En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

02.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

03.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

04.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

05.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

06.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

07.

Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 8 min 11 sec
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 1 heure 16 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 2 heures 56 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 5 heures 3 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 6 heures 30 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 23 heures 42 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 32 min 1 sec
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 1 heure 34 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 3 heures 29 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 5 heures 54 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 23 heures 48 min
© Reuters
L'anglais est une langue phonétiquement très difficile, beaucoup plus que l’espagnol.
© Reuters
L'anglais est une langue phonétiquement très difficile, beaucoup plus que l’espagnol.
How are you ? Estoy bien, gracias

Pourquoi les Français sont-ils meilleurs en espagnol qu’en anglais ?

Publié le 19 juillet 2012
Une enquête publiée par le ministère de l'Éducation nationale révèle que les élèves français en fin de scolarité ont un niveau plus faible en langues étrangères que les élèves des autres pays européens. Toutefois, ils tirent leur épingle du jeu en espagnol, affichant de bien meilleurs résultats qu'en anglais.
Claude Hagège
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Hagège est linguiste, professeur honoraire au Collège de France et lauréat de la médaille d'or du CNRS.Il est l'auteur de Contre la pensée unique (Odile Jacob, 2012)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une enquête publiée par le ministère de l'Éducation nationale révèle que les élèves français en fin de scolarité ont un niveau plus faible en langues étrangères que les élèves des autres pays européens. Toutefois, ils tirent leur épingle du jeu en espagnol, affichant de bien meilleurs résultats qu'en anglais.

Atlantico : Une enquête réalisée par le ministère de l'Éducation nationale sur les compétences linguistiques montre que le niveau général en langues des élèves français est plus faible que celui de leurs homologues européens. Quand on se penche de plus près sur l’enquête, on constate que les Français sont meilleurs en espagnol qu’en anglais. Comment l’expliquer ?

Claude Hagège : Le fait que l’anglais leur soit moins accessible que l’espagnol peut s’expliquer par trois raisons.

D’une part, le français est une langue à vocation mondiale plus que toutes les autres langues de l’Europe, sauf l’anglais. Il vient en deuxième position en degré de diffusion mondiale, certes très loin derrière l’anglais. Il est parlé sur les cinq continents, et par conséquent cette présence du français dans de nombreux pays pourrait être l’une des raisons pour lesquelles les élèves, conscients de la chose, investiraient peut-être moins d’efforts dans l’apprentissage de langues étrangères. Il ne faut pas oublier que le français est beaucoup plus diffusé à l’échelle mondiale que l’espagnol, même si en volume de locuteurs, il est moins parlé. Le critère adopté ici n'est évidemment pas le nombre de locuteurs (selon ce critère, le français viendrait en dixième ou onzième position dans le monde), mais le degré de diffusion.

La deuxième raison est d’ordre phonétique. L’anglais est une langue phonétiquement très difficile, beaucoup plus que l’espagnol. Les voyelles sont d’une grande complexité, les consonnes moins, mais les diphthongues (type de voyelles qui changent de timbre en cours d’émission) le sont aussi très fortement. L’espagnol est beaucoup plus familier, car c’est une langue romane. Malgré l’existence de l’accent tonique sur certaines syllabes contrairement au français qui n’a aucun accent tonique sauf sur la dernière syllabe, les voyelles sont claires et simples, elles ne changent jamais de timbres en cours d’émission, et donc l'espagnol ne présente pas les énormes difficultés phonétiques de l’anglais.

Troisième raison, l’anglais, contrairement à sa réputation, est aussi une langue très difficile sur les plans autres que phonétiques. Il a une morphologie simple si on entend par là l'absence de déclinaison des noms et la relative simplicité de la conjugaison des verbes (sauf pour les verbes forts dits irréguliers). Mais si on parle des expressions comme celles qui ont des adverbes à la suite de verbes et qui en changent totalement le sens, à ce moment-là, la langue devient très difficile. Par exemple, « to call someone out » signifie « mettre quelqu’un dehors » et analysé mot à mot, « dire quelqu’un hors de ». Ce n’est plus compréhensible. Autre exemple, « to do someone in » ou « to do someone on », littéralement « faire quelqu’un dedans » ou « faire quelqu’un sur », signifie en fait « tuer ». Dans ces cas-là, le sens n’est absolument pas déductible de l’analyse des éléments constituants.

Contrairement à sa réputation, l’anglais est une langue difficile, tant du point de vue phonétique que de l’orthographe qui est profondément illogique. Ce n’est pas une langue romane comme l’espagnol, c’est une langue germanique.

