En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 2 heures 12 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 3 heures 7 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 4 heures 29 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 7 heures 35 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 10 heures 32 sec
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 10 heures 47 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 11 heures 24 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 2 heures 43 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 4 heures 10 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 5 heures 1 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 7 heures 27 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 11 heures 11 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 11 heures 30 min
© Reuters
"Nos responsables politiques semblent donc oublier que 9/10 de la masse monétaire ne vient pas de la banque centrale, mais de banques quasiment totalement libres de créer cette monnaie."
© Reuters
"Nos responsables politiques semblent donc oublier que 9/10 de la masse monétaire ne vient pas de la banque centrale, mais de banques quasiment totalement libres de créer cette monnaie."
Mise à l'épreuve

La France dans le gouffre de l'impuissance publique : l'effroyable risque systémique soigneusement caché dans le bilan des banques

Publié le 28 août 2012
Seconde partie de notre série consacrée aux raisons de la crise et aux réformes nécessaires au pays, mais aussi à l’Europe, pour y faire face.
Jean-Luc Schaffhauser, Consultant international est Président de l’Académie européenne, ancien Délégué Général du Fonds Capec, Secrétaire Général du Forum démocratique qui vient de de se constituer en France et qui regroupe des intellectuels de gauche...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Schaffhauser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Schaffhauser, Consultant international est Président de l’Académie européenne, ancien Délégué Général du Fonds Capec, Secrétaire Général du Forum démocratique qui vient de de se constituer en France et qui regroupe des intellectuels de gauche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Seconde partie de notre série consacrée aux raisons de la crise et aux réformes nécessaires au pays, mais aussi à l’Europe, pour y faire face.

A (re)lire, la première partie :

 La France dans le gouffre de l'impuissance publique :
il est urgent que nos gouvernants arrêtent de privilégier
leur intérêt électoral à l'intérêt général

Pour comprendre la crise financière de 2008, il faut partir de cette prérogative donnée à la finance de créer de la monnaie à partir de rien – quasiment sans encadrement réel des pouvoirs publics avec abandon progressif des réglementations mises en place et la possibilité, en outre, de diluer le risque financier dans le marché, de le faire donc porter à la société (voir cette précédente série d'articles).

Les logiques qui conduisent à la crise financière, mais aussi à la crise de la zone euro sont des logiques de l’endettement. La crise financière et la crise de l’euro sont donc des crises de l’endettement. C’est apparemment une évidence... Et pourtant, c'est là que se trouve la seule manière de remédier à la crise financière et à la crise de l’euro, si on tient à éviter de nouvelles crises financières dues à l’endettement.

La monnaie scripturale ou monnaie de compte des banques, que l’on oppose à la monnaie banque centrale ou monnaie de base (monnaie que l’on peut toucher (billets et monnaie) + réserves des banques à la banque centrale) représente 90% de la masse monétaire, la monnaie banque centrale ne faisant que 10%. Bien qu’il y ait évidemment un lien entre la monnaie scripturale et la monnaie banque centrale, l’expansion de la monnaie scripturale n’est pas directement liée à la monnaie de base. Mais c’est la monnaie des banques qui crée les bulles financières dans la finance ou l’immobilier, car le crédit immodéré permet d’augmenter la demande, donc les prix.

Cela relativise beaucoup le discours tenu par les responsables politiques - qui à vrai dire n’ont que rarement étudié dans la réalité les phénomènes monétaires - sur la création monétaire ou monnaie de base qui serait la seule cause d’inflation ou d’instabilité financière. Nos responsables politiques semblent donc oublier que 9/10 de la masse monétaire ne vient pas de la banque centrale, mais de banques quasiment totalement libres de créer cette monnaie. Cette augmentation du bilan des banques s’est d’ailleurs faite à un moment où la monnaie banque centrale n’augmentait que très peu relativement au bilan des banques.

