En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 52 min 59 sec
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 10 heures 17 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 11 heures 32 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 15 heures 57 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 18 heures 7 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 21 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 22 heures 6 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 23 heures 38 sec
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 23 heures 50 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 1 heure 18 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 10 heures 51 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 12 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 15 heures 47 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 17 heures 25 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 20 heures 13 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 21 heures 42 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 22 heures 42 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 23 heures 32 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 1 jour 9 min
© Reuters
Le ministre du Travail, Michel Sapin, a estimé dimanche sur radio J que le contrat de travail "n'est plus un contrat stable" et qu'il fallait "revoir cela" avec les partenaires sociaux pour "donner plus de sécurité de l'emploi".
© Reuters
Le ministre du Travail, Michel Sapin, a estimé dimanche sur radio J que le contrat de travail "n'est plus un contrat stable" et qu'il fallait "revoir cela" avec les partenaires sociaux pour "donner plus de sécurité de l'emploi".
Rigidité

Sécurisation des contrats de travail : le gouvernement pense-t-il vraiment sauver des emplois en prenant le risque de couler les entreprises ?

Publié le 04 septembre 2012
Michel Sapin a estimé dimanche que le contrat de travail n'était plus "stable". Pour y remédier, il propose de "donner plus de sécurité" à l'emploi. Mais avec un manque de compétitivité et une croissance économique en berne, le gouvernement ne risque-t-il pas de sacrifier les entreprises françaises par plus de rigidité ?
Michel Rousseau est le Président de la Fondation Concorde, think-tank qui, depuis plus de 10 ans, cherche à enrichir le débat public avec ses propositions. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Rousseau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Rousseau est le Président de la Fondation Concorde, think-tank qui, depuis plus de 10 ans, cherche à enrichir le débat public avec ses propositions. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Sapin a estimé dimanche que le contrat de travail n'était plus "stable". Pour y remédier, il propose de "donner plus de sécurité" à l'emploi. Mais avec un manque de compétitivité et une croissance économique en berne, le gouvernement ne risque-t-il pas de sacrifier les entreprises françaises par plus de rigidité ?

Dans un monde globalisé, nos entreprises doivent pouvoir évoluer et s’adapter pour faire face à la concurrence. Les récentes déclarations du ministre du Travail, Michel Sapin, souhaitant « donner plus de sécurité à l’emploi » visent, si de telles mesures sont appliquées, à imposer de nouvelles contraintes à nos entreprises au moment où elles ont plus que jamais besoin de souplesse ; et donc à s’éloigner de l’objectif recherché de réduction du chômage !

On le sait, le droit du travail français se caractérise par une rigidité identifiée depuis de nombreuses années. Tandis que nos principaux partenaires européens agissaient, avec le succès que l’on connaît, pour flexibiliser leur droit du travail, depuis 30 ans nous nous efforçons de complexifier le nôtre, pénalisant le marché de l’emploi.

La jeunesse française est la première victime de cette rigidité, puisque près d’un jeune salarié de 15-24 ans sur deux est concerné par les contrats courts. Entre CDD et CDI, le choix de l’employeur est rapide. Le coût d’une embauche ratée en CDI est tel qu’il préfèrera multiplier les CDD, plus avantageux pour lui surtout lorsqu’il s’agit d’un emploi requérant peu de qualification. Il s’en suit un turnover important des publics concernés, qui enchainent contrats courts et périodes de chômage, sources de déqualification.

Ces formes de contrats courts facilitant la rupture ont été créées dans le but d’abaisser les barrières à l’embauche des publics éloignés de l’emploi.

Désormais, plus de trois quart des embauches sont conclues à durée déterminée ! Preuve en est du besoin de flexibilité des entreprises, ce type de contrat a permis de mettre en exergue la rigidité de l’actuel CDI. Et de créer un marché à deux vitesses, avec d’un côté les « insiders », salariés protégés en CDI, et les « ousiders » relégués aux situations précaires qui parfois s’éternisent.

« Donner plus de sécurité à l’emploi » ne permettra malheureusement pas de créer des emplois, ni même de lutter contre la destruction d’emplois : cela rendra les entreprises plus frileuses à l’embauche.

Pour réduire les inégalités entre « outsiders » et « insiders », le contrat de travail unique doit être mis à l’ordre du jour. Nous proposons d’abolir le CDI en instaurant un contrat de travail unique. Le salarié accumulerait droits sociaux et protection progressivement.

