En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 4 heures 10 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 5 heures 35 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 6 heures 53 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 11 heures 59 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 12 heures 43 min
décryptage > Media
Totalitarisme de la gentillesse

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Politique
Esprit du 11 novembre, es-tu là ?

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

il y a 14 heures 14 min
pépites > Economie
Renouveau
Le Medef pourrait changer de nom et être rebaptisé "Entreprises de France"
il y a 1 jour 35 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 4 heures 41 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 6 heures 24 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 12 heures 22 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Religion
Nouvelle ère

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Histoire
L'air du temps

11 Novembre : il y a 100 ans débutaient les années folles… Aujourd’hui, les années vaches (sacrées) folles ?

il y a 14 heures 26 min
light > Finance
Bon investissement
Actions de la Française des Jeux : attention aux arnaques aux sites frauduleux
il y a 1 jour 1 heure
Château de cartes

Vers l'implosion... La financiarisation de l'économie aura-t-elle la peau de l'Occident ?

Publié le 08 août 2012
Venise impériale, Gênes, Hollande, Grande-Bretagne : toutes ces grandes puissances se sont fortifiées en développant leur secteur productif, avant de mettre ensuite l'accent sur le secteur financier... et de causer ainsi leur perte.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Venise impériale, Gênes, Hollande, Grande-Bretagne : toutes ces grandes puissances se sont fortifiées en développant leur secteur productif, avant de mettre ensuite l'accent sur le secteur financier... et de causer ainsi leur perte.

La crise boursière d ela fin des années 2000 et la récession mondiale qui a suivi ont mis en évidence le rôle grandissant de la finance dans l’économie mondiale. Les profits mirobolants des entreprises du CAC40, leur expansion rapide à l’étranger ont relancé le débat sur la financiarisation excessive de l’économie.

Pour certains analystes, le développement et la mondialisation de la sphère financière nuit gravement à la partie « réelle » de notre économie. C’est le cas de l’économiste Ozgur Orhangazi. Dans son livre "La financiarisation et l’économie américaine" (Financialization and the US Economy), le chercheur se penche sur les profondes transformations qui ont eu lieu au sein de l'économie américaine et de l'économie globale, et plus spécifiquement dans le domaine de la finance. « Les marchés et les transactions financières n'ont cessé de grandir en taille et en importance, tandis que la finance en général a acquis une position de plus en plus proéminente dans l'économie», remarque-t-il. 

Dans un article de 2006 intitulé "La financiarisation de l'économie américaine et ses effets sur l'accumulation de capital"  ("Financialization of the U.S. economy and its effects on capital accumulation: A theoretical and empirical investigation"), Orhangazi explore les origines et les conséquences de la dramatique augmentation des marchés financiers en taille et en importance dans l'économie américaine depuis la fin des années 1970. 

D’un point de vue général, la financiarisation de l’économie désigne une tendance croissante à faire appel aux marchés financiers pour financer l’économie réelle. Mais selon Vanity Fair, la financiarisation décrit deux processus reliés entre eux : une croissance disproportionnée du secteur financier dérégulé par rapport au reste de l'économie, et l'importance grandissante des activités financières avec un intérêt particulier pour les rendements financiers de la part des corporations industrielles et non-financières, souvent au détriment d'une réelle innovation et d'une réelle productivité.

Selon le spécialiste Charles McDaniel de l'Université Baylor, « financiarisation » est un terme dont la définition s’est développée sur des dizaines d’années, pour décrire le processus par lequel l’activité économique passe d’une production réelle à des formes toujours plus complexes de transactions financières.

Pour Özgür Orhangazi, la financiarisation constitue la grande plaie des économies, et ce depuis bien longtemps. Pour ce chercheur, il s'agit d'un des indicateurs du déclin du pouvoir hégémonique. Lorsqu'on étudie l'histoire des grands puissances passées, on se rend compte que la Venise impériale, Gênes, la Hollande, et la Grande-Bretagne ont toutes suivi ce même schéma. Tout commence par un âge d'or : le pouvoir se fortifie grâce au développement de l'appareil productif dans un système de capitalisme industriel. Puis, le secteur financier commence à tout envahir, et à cannibaliser le secteur productif en quête de rendements financiers. C'est ce processus qui mènerait inévitablement à l'affaiblissement et, ultimement, à l'effondrement des grandes puissances.

Selon l'économiste, "l'augmentation de l'investissement financier et des opportunités de profit financier évincent l'investissement réel en modifiant les préoccupations des managers d'entreprises et en détournant les fonds de l'investissement réel."

