En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Gauche moderne

Tout dire aux Français : la vérité selon Hollande

Publié le 01 septembre 2012
Dans son discours de rentrée à Châlons-en-Champagne, François Hollande a enfin reconnu la gravité de la crise sans toutefois admettre qu'elle le forçait à changer de stratégie. Eric Verhaeghe lit entre les lignes du discours du président, et montre que François Hollande revient aux fondamentaux de la gauche moderne.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son discours de rentrée à Châlons-en-Champagne, François Hollande a enfin reconnu la gravité de la crise sans toutefois admettre qu'elle le forçait à changer de stratégie. Eric Verhaeghe lit entre les lignes du discours du président, et montre que François Hollande revient aux fondamentaux de la gauche moderne.

En prononçant son discours de Châlons-en-Champagne, le Président Hollande a probablement marqué un premier et important virage dans son mandat pourtant très récemment confié par le peuple français. Après avoir mené une campagne électorale minimisant systématiquement le poids et l’ampleur de la crise économique, il vient d’en reconnaître la gravité, sans aller jusqu’à reconnaître qu’elle le forçait à changer son fusil politique d’épaule.

Lu entre les lignes, son discours contient de nombreuses annonces de revirement politique. En particulier, l’appel à une négociation rapide sur l’anticipation des plans sociaux sonne comme un drapeau blanc pour les positions socialistes tenues jusqu’ici. Le gouvernement Fillon avait en effet validé le principe d’accords dits de flexibilité dans les entreprises, permettant de négocier des modifications importantes aux contrats de travail et aux rémunérations en situation de crise. Il semble bien que cette position sera reprise, d’une façon ou d’une autre, moyennant un toilettage politiquement correct, par le gouvernement Ayrault.

Une erreur d’analyse consisterait à croire que ces évolutions importantes relèvent de l’errance politique ou de la nouveauté. En réalité, elles sont dans la droite ligne de la conception de la mondialisation telle que l’a toujours prônée la gauche moderne à laquelle François Hollande appartient.

Dans cette vision économique, la mondialisation est un phénomène non seulement inévitable, mais même souhaitable, puisqu’il permet à des entreprises françaises d’acquérir une taille mondiale. Et si la contrepartie de ce gigantisme consiste à délocaliser des emplois industriels à l’étranger, la France doit l’assumer, en anticipant au maximum les effets des plans sociaux, notamment par la formation professionnelle.

Lors d’un colloque tenu le 17 novembre 2004 consacré aux délocalisations (organisé par Eric Besson), François Hollande avait ainsi déclaré : « Nous devons soutenir les stratégies des entreprises fondées sur une présence mondiale. Ce serait une considérable erreur, pour les socialistes, que de vouloir domestiquer les entreprises, de vouloir les retenir. Nous avons besoin, dans la mondialisation, d'être présents partout dans le monde. Et de ce point de vue, nous devons faire en sorte que nos entreprises soient implantées là où sont les marchés. »

Dans l’esprit de la gauche moderne, l’ambition d’une politique économique publique est de soutenir la création de ces géants mondiaux, présents partout dans le monde, au besoin loin du territoire français. Avec cette précision importante : « nous devons faire en sorte que la valeur ajoutée des entreprises soit, le plus possible, localisée là où nous sommes en responsabilité, c'est-à-dire sur notre territoire. » Autrement dit, la vision industrielle portée par François Hollande est, de longue date, fondée sur l’idée que la France doit développer une industrie de taille mondiale, mais dont seuls les sièges économiques ont vocation à demeurer sur le sol français, pendant que les emplois « salissants » peuvent sans problème être implantés là où sont les marchés.

Que faire des ouvriers français, dans ces conditions ?

En 2004, François Hollande proposait des solutions que nous retrouvons presque mot pour mot dans le discours de Chalons.

Face aux angoisses que les délocalisations suscitaient alors, François Hollande se voulait rassurant et affirmait : « Nous avons besoin, face à ce discours sur le déclin, d'appeler à une mobilisation forte de ce pays. Le discours que nous devons opposer à celui du déclin est celui de l'effort à faire sans doute, mais des chances et des ressources qui existent dans notre pays. Au discours de la mauvaise conscience, il faut opposer un discours de la bonne confiance dans nos capacités. » Mobiliser en reconnaissant que des efforts sont à faire, parier sur nos chances et nos capacités, tels étaient alors les maîtres-mots.

Il ajoutait alors : « Nous devons répondre à un effort nécessaire sur les calculs des cotisations sociales, et donc sur l'utilisation de la valeur ajoutée. Nous devons engager des politiques en matière de reclassement et de prévention des licenciements et nous devons aller vers la sécurisation des parcours professionnels. Au-delà des mots, il faudra engager une vraie négociation et cela ne passera pas nécessairement par la loi et rien que la loi sur ces questions. N'imaginons pas que c'est la loi qui a la réponse à ce défi essentiel qui est de savoir comment, tout au long d'un parcours professionnel, on trouve des possibilités de reclassement, de formation et des droits à la réinsertion. »

Ce passage ressemble à s’y méprendre à ce que le président a dit ou suggéré à Chalons : effort sur le coût du travail avec une baisse des cotisations sociales, sécurisation des parcours professionnels, avec un effort de formation, selon des principes définis par une négociation.

Certains s’imaginent que François Hollande ne sait pas où il va. Il en donne l’impression certes, mais en réalité, son fond idéologique est extrêmement stable. Il est celui de la gauche mondialisatrice, engagée dans une course au gigantisme industriel, qui cherche simplement à créer les conditions d’une acceptabilité sociale à ce grand mouvement.

Reste aujourd’hui à savoir si une croissance est possible avec, pour seule régulation, des aménagements sociaux, sans changement majeur des règles du jeu économique lui-même.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

04.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

05.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

06.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

07.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

Commentaires (43)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jesuismoi
- 02/09/2012 - 17:28
Pour rassurer BOUM :
Voir le forum sur Libé. à propos des avis de Sapin et Cazeneuve ce Week-End... c'est assez tordant, et cassant !

Je n'ai plus besoin d'y intervenir. .... ils font le job tous seuls !
stephanoise
- 02/09/2012 - 16:07
pour Boum
hello, juste pour vous dire que je ne peux plus donner mon avis sur RTL, j'ai éreinté MMe Ventura, et ses copines de gauche ainsi que Mrs July, Hondelatte etc...Je veux bien aller précher une autre parole mais, on a du mal à se faire entendre parfois...
Bon dimanche
esteld
- 02/09/2012 - 12:26
L'enclume et la logique de clan
Après tonton François , parain François ?