En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

07.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 1 heure 8 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 2 heures 29 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 2 heures 52 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 3 heures 29 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 4 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 4 heures 52 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 5 heures 37 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 7 heures 1 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 19 heures 56 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 1 heure 44 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 3 heures 53 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 5 heures 30 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 6 heures 1 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 6 heures 23 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 19 heures 32 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 20 heures 23 min
© Reuters
Les pays membres de la zone euro restent peu ou prou à la botte de Berlin. Mario Draghi pourrait-il faire céder l'Allemagne d'Angela Merkel ?
© Reuters
Les pays membres de la zone euro restent peu ou prou à la botte de Berlin. Mario Draghi pourrait-il faire céder l'Allemagne d'Angela Merkel ?
Gros bras

Mario Draghi sera-t-il l’homme qui fera céder l’Allemagne ?

Publié le 27 août 2012
Des rumeurs parcourent les marchés : Mario Draghi et ses collègues réfléchissent bien à la mise en œuvre d'un mécanisme de limitation des 'spreads' (écarts de taux) au sein de la zone Euro. Le patron de la BCE arrivera-t-il à faire en sorte que l'Allemagne, la Finlande, les Pays-Bas lèvent leur veto, face au risque d'éclatement de la zone Euro ?
Joseph Leddet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joseph Leddet est économiste et consultant financier indépendant. Il intervient par ailleurs régulièrement dans les médias (presse écrite, radios, télévisions…), et il publie le bimensuel la « Gazette des Changes » depuis une douzaine d’années.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des rumeurs parcourent les marchés : Mario Draghi et ses collègues réfléchissent bien à la mise en œuvre d'un mécanisme de limitation des 'spreads' (écarts de taux) au sein de la zone Euro. Le patron de la BCE arrivera-t-il à faire en sorte que l'Allemagne, la Finlande, les Pays-Bas lèvent leur veto, face au risque d'éclatement de la zone Euro ?

Un récent article du grand quotidien allemand "Der Spiegel", daté du lundi 20 août, fustigeait le projet supposé de la BCE de se fixer des seuils d'intervention lorsque le "spread" (c'est à dire l'écart entre le taux d'un emprunt d'Etat de la zone "euro" et le taux équivalent d'un emprunt d'Etat allemand) dépasserait un certain niveau (par exemple, 2, 3, 4, 5, ou 6 %), et ce pour éviter notamment aux pays du Sud d'être étranglés comme actuellement par les marchés financiers.

Ce projet d'intervention - officiellement démenti par les responsables de la Banque centrale - se ferait par achat massif de dettes de l'Etat concerné, et ce de manière à décourager la spéculation.

Quel commentaire à ce propos ? Primo, il n'y a pas de fumée sans feu, et cette démarche de la BCE a de bonnes chances d'avoir été réellement envisagée au plus haut niveau de l'institution ; mais sans doute a-t-elle été caviardée en sous-main, peut-être par l'un de ses responsables germanophiles...

Secundo : saluons ici le courage de M. Draghi qui, à la différence de son prédécesseur,  M. Trichet, cherche vraiment  à prendre le taureau par les cornes pour désamorcer la crise ; mais il souffre à cet égard d'un triple handicap.

D'une part, cette crise en est aujourd'hui arrivée, près de trois ans après son démarrage, à un tel niveau de gravité qu'elle n'est plus du tout facile à enrayer ; c'est exactement comme un incendie, traité soit au départ du feu, soit lorsque des milliers d'hectares sont déjà la proie des flamme ; d'autre part, la technique prévue pour régler le problème (achat massif d'obligations souveraines sur le marché secondaire) est très lourde pour le bilan de la BCE, et donc pas forcément efficace, car limitée par principe en volume ; mieux vaudrait à cet égard intervenir sur le marché des CDS (Credit Default Swaps), produits dérivés qui mesurent la qualité d'un emprunt d'Etat, et instruments privilégiés de la spéculation, car dotés d'un effet de levier de l'ordre de 1 à 100 (ce qui veut dire qu'avec 10 000 euros investis on peut agir sur un million d'euros de dette), alors que l'achat ou la vente directe de titre ne comporte pas d'effet de levier (ou encore, ratio de 1 à 1).

Enfin, et c'est le principal, et nous allons y revenir, M. Draghi manque pour son action du soutien politique officiel de la majorité des Etats de la zone "euro", (ce qui le met en porte à faux vis-à-vis de son groupe de commanditaires) ; saluons en tout cas son courage dans cette affaire, car il est le seul à oser s'opposer au diktat germanique, à la différence de son prédécesseur, M. Trichet, responsable devant l'Histoire -de par son inaction notoire- de l'incendie économique, financier et social qui embrase notre Continent.

