En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 12 heures 57 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 13 heures 35 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 16 heures 18 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 18 heures 19 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 21 heures 4 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 21 heures 15 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 22 heures 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 22 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 13 heures 17 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 15 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 16 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 18 heures 13 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 20 heures 57 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 21 heures 12 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 21 heures 26 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 21 heures 40 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 22 heures 18 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 22 heures 22 min
La guerre est déclarée

Guerilla BCE/Bundesbank : quand l'indépendance de la BCE pourrait remettre en cause l'efficacité et le sérieux de la Bundesbank

Publié le 30 août 2012
Jens Weidmann, le patron de la Banque centrale allemande accuse la BCE de "droguer" la zone euro. La Bundesbank, parangon de toutes les vertus, est-elle menacée par une Banque centrale européenne qui voudrait superviser l'ensemble des banques de la zone euro ?
Pascal Ordonneau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Ordonneau est l'ancien patron du marketing chez Citibank, ancien Directeur général des groupes Crédit Lyonnais et HSBC.Il a notamment publié La désillusion, abécédaire décalé et critique de la banque et de la finance, paru aux éditions Jacques...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jens Weidmann, le patron de la Banque centrale allemande accuse la BCE de "droguer" la zone euro. La Bundesbank, parangon de toutes les vertus, est-elle menacée par une Banque centrale européenne qui voudrait superviser l'ensemble des banques de la zone euro ?

Lors de son discours d’intronisation en tant que Gouverneur de la Bundesbank (Buba), en 1979, Karl Otto Pöhl, promettait qu’il vouerait son mandat au maintien de l’argent rare (Knappes Geld) et qu’il ne serait pas question « d’étendre le manteau de la compassion » sous la forme d’un financement trop généreux de l’économie ! Ces belles déclarations résonnent encore.

La Buba, se donne maintenant des airs de capitaine courageux manœuvrant dans la tempête. Il n’aura pas fallu beaucoup attendre pour que son lointain successeur, M. Weidmann, se dresse en donneur de leçons et assimile les programmes de rachats d’obligations de la BCE, reprenant les mots même de Monsieur Pöhl, à « des piqures de drogue » qui loin de désintoxiquer le malade contribuent à accélérer sa perte. La BCE fabrique : « une "drogue" qui peut rendre les Etats "accro". C’est une constante à la Buba : l’argent est soit une drogue, soit ce que le diable a donné au monde pour lui rendre la vie douce et futile.

Sainte Buba ou Grande Inquisitrice ?

Mais en y réfléchissant, quelle mouche pique la Buba. De quel droit la Buba prétend-elle donner des leçons à tout le monde ? On dira que la Buba, n’est pas n’importe quelle banque centrale, ce n’est pas une vulgaire Banque de France ou, pire encore, une Bank of England dévoyée ! Elle est, en Allemagne, dans l’ordre économique ce que la Cour de Karlsruhe est dans l’ordre politique : juge souverain au-dessus de tout et de tous, garant de la monnaie, comme la Cour Constitutionnelle est garante de la Constitution. Cela vient de très loin. Au lendemain de la guerre, la Buba fût installée pour faire régner un ordre monétaire « constitutionnel » incarnant les grands principes de l’ordo-libéralisme.

Sacrifions donc, un instant, sur l’autel de la grandeur de la Buba : psalmodions sur ses mérites et invoquons les pénitences qu’elle s’inflige et les remontrances qu’elle exporte massivement à l’ensemble des banques européennes ! Ne se sent-elle pas investie d’une mission sacrée ? S’imagine-t-elle être devenue la modeste directrice de la conscience monétaire européenne ? Depuis 2008, la Buba est là, mentor intransigeant, juge inflexible, pourfendant l’hérétique, Torquemada matinée de Vichinsky, attrayant devant elle tous ceux qui ont failli, ceux qui se sont vautrés dans l’erreur monétaire et ceux qui ont pris la monnaie pour une marchandise qu’on peut trafiquer dans tous les sens du terme.

Une réputation fabriquée. La Buba, c’est l’art de mettre la poussière sous les tapis.

Ce n’est pas ce qu’il faut dire ? On ne doit pas discuter sa science ni mettre en doute sa conscience ? Eh bien oui. On peut. Et on est même en droit de le faire. On n’ira pas, à nouveau, radoter sur douloureuse histoire de l’inflation galopante qui date de plus de 80 ans ! On ira simplement rechercher les statuts de la Buba. Ces fameux textes gravés comme les Dix Commandements. On verra que la Buba est dirigée par un Gouverneur (rien d’original), lequel est entouré d’un Conseil (pas davantage original) et de comités composés des Présidents des Banques centrales de chacun des Länder (ça c’est plus intéressant) : les fameuses Landesbank. « Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es…»

Si la Buba devait sa note chez Standard and Poors à l’entourage de son Gouverneur, elle aurait une note grecque ! Les méchantes langues allemandes disent que la Buba est indépendante parce qu’elle a réussi à se spécialiser dans l’abstention. L’indépendance de la Buba : c’est sa capacité à ne rien faire.

