En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

02.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

03.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

06.

Le coronavirus, danger massif pour la zone euro

07.

Cette guerre mondiale qui pourrait voir le jour dans l’Arctique

01.

Une autre victime de Kadhafi à Londres

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Faut-il défendre le "droit au blasphème" ou la liberté d'expression ?

06.

Les deux risques majeurs du coronavirus : une crise économique mondiale et un séisme géopolitique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Non, la France n'est pas la Thuringe : voilà pourquoi la droite ne PEUT pas s'allier à l'extrême droite !

06.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 4 heures 51 min
light > Sport
Biathlon
Emilien Jacaquelin champion du Monde de poursuite
il y a 5 heures 35 min
pépites > Faits divers
Déboires d'arrière cuisine
Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco
il y a 6 heures 23 min
pépites > Justice
Conséquences
Affaire Griveaux : Piotr Pavlenski et sa compagne en garde à vue
il y a 8 heures 7 min
décryptage > Economie
Vidéo Betbeze

Bourse, le coronavirus est derrière nous

il y a 8 heures 48 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le général de Gaulle a su que la France devait être une République couronnée par les urnes pour pérenniser la grandeur de la Nation

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Le choix cornélien de la Manif pour Tous et de la France de Johnny Hallyday : suivre la révolte des classes populaires ou rejoindre l’alliance des bourgeoisies

il y a 9 heures 44 min
décryptage > International
Back to 1962

Cette guerre mondiale qui pourrait voir le jour dans l’Arctique

il y a 11 heures 3 min
décryptage > High-tech
Danger sur nos données

Le piratage informatique chinois nous menace, les marchands de données personnelles aussi

il y a 11 heures 41 min
pépites > Politique
Municipales
Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris
il y a 5 heures 26 min
pépite vidéo > Sport
Système D
Confiné à cause du coronavirus, il court un marathon... dans son salon
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Politique
Il a besoin d’une boussole...

Macron se plaît à déplorer « l'affaiblissement de l’Occident ». Mais connaît-il seulement le sens de ces mots?

il y a 7 heures 19 min
décryptage > International
Poker

Les Etats-Unis et "l'art" incertain de la dissuasion nucléaire

il y a 8 heures 33 min
rendez-vous > Culture
Atlantico Lettres
Soif de père
il y a 9 heures 24 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Comment le mauvais traitement médiatique de l’information scientifique pollue le débat sur le glyphosate et menace l’avenir de l’agriculture

il y a 9 heures 38 min
décryptage > France
Entretien avec ...

Gabrielle Cluzel : "Les bourgeois, ce sont les autres"

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Culture
Culture

Pessimisme de l’intelligence : Aamin Maalouf, du naufrage du Proche-Orient à celui des civilisation

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Economie
Virus éco

Le coronavirus, danger massif pour la zone euro

il y a 11 heures 19 min
décryptage > Politique
Nostalgie

Y-a-t-il encore des hommes et femmes politiques armés pour la violence des temps ?

il y a 11 heures 56 min
Faites ce que je dis, pas ce que...

Et la modestie ? Quand l’État donneur de leçons oublie ses propres contre-performances comme actionnaire

Publié le 19 juillet 2012
Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg rencontre ce mercredi le PDG de PSA Peugeot Citroën Philippe Varin. Reste que les privatisations des entreprises publiques, conduites notamment par les gouvernements socialistes, sonnent comme un aveu d'incompétence en termes de gestion entrepreneuriale.
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg rencontre ce mercredi le PDG de PSA Peugeot Citroën Philippe Varin. Reste que les privatisations des entreprises publiques, conduites notamment par les gouvernements socialistes, sonnent comme un aveu d'incompétence en termes de gestion entrepreneuriale.

Atlantico : Arnaud Montebourg rencontre ce mercredi le PDG de PSA Peugeot Citroën Philippe Varin. Le ministre du Redressement productif a estimé que Peugeot avait "un devoir vis-à-vis de la nation France". De son côté, le Président François Hollande a critiqué les choix stratégiques de l'entreprise en déclarant ne pas accepter le plan social. Mais ces critiques à l'encontre de cette entreprise privée posent la question de la bonne gestion des entreprises publiques. Quel est le bilan de l'État en la matière ?

Jean-Marc Daniel : L’État a entrepris de caler sa gestion du secteur public sur les pratiques du secteur privé. C’est ainsi qu’a été créée en 2004 une agence des participations de l’État (APE), dont l’objectif est d’assumer le rôle de l’État actionnaire. La logique de cette création est de faire en sorte que l’État actionnaire se comporte désormais comme n’importe quel investisseur.

La charte fondatrice de l’agence est claire :

« L’agence exerce, en veillant aux intérêts patrimoniaux de l’État, la mission de l’État actionnaire dans les entreprises et organismes contrôlés ou détenus, majoritairement ou non, directement ou indirectement, par l’État ».

Il ne s’agit donc pas de faire du social ou de se lancer dans de grands projets pharaoniques à forte symbolique politique, mais bel et bien de sauvegarder les intérêts patrimoniaux de l’État, c'est-à-dire de faire du profit. Le bilan de l’APE est de 660 milliards d'euros ; elle reverse bon an mal an environ 5 milliards d'euros de dividendes à l’État, ce qui peut paraître plutôt moyen.

