En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

03.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

04.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

05.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

06.

Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène

07.

Google affirme avoir atteint la "suprématie quantique"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ovni : l’U.S. Navy dévoile des vidéos de "phénomènes aériens non identifiés" ; Un fossile rare datant de 10 millions d’années éclaire l’évolution de l’Homme
il y a 18 min 4 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

Les aléas financiers : l'épée de Damoclès au-dessus des agriculteurs

il y a 32 min 6 sec
décryptage > Education
Plus vert que ça tu meurs

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

il y a 42 min 15 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les quatre coins du cœur" : un roman "inédit" de Françoise Sagan, publié aux éditions Plon

il y a 59 min 18 sec
décryptage > Social
Manifestation

Acte 45 des Gilets jaunes : ni retour en force ni convergence des luttes

il y a 1 heure 31 min
pépites > Social
Maintien de l'ordre
Incidents en marge de la Marche pour le climat : la préfecture estime avoir "maîtrisé" la situation
il y a 13 heures 46 min
pépites > High-tech
Révolution
Google affirme avoir atteint la "suprématie quantique"
il y a 16 heures 10 min
light > Insolite
"La vérité est ailleurs"
Echec de l'invasion de la zone 51
il y a 17 heures 1 min
light > Sport
Débuts prometteurs
Coupe du monde de rugby au Japon : première victoire pour le XV de France face à l'Argentine (23-21)
il y a 19 heures 9 min
décryptage > Société
"The Meritocracry Trap"

How meritocracy changed our lives into an endless competition

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Le chemin intérieur des prêtres face à la crise des vocations

il y a 23 min 48 sec
décryptage > Finance
Bonnes feuilles

L'opacité de l'utilisation des deniers publics : un véritable fléau français

il y a 36 min 24 sec
décryptage > Société
Etat nounou, Papa Macron

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

il y a 53 min 53 sec
décryptage > Economie
Etat des lieux

A la suite de politiques de Quantitative Easing, l'ensemble des banques centrales du monde se trouvent dans un corner

il y a 1 heure 14 min
pépite vidéo > Culture
Emotion
Le coq de Notre-Dame de Paris est exposé pour les Journées du patrimoine
il y a 13 heures 10 min
pépite vidéo > Social
Infiltration
Les images de la Marche pour le climat perturbée par les black blocs
il y a 14 heures 16 min
pépite vidéo > International
Bruit des bottes
Les Etats-Unis vont envoyer des renforts militaires dans le Golfe après les attaques en Arabie saoudite
il y a 16 heures 42 min
pépite vidéo > Media
Rivalité
Valérie Trierweiler confirme que Ségolène Royal avait exigé son départ de la rédaction de "Paris Match"
il y a 17 heures 56 min
pépites > Social
Mobilisation
Gilets jaunes : 163 interpellations à Paris, des black blocs ont perturbé la manifestation pour le climat
il y a 20 heures 20 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Les défis de l'Eglise face à la mutation de la société française

il y a 22 heures 45 min
© Reuters
 Le classement de Shanghai des universités mondiales, aussi connu que critiqué, confirme la suprématie des facultés américaines, loin devant les pays européens non anglo-saxons.
© Reuters
 Le classement de Shanghai des universités mondiales, aussi connu que critiqué, confirme la suprématie des facultés américaines, loin devant les pays européens non anglo-saxons.
Enseignement supérieur... à qui ?

Les établissements français ne peuvent plus ignorer le classement de Shanghai !

Publié le 20 août 2012
Comme en 2011, la France ne place que trois universités dans le top 100 mondial établi par le classement de Shanghai. Un échec souvent minoré dont il faudra pourtant tirer un jour les conséquences, dans une compétition des étudiants de plus en plus globalisée.
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme en 2011, la France ne place que trois universités dans le top 100 mondial établi par le classement de Shanghai. Un échec souvent minoré dont il faudra pourtant tirer un jour les conséquences, dans une compétition des étudiants de plus en plus globalisée.

Le classement de Shanghai 2012 est tombé la semaine du 15 août. Personne n’a repris l’information dans la torpeur estivale. Ce flop a épargné notre amour propre déjà bien amoché par notre rang aux Jeux Olympiques de Londres. La ministre de l’Enseignement supérieur s’est déclarée guère préoccupée par ce classement, jugeant que le monde ne s’est pas suffisamment adapté à nos spécificités. L’explication est un peu courte pour nos 2,3 millions d’étudiants qui vont devoir affronter une compétition de plus en plus globalisée à la fin de leurs études.

Le classement de Shanghai se fonde sur des critères essentiellement académiques tels que le nombre de publications et le nombre de Nobels parmi les chercheurs et les anciens élèves. Il est certes facile de mettre en avant leur inadéquation à la spécificité française qui sépare la recherche (CNRS, INSERM…) du monde universitaire. Mais les autres classements (Times Higher Education, Global University Ranking, etc.) utilisent des grilles d’analyse qui aboutissent à des résultats similaires.

Alors est-ce le monde qui n’est pas adapté au modèle français, ou bien l’inverse ? Nos enseignants, nos chercheurs et nos élèves ne sont pas moins bons que ceux des pays mieux positionnés dans ce classement. Le résultat repose donc sur la structure de notre modèle d’enseignement supérieur et de recherche.

