En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

07.

Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 15 min 41 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 5 heures 30 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 5 heures 40 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 5 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 6 heures 32 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 7 heures 37 min
light > Santé
Santé
Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 8 heures 13 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 39 min 53 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 2 heures 51 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 5 heures 13 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 5 heures 36 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 5 heures 47 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 6 heures 21 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 7 heures 6 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 7 heures 15 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 7 heures 44 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 8 heures 14 min
© Reuters
Un sondage réalisé par le syndicat UNSA montre que 39 % des enseignants seraient favorables à la disparition de la notation des élèves.
© Reuters
Un sondage réalisé par le syndicat UNSA montre que 39 % des enseignants seraient favorables à la disparition de la notation des élèves.
Refonte du système

Réforme de l’Éducation : les établissements scolaires ont beaucoup plus besoin d'autonomie de gestion que de supprimer les notes

Publié le 30 août 2012
Une enquête réalisée par le syndicat Unsa auprès des enseignants a montré que 39 % d’entre eux étaient favorables à la suppression du système de notation. Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale, s’est toutefois montré opposé à une telle disparition, souhaitant plutôt une évolution de la notation des élèves.
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une enquête réalisée par le syndicat Unsa auprès des enseignants a montré que 39 % d’entre eux étaient favorables à la suppression du système de notation. Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale, s’est toutefois montré opposé à une telle disparition, souhaitant plutôt une évolution de la notation des élèves.

Un sondage réalisé par le syndicat UNSA montre que 39 % des enseignants seraient favorables à la disparition de la notation des élèves. Peut-être le ministre de l’Education nationale en parlera-t-il avec les syndicats qu’il rencontre ce jeudi. Quoiqu’il en soit, la nouvelle a de quoi relancer les invectives stériles. Il risque surtout de concentrer l’attention sur un point de détail, alors qu’il faudrait réformer plus largement l’évaluation des élèves. La meilleure solution en la matière, c’est peut-être de laisser chaque établissement faire comme il l’entend ! Bref, de libérer le système éducatif !

Le débat sur les notes : dépassé et caricatural

Le sondage réalisé par l’UNSA est marqué par l’importance du soutien à la suppression des notes (qui s’explique peut-être par le fait qu’une grande partie des sondés sont ses membres). Régulièrement, le sujet revient dans le débat public[1]. Il oppose de manière grotesque les « pédagogues soixante-huitards » aux « réactionnaires autoritaires », faisant continuellement intervenir les mêmes porte-paroles de chacun des deux camps, qui savent parfaitement tenir leur rôle de caricatures.

Le vrai sujet est de penser l’évaluation des élèves

L’évaluation des élèves repose aujourd’hui presque exclusivement sur les notes. Or, « la note sert peu les progrès des élèves » selon l’Inspection générale de l’Education. Alors qu’elle récompense les meilleurs, elle « décourage, dégoûte (…) et fait perdre l’estime de soi » des élèves en difficulté. Le problème, ce n’est pas tant la note que ce qu’elle représente : un système d’évaluation qui stigmatise (jusqu’à la nullité du « zéro pointé »), qui ne sait pas convaincre les élèves qu’ils peuvent tous progresser. Vincent Peillon l’a expliqué à juste titre, bien qu’il soit resté bien vague sur ses propositions.

L’évaluation des élèves doit changer pour les motiver, les faire progresser, les encourager. Les notes permettent de se situer sur une échelle de connaissance (dans une interro, l’élève sait ou ne sait pas). Il faut les conserver. Mais elles pourraient être accompagnées d’autres évaluations, mettant en valeur les progrès des élèves, leur capacité de réflexion. Les élèves doivent apprendre que l’effort et le travail sont récompensés. Le débat sur les notes devrait donc servir à repenser et renforcer l’évaluation afin de pousser tous les élèves vers de meilleures performances, et non à encourager un égalitarisme malvenu.

Ce débat est typique des commentaires sur l’école en France

Le débat sur les notes rate cependant l’essentiel. Il est caricatural des débats sur l’Ecole en France. D’abord, il se concentre sur un micro-sujet au regard des enjeux énormes qui se présentent à l’Education Nationale et s’enferme dans un sempiternel échange venimeux entre les différentes tendances politiques et pédagogiques. C’est oublier qu’il faudrait plutôt songer à réformer en profondeur le système scolaire français ! Surtout, ce débat sur les notes est révélateur d’un système hyper-centralisé : la solution devra être appliquée uniformément à tous les établissements de France. C’est totalement absurde !

Libérer le système scolaire pour laisser faire les établissements comme ils le veulent !

