En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 9 sec
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 3 heures 50 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 5 heures 25 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 5 heures 46 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 5 heures 57 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 6 heures 30 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 6 heures 37 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 2 heures 3 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 4 heures 6 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 6 heures 37 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 22 heures 14 min
7e art, acte 3

4D et triples buses ? Le cinéma en 4D n’a aucun intérêt en dehors des parcs d'attraction

Publié le 12 juillet 2012
200 cinémas 4D devraient être construits en cinq ans aux Etats-Unis. Dans ces salles, les fauteuils bougent en rapport avec l'action. Mais l'essence du cinéma réside-t-elle dans ces dispositifs ?
Rodolphe Chabrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rodolphe Chabrier est superviseur des effets visuels et co-fondateur de Mac Guff.Mac Guff est l'un des principaux studios de création d'effets visuels numériques en Europe. On lui doit notamment les effets visuels de "Moi, moche et méchant" et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
200 cinémas 4D devraient être construits en cinq ans aux Etats-Unis. Dans ces salles, les fauteuils bougent en rapport avec l'action. Mais l'essence du cinéma réside-t-elle dans ces dispositifs ?

Atlantico : Le cinéma 4D serait en voie d'expansion aux Etats-Unis, avec près de 200 salles qui pourraient être construites dans les 5 ans. En rajoutant une dimension sensorielle au cinéma, la 4D est-elle l’avenir du 7e art ?

Rodolphe Chabrier : Le cinéma 4D n’est pas un concept révolutionnaire qui débarque. C’est très vieux : c’est le cinéma de parc d’attraction. Le concept, c’est de faire de l’immersion. On regarde un film en relief, sur un fauteuil qui vibre, avec à la limite un dispositif qui nous envoie de la pluie ou des odeurs à la figure. C’est soi-disant pour gérer l’immersion, comme pour la 3D. Sauf que dans les faits, ça ne se passe pas comme cela. Il y a une grande différence entre le cinéma en relief et le cinéma de parc d’attraction. D’autant que ce système est mi-figue, mi-raisin : ce n’est pas des sièges qui basculent, comme un simulateur de vol. Ces fauteuils ne permettent que des petits mouvements, des petites vibrations.

En quoi le cinéma en 4D est-il différent de celui en 3D, au niveau de l’immersion ?

Quand on parle de 3D classique, la plupart des gens imaginent un relief de « parc d’attraction », avec du jaillissement, des objets qui vous arrivent à la figure. Sauf qu’il y a très peu de cas de figure où ça marche vraiment bien. A l’inverse, l’intérêt du relief dans le cinéma traditionnel, c’est d’avoir de la profondeur. Dans Avatar, la forêt en relief paraît plus réelle.

Il s’agit de deux visions extrêmement différentes. Dans l’une, on fait de l’immersion, dans l’autre de la sensation. Dans le premier cas de figure, qui est celui du cinéma traditionnel où il n’y a pas de jaillissement, le fait que l’écran ne soit plus plat mais en profondeur le fait disparaitre. Que cette forêt magnifique soit en profondeur implique que le spectateur ne voit plus l’écran : il est dans le film, pas dans une salle. Mais lorsqu’on fait du jaillissement, les objets sortent de l’écran. Ce que les spectateurs se disent, c’est : « c’est incroyable, les objets sortent de l’écran ». Cela veut dire que les gens qu'ils le voient, qu'ils se positionnent par rapport à l'écran. Au lieu de le faire disparaître, on le concrétise. Le spectateur n’est pas immergé dans l’histoire, c’est cette dernière qui lui donne des sensations. Le cinéma 4D, c’est pareil. Quand on regardera un film et que le fauteuil vibrera parce que le héros est dans une voiture, personne ne se dira « ouah, c’est fou, je suis dans le film », car personne ne peut croire que ça marchera. Les gens diront : « c’est rigolo, le film me vient dans la figure ». Il aura l’impression d’être sur une espèce de nacelle, ça ne va pas l’immerger dans le film. C’est un vrai problème.