L'économiste note que "le taux d'accumulation du capital (c'est-à-dire l'investissement non-résidentiel net de la part des entreprises non-financières) a été relativement bas pendant l'ère de la financiarisation". Il explique ce regrettable état de fait par l'investissement accru dans les actifs financiers, qui serait la source de la stagnation de l'économie.

Mais les choses se compliquent lorsque l'on cherche à déterminer les causes de ce cannibalisme financier. Selon la célèbre thèse d'Alvin Hansen, dite "thèse de la stagnation", c'est précisément la stagnation financière qui est à l'origine de l'augmentation du secteur financier. La stagnation financière ne serait donc pas seulement une conséquence, mais bien une cause. Le raisonnement semble donc circulaire.

 

Atlantico a demandé son avis sur le sujet à Christian Stoffaës, économiste, président du Cercle des ingénieurs économistes.

Atlantico : Selon certains analystes, le développement et la mondialisation de la sphère financière nuisent gravement à la partie « réelle » de notre économie. Comment cette financiarisation s'est-elle développée ?

Christian Stoffaës : Les milieux économistes jouent un rôle non négligeable : bien entendu, ils ne font pas l'économie, mais ils créent la manière de la voir, le cadre de vision.

Quand j'ai commencé dans l'administration, il y a 40 ans, l'important était la planification. Les économistes étaient des économistes d'investissement, des grands noms comme le prix Nobel Maurice Allais, ou Marcel Boiteux... C'était une école de la planification et du calcul de l'investissement : la construction de centrales électriques, de barrages, des industries lourdes... Ensuite, il y a eu une période keynésienne, dans les années 1970. La mode était alors au pilotage de la conjoncture : la politique fiscale et budgétaire.

Depuis vingt ans, ce qui est à la mode, ce sont les marchés financiers, avec notamment l'axiome selon lequel les marchés financiers – les échanges de titres, la Bourse, etc.- sont efficients et indiquent les bons choix. La bonne politique serait donc de ne pas interférer avec eux, d'où la dérégulation financière. Cette dernière part du fait que toute intervention étatique sur les marchés est une distorsion économique, et donc qu'elle n'est pas bonne pour l'équilibre.

Il y a donc eu trois étapes : l'époque productiviste, l'époque keynésienne – qui correspondant aussi au pouvoir des syndicats, le keynésianisme est une politique de gauche – et l'époque des marchés financiers.

Et comme toujours, lorsque qu'il y a une pensée unique, elle s'implante partout. Les économistes ont donc une responsabilité dans la financiarisation. Pour simplifier, les économistes ont été achetés par les banquiers depuis 20 ans. J'ai d'ailleurs, en réaction à cela, participé à la création du Cercle des ingénieurs économistes, pour rétablir l'équilibre et réhabiliter l'économie réelle : les choix énergétiques, la régulation bancaire, la banque publique d'investissement.

Auparavant, les marchés financiers faisaient leur loi, ils étaient révérés comme les indicateurs des bons choix en politique économique. Ils sont maintenant assez discrédités dans l'opinion publique. Il y a donc un certain nombre de gouvernements qui commencent à prendre des mesures de régulation des banques, en France, aux Etats-Unis ou même au Royaume-Uni, qui est pourtant le pôle financier par excellence.

Aujourd'hui, les Etats-Unis et le Royaume-Uni, deux pôles financiers, vivent des difficultés structurelles, alors que les nations productives et industrielles comme l'Allemagne ou le Japon vont mieux. Cela nous renvoie un peu au déclin de l'empire des Habsbourg, celui de Venise ou celui de Gênes, encore plus frappant : Gênes, qui était une grande puissance commerciale, a été ruinée par la faillite de la banque de Saint Georges. C'est un exemple typique de la financiarisation. Et ça date du XVIIe siècle...

Selon vous, les gouvernements ont-ils pris la mesure du risque et commencent-ils à engager les réformes nécessaires ?

On est en train de changer d'époque. Tout cela ne se fera pas en six mois, ni même en trois ans : les cycles de pensée idéologique durent une génération, vingt ans. La financiarisation, chez les économistes, a commencé avec la révolution libérale et l'arrivée de Thatcher et Reagan au pouvoir, il y a trente ans, après que la politique keynésienne ait été discréditée, à cause de la stagflation des années 1970 et des chocs pétroliers. Les économistes keynésiens ont alors été remplacés par des économistes financiers.

