En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Sans famille
Quand la Belgique n’en peut plus de servir d’asile aux orphelins de l’université française
Publié le 26 août 2012
Les autorités belges envisagent de nouvelles mesures pour limiter ces étudiants français qui affluent en Belgique parce qu'ils ne réussissent pas à intégrer les filières de leur choix dans notre pays, comme l'orthophonie, où les Français représentent jusqu'à 90% des effectifs. Doit-on vraiment se satisfaire de la sélectivité de nos filières ?
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les autorités belges envisagent de nouvelles mesures pour limiter ces étudiants français qui affluent en Belgique parce qu'ils ne réussissent pas à intégrer les filières de leur choix dans notre pays, comme l'orthophonie, où les Français représentent jusqu'à 90% des effectifs. Doit-on vraiment se satisfaire de la sélectivité de nos filières ?

La presse belge se fait largement l’écho d’une invasion dont le pays est victime: celle des étudiants français, dans les filières paramédicales, qui contournent les concours d’entrée dans les universités françaises en s’inscrivant en Belgique, où ces concours n’existent pas. À Bruxelles, 800 Français se sont inscrits en orthophonie (appelée logopédie au plat pays) pour quelques Belges seulement. À Liège, 200 Français ont campé devant les portes de l’institut qui dispense cette formation la nuit précédant l’ouverture des inscriptions.

Globalement, près de 10 000 jeunes Français émigrent chaque année en Belgique pour accéder à des formations qui leur sont fermées en France. La Belgique a bien tenté d’instaurer des quotas de Français, mais la Cour Européenne de Justice les a interdits en 2011. Et il ne reste au ministre belge de l’Enseignement Supérieur, M. Marcourt, qu’à proposer leur instauration à nouveau, pour 2013, selon un sens confondant du respect du droit communautaire.

Il existe deux lectures possibles de ces épiphénomènes comiques.

Dans la lecture optimiste, les Français peuvent se féliciter du niveau de leurs études universitaires qui instaure une sélection telle qu’une partie de la jeunesse tente sa chance à l’étranger faute de pouvoir réussir dans son propre pays. Ceux qui contestent les rigueurs du fameux classement de Shangai des universités du monde où la France, avec à peine 3 établissements classés parmi les 100 premiers établissements mondiaux, se ridiculise, trouveront dans l’exportation de nos étudiants vers la Belgique un motif à se rassurer.

Dans la lecture pessimiste, au contraire, l’invasion des universités belges par les étudiants français constitue un double signal d’alarme qui corrobore les conclusions du classement de Shangai: l’université française ressemble de plus en plus à une baleine échouée sur les plages académiques mondiales.

Première raison à l’appui de cette lecture: la France n’a pas de politique claire de mobilité internationale pour ses étudiants, en-dehors de ceux des grandes écoles. Seuls 75 000 Français environ partent à l’étranger chaque année pour suivre tout ou partie de leurs études: 25 000 avec le programme Erasmus, 50 000 en dehors d’Erasmus. Un tiers seulement de ce petit noyau se dirige vers un pays anglophone, et un dixième vers l’Allemagne, soit moins que vers la Belgique, comme le montre l’excellent document de Campus France.

Autrement dit, la mobilité des étudiants français n’est ni un vecteur d’apprentissage de l’anglais, ni un trait d’union avec notre principal partenaire économique.

Plus inquiétant, l’université française est en train de passer à côté du développement mondial de la mobilité étudiante.

Certes, la France accueille environ 250 000 étudiants étrangers chaque année, ce qui fait d’elle la 4è destination mondiale. Mais, depuis 2006, le nombre d’étudiants étrangers attirés par la France stagne ou recule, alors que 700 000 étudiants de plus qu’en 2006 font une mobilité internationale.

Autrement dit, alors que le nombre d’étudiants étrangers a augmenté de 30% en 5 ans, la France perd des «parts de marché». Elle a d’ailleurs perdu une place au classement mondial de l’attractivité, puisqu’elle était encore troisième destination mondiale en 2006.

Pire encore, les 250 000 étudiants que la France reçoit ne peuvent guère donner l’illusion que l’université française soit réellement attractive. En effet, la grande majorité de ces étudiants provient de nos anciennes colonies pour qui la France continue à constituer une sorte de débouché naturel. Près de 25% des étudiants étrangers qui viennent en France sont marocains, tunisiens, algériens ou sénégalais.

