En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 22 min 20 sec
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 3 heures 35 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 4 heures 9 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 4 heures 30 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 7 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 21 heures 17 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 1 heure 8 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 3 heures 43 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 4 heures 27 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 3 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 6 heures 30 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 7 heures 13 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 21 heures 30 min
© Reuters
Il est désormais à peu près sûr que la Banque Centrale européenne et le fonds d’intervention de l’Euroland (FESF/MES) vont voler au secours de l’Espagne, quitte à abandonner la Grèce à son triste sort.
© Reuters
Il est désormais à peu près sûr que la Banque Centrale européenne et le fonds d’intervention de l’Euroland (FESF/MES) vont voler au secours de l’Espagne, quitte à abandonner la Grèce à son triste sort.
Chroniques du pot aux roses

Autopsie de la crise : les leçons à tirer d'une Espagne en chute libre

Publié le 01 août 2012
Cette semaine, Serge Federbusch revient aussi sur la déclaration de Ségolène Royal au sujet de la réussite de Najat Belkacem "du fait de ses origines".
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine, Serge Federbusch revient aussi sur la déclaration de Ségolène Royal au sujet de la réussite de Najat Belkacem "du fait de ses origines".

1- Ce que vous coûtera votre futur château en Espagne 

Après un énième psychodrame collectif et une myriade de ballets aussi diplomatiques qu’énigmatiques, il est désormais à peu près sûr que la Banque Centrale européenne et le fonds d’intervention de l’Euroland (FESF/MES) vont voler au secours de l’Espagne, quitte à abandonner la Grèce à son triste sort. On ne peut pas être partout, voyez-vous.

Les marchés applaudiront, la majorité des commentateurs poussera un soupir de soulagement, quelques mauvais coucheurs maugréeront et prédiront un retour de bâton. D’humeur estivale, nous nous bornerons à dire : puisqu’il faut payer, autant faire un peu de tourisme et aller revoir cette Espagne qui menace notre épargne !

Promenez-vous Plaça de Catalunya ou dans les vielles rues de Barcelone, musardez du côté du Miquelet de la cathédrale de Valence, du jardin du Retiro à Madrid, des rosaces gothiques de Burgos, des ponts de Tolède et des plages de San Sebastian. Devant les terrasses de restaurants grouillant de clients (pas que des étrangers), vous aurez bien du mal à sentir la fameuse crise qui inquiète tant les gazettes et fait s’agiter les princes de la finance. Les 25 % de chômeurs doivent être enfermés chez eux à moins qu’ils ne travaillent au noir dans un pays qui ne connaît pas de RSA et laisse peu d’espoir de s’en sortir par l’aide publique. La plupart des villes d’Espagne ont été magnifiquement restaurées et réaménagées, embellies et étendues ces quinze dernières années. Les cités françaises font pâle figure par comparaison.

Et pourtant … Il faut aussi regarder derrière les palissades et les lapalissades ; prêter attention à ces tours d’habitation vides de Catalogne et d’Aragon, ces « urbanizations » quasi-abandonnées d’Andalousie, ces stades au chantier arrêté, ces immenses murs de commerce à louer un peu partout. Les écailles tombent définitivement des yeux lorsqu’on prend l’autopista payante entre Tolède et Madrid : près de 200 kilomètres de route sans croiser aucun autre véhicule ou presque. Normal : ils sont tous sur la vieille autovia gratuite. Le montant du péage est-il dissuasif ? Moins de dix euros. Et quel est le coût de construction de la nouvelle autoroute ? Plusieurs centaines de millions. Une abysse financière pour ses promoteurs. Des exemples de gouffres de ce type, l’Espagne en compte des dizaines.

Alors ? La crise espagnole, qui nous menace directement, tient, c’est un fait connu, à un sur-investissement démentiel dans l’immobilier et les équipements publics qui laisse exsangues les banques et les communautés régionales autonomes. Près des deux-tiers des logements construits en Europe de 2000 à 2008 le furent en Espagne, nécessitant un accompagnement massif en équipements publics. Le quotidien madrilène « Expansion » a fait le calcul lundi dernier : en 2012 les seules régions autonomes doivent faire face à 127 milliards d’euros de dépenses, hors frais financiers, plus que le gouvernement central ! Les sommes dont se gobergent les eurocrates et qu’ils vont dégager via le MES/FESF seront sévèrement entamées par les seuls besoins des collectivités locales ibériques dont l’Etat vient d’ailleurs d’annoncer, qu’à compter de 2013, il reprendra le service de la dette.

Quand bien même il signore Draghi rachèterait, avec des euros qu’il aura imprimé, sur le marché primaire ou secondaire, après moults tripatouillages des traités européens, les obligations pourries des Generalitat et banques en perdition, l’Espagne resterait confrontée à une insuffisance majeure d’activités industrielles exportatrices pour financer dans la durée son nouveau train de vie urbain.

D’autant que le taux de change de l’euro ne facilitera pas la reconstruction d’un tel appareil productif. Ceci explique la persistance d’une inquiétude latente sur la « soutenabilité » de cette stratégie de la dernière chance.

