En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 9 heures 12 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 10 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 13 heures 25 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 17 heures 25 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 17 heures 40 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 10 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 17 heures 3 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 17 heures 11 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 17 heures 36 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 17 heures 45 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
"Le metal est une musique qui déplait aux "esthètes", car elle est considérée comme une musique grand-guignol."
© Reuters
"Le metal est une musique qui déplait aux "esthètes", car elle est considérée comme une musique grand-guignol."
\m/

Le metal, ce genre musical honni par les médias mais qui séduit pourtant un large public

Publié le 14 août 2012
Avec Yves Bigot
Après le Hellfest en juin, un autre festival metal a lieu ce weekend dans le Morbihan : le Motocultor festival. Ce genre musical arrive, dans l'ombre, à attirer des foules dans les salles de concert. Sans l'aide des médias...
Yves Bigot est directeur des programmes de la radio RTL.Ce passionné de musique a notamment été journaliste et animateur sur Europe 1, rédacteur-en-chef de Rapido, et directeur des Victoires de la musique.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Bigot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Bigot est directeur des programmes de la radio RTL.Ce passionné de musique a notamment été journaliste et animateur sur Europe 1, rédacteur-en-chef de Rapido, et directeur des Victoires de la musique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après le Hellfest en juin, un autre festival metal a lieu ce weekend dans le Morbihan : le Motocultor festival. Ce genre musical arrive, dans l'ombre, à attirer des foules dans les salles de concert. Sans l'aide des médias...
Avec Yves Bigot

Atlantico : Après le Hellfest en juin et ses 112 000 spectateurs, un autre festival de musique metal a lieu ce week-end : le Motocultor festival, près de Vannes. Les artistes de ce genre particulier arrivent toujours à vendre des albums et se paient même parfois le luxe de remplir le Stade de France (Metallica, AC/DC), performance que n'arrivent plus à accomplir Johnny Hallyday ou Madonna, ou Bercy. Ils sont pourtant quasiment absents des médias. Comment expliquer ce manque d’intérêt de la part des journalistes ?

Yves Bigot : Tout simplement parce que c’est un genre honteux. Le metal, ce n’est pas chic. C’est une musique qui déplait aux "esthètes", car elle est considérée comme une musique grand-guignol. C’est un peu la même chose que pour les films d’épouvante : le cinéma d’horreur n’est pas non plus considéré par les journalistes de cinéma.

Certains ont joué sur ce côté horrifique, comme Alice Cooper, Rob Zombie ou Cradle of Filth, mais le genre n’est-il pas plus large que cela ?

C’est plus large, mais en même temps, le metal reste une musique qui est liée à une imagerie moyenâgeuse et qui a souvent une composante sataniste ou luciférienne, même si ce n’est pas systématique. Cela fait un peu rire, mais les paroles sont aussi souvent exagérées voire sexuellement vulgaires.

Ce n’est pas un genre qui est en vogue auprès des puristes ou des intellectuels, car il est finalement très populaire. Il plait à un public qui, d’une certaine façon, est méprisé par les autres gens du rock, tout comme les fans de variétés sont méprisés par les fans de chanson française. Le metal est considéré comme étant extrêmement vulgaire, mais aussi immature, dans les paroles ou l’imagerie. C’est considéré comme un genre très adolescent, pas adulte.

Il y a pourtant beaucoup de vieilles légendes, comme AC/DC, Metallica…

Bien sûr, ou Black Sabbath ! Les fondateurs !

Leur public n’est pas un public adolescent...

C’est vrai, mais il est considéré par les élites, les journalistes, ou même certains artistes, comme un genre bloqué à l’adolescence, même s’il y a aujourd’hui des quinqua ou des sexagénaires qui peuvent aller à ces concerts, car ils ont grandi avec.

Comment expliquer que d’autres genres musicaux, comme le rap ou le hip-hop - qui ne sont pas spécialement plus raffinés dans leur apparence ou leurs paroles - aient plus les faveurs des médias ?

Parce qu’ils sont plus modernes, d’une part, et aussi parce qu’ils ont une composante sociale qui est souvent absente dans le metal. Certes, il y a des groupes, comme Motörhead, qui ont une réelle préoccupation sociale, mais c’est extrêmement résiduel dans le monde du metal, alors que le rap et le hip-hop sont la musique de la critique sociale. Le metal reste, lui, dans l’imaginaire, dans l’heroic-fantasy, les mythes ou la sorcellerie.

Mais pourquoi le metal reste-t-il beaucoup absent de la radio et de la TV ? Tout simplement parce qu’il fait beaucoup de bruit. Ce n’est pas agréable à toutes les oreilles.

Les "metalleux" recherchent-ils cette médiatisation ?

Fondamentalement, je pense qu’ils aimeraient que leur musique soit plus populaire, mais qu’ils se sont fait à l’idée de sa marginalisation et donc de sa marginalité. On peut d’ailleurs remarquer que lors des deux cérémonies d’ouverture et de clôture des JO de Londres, c’est le seul genre qui a été absent et ostracisé de la représentation de l’histoire du rock anglais. Ils auraient pu au moins intégrer Black Sabbath ou Iron Maiden. Black Sabbath car ils font les fondateurs du genre, et Iron Maiden car ils ont connu un succès pharamineux tout au long des années 80 et font une sorte de retour médiatique.

Justement, en parlant de succès, on voit parfois des albums de métal se positionner en tête des tops de ventes. C’est le cas de Rammstein, par exemple, dont le dernier album a été disque d'or en France. Alors que les médias sont censés être les outils promo des artistes, comment expliquer ce succès ?

