’un punching ball. Peut-on pour autant en conclure que le phénomène va s’amplifier, permettant à la presse de vendre plus encore qu’avec le « Sarko bashing » ? La réponse est non, et ce pour deux raisons.

La première raison est que la critique de Sarkozy était fondée sur la détestation, tandis que la critique de Hollande est fondée sur la déception. Une détestation viscérale d’un côté, contre une déception naturelle de l’autre, tel le sort d’un Barack Obama, rien de comparable. A une heure où la critique médiatique du politique devient avant tout émotive et affective, les reproches sur le manque de rythme des décisions de Hollande sont de douces friandises par rapport à la hargne médiatique qui n’a pas lâché Sarkozy pendant cinq ans, depuis son premier pied posé au Fouquet’s, devenu son tombeau médiatique.

La seconde raison est que si les journalistes votent massivement pour le tribun Jean-Luc Mélenchon, par fidélité à leurs rêves ou à leur engagement de jeunesse, ils sont profondément et massivement de cette gauche modérée qui se contente de se sentir moralement supérieure, souhaite se distinguer de la droite par quelques thèmes sociétaux, et se satisfait pour le reste d’un profond conservatisme.  

La soi-disant acrimonie de la presse de gauche à l’égard de François Hollande reste encore extrêmement contenue au regard de l’actualité : ainsi, par exemple, la première secrétaire de PS s’apprête à choisir, sans trop de vague, son successeur, selon une méthode digne du régime « nord-coréen et qui rappelle le temps de l’URSS », selon les propres dires d’un ancien ministre socialiste, François Hollande vide de sa substance son projet de taxation des millionnaires, mesure électorale si chère à l’extrême gauche, en décidant de limiter cette taxe aux revenus de travail et d’exonérer ceux du capital, et encore, que pour une durée transitoire ! Les artistes, les footballeurs, les cinéastes et toutes sortes de millionnaires privilégiés par le pouvoir peuvent dormir sur leurs deux oreilles, François Hollande ne souhaite s’en prendre qu’« aux patrons », pas aux amis… 

Enfin, qu’on se rassure, les œuvres d’art restent exonérées de l’ISF sans le moindre débat, et dans le même temps les médias restent discrets sur la simple « mise en sommeil » de la participation capitalistique de Laurent Fabius, actionnaire de Piasa, la quatrième société de ventes aux enchères en France, aux côtés notamment de ses amis banquiers de chez Rotschild ou Citygroup. Et, malgré ces « Unes » qui font trembler le pouvoir, le business continue as usual ; la banque Lazard va ainsi pouvoir tranquillement conseiller le gouvernement, sur comment distribuer de l’argent à toute sortes d’entreprises sélectionnées selon son bon vouloir.

Audrey Pulvar illustre cette contestation de principe de la présidence, à l’image de sa tribune dans les Inrockuptibles ponctuée de son rebelle et mordant « cher François, on n’a pas voté pour ça » qui fut largement relayée, pendant que des Rom étaient expulsés strictement de la même manière qu’ils l’eurent été sous Sarkozy. Audrey Pulvar… cette journaliste indépendante, mais Young Leader selon le site américain de cette organisation qui s’enorgueillit d’avoir « placé » l’essentiel de ses poulains au gouvernement et dans les postes clés des médias et du monde des affaires. Les Young leaders, pour ceux qui ne le savent pas, est ce réseau informel d'hommes et de femmes appelés, aux yeux des Etats-Unis, à occuper des postes clefs en France, (pour en lire plus à ce sujet, et « Ils ont acheté la presse »). Young leader : comme son compagnon Arnaud Montebourg et également son rival Moscovici, comme notre président Hollande, comme son patron Matthieu Pigasse,… et comme tout ce petit monde qui continue de cohabiter dans la promotion 2012 : 12 heureux parrainés retenus, où se mélangent gaiement entre autres un autre associé gérant de la banque Lazard, le secrétaire général adjoint de l’Elysée , la ministre déléguée rattaché à Arnaud Montebourg ou encore le chef du service politique du Monde

Pour que la presse puisse être crédible en contre-pouvoir lorsqu’elle se livre au « Hollande bashing », encore faudrait-il qu’elle ait commencé par cesser d’être « tout contre lui », pour pasticher Sacha Guitry.

Qui aime bien, châtie bien, certes, mais qui n’aime pas, châtie bien plus violemment, Sarkozy l’a vécu à ses dépens. La critique médiatique contre François Hollande n’atteindra jamais la même agressivité que celle subie par Sarkozy, car les journalistes aiment trop notre président actuel et ne se privent pas de le laisser savoir à leurs lecteurs. Celui-là peut dormir tranquille, la presse sera à nouveau à ses côtés en 2017, prête et fidèle pour la prochaine bataille. L’absence globale d’électeurs de droite dans les écoles actuelles de journalisme en reste la meilleure garantie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
02.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
France stratégie : le gaité fonction publique s’enferme dans ses dénis sur la dépense publique
05.
France/Allemagne, le match éco ou la preuve par 4 de l’inefficacité de la politique économique d’Emmanuel Macron
06.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
07.
« Mon Gilet jaune » est une marque déposée et appartient à une femme entrepreneur qui se frotte les mains
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Skagerrak
- 10/09/2012 - 08:19
Mon post du 8
Une grossière erreur . Il ne s'agit pas de Laurent , mais de Claude Weil,
du NouvelObs , qui vient faire la propagande pro-Hollande à Cdans l'air . Pardon à Laurent .
Vincennes
- 09/09/2012 - 21:52
@Delahousse, Pujadas, Doucet, Pernaut, Chazal, j'ajoute
Calvi qui, normalement, aborde un sujet d'actualité, chaque soir, mais "ZAPPANT" lamentablement ce conflit d'intérêts, concernant le choix de cette banque/amie/complice///////de gauche.
Que n'aurait t'il pas dit et fait si ce cas s'était présenté à droite ???
Il aurait même invité, LE SOIR MEME, le banc et l'arrière banc pour tacler le Gvt et surtout Sarko
Quand je pense qu'ils nous l'imposent (sur nos deniers) tous les soirs..... et comme si cela ne suffisait pas, encore sur la 2 pour casser les Invités venant de droite mais laissant parler ses comparses de gauche, sans même les interrompre.
Zappons ce journaleux (en l'enregistrant par exemple pour ne pas lui donner d'audimat) car il n'est ni objectif, ni impartial dès qu'il s'agit de la droite
Vincennes
- 09/09/2012 - 21:43
J'ai oublié de préciser, dans mon commentaire
que non seulement Pigasse (homme de main du Gvt) et banquier de la banque Lazard est aussi homme de Presse et actionnaire des différents journaux comme le Monde (avec Bergé), rue 89 (famille PS), Huffington Post (où bosse Anne Sinclair, Strouss-Kahn) sans oublier Médiapart (ce cher Pleynel qui ne voulait que du bien à Sarko)........ avec en sous-main tout ce joli petit monde Sarkophobe
Si nous allons dans le mur, les médias auront en grande part de responsabilité