En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
La fête est finie

Les islamistes sont-ils en train d’imposer un climat de violence en Tunisie ?

Publié le 24 août 2012
La fin du Ramadan a été particulièrement sanglante en Tunisie. Une bande de salafistes a plongé la ville de Bizerte dans un climat de terreur en multipliant des offensives contre la culture et des agressions groupées. Dernière victime en date, Jamel Gharbi, un élu sarthois du PS...
Abdelmalek Alaoui est directeur général du cabinet de communication d'influence Guepard Group.Il est l'auteur du livre Intelligence Economique et guerres secrètes au Maroc (Editions Koutoubia, Paris). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Abdelmalek Alaoui
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Abdelmalek Alaoui est directeur général du cabinet de communication d'influence Guepard Group.Il est l'auteur du livre Intelligence Economique et guerres secrètes au Maroc (Editions Koutoubia, Paris). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fin du Ramadan a été particulièrement sanglante en Tunisie. Une bande de salafistes a plongé la ville de Bizerte dans un climat de terreur en multipliant des offensives contre la culture et des agressions groupées. Dernière victime en date, Jamel Gharbi, un élu sarthois du PS...

Alors que la majorité du monde arabo-musulman célèbre la fin du mois sacré de ramadan, des bandes salafistes tentent d’installer un climat de terreur en Tunisie. Leur cible ? Des manifestations à caractère culturel, allant du one-man-show de l’humoriste Lotfi Abdelli –jugé impie- au spectacle de la troupe iranienne Merhab, qui, bien que musulmane, aurait selon les salafistes le défaut d’être d’obédience chiite.

Auparavant, deux festivals avaient dû être annulés cet été, ce qui fait craindre l’installation d’une campagne systématique des salafistes à l’encontre des évènements culturels tunisiens, et fait ressurgir le spectre d’une ré-islamisation à marche forcée de la société à travers les sectes islamistes, qui n’hésitent pas à faire usage de la force et à se déplacer en bandes qui s’apparentent à de véritables milices « vertes ».

Ainsi, en marge de la clôture du festival de Bizerte jeudi dernier, un élu sarthois, Jamel Gharbi, a été victime d’une agression d’un groupe salafiste armé de gourdins, et a même craint d’être « lynché », selon une déclaration faite par l’élu à l’AFP. Cette agression a contribué à envenimer encore un climat déjà très tendu, et fait craindre aux tunisiens un repli significatif des arrivées de touristes, notamment français, pourtant traditionnellement très attachés à cette destination.

Or, un repli des arrivées de touristes internationaux -à l’heure où l’industrie tunisienne peine à se relancer- devrait en toute vraisemblance exacerber encore plus les réactions extrêmes, et permettre, paradoxalement, de grossir les rangs des troupes salafistes. Ces dernières, qui se nourrissent de l’installation de la Tunisie dans la crise économique, pourraient ainsi être tentés de poursuivre et d’intensifier cette stratégie du « pire », avec pour objectif de mener le pays vers un chaos que les extrémistes estiment « salvateur » ou « purificateur ». De ce chaos, ces branches radicales espèrent en effet tirer un jour un état islamiste à l’image de l’Iran.

Si certains avaient estimé que les modérés d’Ennahdha pouvaient constituer un rempart contre les islamistes radicaux, l’on voit aujourd’hui à quel point cette analyse a atteint ses limites et comment il est difficile de plaquer sur la Tunisie le modèle Turc, pourtant tant vanté par ailleurs, notamment par les américains. La Tunisie n’est certainement pas la Turquie et le reste du Maghreb non plus ne semble pas en situation d’emprunter la même voie qu’Ankara. En effet, les salafistes tunisiens démontrent un peu plus chaque jour leur détermination à installer un rapport de force avec la population, afin que cette dernière abandonne peu à peu ses valeurs, et courbe l’échine devant le  « péril vert ».