Tertio, l'Europe des 17 reste peu ou prou à la botte de Berlin ; à cet égard, pour ce qui concerne la France, on ne peut qu'être déçu par l'attitude de François Hollande ; son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, était surnommé par certains le "petit caniche d'Angela" ; il semble malheureusement que notre nouveau président lui emboîte de fait le pas ; comment ainsi ne pas être choqué que, le soir même de son investiture le 15 mai dernier, M. Hollande se soit envolé à Berlin pour porter ses lettres de créance à Mme Merkel ? (coïncidence significative : sur le trajet son avion, foudroyé par le Ciel, le force à rebrousser chemin).

Comment non plus ne pas être choqué de la convergence de vues entre les deux chefs d'Etat sur la nécessité d'administrer un remède de cheval à la Grèce, au risque de tuer radicalement le patient ?

Conclusion : les conseillers de notre président sont les mêmes que ceux de son prédécesseur, à savoir des figures et des caciques de l'establishment bancaire, à qui l'on ne peut rien refuser : tout est bon pour les banques, à qui la BCE délivre sans barguigner des centaines, voire des milliards d'euros ; par contre les autres (Etats, collectivités, PME, ménages) n'ont que leurs yeux pour pleurer, et cela n'a aucune importance : pourquoi donc M. Hollande ne provoque-t-il pas une vrai rupture avec la politique antérieure, en organisant une coalition de la majorité des Etats de la zone "euro" en vue de :

- réformer d'urgence les statuts de la BCE, pour la remettre enfin au service de l'Europe, de ses Etats et de son économie réelle ;

laisser en parallèle la BCE agir massivement sur les marchés des CDS pour tuer efficacement la spéculation ;

rendre ainsi à l'Europe son caractère d'Union européenne, pour contrer l'état de Désunion européenne imposé par nos voisins d'outre-Rhin.

Rappelons pour finir l'impudence de ces derniers; en effet le mercredi 23 novembre 2011, en plein milieu de  la crise de défiance touchant la zone "euro", l'Etat allemand avait été incapable de mobiliser en totalité six malheureux milliards d'emprunt sur le marché, et il avait dû alors faire acheter les deux milliards qui lui manquaient par la Bundesbank,  et ce contrairement à tous ses beaux principes. "Faites ce que je dis, mais ne faites pas de que je fais".

Un dernier mot : une telle démarche pourrait déboucher, au terme de quelques années, sur la mise en place d'"eurobond" communs à toutes la zone "euro" ; cette mise en place effective est aujourd'hui largement prématurée, mais c'est la politique de M. Draghi (défendre grâce à sa puissance de feu les titres de chaque Etat membre) qui est véritablement la bonne, juste, réaliste et efficace : "aidons-nous donc les uns les autres, au lieu de nous tirer dessus!". Et ce pourrait être là l'ébauche d'un nouveau SOE (Système obligataire européen), à l'instar du SME (Système monétaire européen) qui précéda de quelques années le lancement de l'euro, début 1999.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Darley
- 27/08/2012 - 19:36
@ Equilibre
Il s'agit d'une histoire institutionnelle et non pas économique de l'Europe. Il n'y a donc pas besoin de maîtriser un vocabulaire technique économique ou financier. Disons qu'il faut quand même parler correctement anglais pour se lancer dedans. Testez-vous sur les blogs en anglais de North et Booker.
Sinon, c'est clair qu'il n'est pas traduit et qu'il intéresse peu de monde en France où les media mainstream et les hommes politiques mentent en permanence sur l'Europe.
Sur les aspects économiques et en particulier sur l'euro, lisez les blogs de Charles Gave et Jean-Pierre Chevallier et les livres de Charles Gave ( je crois qu'on a déjà échangé là-dessus il y a quelques mois).
Cordialement
Equilibre
- 27/08/2012 - 19:06
@ Darley
Je ne sais pas si j'aurai le courage d'attaquer un livre en anglais car, je suppose, il n'a pas été traduit en français et mon anglais risque d'être un peu limite pour ce type de lecture, avec un vocabulaire économique que je ne maitrise pas.
Par contre, j'aime bien lire les articles de Richard North sur Contrepoints.org
Merci quand même.
Darley
- 27/08/2012 - 18:00
@Equilibre
Un petit conseil amical vu le caractère sensé de vos commentaires sur le sujet : lisez "The Great Deception" de Christopher Booker et Richard North, cela vous enlèvera vos dernières illusions sur la construction européenne.
http://www.amazon.fr/Great-Deception-European-Union-Survive/dp/0826480144/ref=sr_1_33?s=english-books&ie=UTF8&qid=1346083174&sr=1-33
Cordialement