Aujourd’hui, le bilan (actif- passif) des banques de la zone euro est d’un montant un peu inférieur à trois fois le PIB de la zone euro, mais c’est sans compter avec le hors bilan qui représentait dix fois le bilan officiel des banques dans les années 2000. Autrefois, mais il n’y a pas si longtemps, encore dans les années 1980, le bilan des banques avoisinait le PIB - la pratique du hors-bilan était quasiment inexistante - les dépôts faisaient les crédits pour 80% du bilan, la banque suivait à la trace ses engagements, elle en était responsable. Désormais les dépôts ne font les crédits que pour de 25% du bilan. Le financement se fait par le marché interbancaire et l’émission de titres à moyen et long terme. Il se fait donc essentiellement par création monétaire. Il permet n’importe quoi !

La titrisation ou capacité de se défaire de ses dettes est au centre de cette augmentation des bilans bancaires. Grâce à la titrisation, un passif devient un actif ce qui permet - en se passant les dettes pour en faire des instruments financiers - d’augmenter infiniment le bilan des banques. En outre, autour de ces dettes se crée des produits dérivés des dettes dont les assurances sur dettes (credit defaut swap). Le marché financier se déconnecte ainsi de plus en plus de la réalité, le marché des produits dérivés de la dette fait plus de dix fois le PIB mondial, le marché des devises plus de 20 fois…, l’économie financière devient une pyramide de dettes-actifs reposant néanmoins sur la bonne marche de l’économie réelle.

On comprend très bien la fragilité de ce système financier. L’encours du crédit bancaire (entreprises, ménages) représente la moitié du bilan des banques, autour de 140% du PIB mondial. Si 7% de ces crédits (dans l’économie réelle) sont défaillants (alors que les fonds propres des banques avoisinent 10 % du PIB dans la zone euro), les banques sont potentiellement toutes en faillite. En fait, la situation est bien plus grave car ces 7% de crédits défaillants sont la base d’une pyramide de dérivés de crédits et autres produits financiers qui sont visibles mais aussi invisibles, justement dans le hors-bilan. Ces véhicules financiers (hors-bilan) fonctionnent avec l’argent de la banque et sont donc des faux-nez qui peuvent donc faire de lourdes pertes engageant les banques.

Grâce à la déréglementation du système financier (que l’on doit à la finance américaine suivie avec exemplarité par nos technocrates de Bruxelles, et mise en place sous des gouvernements socialistes), nous sommes en face d’une montagne de dettes, une pyramide inversée, dont la base repose quand même sur l’économie réelle. Cette économie réelle est fragilisée par l’économie de l’endettement.

En effet, si l’économie réelle a une croissance normale de 2 à 3%, hors inflation, et ceci dans les temps longs de l’Histoire, l’économie financière elle cherche des rendements bien plus élevés : 10 à 15%, si ce n’est plus. Elle les obtient-justement par les effets de levier, autrement dit en utilisant l’endettement comme multiplicateur des fonds ou capitaux propres : 20 fois, 50 fois, jusqu’à 100 fois parfois. Mais un effet de levier fonctionne pour les bénéfices, mais aussi pour les pertes. Par ailleurs, l’économie réelle est elle-même obligée de se protéger contre l’instabilité financière créée justement par l’économie financière (fluctuation sur les devises, sur les matières premières. L’économie financière saura donc créer des produits financiers de sécurité qui seront autant de ponctions faites sur sa création difficile de richesse, instruments évidemment inefficaces si la brise se transforme en tempête...

Quand la perte survient, car tôt ou tard on retrouve les fondamentaux de l’économie avec ses "faibles" rendements, c’est tout le système bancaire qui est en faillite, vu la taille du bilan des banques. Mais comme il s’agit d’un bien commun - la monnaie et la finance sont des biens communs de la société - ayant été privatisé sans qu’on ait réellement fixé des règles contraignantes, il faudra quand même absolument sauver ce bien public. Sinon l’économie s’arrêterait, il n’y aurait plus d’argent dans les distributeurs, les échanges économiques devraient retourner au troc… bref nous devrions faire face à un collapse total.

