En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 56 min 10 sec
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 3 heures 34 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 5 heures 6 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 5 heures 43 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 20 heures 16 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 21 heures 22 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 1 heure 21 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 3 heures 10 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 3 heures 48 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 4 heures 2 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 5 heures 32 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 17 heures 54 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 20 heures 36 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 22 heures 43 min
Désindustrialisation française

1981, le remake : faudra-t-il à nouveau 2 ans aux socialistes pour passer du dirigisme au réalisme en matière de politique industrielle ?

Publié le 19 juillet 2012
Dossier consacré aux ravages causés par la désindustrialisation en France. Réalisé par le site Débat & Co, il est intitulé "Industrie : la France a-t-elle besoin d'un plan ?". Épisode 1/3 : retour historique sur les années 1980 et la politique économique du gouvernement Mauroy.
Odile Esposito est ingénieur de formation et passée par l'enseignement. Elle débute sa carrière de journaliste à l'Usine Nouvelle, dont elle finira par prendre la rédaction en chef, avant d'intégrer les Echos, où elle dirigera notamment la rédaction du...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Odile Esposito
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Odile Esposito est ingénieur de formation et passée par l'enseignement. Elle débute sa carrière de journaliste à l'Usine Nouvelle, dont elle finira par prendre la rédaction en chef, avant d'intégrer les Echos, où elle dirigera notamment la rédaction du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dossier consacré aux ravages causés par la désindustrialisation en France. Réalisé par le site Débat & Co, il est intitulé "Industrie : la France a-t-elle besoin d'un plan ?". Épisode 1/3 : retour historique sur les années 1980 et la politique économique du gouvernement Mauroy.

Cet article est publié en partenariat avec le site Débat&co qui consacre
un dossier au redressement productif

Lire aussi : Dans le vif : entre redressement de l'industrie française et préservation des rentiers de la fonction publique, le gouvernement devra trancher

L

orsque les socialistes arrivent au pouvoir en 1981, l’industrie nationale est en mauvais état. Depuis 1974, elle enregistre un « décrochage », notamment par rapport à sa rivale allemande, raconte l’économiste Elie Cohen dans son livre « l’Etat brancardier », paru en 1989. Victime, explique l’auteur, des limites d’un modèle reposant sur deux grandes caractéristiques : un rôle central de l’Etat, avec la culture des « grands projets » qui tendent à focaliser les efforts commerciaux des industriels vers l’Etat au détriment du marché ; et, en contrepartie, un « compromis social inflationniste » qui « manifeste le refus consensuel de l’Etat, des syndicats et des patrons de maîtriser les évolutions nominales des revenus et des prix ». La sidérurgie, par exemple, est sous perfusion totale de l’Etat et des banques qui ont englouti plusieurs dizaines de milliards de francs dans des plans de sauvetage. Une crise que le chercheur du CNRS Michel Freyssenet, dans son livre « La sidérurgie française 1945-1979 : l’histoire d’une faillite », attribue au fait que les groupes français se cantonnent alors aux « produits longs » (poutrelles, barres etc.), pour lesquels une modernisation immédiate des aciéries ne s’impose pas, alors que des industries clientes en plein essor, l’automobile notamment, sont contraintes d’importer des aciers plats de qualité. 

Une industrie sous perfusion

Dans ce contexte difficile, les socialistes commencent par appliquer le Programme commun sur lequel François Mitterrand a été élu. Le Premier ministre Pierre Mauroy décide un vaste plan de relance : embauche de 55 000 fonctionnaires, hausse de 10 % du Smic, relèvement des prestations familiales et sociales… près de 10 milliards de francs sont injectés dans l’économie. Puis, en 1982, suit la nationalisation promise de grands groupes industriels : CGE, Pechiney Ugine Kuhlmann, Rhône-Poulenc, Saint-Gobain, Thomson-Brandt. A la fin 1982, 29 % du chiffre d’affaires de l’industrie nationale et 23 % de ses effectifs sont dans le giron de l’Etat. Au même moment, Margaret Thatcher en Grande-Bretagne et Ronald Reagan aux États-Unis font eux, le mouvement exactement inverse… Ces grands groupes nationalisés sont notamment appelés à venir au secours des PME.

En parallèle, le gouvernement Mauroy multiplie les plans sectoriels pour soutenir des industries traditionnelles (textile, machine-outil, jouet), pour restructurer (chimie) ou pour développer des domaines nouveaux comme l’électronique. Il décide aussi une relance de l’exploitation charbonnière alors que tous les experts soulignent la trop faible rentabilité des mines françaises. Il se démène enfin pour tenter de sauver les entreprises en difficultés, à travers notamment le fameux CIRI (Comité interministériel de restructuration industrielle). Un organisme où règne, selon Elie Cohen, « l’absence de frontières entre le politique et l’administratif, le public et le privé, la norme et le choix discrétionnaire, le flou dans les finalités assignées... ».