Aujourd'hui, on est au début du tournant. Pas seulement en France, mais dans le monde entier.

Peut-on dire qu'il y a eu un cannibalisme des actifs financiers sur l'économie réelle ?

Un peu. Par exemple, la financiarisation a conduit à la bulle immobilière, aux subprimes, au surinvestissement immobilier en Espagne et en Irlande. Lorsqu'on investit dans l'immobilier, on n'investit pas dans l'industrie.

 

Y-a-t-il des exemples d'équilibre trouvé dans certains pays entre un niveau correct de financiarisation et un bon investissement dans l'économie réelle ?

C'est assez facile à faire. Regardez sur 10 ou 20 ans les performances comparées entre les pays. Il y en a qui ont une croissance forte et surtout des exportations, comme l'Allemagne, la Chine et le Japon ; et d'autres qui ne vont pas très bien : l'Europe du sud, qui n'a pas d'industrie, la France, les USA et l'Angleterre, qui ne vont pas bien non plus.

Cela tient à des facteurs profonds. Les pays ont des systèmes d'économie de marché qui se ressemblent, mais en même temps les mentalités, l'ardeur au travail, la formation des ingénieurs est différente partout. La Chine par exemple, a beaucoup d'ingénieurs. Ce qui est clair, c'est que les comparaisons internationales montrent des divergences importances.

Peut-on affirmer que la financiarisation aura la peau de l'économie occidentale ?

Non. Je crois qu'il y a un excès de financiarisation, mais que les correctifs sont en train d'être appliqués. Ce n'est pas fini, ça ne va pas se régler en 3 ans. Le tournant a commencé en 2008, lors du crash de Lehman Brothers. De même que le tournant précédent avait eu lieu en 1929, crise qui avait condamné un modèle économique, et l'avait remplacé par le modèle keynésien. On est en train de connaître quelque chose du même genre.

Il va donc falloir réinventer un modèle différent – il y aura bien sûr la globalisation, et sans doute aussi de la régulation, bancaire notamment, pour empêcher la spéculation. Car la crise, c'est la spéculation. On a vécu une crise spéculative dont la nature a été dissimulée, car on n'a pas compris au début que c'était une crise de spéculation. Il y avait tellement d'artifices avec ces modèles d'économie financière qu'on ne s'est pas rendu compte de la spéculation.

La financiarisation apparaît donc comme un colosse aux pieds d'argile. Qu'est-ce qui la fait s'effondrer ?

C'est la spéculation, qui consiste à s'endetter pour spéculer sur des actifs dont les cours montent. Au moment où ils arrêtent de monter, on doit rembourser ses dettes. C'est cela qui se passe en ce moment, de manière caricaturale.

Il y a là un côté cyclique. Si on fait une rétrospective des grandes crises de la dette, on voit qu'elle se contracte pendant les périodes de spéculation, et qu'ensuite il faut la payer pendant les périodes de récession.

 

Par Julie Mangematin et Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Francois Morf
- 07/08/2012 - 22:17
La spéculation est 10 à 20 fois plus grande que la réalité...
En sorte que les hyper-riches possédant le Péta EUR de produits dérivés ont une puissance financière suffisante pour manipuler les 5 à 10% de réalité, de manière à ce que leurs paris réussissent à tous les coups!
zelectron
- 07/08/2012 - 12:21
brick and mortar
je ne peux m'empêcher de citer cette remarque qui semble hors sujet mais transposée au monde réel :
Pour y voir de bons programmes, quels qu'ils soient, il faudrait déjà que TF1 soit une vraie TV et non une caricature de chaine où les auteurs de pubs se plaignent que leurs "œuvres" sont interrompues par des films !
à quand l'arrêt des manufactures et des cultures vivrières pour faire place aux troupeaux de traders,banquiers et assureurs (notamment) ?
laurentso
- 07/08/2012 - 11:15
Ces économistes
découvrent le fil à couper le beurre. Cela fait trente ans que le capitalisme financier a totalement pris le pas sur le capitalisme industriel. Non sans cynisme, les barons du "capitalisme à la Française" (Bébéar et consorts) ont joué les apprentis sorciers en contrôlant l'ensemble des flux financiers et en se partageant le gâteau. Ceux qui les dénonçaient il y a 20 ans étaient considérés comme de dangereux gauchistes irresponsables qui ne comprenaient rien aux contraintes de la mondialisation bla bla bla. Aujourd'hui, il faut reconstruire sur leurs ruines.