Faut-il également passer sous silence la profonde injustice de l’opération de sauvetage qui s’annonce ? D’une manière ou d’une autre, quelqu’un finira par payer : le créancier qui verra ses placements en euros rognés par l’inflation ou la dévaluation, le consommateur qui paiera ses importations plus cher, le contribuable des pays de l’Union pour la fraction de la dette non couverte par la création monétaire, les autres nécessiteux européens dont on ne voudra plus régler les factures, etc. Nous aurons tous douloureusement cotisé à la magnifique restauration des villes ibériques. On comprend les réserves allemandes à ce sujet, elles devraient être aussi les nôtres. Le sentiment de nombreux bureaucrates et politiciens, qu’au fond tout est soluble dans l’inflation, tient au caractère éthéré du rapport qu’ils ont avec la création de richesses, n’ayant jamais vécu que dans et par la chose publique. L’incapacité à décider et à dire la vérité qui mine nos démocraties représentatives et qui s’incarne parfaitement dans le nouveau gouvernement français se conjugue bien avec le monde merveilleux de la planche à billets. Ce genre de fiction finit souvent dans la servitude. Si les Américains s’en sortent pour l’instant en imprimant des milliers de milliards de dollars, c’est parce que le pouvoir, à Washington, est concentré et efficace et que le complexe militaro-industriel étasunien en impose encore au reste du monde. Avons-nous en Europe les moyens de suivre ce douteux exemple ? Notre système politique et notre organisation sociale sont plus proches de l’Amérique du Sud que de l’Amérique du Nord.

Pourtant, y-a-t-il autre chose à faire que de restaurer à prix d’or des châteaux en Espagne sans même en devenir propriétaire tout en supportant les risques sus-évoqués ? Qu’au moins les actifs financés par cette dette soient récupérés auprès des banques espagnoles en faillite par un fonds d’amortissement européen qui les vendra à l’encan et se paiera un peu sur la bête. Puisqu’il veut devenir un établissement financier de plein exercice, le MES/FESF aurait quelque chose de tangible à inscrire à son bilan. Il y a de quoi loger fort agréablement des centaines de milliers de retraités allemands, belges et français ou autres de la Costa Brava à la Costa del Sol. Ceci aurait aussi pour avantage de réintroduire des propriétaires solvables dans le système. Sinon, la pompe à déficits continuera de fonctionner, les chantiers inutiles seront achevés, d’autres tours et villes satellites surgiront.

Quant à la fierté ibérique qui ferait craindre le rejet de pareille intrusion, nul ne semble s’émouvoir sur les Ramblas du nouveau maillot de la Barça sur lequel s’inscrit sans complexe depuis quelques mois un étonnant « Qatar Foundacion » …

2- Si Ségolène s’appelait Marie-Ségolène, en serait-elle là ?

Certainement pas, car une frange laïcarde de l’électorat de gauche aurait interprété, dès 2005, les élans irrationnels et les appels à la communion nationale de la « Zapatera » comme une forme abâtardie de mysticisme catholique. L’ascension politique de la Madone du Poitou, tout de blanc vêtue, se serait interrompue plus tôt. Parfaitement consciente de ce handicap en forme de prénom, Marie-Ségolène Royal a donc choisi, pour l’usage électoral, un escamotage marial politiquement prudent.

Quant à son ex-collaboratrice, Najat Belkacem, elle l’a évidemment promue en raison d’un patronyme arabe nonobstant son frais minois et sa langue bien pendue. Ce n’est guère que la mise en œuvre de la logique de discrimination positive souvent vantée à gauche et parfois à droite et il n’y a aucune raison de s’indigner de cet aveu de Marie-Ségolène qui sait jouer des prénoms, tantôt en les cachant, tantôt en les exhibant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Néfertiti
- 02/08/2012 - 17:43
@ Texarkana
Effectivement, ça fait pas envie ... Beurk !!!
texarkana
- 02/08/2012 - 12:08
La bulle touristique
Le régime de Franco, avait avec succés et volontarisme (construction de la marina d'Ampuriabrava, de Puerto Banus, etc) parié sur le tourisme qui fut à l'origine du "miracle espagnol"...depuis, de l'eau a coulé sous les ponts, et à force de favoriser le tourisme bas de gamme (jeunes qui titubent dans leur vomi à Lloret de Mar, viande soule qui chute des balcons) , l'Espagne est de moins en moins une destination recherchée, ce qui ne fait que renforcer la crise qu'elle connait ...
Vincennes
- 02/08/2012 - 11:58
@Decebal : "que les Espagnols se débrouillent" écrivez vous
quelle galère lorsque le Point titre "La France danse sur un volcan" et que m.petites blagues continuent à faire des tractations secrètes !! il n'a pas encore compris qu'A.Merkel est la pierre angulaire de l'édifice Europe!!
Il a la "comprenette difficilette".....vraiment un tout petit Commandant de pédalo......il avait bien raison Mélanchon
Le Point (pourtant très pro/Hollande, avant son élection) écrit aussi : que le Gvt Ayrault n'a pas de politique économique..... fait de l'improvisation totale et panique!!!! CELA FAIT FROID DANS LE DOS