En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Banques : les grands méchants loups ?
Clauses abusives d’assurance-emprunteur : le scandale qui pourrait faire couler les banques françaises
Publié le 27 juillet 2012
Selon une décision du Conseil d’État donnant raison à l'UFC Que choisir, les banques devront reverser 16 milliards de surprimes aux clients qui ont souscrit des assurances emprunteurs.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une décision du Conseil d’État donnant raison à l'UFC Que choisir, les banques devront reverser 16 milliards de surprimes aux clients qui ont souscrit des assurances emprunteurs.

A lire aussi dans le même dossier :

Plus d'un Français sur deux n'a pas confiance dans la solidité des banques.

2008-2012 : les leçons que les banques devraient tirer de la crise pour se réinventer

Coup de tonnerre dans le paysage bancaire français : lundi 23 juillet, le Conseil d’Etat a donné raison à l’association «UFC Que choisir?» dans son recours contre la réglementation en vigueur dans le domaine de l’assurance emprunteur. Cette décision capitale et assez inattendue permet à tous les emprunteurs de France et de Navarre de réclamer à leurs banques les surfacturations pratiquées par celle-ci avant 2007 dans leur contrat d’assurance-vie contracté à l’occasion d’un emprunt. Une peccadille de 15 milliards d’euros au moins.

C’est un dossier technique que le Conseil d’Etat a tranché avec fracas lundi dernier : celui de l’assurance-emprunteur. Sujet opaque pour les clients, l’assurance emprunteur est en vérité une formidable mine d’or pour les banques.

En effet, lorsqu’un client emprunte de l’argent, il est généralement obligé de contracter une assurance-emprunteur, qui rembourse le crédit à sa place en cas de décès. Ce marché s’élèverait à environ 8 milliards d’euros annuels en France.

Dans la mesure où le coût de l’assurance est très faible par rapport au remboursement principal du crédit, les clients se posent rarement la question de son montant et de sa facturation. C’est de cette manière que les banques sont accusées, notamment par UFC Que choisir, d’avoir surfacturé illégalement le coût des contrats à leurs clients. Cette surfacturation était parfois de 100%. Autrement dit, là où l’assurance devait coûter 50 euros mensuels, elle était facturée 100 euros.

Pour parvenir à ce petit montage fructueux, les banques ont bénéficié d’une discrète bénédiction donnée par Pierre Bérégovoy en 1984. Celui-ci avait pris un arrêté qui dérogeait à la loi théoriquement applicable aux assurances emprunteurs. Cataloguées dans l’espèce «assurance-vie», l’assurance emprunteur obéissait à un principe simple : les bénéfices appartiennent aux assurés. Autrement dit, si le contrat dégage de l’argent, celui-ci est rendu aux clients.

En 1984, Bérégovoy a accordé aux banques le droit de garder pour elle (et pour l’assureur) le bénéfice des contrats emprunteurs. Ce qu’on appelle ouvrir la boîte de Pandore. En effet, jusqu’en 2010, les banquiers avaient la faculté d’imposer à leurs clients le contrat d’assurance de leur choix. Une méthode qui leur permettait de surfacturer allègrement une prestation qui ne pesait pas lourd dans l’addition finale du remboursement de prêt, mais qui rapportait gros.

Cette dérogation accordée par Pierre Bérégovoy était-elle légale? Le ministère des finances le soutenait. UFC le contestait. Le Conseil d’Etat a tranché en donnant raison à UFC. Et en ouvrant la possibilité d’obtenir remboursement des sommes illégalement perçues par les banques entre 1984 et 2007, date de remise en cause du petit arrangement de 1984.

Les observateurs noteront qu’il y a quand même une petite étrangeté dans ce dossier, qui pourrait se révéler être le scandale dans le scandale. La requête d’UFC semble avoir été enregistrée le 7 novembre 2011. Le Conseil d’Etat l’a examinée moins de huit mois après son introduction, ce qui est un délai record en matière de rapidité judiciaire. Et a condamné les banques françaises à une très lourde peine au beau milieu d’une tempête financière qui les met déjà lourdement à l’épreuve. Curieux...

Cet empressement inhabituel serait-il dû aux poursuites judiciaires qui sont engagées notamment contre Xavier Musca à la suite de manoeuvres douteuses en 2007, entre la direction du Trésor et le Conseil d’Etat sur le dossier des... assurances emprunteurs ?

En effet, une première requête examinée en 2007, et racontée dans La Collusion Infernale de Jacques de Baudus (éd. Jacob-Duvernet), a permis au Conseil d’Etat de protéger les banques, probablement en violant le secret du délibéré. Le Conseil aurait en effet secrètement enjoint à la direction du Trésor, assumée à l’époque par Xavier Musca, de changer en urgence la réglementation de 1984 pour éviter de prendre, dès 2007, la décision finalement prise lundi. En somme, le Conseil d’Etat aurait donné 5 ans de répit aux banques avant de devoir rembourser.

Cette possible manipulation de 2007 vaut quand même une enquête préliminaire du parquet de Paris contre Xavier Musca, accusé de corruption, et contre divers fonctionnaires de Bercy. Si l’on ajoute que l’un des principaux pourvoyeurs d’assurance emprunteur est... le Crédit Agricole, on mesure la fragilité du reclassement professionnel de l’ex-secrétaire général de l’Elysée. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
walküre
- 30/07/2012 - 18:14
Bérégovoy....
oui, le fameux incorruptible...
JUSTIN88
- 30/07/2012 - 10:35
le credit foncier?
j avais engagé un emprunt en 1995 auprés du credit foncier de France, à cette epoque l 'assurance nous etait imposée par le CCF ( pas possible de s 'assurer ailleurs ) suite à cette avis que je lis, ai je la possibilité de demander au CFF un remboursement quelconque d'autant qu'à l epoque mon credit etait revisable
Jean-Francois Morf
- 28/07/2012 - 12:08
L'assurance emprunteur, c'est déjà l'intérêt demandé!
Pourquoi croyez-vous que les banksters demandent plus d'intérêt aux débiteurs peu solides qu'aux débiteurs de toute confiance?
Exiger une assurance emprunteur, c'est exiger un second intérêt!
Ces banksters ont tous les trucs pour nous pigeonner!