En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 7 heures 9 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 9 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 10 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 12 heures 45 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 12 heures 59 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 51 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 9 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 10 heures 10 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 10 heures 27 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 11 heures 49 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 16 heures 55 min
© Reuters
Plus besoin de subir une amniocentèse pour dépister une éventuelle trisomie 21. Les futures mères vont bientôt bénéficier d'un test diagnostique sanguin innovant beaucoup moins dangereux.
© Reuters
Plus besoin de subir une amniocentèse pour dépister une éventuelle trisomie 21. Les futures mères vont bientôt bénéficier d'un test diagnostique sanguin innovant beaucoup moins dangereux.
Diagnostic

Nouvelle technique de diagnostic de la trisomie 21 : l'intérêt des laboratoires n'est pas forcément celui des patients

Publié le 07 septembre 2012
Une nouvelle technique pour dépister la trisomie 21, effectuée directement à partir du sang de la mère, déferle actuellement en Europe et est déjà annoncée en France. Présentée comme un progrès, elle présente en réalité de grands dangers et pose de sérieuses questions éthiques.
Jean-Marie Le Méné est le président de la Fondation Jérôme Lejeune, fondation scientifique et médicale sur la recherche scientifique des soins et de la défense de la vie.Jean-Marie Le Méné est chevalier de la Légion d’Honneur, membre de l’Académie...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Le Méné
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Le Méné est le président de la Fondation Jérôme Lejeune, fondation scientifique et médicale sur la recherche scientifique des soins et de la défense de la vie.Jean-Marie Le Méné est chevalier de la Légion d’Honneur, membre de l’Académie...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une nouvelle technique pour dépister la trisomie 21, effectuée directement à partir du sang de la mère, déferle actuellement en Europe et est déjà annoncée en France. Présentée comme un progrès, elle présente en réalité de grands dangers et pose de sérieuses questions éthiques.

Dans les pays européens déjà concernés par cette nouvelle technique (Allemagne, Autriche, Liechtenstein, Suisse), des responsables politiques et de santé publique, des associations de défense des droits des personnes handicapées ont manifesté leur  vive inquiétude à ce sujet. La France doit prendre la mesure du problème.

Cette nouvelle technique est l’objet d’un marché stratégique particulièrement lucratif puisqu’il concerne l’ensemble de la population féminine qui souhaite procréer. Or une communication déformante a tendance à confondre marketing de laboratoire et information scientifique.

Le premier argument de vente repose sur la fiabilité à 100 % de la nouvelle technique, qui aurait pour avantage de ne cibler que les bébés anormaux. En effet, elle permettrait de faire l’économie de l’amniocentèse qui entraîne 1 % de fausses couches. Autrement dit, le progrès annoncé repose sur un principe de discrimination qui considère que la vie des normaux vaut plus que celle des anormaux. Affirmer que le dépistage de la trisomie sera bientôt « moins dangereux » signifie donc que la mort n’est dangereuse que pour les bébés sains. Pour ceux qui seraient imparfaits, c’est leur destin !

Le second argument de vente consiste à affirmer que la liberté de choix de la mère sera toujours garantie. Mais depuis quinze ans, la courbe des interruptions de grossesses trisomiques suit précisément celle du dépistage. Plus il y a de dépistage, moins il y a de naissances trisomiques. Aujourd’hui 96 % des bébés trisomiques diagnostiqués sont déjà éliminés. Ce pourcentage n’est pas un marqueur de liberté. L’effet incitatif de l’offre de dépistage et la pression qu’elle implique sont évidents. Son économie aussi : on ne dépiste pas si on veut garder son bébé. Pourquoi vouloir améliorer encore une « performance » de 96 % ?

La combinaison de ces deux arguments de vente conduira au résultat suivant : on n’éliminera plus que des bébés anormaux, mais on les éliminera tous.

A ce résultat s’ajoute une donnée absolument nouvelle liée à la précocité du diagnostic. Celui-ci pourra être pratiqué à un moment où l’IVG est encore possible. Or les femmes n’ayant pas à en justifier, les causes de ces IVG sélectives resteront inconnues, ce qui n’est pas le cas de l’IMG aujourd’hui. A l’extermination des bébés trisomiques s’ajoutera l’assassinat de leur mémoire. Ils seront victimes d’un eugénisme silencieux et indécelable.