Une révolution est nécessaire : celle de la liberté, laquelle repose en premier lieu sur une autonomie totale des établissements, tant en matière de gestion financière et humaine que de pédagogie. La philosophie générale est simple : l’Etat fixe les objectifs à atteindre, les établissements sont libres d’employer les moyens qui leur semblent les plus adaptés pour y parvenir (en fonction de leurs élèves, par exemple).

Dans ce système éducatif, la question de savoir si les notes doivent être supprimées ou non importerait peu ; pas plus que celle qui s’interroge sur l’organisation de la journée (trop de cours ? plus d’activités parascolaires ?). Les établissements seraient libres de s’organiser comme ils le souhaitent. Leurs résultats parleraient. Les parents d’élèves pourraient alors choisir selon leurs préférences pour telle ou telle pédagogie ou organisation du temps scolaire. Avec l’Institut Thomas More, nous avions fait des propositions dans ce sens.

Le problème, c’est que le gouvernement va à l’opposé de ces réformes. Il persiste dans la centralisation (même si, pour le moment, il ne touche pas à l’expérimentation d’autonomie qu’est le programme ECLAIR après l’avoir pourtant vertement critiqué). Il espère mettre quelques rustines par endroits, mais se laisse en réalité enfermer dans un raisonnement en termes quantitatif (« toujours plus » de moyens, de profs…) au lieu de penser enfin la qualité (« toujours mieux ») et la liberté de choix. La voie suivie par le gouvernement est une impasse ! Il est urgent de révolutionner le système scolaire !


[1] Les parents et surtout les élèves semblent cependant y rester attachés (les enseignants qui font l’expérience du travail « non noté » se rendent généralement vite compte que personne ne le prend au sérieux).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
HdT
- 31/08/2012 - 02:53
@ langue de pivert et Heizen
Vous résumez tous deux fort bien la situation.

Quant à d'autres interventions, je ne vois pas ce que l'école à d'humiliant, frustrant etc pour un élève se comportant normalement (respect et discipline, des éléments bases de la société, vouloir apprendre et chercher à comprendre, des règles que tous écoliers, collégiens, lycéens, étudiants post-bac normaux et correctement formatés par les parents et le concours approprié de l'école maternelle, appliquent et s'appliquent du début à la fin des études mais de leur vie d'une manière plus générale. La vie est une compétition individuelle ou collective contre soi et contre les autres, (mais il est vrai aussi que le sport est devenu la course au chèque et non à la réalisation, le sport étant le reflet d'une société). Nous allons semble t'il vers l'ultra-libéralisme éducatif où les chances pour chacun ne seront plus du tout les mêmes, meilleure façon de favoriser le repli communautaire dont les bobos se gavent pour leur propagande tout en étant les auteurs, les pourvoyeurs, du fait.
Heizen
- 30/08/2012 - 21:43
Moué...
Je ne vois pas en quoi l'autonomie, c'est à dire laisser à chaque établissements le choix du programme et de la méthode d'enseignement augmenterai la réussite des élèves ? Pour moi ça ne ferai que creuser encore plus les écarts et détruire un peu plus l'école dans les quartiers difficiles (qui fatalement se tourneront vers des méthodes limites hippies de développement personnel, "l'enfant artisan de sa propre connaissance" etc... pendant que les gens assez aisés auront des écoles très bien, à l'ancienne, élitiste, qui offrent une bonne instruction.)

Personnellement, comme Zemmour, je suis pour un retour à l'école d'antan, à l'instruction plutôt que l'éducation version bobo, l'élitisme (auj il y a moins de fils d'ouvriers dans les grandes écoles qu'il y a 50 ans). A force de baisser le niveau pour que tout le monde "y arrive"... on a créé + d'inégalités que l'inverse.

Pour les écoles en ZEP, baisser le nombre d'élèves par classe + un système de prof aguerris en rotation entre beaux lycées et ces quartiers difficiles. Redonner l'autorité au prof, cesser d'éduquer, commencer à instruire...

lire, écrire, compter + histoire de France, la base.
ヒナゲシ
- 30/08/2012 - 18:59
Deuxième couche
L'auteur, auto-bombardé spécialiste de l'Éducation, devrait pourtant potasser un peu son sujet, qui écrit :

« L’évaluation des élèves doit changer pour les motiver, les faire progresser, les encourager. Les notes permettent de se situer sur une échelle de connaissance (dans une interro, l’élève sait ou ne sait pas). Il faut les conserver.
Mais elles pourraient être accompagnées d’autres évaluations […] ».
 
Je vais vous en apprendre une bonne !
Voici ce que les enseignants se farcissent au quotidien (à multiplier par le nombre d'élèves, bien sûr…) :

http://cache.media.eduscol.education.fr/file/27/02/7/livret_personnel_competences_149027.pdf
 
Qui l'eût cru ?