En ce sens, il faut considérer la Tunisie comme un laboratoire du Maghreb post-printemps arabe, et ne pas sous-estimer les dangers inhérents à la montée en puissance des salafistes en Afrique du Nord.  Soutenus par leurs « frères » d’AQMI (qui ont quasiment conquis le Sahel) les islamistes radicaux sentent bien qu’une fenêtre d’opportunité leur tend les bras, et que leur vision extrémiste fait son lit de la crise économique, du manque de vision politique, ainsi que d’un ras-le bol généralisé de populations pour lesquelles le bout du tunnel semble encore loin.

C’est là le plus grand danger qui guette la Tunisie, ainsi que les autres pays où les mouvements islamistes radicaux sont en progression : que le peuple laisse faire, qu’il accepte que l’on rogne sur ses libertés, non par adhésion à l’idéologie islamiste, mais par crainte d’engager le rapport de force, voire par lassitude.

Cette lassitude des peuples du monde arabe, bien qu’elle soit compréhensible, doit être combattue par les démocrates avec la plus grande vigueur. En effet, en matière d’islamisme - même modéré-  il est bon de rappeler l’adage suivant, inspiré de la culture russe et repris à son compte par un certain Ronald Reagan : « Fais confiance mais vérifie… »

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

04.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

05.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Des tares pas si mauvaises pour l'économie

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Fucius
- 27/08/2012 - 22:33
@A.G.
"Une religion que je connais très mal"
En effet, et votre connaissance du christianisme ne me semble pas meilleure. Lacunes qui vous interdisent toute analyse de la principale question de notre temps, soit celle du métissage culturel en cours
Mais il n'est pas trop tard pour y remédier

Certes, comme l'islam, le christianisme est universaliste.
Les points communs s'arrêtent là: Le christianisme ne veut pas du pouvoir régalien, au contraire.
La charia est indissociable de l'islam et antinomique du christianisme.

Les occidentaux croient souvent que l'islam est au christianisme ce que celui-ci est au judaïsme, c'est-à-dire une religion qui en reprend les textes.
Aucunement: La Bible est impure pour l'islam, proscrite sur ses lieux saints et dans nombre de pays.

Les athées rationnalistes sont donc hypocrites lorsqu'ils affirment l'équivalence entre islam et christianisme.

[...] la violence et le meurtre …( Périodes des guerres de religion, des croisades, inquisition.) [...]
Légende noire que tout cela.
La chrétienté fut comparativement très peu violente et très tolérante.
L'islam ou la Révolution et sa religion séculière ont été infiniment plus brutaux.
Fucius
- 27/08/2012 - 20:13
Apprendre à analyser l'islam politique
Il est urgentissime d'apprendre à analyser l'islam politique, ce qui exige de quitter les oeillères du conformisme de gauche pour accepter de voir ce qu'on voit; et de connaître l'islam et le christianisme.

On comprend dès lors que l'islam induit une anthropologie de soumission et non de liberté, ce qui se traduit dans la pratique par le totalitarisme imposé par tous, sans État, sans police en uniforme.
Que la plupart des musulmans, même ceux qui ne dédaignent pas les avantages de la société libérale, choisiront l'ordre islamique.
L'islam enseigne aux musulmans que le mode de vie islamique, qui ne laisse presque aucun espace de liberté, est le seul qui vaille, excluant toute recherche sincère d'une coexistence respectueuse des usages autres (à ce sujet le refus massif par les musulmans de France de l'étiquetage de la viande issue d'abattage halal m'a consterné et convaincu de qu'ils sont très peu à être intéressé à un modus vivendi ménageant tout le monde).
Gégé Foufou
- 25/08/2012 - 09:03
INQUIETUDE
Ce qui m'inquiète c'est le nombre de "démocrates" arabes qui en invoquant les brimades et menaces des intégristes de tout poil vont demander l'asile politique, à qui ?
A LA FRANCE BIEN SUR
Et là la vague verte on va la sentir passer Flanby n'a plus de soucis à se fare il sera réélu avec 65% des voix musulmanes en attendant le prochain président arabe.
Croyez moi ce scénario nest pas fantaisiste