Les compétences en espagnol des élèves français peuvent-elles aussi s’expliquer par une proximité géographique et culturelle avec l’Espagne ?

Les Français ont, avec les Espagnols, une plus grande familiarité, du fait de leur culture latine commune. En effet, l’aisance en la langue espagnole est une des conséquences de la proximité historique et culturelle avec la France. Nous sommes plus proches de cette culture que de la culture d’origine germanique. De plus, la culture anglo-américaine est, à l’origine, plus étrangère à la nôtre, même si aujourd’hui, elle devient de plus en plus familière du fait de la diffusion mondiale et de l’insupportable pression qu’exercent les États-Unis sur le reste du monde.

Avons-nous physiologiquement plus de mal que les autres à maîtriser des langues étrangères ?

Il n’y a pas vraiment d’inné dans l’apprentissage des langues, c’est un phénomène social qui n’est pas lié à des données biologiques. En revanche, on peut dire que la phonétique française a un spectre, c’est-à-dire un ensemble de vibrations mesuré en Hertz, un peu moins élevé que celui de l’anglais. Les sons du français comportent des formants plus étroits, allant moins haut dans les aigus et moins bas dans les graves que la plupart des langues européennes. Cela pourrait être une explication de la plus grande difficulté d’audition, et de donc de production des langues étrangères.

Est-on voué à toujours assez mal maîtriser l’anglais ou peut-on changer les choses, notamment grâce à des méthodes d’apprentissage différentes ?

Il est peu probable que cela évolue. Je suis totalement opposé à l’insupportable impérialisme anglo-américain. Par conséquent, même si on faisait des efforts, je serais d’accord seulement s’ils étaient en faveur de la diversité des langues : italien, espagnol, russe, arabe, chinois, etc. Et non pas en faveur du seul anglais. Je suis favorable à deux deuxièmes langues, c’est-à-dire, les familles choisissant majoritairement l’anglais à cause de la pression énorme qu’exercent les États-Unis, une autre langue différente de l’anglais. Je m’oppose fermement au progrès de l’anglais seul !

Il faut promouvoir la diversité et par là même le français pour résister face à l’hégémonie du monde anglo-américain. La promotion du français implique en effet celle de la diversité des langues, comme cela est montré dans le livre "Contre la pensée unique" (Éditions Odile Jacob).


Propos recueillis par Célia Coste

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (45)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Fantomas167
- 21/07/2012 - 20:06
Pourquoi les Français sont-ils si bons en Espagnol ?
Peut-être parce que la France de 2012 a beaucoup à voir avec l’Espagne du XIXème siècle : une ancienne puissance impériale en déclin. D’où l’intérêt de promouvoir un « génie » français qui ne coûte rien –et donc n’a rien à prouver-, à travers sa langue, supérieure nous explique-t-on, en tout point à l’anglais (un snobisme, en somme…).
Mr Hagège, notre « hidalgo » du XXIème siècle ?
ElmoDiScipio
- 20/07/2012 - 14:30
Sauf que le postulat de base est faux
Vous parlez du breton. Mais le breton n'etait pas lalangue la plus parlee deja à l'epoque. Faut il vous rappeler la situation economique de la region. L'emprise de la bigoterie locale sur les populations rurales ? Vous confondez l'obligation naturelle de la langue francaise dans le cadre de l'EN et la spumission au francais. Erreur grave et disproportionnée face à la simple evidence qu'avant .... Il n'y avait pas de système educatif aussi généralisé et que la Nation a remedié à l'obscurantisme réel des potentats locaux.
golvan
- 20/07/2012 - 14:11
@elmodiscipio
Je vous l'apprends peut-être mais au début du 20ème siècle les directives de l'EN ne ressemblaient en aucun cas à une quelconque tolérance mais réclamaient l'éradication de la langue bretonne. C'est parfaitement clair et relié à la lutte anti-cléricale car les prêtres de la partie bretonnante de la Bretagne prêchaient en breton qui était la langue couramment parlée. Les jacobins n'ont jamais lutté contre la langue alsacienne par exemple, qui n'a rien à voir non plus avec le français contrairement aux langues du sud de la France, de peur de jeter les Alsaciens dans les bras de l'Allemagne, mais la Bretagne a incontestablement jouit d'un privilège un peu particulier dans ce domaine. Ceci dit les causes de la quasi disparition d'une langue sont multiples et dans ce domaine l'étude des langues celtes des Iles Britanniques et de l'Irlande est intéressante.