C’est un second aspect de notre argumentation en défaveur de cette fameuse Buba : son inefficacité en tant que Banque de premier rang. Les Anglais, fiers de leurs institutions, convaincus d’avoir depuis longtemps découvert la pierre philosophale en matière de finance et de banque, sont revenus de très loin et ont nationalisé une bonne part de leurs banques. Ecœuré, choqué, le législateur anglais est en passe de prendre des mesures d’une rare fermeté à l’égard de son système bancaire. Les Allemands, n’ont rien fait. Ils ont la Buba !

Nous écrivions dans ces colonnes : « …Toutes les anciennes banques privées (allemandes), sauf une, ont disparu. Quant aux banques régionales (les fameuses Ländesbanken), qui sont des banques publiques, la classe politique allemande n’a pas de mots assez durs pour les fustiger ». Faut-il un autre critère, nous indiquions : « …la recapitalisation des banques et les besoins en capitaux propres (sont) nécessaires pour faire face à la montée des risques. Les banques allemandes ont annoncé que leurs besoins s’élèveraient à quelques 5 milliards d’euros...

En fait, ce serait au moins le double qu’il leur faudrait trouver sur les marchés en 2012 ! C’est simplement la même histoire que Hypo real… dont le coût final s’élèverait à 250 milliards d’euro ». C’est aussi tout simplement un système bancaire qui a n’a cessé de dissimuler ses pertes. C’est une Buba qui lui a prêté main forte. Ce sont des comptes erronés, sous-estimés et parfois tout simplement « oubliés ». Même les agences de notations n’ont pas pu continuer à l’accepter, malgré toute leur bénignité vis à vis de l’Allemagne et son admirable Buba. En a témoigné la dégradation massive des notes de l’ensemble du système bancaire allemand dans les derniers mois de 2011.

La Buba, ne rêve que de porter atteinte à l’indépendance de la BCE.

Alors, la Buba, banque de premier rang, mère de toutes les banques allemandes, donneuse de leçon européenne ? La Buba, indépendante mais codirigée par une collectivité de banques à la mauvaise réputation ? La Buba qui n’a rien vu venir de la crise, ni chez elle, ni à fortiori chez les autres et qui n’a jamais cherché à appliquer la réglementation européenne en matière de concurrence bancaire ? Cette Buba serait le parangon de toutes les vertus bancaires ?

La Buba, qui ne cesse d’essayer d’obtenir que la BCE calque son attitude et sa politique sur la sienne. La Buba, « indépendante » sur laquelle on a copié les statuts de la BCE, « indépendante ». Sainte Buba qui voudrait aussi qu’on modifie les statuts et la gouvernance de la BCE pour que la voix allemande soit mieux entendue ! L’indépendance pour elle est absolue, pour les autres, elle ne serait que relative !

La Buba, enfin, qui voit arriver d’un très mauvais œil la supervision européenne de l’ensemble des banques de la zone euro. Il est vrai que c’est très gênant. Imaginez que le superviseur prenne son métier au sérieux ! Imaginez qu’il se pense indépendant et, pire encore, que la mission soit confiée à la BCE dont on a dit qu’elle était aussi indépendante que la Buba.

Imaginez l’horreur, l’indicible : un organisme européen qui aurait le droit de superviser directement des entités bancaires gentiment assoupie dans le marigot des compromissions à l’allemande. Qui aurait le droit d’exiger d’elles qu’elles fassent qui leur est demandé depuis trois ans : renforcer leurs fonds propres pour se mettre en harmonie avec les règles de Bâle III. Qui aurait l’obligation de demander aux banques allemandes de respecter les directives européennes en matière de comptabilité et de gouvernance. Qui n’accepterait plus comme argent comptant toutes les bonnes excuses sur le statut des Ländesbanken et exigerait qu’il soit mis en conformité avec les règles les plus basiques de la concurrence.

Ainsi la Buba est-elle emportée dans le célèbre sketch de l’arroseur arrosé. Lançant des imprécations contre la BCE alors même qu’elle ne peut pas rogner sur l’indépendance de cette dernière, prétendant interdire des opérations alors qu’elle n’a pas plus de pouvoir sur la BCE que les LandesBanken en ont sur elle. Lançant des interdits qui ont de plus en plus des allures de Fatwa ou d’oukases, dont la violence et la répétition ne sont plus révélateurs de sa soi-disant sagesse et de sa connaissance des marchés et sont de plus en plus clairement des signes de sa perte d’influence et morale et institutionnelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ghislfa
- 30/08/2012 - 10:28
OUAIS!!!!
A force de jouer les Saint Just, on finit par trouver quelqu'un qui vous rive votre clou. Je ne serais pas surpris qu'on découvre un jour le pot aux roses des finances publiques allemandes et un nid de dettes cachées.
Çà me rappelle les mémoires du Chancelier Brünning, dans les années 30, lorsque qu'il s'attaque à une crise bancaire et qu'il raconte le poker menteur auquel les établissements allemand se sont livrés, affirmant n'avoir besoin de rien avant de finir par avouer une quasi faillite et de se précipiter sur les subsides d'état.
Angela a beau jouer les Margarettes des années 2000, elle évacuera moins facilement les problèmes de l'Europe en tirant dans le dos de ses collègues étrangers comme elle l'a fait avec Helmut Kohl.
L'Allemagne a fait ses choux gras du déficit des autres, elle n'échappera pas à la solidariteé.