C’est justement parce que cette marginalisation fait que le public est extrêmement fidèle et mobilisé. Ce sont des groupes qui effectivement vendent beaucoup, attirent énormément de monde en concert. Comme en général ils ont une imagerie très puissante développée autour d’eux, ils ont en plus un merchandising très efficace, qui va des t-shirts aux figurines, en passant par les patchs. Il y a aussi un côté très fétichiste qui se développe entre les fans et leurs idoles.

Les fans prennent donc la place des médias en devenant des relais des groupes, par le biais du bouche à oreilles, par exemple ?

Oui, mais il y a aussi beaucoup de magazines spécialisés et des émissions dédiées. Comme ce sont des fans dédiés et militants, ils savent où aller trouver l’information.

Je tiens à souligner que, contrairement à l'image qu'on peut avoir, les fans de metal ne sont absolument pas violents. La musique est violente, mais les fans sont plutôt bon-vivants. Lorsqu'ils vont en festival, ils ne sont pas là pour se bagarrer, mais pour écouter la musique qui leur plait, pour s’amuser ensemble – il y a un côté communautaire très fort. Ils sont très respectueux et veulent que tout se passe bien.

Ont-ils tendance à être plus ouverts aux autres styles de musique que ne l’est le grand public vis-à-vis du metal ?

Ils ne sont pas sectaires. Il y a ainsi beaucoup de groupes de metal qui sont absolument fans des Beatles. L’exemple le plus militant à ce titre est Ozzy Osbourne, qui a dit qu’il a fait du metal car il ne pouvait pas être Paul McCartney. Ce sont des gens très respectables, et le lien qui unit les fans et ces groupes est même très émouvant.

Bien loin donc de l’image de sauvages immatures…

Complètement. Il existe bien des groupes vraiment satanistes, mais ce sont des groupuscules très marginaux, limités à un coin de la Floride ou de la Scandinavie.

La scène française a connu de beaux succès ces dernières années, avec des groupes comme Gojira, Anorexia Nervosa ou Pleymo. Aujourd'hui, elle est toujours présente, avec des groupes comme Peste Noire, mais se porte-t-elle bien ?

J’ai très peu d’infos sur ce qui se passe en ce moment. Il y a eu une scène assez développée à la fin des années 70, après le succès du groupe de hard-rock Trust. Dans leur foulée, on a eu des groupes comme Vulcain, qui m’avait dédié leur titre Le Fils de Lucifer. Je ne sais absolument pas pourquoi, peut-être parce que j’étais la seule personne dans une radio nationale à m’intéresser à eux à l’époque !

Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Warhammer
- 16/08/2012 - 10:18
@ntzsch
Le Metal un style très étroit? Effectivement vous n'y connaissez rien et vous vous permettez d'émettre des critiques. Tout ce que vous citez peut être retrouvé dans le Metal, c'est ce qui fait sa force et sa capacité à fédérer les individus. La musique classique est souvent associée au Metal par exemple, de même que les sonorités tribales (écoutez Roots de Sepultura pour ne citer que cet album)...
Je n'écoute quasiment que du Metal, et j'y retrouve toutes les émotions que peut véhiculer la musique en général. Je n'ai pas besoin de me vanter sur mes goûts musicaux pour prétendre connaître et apprécier la musique.

@bestfriend : bien d'accord avec vous sur la non-participation d'Iron Maiden à la cérémonie des JO. Quitte à vouloir brasser toute la musique anglo-saxonne, pourquoi oublier des groupes de cette envergure? Et un petit Motorhead n'aurait pas fait de mal non plus...
Bestfriend
- 15/08/2012 - 20:37
L'absence d'Iron Maiden lors des cérémonies des JO est une faute
Bien que l'on voit pas mal de gens assez rustres écouter ce groupe, que je n´écoute plus beaucoup depuis 20 ans, il me semble qu'il avait davantage sa place que 90% des daubes surmédiatisées que l'on a pu entendre. C´est une faute grave de la part du réalisateur qui a plus joué sur des clichés grotesques que sur la réalité britannique. Iron Maiden au delà de sa musique porte des valeurs intéressantes proche de l'esprit olympique: C'est le premier groupe à avoir dénoncé le sponsoring des concerts par les fabricants de tabac. Par ailleurs, les membres du groupe ont parfois pratiqué des sports á un bon niveau et ont su évoluer; Le chanteur Bruce Dickinson, excellent escrimeur, a écrit des livres de science fiction et a passé tous les brevêts nécessaires pour être pilote de ligne professionnnel.
ntzsch
- 15/08/2012 - 10:40
Evidemment, ce n'est pas un crime d'apprécier le métal.
Je ne suis pas sectaire, loin de là. J'apprécie la musique des troubadours comme celle de notrre contemporain Philippe Hersant (le compositeur), celle de l'espagnol Segovia comme delle du New Yorkais Bernstein. J'écoute la musique traditionnelle des pygmées Aka, la polyphonie sarde comme la musique savante de Bach. Je déplore surtout qu'on puisse se focaliser sur un style très particulier et très étroit.
L'enseignement de la musique en France est très pauvre, indigent, et ailleurs ce n'est guère mieux. Je voulais rendre hommage à el Sistema . Si cette organisation n'avait pas existé, ces milliers d'enfants, dont beaucoup sont devenus d'excellents musiciens, ce qui est une richesse culturelle pour le pays et pour eux mêmes, n'auraient sans doute connu que du rap venezuelien ou son équivalent. La musique de la radio et des copains, c'est faible comme culture. Je pense qu'aucun d'eux ne regrette cette aventure et j'aimerais beaucoup qu'on organise quelque chose de semblable en France.