Mais en fait les entreprises publiques d’aujourd’hui subissent les mêmes contraintes que les entreprises privées. L’État ne se mêle de leur sort que de façon assez indirecte. Ce qui ne l’autorise ni à donner des leçons au secteur privé, ni à vraiment en recevoir concernant sa stricte gestion entrepreneuriale. Néanmoins, l’État mène vis-à-vis des entreprises, assez souvent, ce que l’on appelle une « politique de l’indice ». C'est-à-dire qu’il impose des évolutions de prix de certains produits au nom la lutte contre l’inflation. Ces évolutions perturbent les entreprises indépendamment de leur statut. Avant 1986, le contrôle des prix nuisait à tout le monde. Et le récent débat sur le prix du gaz et la façon arbitraire dont les gouvernements Fillon puis Ayrault ont voulu contourner les règles ont montré que l’interventionnisme maladif prend des formes multiples.

L’État français a t-il déjà souscrit à des plans sociaux dans les entreprises qu'il détenait ?

L’État supprime ses propres emplois, même s’il ne licencie pas. Dans les entreprises publiques, il y a aujourd’hui 1 730 000 personnes. Certaines augmentent leurs effectifs mais d’autres les réduisent, parfois sur la base d’incitations au départ. Aujourd’hui, tout le monde a en tête le cas d’Air France. Mais il y a d’autres entreprises obligées de revoir leurs effectifs à la baisse.

Dans le domaine industriel, GIAT industries, qui produit des armes pour l’armée de terre, est passé de 5 500 personnes en 2005 à guère plus de 3 000 aujourd’hui. C’est, en particulier, parce que ses produits comme le char Leclerc ne se vendent pas bien ! Le plus spectaculaire aura été certainement les Charbonnages : au moment de la nationalisation - qui s’est faite sur des bases politiques, il s’agissait de sanctionner le comportement des compagnies minières pendant la deuxième guerre mondiale - il y avait 220 000 mineurs et assimilés. Maintenant, il n’y en a plus aucun… En 1994, le pacte charbonnier a mis en cessation d’activité des mineurs de 45 ans, moyennant la poursuite du versement d’une partie de leur salaire. Personne n’a considéré que continuer à produire du charbon en France était « un devoir vis-à-vis de la nation »… La nécessité de l’évolution du secteur énergétique a fini par s’imposer.

Dans ces conditions, les privatisations partielles (ou totales) peuvent-elles êtres considérées comme un aveu d'échec quant à la capacité des pouvoirs publics à gérer des entreprises ?

On pourrait le penser quand on sait par exemple qu’entre septembre 2010 et septembre 2011, la valeur boursière des entreprises en partie privatisées - mais conservant un actionnariat public - a reculé de 21%, alors que sur la même période le CAC a reculé de 10%.

En fait, cette différence de performance tient à l’évolution de l’action EdF. En pratique, les États modernes gèrent de plus en plus les entreprises qu’ils détiennent selon les critères du secteur privé, si bien qu’ils sont amenés à considérer que ce n’est pas leur rôle de gérer des entreprises.

Dès leur défaite en 1951, les travaillistes anglais ont fait un bilan critique des nationalisations et ils en ont abandonné le principe dans leur statut en 1994/1995. Les socialistes français sont moins nets dans leurs discours. Ils ont voté dès 1983 une loi de « respiration du secteur public » qui était le début de l’abandon de la logique nationalisatrice de 1981. Depuis, ils ont été de grands privatisateurs devant l’Éternel et de grands "rationalisateurs" de la gestion des entreprises publiques. A droite, il subsiste des nostalgies "gaullo-pompidoliennes" sur la politique industrielle. Lors de la conclusion des État généraux de l’Industrie (EGI),  le 4 mars 2010, Nicolas Sarkozy  avait demandé à ce que "l’État actionnaire soit davantage sensible aux préoccupations industrielles". C’est resté un vœu pieux, car cela ne veut pas dire grand chose.

En fait, il y a une composante qu’il ne faut pas négliger. Dans cette période de surendettement, la vente d’actifs publics permet de limiter l’ampleur de l’austérité budgétaire. C'est-à-dire que  les besoins financiers vont inciter l’État à poursuivre les privatisations pour amortir sa dette. Or, pour que ces privatisations soient le plus rentables possibles, il faudra que l’État se montre le plus strict possible dans sa gestion et le plus modeste possible dans les leçons qu’il donne aux autres.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

02.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

03.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

06.

Le coronavirus, danger massif pour la zone euro

07.

Cette guerre mondiale qui pourrait voir le jour dans l’Arctique

01.

Une autre victime de Kadhafi à Londres

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Faut-il défendre le "droit au blasphème" ou la liberté d'expression ?

06.

Les deux risques majeurs du coronavirus : une crise économique mondiale et un séisme géopolitique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Non, la France n'est pas la Thuringe : voilà pourquoi la droite ne PEUT pas s'allier à l'extrême droite !

06.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Charles25
- 20/07/2012 - 02:47
Si ma mémoire est bonne, le
Si ma mémoire est bonne, le Crédit Lyonnais était en voie de privatisation et sa gestion était déjà alignée sur le mode privé !
ricouti
- 19/07/2012 - 22:08
@a_normal : je ne suis pas
@a_normal : je ne suis pas membre de la Religion opposée et n'ai jamais soutenu le dogme inverse selon lequel Public=bien geré , Privé=mal géré.
Je critique le dogme de la Religion actuelle, c'est tout.
Ceci dit le CL a fait moins dégâts dans le monde que la crise des subprimes , non ?
a_normal
- 19/07/2012 - 00:38
@ricouti : quel est le plus grand scandale que le CL ?
Le Crédit Lyonnais, fleuron dela réussite socialiste nous coûte encore de l'argent. La folie des nationalisations soviétiques a plongé la France dans un déclin certain que l'amateurisme dogmatique de Hollande et de son parti va parachever !