En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

02.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

03.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

06.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 11 heures 28 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 13 heures 5 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 14 heures 36 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 16 heures 45 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 20 heures 33 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 1 jour 5 heures
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 1 jour 6 heures
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 12 heures 12 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 13 heures 52 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 15 heures 40 sec
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 17 heures 35 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 20 heures 16 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 20 heures 44 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 1 jour 7 heures
Archaïsmes

Chronique estivale des lenteurs et dysfonctionnements français : de la difficulté de boire une bière en zone touristique

Publié le 20 août 2012
Pendant l’été 2012, Thierry Jaune vous livre une chronique des archaïsmes, lenteurs et autres dysfonctionnements de notre magnifique pays, observés dans les secteurs public et privé.
Thierry Jaune
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Jaune, 50 ans, est journaliste et chef d’entreprise.Il écrit sous pseudo.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant l’été 2012, Thierry Jaune vous livre une chronique des archaïsmes, lenteurs et autres dysfonctionnements de notre magnifique pays, observés dans les secteurs public et privé.

Précision. Les absurdités relevées dans ces chroniques proviennent de règles inadaptées et de systèmes administratifs et informatiques souvent conçus sans prendre en compte les besoins des utilisateurs. Notre reporter tient à préciser que la très grande majorité de ses interlocuteurs dans les services publics se montrent courtois et aimables. Et que 100% des télé conseillers d’Orange ont fait preuve d’une compréhension et d’une patience colossales. 

Episode 1 : De la difficulté de boire une bière en zone touristique. Et autres spécificités de l’accueil touristique à la française

Le paisible touriste déambulant en famille sur la place d’un village ultra touristique et même un peu huppé tombe sur un bar-restaurant, à moins que ce ne soit un restaurant-bar, dont la terrasse lui tend les bras à l’ombre du célèbre clocher de ce village. Il est 17 h 30 mais seulement 15 h 30 au soleil. Vous avez visité quelques curiosités locales sous le cagnard. Il est donc temps de s’installer pour une pause. Vous commandez trois jus d’orange et une bière. C’est les vacances, vous êtes détendu, tout va bien, aucun nuage à l’horizon.

Et c’est là que les choses se gâtent, par la conjonction maléfique de la réglementation française et d’une serveuse... disons zélée. 

La serveuse : 

- « Je ne peux pas vous servir la bière si vous ne mangez pas »

Votre épouse, qui n’attendait que ça, avec l’air de voler au secours de son mari :

- « Très bien, donnez-nous ce crumble qui a l’air si sympa »

La serveuse, revenant embêtée, après quelques minutes d’attente:

- « C’est que, celui qui consomme l’alcool doit consommer la nourriture »

Vous :

- « Qui vous a dit que le crumble était pour mon épouse ? Si, dans votre compta, vous affectez le crumble à ma bière, pensez-vous que je vais le savoir ou imaginez-vous que ça m’intéresse ? »

La serveuse :

- « On a des contrôles et si ça se trouve vous êtes des contrôleurs »

Nous, à l’unisson :

- « Donnez-nous quatre jus d’orange et tant pis pour le crumble »

Outre une serveuse à la mentalité de contrôleuse fiscale, l’explication est d’une absurde simplicité. Cet établissement vend de l’alcool non pas sous la « licence restaurant » mais sous la « petite licence »  celle qui permet de vendre, uniquement pendant les repas, les boissons du groupe 2, c’est à dire les boissons fermentées non distillées comme vin, cidre, bière, crème de cassis, certains vins doux, etc.

Admettons. Cette licence, couplée cette fois à l’amateurisme aberrant de certains établissements, donne cet autre résultat ébouriffant. Vous êtes attablé à une terrasse, au centre de l’une des principales places d’Avignon en plein festival. Il y a donc un tout petit peu de monde. Il est 18 heures. Autant dire que la chaleur est comme au cœur d’un four. Vous commandez donc cette bière artisanale et prometteuse, brassée à quelques encablures.  Vous l’imaginez, avec ses multiples reflets dorés, chapeautée par une aérienne mousse blanche et vous anticipez la saveur de la première gorgée... Mais, patatras, le serveur : 

- Pas possible de vous vendre la bière car le service des repas n’a pas encore commencé. 

Encore un coup de la "petite licence".