La Fondation Jérôme Lejeune, reconnue d’utilité publique, qui a créé la plus importante consultation de personnes touchées par la trisomie 21 et qui est le premier financeur de la recherche sur la trisomie dans une perspective thérapeutique, engage les autorités sanitaires qui auront à prendre des décisions sur ce nouveau dépistage à réfléchir à plusieurs questions :

  • A combien de centaines de millions d’€ /an s’élève déjà et s’élèvera demain le coût du dépistage généralisé de la trisomie 21 pour l’Assurance maladie et pourquoi la recherche à finalité thérapeutique sur cette pathologie n’est-elle pas financée au même niveau ?

  • La non-fiabilité (marqueurs sériques et échographie) et les risques inhérents à la pratique d’examens invasifs (amniocentèse, choriocentèse) du dépistage actuel sont évoqués dans les arguments de vente du nouveau test. Mais quelles avaient été les mises en garde sanitaires sur ces risques connus depuis quinze ans ?

  • Les CPDPN (centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal) délivrent automatiquement des autorisations d’interruption de grossesses en cas de trisomie 21. Ce systématisme ne correspond pas à la mission qui est la leur. Pourquoi sont-ils toujours agréés par l’Agence de la biomédecine Quel pilotage assume-t-elle dans ce domaine ?

  • Certains praticiens appartenant à la fonction publique vont être à la fois promoteurs du nouveau dépistage et conseillers des laboratoires concernés qui fabriquent et commercialisent le nouveau test. Qu’en est-il de la transparence des rémunérations et de l’indépendance de jugement ?
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (33)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ヒナゲシ
- 14/09/2012 - 03:32
Nirvāṇa
Octave : « Nous avons tous été des embryons jetables et pourtant nous sommes heureux d'etres vivants aujourd hui ! »

Vous affirmez sans preuve que le fait d'être né est en soi vécu comme une chose heureuse ou souhaitable, ce qui est loin d'être acquis.

Si l'on est de tempérament plus tragique ou violemment dépressif, on peut éprouver le seul fait d'être au monde comme une souffrance. Après tout, mettre au monde une vie, n'est-ce pas faire un condamné à mort ?

(Et quand j'écris mort, c'est sans insister sur le cortège de douleurs, de maladies, de vieillesse, etc. qui accompagnent inévitablement toute existence.)
ヒナゲシ
- 14/09/2012 - 03:31
Soyons réalistes
@ benouais : quand j'écris que l'embryon n'est qu'un amas de cellules c'est parce que, au moment où on le considère dans cet état, il n'a pas davantage de système nerveux, de psychisme, de perceptions, de conscience, qu'un embryon d'écureuil ou qu'un escargot. À ce titre j'ai donc bien moins d'état d'âme à l'idée de sa mort que je n'en ai quand, par mégarde, il m'arrive d'écraser sur la route un hérisson.

Et qu'on ne me parle pas de *potentialité* à devenir, de *vocation à* être un futur humain, etc. Ce ne sont que vues de l'esprit & écrans de fumée mentaux.
 
Octave : « J'ai un ami qui est farouchement opposé à l'avortement ; pour une raison bien simple : si l'avortement avait été légal il y a 50 ans , il ne serait pas né… Sa mère aurait avorté . »

Mais cela n'a aucun sens ! Puisque s'il n'était jamais né, il ne serait pas là pour le regretter, voyez-vous…

Ou alors, si on donne dans le spéculatif, il faut dire que *si* sa mère avait avorté il y a 50 ans, l'univers aurait *alors* pris une autre voie, d'autres humains seraient nés, qui ne sont pas nés. Et ces hypothétiques humains là, alors, se féliciteraient d'être nés, etc.
 
❆❆❆
ヒナゲシ
- 14/09/2012 - 03:30
Cherche encore
raslebol : « je n'ai pas vu un seul argument dans son texte qui soit d' ordre religieux ! Je trouve sa tribune plutôt factuelle ».

Hé bé, vous n'êtes pas très regardant !
Employer systématiquement le vocable « bébé » pour désigner un amas de cellules — voire une seule — ne trahit pas une grande probité intellectuelle (pour le moins…).

Le Méné ne fait que régurgiter la voix de son maître : l'Église catholique. Il est de notoriété publique que Jérôme Lejeune (dont le procès en béatification est en cours) était président de l'Académie pontificale pour la vie et membre de l'Opus Dei. Nul ici n'a dit que les cathos n'avaient pas droit à la parole, je dis seulement qu'il est bon de savoir « d'où » Le Méné s'exprime…
 
❆❆❆