Cette réforme du droit du travail si elle est urgente, devra être couplée avec la mise en place d’un système de formation professionnelle de qualité pour rendre le marché du travail plus dynamique.

Depuis 30 ans notre pays n’est jamais parvenu à passer durablement sous le plancher des 8% de taux de chômage. Pour gagner la bataille de l’emploi, nos gouvernants devront faire preuve de courage, s’éloigner des veilles recettes et s’inspirer de nos voisins. Nous n’y sommes pas encore ! Deux exemples nous paraissent d’un grand enseignement, le Danemark et l’Allemagne. Le premier qui n’a pas les grandes entreprises que nous possédons, ni d’ailleurs nos énormes ressources, résoudre son problème d’emploi en généralisant ce que l’on appelle la flexisécurité, c’est-à-dire un intérêt bien compris des partenaires pour suivre les évolutions de l’économie sans frilosité. On embauche avec rapidité mais on admet qu’une entreprise, pour survivre, puisse réduire ses effectifs sans coût excessif. Ceci demande un climat social apaisé.

Dans le deuxième exemple, en Allemagne qui obtient sur l’emploi de biens meilleurs résultats que les nôtres, on constate que nos voisins ont su donner à leur économie la base industrielle qui entraîne les autres activités en obtenant, voici une dizaine d’années, une amélioration de la compétitivité du pays, en particulier par une baisse du coût du travail.

Ces deux exemples sont évocateurs des efforts à entreprendre : sans compétitivité, moins d’emplois et une tendance immédiate en France à la rigidité du cadre protégeant ceux qui travaillent en se rapprochant plutôt, nous le déplorons, du modèle en vigueur dans la fonction publique et jamais en s’en éloignant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 06/09/2012 - 07:48
@chacal
mais avoir un bac+2 ne certifie pas que votre travail vaut davantage que celui d'un bac-5 comme vous dites. entre un juournaleux qui fait du copier coller des notes de l'agernce france presse et l'eboueur du quartier qui ramssent vos ordures... cote efficacité / utilité ... pas certains que l'ecart soit de 7 années d'etudes. Les salaires sont trop chers , c'est exactement ce que l'on peu se dire quand on voit les salaires d'entrée de certains diplomés d'ecole de commerce quand on les voient a loeuvre face a des gens sortis du bac et qui ont une experience de terrain .

le monde "oui "oui". vous confondez avec les bon comiques qui ont gobé comme des veaux le traité européen soit disant nec plus ultra valable pour des années d'avancées de l'europe et qui depuis 2 ans est soudain une cata (en fiscalité notamment) . Alors pour la dénonciation du oui-ouisme faites vous faire une radioscopie , ca vous revelera quelques pathologies
chacal
- 05/09/2012 - 09:41
@jerem iades...
oui le SMIC est une aberration. Tout du moins au taux actuel. Il fait que BAC +2 qualifié vous êtes payé pareil qu'un manutentionnaire BAC-5... Le travail coute trop cher aux entreprises. Le manque de flexibilité les rends frileuses pour embaucher. C'est pourtant simple.

Quand au fait de changer d'entreprises, ben oui il faut s'adapter dans la vie, le monde a ouï ouï c'est un peu fini. Formez vous, allez de l'avant. Faire toute sa vie le même métier ce n'est pas s'élever, c'est stagner. Il faut arrêter, la faim et la misère ont disparus en France, tout le monde n'a pas besoin de vivre comme un pacha.
chacal
- 05/09/2012 - 09:36
@Charles25
Oui votre commentaire m'a fait sourire... c'est narquois et ironique mais vous ne proposez rien. Ben oui l'économie et la richesse c'est pas les 'petites gens' qui la créent, mais les entreprises. Oui vaut mieux changer de travail, bosser 25 dans une même boite est une abberation, mais les gens les moins adaptables ont du mal évidemment. Les contrats sans fin vous assurent en effet une stabilité jusqu'à ce que la boite coule... et ua prix du travail français cela arrive trop souvent. Malheureusement nous ne vivons pas dans un monde Franco Francais mais dans un monde globalisé ou les étrangers à L'Europe n'utilsent pas les mêmes leviers que nous. Forcément avec notre immobilisme protecteur du salarié nous sommes de moi ns en moins concurrentiel. Et le gouvernement veut encore en rajouter....