Engloutissement de connaissances sans perspectives professionnelles

Nous devons admettre que nos universités cumulent des handicaps structurels, à commencer par l’absence de distinction officielle et claire entre ce qui relève de la formation professionnelle et les cursus élitistes destinés à la recherche, particulièrement en premier cycle. Tout au long de leurs années de licence, les étudiants destinés à rejoindre l’entreprise (monde inconnu perçu comme menaçant par les universitaires) ou les filières hautement sélectives de la recherche sont mélangés sans être préparés à la bifurcation future.

Tous passent ces années à engloutir des connaissances sans avoir la moindre idée de leurs perspectives professionnelles. Il faut ajouter à cet isolement une absence fréquente de proximité entre élèves et enseignants, déconnexion qui ne permet pas l’accompagnement adéquat des étudiants vers l’une ou l’autre voie. 

A ce titre, les ponts avec nos écoles d’ingénieurs (ou nos écoles de commerce en ce qui concerne les sciences humaines) restent bien trop modestes. Alors que les grandes écoles captent les meilleurs élèves, trop peu d’entre eux retournent vers le monde universitaire et la recherche. N’ont-ils pas raison de céder à l’attrait de hautes fonctions rapides dans la fonction publique ou dans des grands groupes internationaux alors que le monde de la recherche n’offre hélas pas de perspectives réjouissantes en France ?

En plus d’être trop souvent coupée du monde universitaire, la recherche reste marquée par les réflexes corporatistes de la fonction publique, avec son lot de rigidités bureaucratiques et de réseaux claniques insensibles aux critères de compétence ou de résultats

Une internationalisation inéluctable

Ramener la recherche dans le giron de l’enseignement supérieur est crucial dans l’industrie globalisée qu’est devenu l’enseignement. C’est le cas du point de vue des entreprises qui investissent dans la recherche et le développement, mais aussi de nos enseignants et de nos chercheurs. Ils n’hésitent plus à s’expatrier pour bénéficier de meilleures conditions de travail (rémunération, émulation intellectuelle, autonomie).

Nos élèves comparent eux aussi les établissements français et étrangers, et n’hésitent pas à privilégier les cursus internationaux. Ils font partie de ces 3,5 millions d’étudiants qui, chaque année dans le monde, partent étudier à l’étranger. Ce chiffre en constante augmentation devrait doubler d’ici 2020. Ce n’est pas un hasard si les grandes écoles, bien plus autonomes que les universités, ont multiplié les partenariats avec des établissements étrangers depuis de nombreuses années. 

L’autonomie des établissements d’enseignement supérieur et de recherche est d’abord celle de la stratégie sur un marché mouvant et hautement compétitif. Elle doit les amener à se regrouper pour réorganiser leurs filières d’enseignement et de recherche, à recruter leurs équipes d’enseignants et de chercheurs. Objectif : atteindre une taille critique et gagner en visibilité dans la compétition mondiale.

La gouvernance, cruciale pour la réussite des établissements

A ce titre, une bonne sélection constitue aussi un moyen efficace de n’avoir que les étudiants motivés et capables de s’engager dans des cursus exigeants. Elle se justifie d’autant mieux qu’on ne peut continuer à dilapider les ressources de l’université, et à entretenir une casse importante chez les étudiants mal orientés qui sortent sans diplôme de leurs années de vagabondage universitaire.

Au cœur de l’autonomie, il y a la gouvernance. Les universités les mieux classées par toutes les études ont un président au pouvoir étendu, mais qui doit rendre des comptes à un conseil d’administration où siègent bon nombre d’anciens élèves, les « alumni ». 19 des 20 meilleures universités américaines sont entièrement entre les mains de leurs anciens élèves. Ceux-ci ont à cœur de mettre les élèves et les professeurs en concurrence, ils veillent aussi bien aux installations qu'aux cursus et à la recherche.

La prochaine étape de la réforme de l’enseignement supérieur en France se trouve dans l’aboutissement de l’autonomie : une gouvernance adéquate, ambitieuse et responsable de l’avenir des institutions concernées. Ce jour-là, nous verrons nos meilleures universités remonter brutalement dans les classements internationaux, et nos ministres se déclarer bien plus concernés par ces succès.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

03.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

04.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

05.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

06.

Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène

07.

Google affirme avoir atteint la "suprématie quantique"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Rosine
- 20/08/2012 - 20:45
on s'en fout!
ce qui compte c'est que dans de nombreux domaines de pointe et dans la culture générale nous restions l'envie de ces pays qui raquent et rament et en sont toujours à envoyer des espions pour nous piquer nos idées. Donc, s'en foutre. Les laisser s'exciter sur un classement chinois, fait pour faire mousser leurs universités nouilles.
Rosine
- 20/08/2012 - 20:42
merci burgerking
tu as la tête sur les épaules. T'es chou!
Orendi
- 20/08/2012 - 20:02
Les profs
Nathalie Atrthaud est prof d'économie....
OK, mais si vous virez tous les socialistes des écoles et des facs, il ne restera plus beaucoup de prof. Anecdote : deux jeunes, environ 30 ans, de ma connaissance mais qui ne se connaissent pas ; aucun des deux ne penche socialiste. Avec chacun l'on vient à parler au sujet d'une polémique qui est dans l'air. Ma surprise : ils tiennent tous les deux le même language, qui est celui tenu par les socialistes. Question : où donc l'ont-ils appris ? A l'école et à l'Université, mon capitaine ! Pas étonnant qu'ils veulent tous devenir fonctionnaire après avoir été si bien conditionné, et qu'ils condamnent la réussite.
Et quand on pense que le CNRS interdit à ses chercheurs de publier dans la langue véhiculaire, l'Anglais !