La France reçoit plus de 100.000 étudiants étrangers chaque année, et l’inepte politique de Claude Guéant en la matière n’a pas entraîné de baisse de plus de 2 ou 3%. À elle seule, l’université française accueille plus d’étudiants africains que les universités américaines, britanniques et allemandes réunies.

En revanche, les universités françaises se révèlent extraordinairement peu attractives pour les étudiants des pays émergents. Elle n’est par exemple que le 7è pays d’accueil des étudiants asiatiques, à égalité avec l’Allemagne, avec à peine 3% des flux captés, quand la Grande-Bretagne en capte le quadruple.

D’une certaine façon, l’université française s’est spécialisée de façon outrancière dans l’accueil des étudiants africains, qui représentent près de 40% de la masse de ses étudiants étrangers.

Hors Afrique, l’université française accueille environ 140 000 étudiants étrangers. L’université allemande, hors Afrique, en accueille 180 000. Hors Afrique, l’université française n’est que la 5è destination mondiale d’étudiants étrangers, une place en chute libre depuis près de 10 ans.

Si l’on admet que l’enseignement supérieur constitue une voie durable d’influence sur les étudiants étrangers qui sont accueillis dans un pays, ce désintérêt de l’université française pour son influence à l’extérieur, joint à son absence de vision pour une internationalisation réussie de ses étudiants ne manque pas d’alarmer sur ce que sera la place de la France dans le monde pour les quarante ans à venir. Là encore, nous paierons cher l’abandon consenti des grands piliers de notre politique de puissance et d’influence à deux corps de fonctionnaires totalement dépassés par ces questions: les universitaires et les préfets. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
03.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
04.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
06.
France stratégie : le gaité fonction publique s’enferme dans ses dénis sur la dépense publique
07.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 26/08/2012 - 20:33
tout et peut etre son contraire
1-"la France accueille environ 250 000 étudiants étrangers chaque année, ce qui fait d’elle la 4è destination mondiale. " Ah oui 4e quand meme !!! et les 3 premiers sont ? et les 5e et 6e sont?

AU FAIT, on parle pognon ? trop de pudeur ? pourtant on nous a ressorti les 1000 milliards d'endettement des etudiants americains cette semaine.....

Et les belges sont bien niais de se reveiller en 2012 a propos d'une situation qui dure depuis des lustres .... les impots belges pour former des étudiants qui rentrent directs dans l'hexagone apres l'obtention de leur diplome , c'est un pur scandal.....

Evidemment , on va pas refaire la grande histoire du numerus clausus et des decisions de yoyo depuis 30 ans .

Sinon rien sur la grande camapgne d'equivalence des diplomes dans l'union européenne des 530 millions d'européens ?

Avant de sortir avec la formule de "convenance" sur les fonctionnaires et les prefets ... faudrait creuser un peu plus le propos et faire un article un peu plus fouillé et mieux struxcturé. quand on titre sur les belges et que l'on fait le corps de son article sur l'universite francaise , faudrait voir a revoir les fondamentaux d'un papier
jerem
- 26/08/2012 - 20:18
CA part dans tous les sens
Extraodinairement peu attractive à la 7e place a egalité avec l'allemagne .... qu'ils sont nuls ces allemands vraiment !
Au fait pour un pays de 63 millions d'habitant qui n'a pas de commonwealth, c'est pas non plus le classement de la honte .
Indigène Indigné
- 26/08/2012 - 19:18
@ mfy - 26/08/2012 - 17:13
Tout faux !
Et je kiffe les belges et la belgique.
Les bières, les frites, les fricadelles et toutes ces personnes qui me les ont servies ou avec qui je les ai partagées.
Ensuite Ostende, Bruges, Bruxelles (surtout le Forest National où j'ai vu Metallica, Megadeth, Twisted Sisters, Accept, etc) Walibi (Wavre, Limal, Bierges) Liège, Spa Francorchamps, Bastogne, Mons, Charleroi, Namur et nombre de petites contrées super sympa où j'ai pu rencontrer plein de gens sympas.
Je le dis et je le répète : je kiffe les belges et la belgique, mes voisins.
Bien à vous . . .