Pourquoi est-ce problématique ?

Parce que c’est entre le cinéma et les parcs d’attractions. Et je pense que les gens qui vont au cinéma – les Français du moins, c’est peut-être différent pour les Américains – n’ont pas cette culture du parc d’attraction. Ce qu’ils veulent, c’est être dans une histoire, de rire, d’être porté par des comédiens, pas d’être chatouillés par des dispositifs stupides.

C’est donc une différence de philosophie dans la manière d’appréhender le cinéma ?

Tout à fait. C’est vraiment important. Et les films ne toucheront pas du tout le même public. Il y aura des films spécifiquement en 4D. Ca sera un peu un mini parc d’attraction dans chaque ville. Sauf que personne ne va au parc d’attraction toutes les semaines, alors que certains vont au cinéma régulièrement.

En plus, les gens feront vite le tour des sensations proposées, qui seront toujours les mêmes. Le nombre de sensations qui permet ce système est limité ; les spectateurs le feront une fois, deux fois, et seront vite lassés. Les gens vont réfléchir à deux fois avant d'aller voir un film en 4D, surtout quand on voit le manque d’adhésion du public au cinéma 3D.

Comment cela s’explique-t-il ?

Beaucoup de films ne sont pas fait pour la 3D. Et les lunettes sont lourdes… Et c’est plus cher ! Là, ça sera pareil. L’installation d’un de ces fauteuils (8000 euros par fauteuil, ndlr) coûtera beaucoup plus cher que celle d’un simple fauteuil à 500 euros.  Les gens râlent parce qu’ils payent leur place de cinéma 2 euros plus cher à cause de la 3D, alors imaginez avec ce genre de trucs...

N’est-on pas dans une sorte de paradoxe, où le prix du billet risque d’exploser, alors que le public visé est un public jeune ?

Je ne crois pas. Au lieu de payer 2 ou 3 euros de plus pour des lunettes 3D, les gens paieront certes 5 ou 6 euros de plus, mais le problème n’est pas le coût, c’est tout simplement qu’ils en auront rapidement fait le tour. Le relief, quand il est bien fait, rend l’image plus belle et fait oublier la salle de cinéma. On s’évade plus. Mais en plus, on s’attache à l’histoire, aux comédiens, etc. Là, le renouvellement n’est pas énorme : ça bouge plus ou moins, à gauche, à droite, et c'est tout.

L’arrivée de tels dispositifs marquerait-il un changement dans la façon de tourner ?

Bien sûr, les réalisateurs ne feront pas des films tout plats où il ne se passe rien. Ils ne feront pas un film pour l’histoire –même s’ils peuvent faire les deux – mais pour placer le plus souvent possible des effets. Un effet de pluie, une cascade en voiture, un passage dans une fromagerie pour avoir des odeurs particulières, etc. C’est la peu la même dichotomie qu’entre les frères Lumière, pour qui le cinéma était une simple technique pour enregistrer, et un Méliès qui cherchait plus à créer des sensations.

Aujourd’hui, il y a des blockbusters avec énormément d’action, qui peuvent être marrants en 4D, mais ça ne cassera pas trois pattes à un canard. Et ça ne marchera pas non plus tant que ça, car pour qu’un film marche, il faut qu’il ait un bon rapport immersion/sensation.

Savez-vous si des projets d’installation de salles 4D sont prévus en France ? Aux Etats-Unis, 200 sont prévues dans les cinq ans.

Je n’étais pas au courant de ce nombre de projets, c’est peut-être tout simplement un coup marketing de la part des fabricants de ces fauteuils. On a bien vu avec les salles Imax : il y a eu des annonces, mais très peu de salles réellement fabriquées.

Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
François78
- 12/07/2012 - 13:32
Et la 5D vous connaissez ?
C'est la restitution des odeurs ..

Quand les sièges vibrants (la 4D) sont transformés en catapultes et vous envoient dans le ventilateur.

When the shit hits the fan ... Effet garanti.