Bien entendu, c’est un serveur français et il ne vous propose donc pas quelques toats nappés de tapenade, une tartine avec la terrine maison, une assiette de charcuterie ou de légumes, qui auraient, peut-être, été considérés par l’administration comme un repas, sait-on jamais. Développer du chiffre d’affaires tout en faisant plaisir au client est une idée inconnue de beaucoup de commerçants de notre beau pays.

Comme vous êtes sur cette place sublime, en Avignon s’il vous plait, vous restez détendu, mais toujours assoiffé. Vous vous repliez donc sur ces jus de fruits frais pressés, qui occupent la moitié de la carte. Mais là, à nouveau le serveur, sans que cela ne semble lui poser le moindre problème :

- Pas possible de vous servir ! 

- Ben pourquoi ?

-  On a tout vendu ce matin, y en a plus !

Résumons. A 18 heures, ce café se sait donc pas s’approvisionner pour vendre suffisamment à ses clients de l’après-midi et du soir, pendant les trois semaines de l’année où il doit réaliser 80% de son chiffre d’affaires annuel !

Quant à votre camarade de rafraichissement, sans regarder la carte (c’est un type qui aime vivre dangereusement), il commande un Orangina !

– Ah, ce n’est pas possible...

– Ben pourquoi ? 

– On n’en a pas.

C’est vrai quoi, fallait pas commander un truc aussi rare.

Dans le registre, poil dans la main + mauvais ratio charges / recette / droit du travail, nous avons, toujours dans cette bonne ville d’Avignon en plein festival, trois restaurants d’affilée qui refusent de nous servir trois repas à 14 h 15. « Cuisine fermée » ! C’est vrai qu’il est très tard dans l’après-midi.

Terminons par cette scène pittoresque. Jour de marché dans un village touristique de la côte atlantique, donc bondé. Vous arrivez à l’aube, à 9 h 45, à la terrasse de ce café, avec votre épouse. Le loufiat est en train de déployer, lentement, les parasols. Comme il n’ouvre qu’à 10 heures du matin pour servir les petits-déjeuners (si, si, véridique !), il vous propose, avec un grand sourire, de vous asseoir à cette table, bien située à l’ombre d’un pin, et de vous apporter tout de suite un noisette et un grand crème, avec des tartines de pain frais, de la confiture maison et deux jus d’oranges pressées... Non, je blague. C’est un cafetier français. Ce qui donne, sur un ton mal embouché :

-  « C’est pas encore ouvert, repassez dans un quart d’heure ! »

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Yozhik
- 22/08/2012 - 20:26
@incassable
Oui justement, et autant dire que dans d'autres pays ça se passe autrement mieux. Prenez l'exemple de l'Ukraine, et plus particulièrement la capitale, Kiev. Eh bien, contrairement à Paris, vous pouvez y manger à toute heure et dans n'importe quel restaurant, et 7 jours sur 7. En plus on est bien accueillis, dites-donc ! Vodka offerte à l'apéritif, une autre pour digérer, et un service impeccable, avec le sourire !
Je précise, je n'ai pas été servi mieux parce que j'étais un touriste: ma femme est une locale, et donc c'est elle qui parle quand nous allons dans un restau, bar, et autre lieu public. Je n'ai donc pas eu droit à des traitements de faveur, simplement à des restaurateurs qui faisaient leur job avec plaisir.
En France (j'habite à Toulouse), quand on demande une bière ou un repas, on a clairement l'impression de faire ch...r le serveur !!
sam84
- 21/08/2012 - 21:50
Un monde a la soviet
Voila ce que nous sommes devenus Les réglementations en couches successives,font que la libre entreprise a fait place a des entreprise sous contrôle étatique permanent Les professionnels réagissent en fonction de ces règlements débiles et tatillons et pour finir en rajoute de peur d’être pris en défaut Aujourd'hui il faut être fou ou inconscient ou suicidaire, pour être entrepreneur en France et avec le petit mou cela ne va pas s'arranger
Hildegarde
- 20/08/2012 - 19:31
Pas pire qu'ailleurs
Aux US presque tous les restaurants sont fermés à 22h, beaucoup ferment dès 21H, et parfois il faut insister pour pouvoir commander à 20H. Après 22H c'est station-service ou Mc Do.