En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 4 heures 50 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 7 heures 21 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 9 heures 23 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 11 heures 54 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 5 heures 17 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 10 heures 43 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 11 heures 3 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 11 heures 15 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 11 heures 48 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 11 heures 54 min
© Reuters
Seuls 31% des Européens déclarent avoir une vision positive de l'Europe, une chute de 17 points par rapport à l'automne 2009.
© Reuters
Seuls 31% des Européens déclarent avoir une vision positive de l'Europe, une chute de 17 points par rapport à l'automne 2009.
Divorce

La crise, 4 ans après : l'Europe abandonnée par les Européens

Publié le 04 septembre 2012
Selon un récent sondage, 31% des personnes interrogées avouent ne pas faire confiance à l'Union européenne.
Magali Balent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Magali Balent est chercheur associé à l’IRIS et maître de conférences à Sciences Po.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un récent sondage, 31% des personnes interrogées avouent ne pas faire confiance à l'Union européenne.

A (re)lire sur le même sujet : Pire que celle de 1929 ? La crise de 2008 quatre ans après

Le dernier Eurobaromètre publié par la Commission européenne en juillet 2012 révèle une crise de confiance envers l’Union européenne (UE) qui a atteint un niveau record au printemps 2012 : 31% des personnes interrogées avouent en effet ne pas faire confiance à l’UE, un chiffre en baisse constante depuis l’automne 2010. De même, l’image de l’UE s’est dégradée dans l’opinion publique européenne : seuls 31% déclarent avoir une vision positive, une chute de 17 points par rapport à l’automne 2009. Autre donnée significative : l’UE n’est plus considérée comme l’acteur le plus efficace contre la crise économique et financière (comme c’était encore le cas dans l’eurobaromètre précédent d’automne 2011). Avec 21% de réponses favorables, l’acteur européen est aujourd’hui talonné par les gouvernements nationaux (21%) même s’il devance toujours le FMI (15%) ou le G20 (14%). L’opposition à l’euro est aussi croissante : 52% se déclarent encore favorables, chiffre le plus bas depuis le printemps 2006. 

Cette défiance doit pourtant être relativisée dans la mesure où une majorité de citoyens restent attachés à l’UE et continuent de souhaiter une coopération plus étroite entre les Etats européens (84%). Ils sont par ailleurs 63% à penser que l’UE dispose de suffisamment de pouvoir et d’outils pour défendre les intérêts économiques de l’Europe dans l’économie mondiale.  Cette défiance ne vise donc pas tant les capacités attestées de l’union que ses performances, l’UE étant accusée d’être trop éloignée des préoccupations des citoyens et de ne pas les protéger efficacement ; de là, cette tentation du repli national, à l’œuvre aujourd’hui dans l’attitude des Etats européens à l’égard de la Grèce et des plans de sauvetage la concernant. Mais l’euroscepticisme est aussi la conséquence du faible pouvoir d’identification politique de l’UE et de la difficulté de ses institutions à faire naître une conscience européenne. Critiquées pour leur complexité et leur caractère trop abstrait, ces institutions nourrissent le déficit démocratique dont souffre aujourd’hui l’UE ; et par extension, donne des arguments aux partis d’extrême droite, dits nationaux-populistes, dont la poussée est aussi un trait marquant de l’euroscepticisme ambiant.

La poussée des populismes comme symptôme de l’euroscepticisme

Depuis plusieurs années, on observe une croissance du vote en faveur des partis d’extrême droite, y compris dans des pays où la crise économique est restée limitée : c’est le cas de la Suisse ou des pays scandinaves. Si ces partis construisent leur argumentaire autour de la survie identitaire de la nation dans un contexte de mondialisation exacerbée qu’ils considèrent comme une menace, ils accusent également l’Union européenne d’être aux ordres de ce « projet mondialiste » de démantèlement planifié des cadres nationaux pour réaliser une humanité sans frontières. Ainsi, s’ils surfent sur la vague d’euroscepticisme, ces partis doivent plutôt être classés dans la catégorie des europhobes qui s’opposent en tous points au processus d’intégration européenne. Les partis d’extrême gauche ne sont pas en reste et développent à leur tour un discours eurosceptique, comme aux pays Bas ou en Grèce, sans pour autant réclamer une sortie de l’Union européenne.

Leurs critiques visent plus particulièrement l’ensemble des structures européennes qui portent atteinte à la souveraineté nationale, comme l’euro, le Traité de Lisbonne ou encore le Pacte budgétaire européen qui prive les Etats d’une partie de leurs prérogatives budgétaires. Ils construisent aussi leur discours contre cette Europe communautaire qu’ils perçoivent comme anti-démocratique, qualifiant les fonctionnaires de Bruxelles de « technocrates » et les traités européens de « diktats » qui s’imposent aux citoyens européens quelles que soient leurs opinions. C’est pourquoi ils proposent, comme c’est le cas aux Pays Bas ou en France, d’organiser un référendum sur la sortie de l’euro. S’ils sont favorables à la coopération entre les pays d’Europe, ils ne l’envisagent que dans un cadre intergouvernemental et rejettent toute idée de fédération européenne.  

Aujourd’hui, une partie de l’opinion publique souscrit à cette rhétorique, moins par réflexe europhobe qu’en raison de la séduction exercée par un discours prônant le repli national en des termes populistes, face à une Union européenne qui peine à apporter des solutions efficaces à la crise et au défi lancé par la mondialisation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Equilibre
- 04/09/2012 - 20:20
Fondation Schuman, hein
Schuman, c'est bien le mec, payé par la CIA, donc traitre à toute l'europe, puisqu'au service d'une puisse étrangère, c'est çà?
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_europ%C3%A9en
Je crois que ses héritiers peuvent être fiers de son œuvre et de la poursuite de celle-ci: les européens, toutes nations confondues, sont à genoux, pantins désarticulés aux ficelles très grosses et visibles par ceux qui n'ont pas encore été lobotomisés, transformés en con sommateurs, sans passé donc sans futur, livrés à toutes les bouses qui passent car sans défense.
Orwell ne s'était pas trompé quant à notre avenir.
Qui aurait pu dire que le nom de big brother serait en réalité UE?
alankin
- 04/09/2012 - 18:51
on répète...
les mêmes lapalissades de papier en papier.. soupir...
vangog
- 04/09/2012 - 16:18
Le versant libéral de la construction Européenne
Celui qui a prelude a sa gestation et qui a tres bien fonctionne jusqu'a maintenant, est la seule vertu europeenne a conserver. Sa vertu sociale de distribution de subventions meurtrières, usine a gaz de réglementations absurdes, aides structurelles à la construction d'infrastructures, d'un côté, à la délocalisation industrielle, à la corruption des entrepreneurs-copains du pouvoir et à l'endettement, de l'autre, est à jeter sans scrupules, et à réinventer de manière plus démocratique.