Sortir de l'impasse

Mais cette tentative de relance échoue. Et dès 1984, s’opère un revirement spectaculaire. L’Etat décide une vaste restructuration des secteurs les plus en difficultés : constructions navales, charbonnage, sidérurgie et automobile. L’objectif est de pousser à la concentration pour éliminer les entreprises les moins performantes et de mettre un terme aux surproductions. Il est ainsi prévu de conserver quatre grands sites de construction navale (Dunkerque, La Ciotat, La Seyne et Saint-Nazaire), mais en réduisant leur capacité de 30 % en trois ans, au prix de 5 000 suppressions d’emplois sur un total de 18 000. Dans les Charbonnages, qui emploient encore 57 000 personnes, l’objectif est de réduire la production de 18 millions de tonnes à 11 millions de tonnes par an, ce qui nécessite de faire partir 6 000 salariés par an.


Dans la sidérurgie, le « plan acier » consiste à supprimer 25 000 emplois sur 90 000 en trois ans, avec fermeture de plusieurs sites (Gandrange et Rombas en Lorraine ainsi que Fos-sur-Mer)
. Dans l’automobile enfin, l’heure est à la robotisation généralisée avec disparition programmée de plusieurs dizaines de milliers d’emplois. Ces annonces provoquent des réactions très vives, notamment parmi les sidérurgistes qui décident en avril 1984 une marche sur Paris, ainsi que la colère des communistes qui rompent leur accord de gouvernement.

Le symbole de cette conversion au réalisme sera, selon Elie Cohen, la faillite en juin 1984 de Creusot-Loire, un des fleurons pourtant de l’industrie nationale avec quelque 30 000 salariés. « L’Etat n’est pas une machine à éponger les erreurs de gestion », explique le ministre de l’industrie de l’époque, Laurent Fabius, promu peu après à Matignon. Cet épisode marque la fin du soutien inconditionnel de l’Etat aux canards boiteux, au nom de la défense de l’emploi.

Dans les années suivantes, la politique industrielle du gouvernement consistera plutôt à convaincre des entrepreneurs à reprendre les groupes en difficultés. Fin 1984, l’Etat aide ainsi financièrement un entrepreneur du Nord, Bernard Arnault, à reprendre le groupe textile Boussac, propriétaire notamment de la maison de couture Christian Dior, du Bon Marché, de l’enseigne Conforama ou des couches-culottes Peaudouce. Et ce, contre la promesse de conserver les 16 000 salariés du groupe. Trois ans plus tard, c’est un autre homme d’affaires, François Pinault, qui sera incité à reprendre La Chapelle d’Arblay, numéro un du papier journal en France. Les deux repreneurs se débarrasseront très vite de l’essentiel des actifs ainsi acquis, mais jetteront les bases de deux géants du CAC 40, LVMH et PPR.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
boblecler
- 18/07/2012 - 23:13
Il n'ya pas eu 30 de
Il n'ya pas eu 30 de conneries mais 7 ans de conneries de 75 à 81 avec les chocs pétroliers et GISCARD et BABARD n'ont rien fait! SARKO a laissé 600 mds de dettes, 125 de déficit et un million de chômeurs. Hollande a la stratégie de rediriger l'Epargne des français de 4000 mds d'euro vers les PME qui créent des emplois, d'accompagner les PME vers les ETI de plus de 500 salariés à l'export car il faut se débarrasser des militants de droite, qui ne connaissent rien, privilégient l'évasion fiscale et sont des mauvais français!!!! Autant faire le laval de gauche!
Ludo1963
- 18/07/2012 - 20:59
Non il n y aura pas de remake de 1981
Hollande et son équipe d incapable exploseront en plein vol, en 2013
Il y aura dissolution de l assemblée
Votre article est très riche, on voit en deux pages la liste d inepties totales de Mitterrand au pouvoir, le pire c est qu il a été réélu. Et qu aujourd hui on le considère comme un grand président , ce cynique fossoyeur de la France. Puis s'ensuivit Chirac, ce radsoc fainéant et inutile. Enfin Jospin êtes 35 heures
Ils ont miné le pays, on est au bout de la route.
Comment Sarko aurait il ou réparer en 5 ans 30 ans de conneries, avec la plus grave crise, la gauche, les syndicats et les medias contre lui ?
Il a réussi à maintenir la tête de la France hors de l'eau, contrairement à beaucoup d'autres pays. L Allemagne est a part car elle a fait ses réformes
Hollande, rien qu avec ses premières mesures , va nous précipiter dans la récession ça prendra juste un an, peut être moins.
Il capitulera devant la tache et dissoudra l assemblée
La droite repassera avec un mandat fort
Dans la foulée la gauche perdra tous ses mandats locaux
Merci Flamby
gfpierrotintg@gmail.com
- 18/07/2012 - 16:38
Moi président
Moi président, je regrette les millions d'emplois perdus depuis 1945 dans l'agriculture, les houillères, la sidérurgie. Moi président j'aurai maintenu ces emplois au détriment du niveau de vie et du pouvoir d'achat des travailleurs français. augmentons le nombre des fonctionnaires. Arrière toute et tan pis pour les manants qui travaillent - faut-il qu'ils soient bêtes !