Les États interviennent alors avec de la monnaie banque centrale pour tenter de sauver le système financier. C’est ce qu’on voit dans les tableaux ci-dessous après la crise de 2008. C’est ainsi que l’on a une privatisation des bénéfices - pour le système financier - et une socialisation des pertes pour les États.

Cette logique est inscrite dans la logique actuelle du système. Il ne sert à rien de s’en lamenter avec des prurits moraux et des attaques contre la Finance avec un grand F. Il s’agit de remettre en question les bases de ce système, il s’agit de réglementer la manière dont un agent financier peut se défausser des crédits octroyés et n’en plus porter la responsabilité. Il s’agit de reprendre le contrôle du système bancaire qui a failli.

Si on ne veut pas s’attaquer à la titrisation et aux produits dérivés, en demandant par exemple qu'au moins 50% des prêts restent sous la responsabilité des banques et en limitant les produits dérivés aux professionnels qui en ont besoin pour des raisons de sécurité, nous tomberons de crise financière en crise financière. Et la ponction de la finance sur l’économie réelle et sur la société sera de plus en plus insupportable : si bien qu'elle pourrait conduire à une révolte totale de la société.

Qui le dit ? Où sont les responsables politiques qui abordent cette question en expliquant la situation ?

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 29/08/2012 - 20:50
@kassian Je rejoins votre analyse, mais
vous ne pourrez pas contraindre les banques qui le souhaitent à ne pas faire du levier en capital, car la dérégulation et la globalisation ont permis aux banques d'aller le faire au sein des états qui le permettent. Un état qui contraindrait seul ses banques à séparer leurs activités banque d'affaires/banque de dépôt et qui limiterait le "levier en capital" des banques d'affaires verrait leurs activités se délocaliser dans des contrées plus favorables...Pour convaincre les banques qu'elles ne seront plus, dorénavant, protégées contre les effets de levier négatifs et les défauts de paiements, il faut leur appliquer une sanction humaine ( une sorte de permis à points international) qui s'appliquerait autant aux dirigeants de la banques qu'à ses traders ou assureurs et qui serait appliquée en toute transparence par une entité supranationale. On a vu à quel point Kerviel et la société Générale se sont rejetées la patate chaude devant une justice impuissante à définir leurs responsabilités! Un permis à point et la sanction de la faillite au final éviteraient aux financiers ces "effets de levier" d'autant plus importants que leur audace est grande et leur impunité garantie.
kassian
- 29/08/2012 - 10:43
@boblecler
"les dérivés sont manipulés par les banques de wall street" qu'est-ce que cela veut dire au juste ? Les banques crééent des dérivés et les portent à leur bilan, pour le compte de leurs clients qui leur achètent, en connaissance de cause, et très souvent ces produits sont d'une transparence complète, so what ? La spéculation sur ces instruments fait partie de leur business, so what ? Et puisque vous citez Nicole El Karoui ayez au moins l'élégance d'orthographier correctement son nom...
kassian
- 29/08/2012 - 10:29
@vangog
a mon avis le problème n'est pas tant le trop plein ou trop peu de réglementation que la capacité des banques à faire du levier en capital : que les passifs des banques soient constitués à seulement 25% par des dépôts montre qu'elles fonctionnent maintenant de manière décorrélée de l'économie réelle, et que les retournements de cycles seront d'autant plus violents. C'est cette dépendance aux marchés de capitaux qui crée le risque systémique par effet domino. C'est la raison pour laquelle la faillite de Lehman a failli faire s'effondrer le système financier mondial. On n'est pas passés loin de la catastrophe. Une autre crise de liquidité de la même ampleur qu'en 2008 pourrait être fatale, car contrairement à ce qu'on pourrait penser les banques sont encore pour longtemps en convalescence à cause des subprimes.