En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
IsMalistes !

Peut-on empêcher la talibanisation du Nord Mali ?

Publié le 06 juillet 2012
Le Nord Mali est aujourd'hui la proie de groupes islamistes violents, dont les exactions provoquent une instabilité inquiétante, notamment à Bamako. Pouvons-nous et allons-nous laisser s'installer un califat fondamentaliste en zone sahélienne ?
Bernard Lugan est expert auprès du TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda). Il anime un blog www. bernard-lugan.com et il édite par internet une revue mensuelle l’Afrique réelle. Il vient de faire paraître Les guerres d’Afrique des origines à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Lugan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Lugan est expert auprès du TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda). Il anime un blog www. bernard-lugan.com et il édite par internet une revue mensuelle l’Afrique réelle. Il vient de faire paraître Les guerres d’Afrique des origines à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Nord Mali est aujourd'hui la proie de groupes islamistes violents, dont les exactions provoquent une instabilité inquiétante, notamment à Bamako. Pouvons-nous et allons-nous laisser s'installer un califat fondamentaliste en zone sahélienne ?

Dans le nord du Mali, nous récoltons aujourd’hui les fruits de cette erreur politique majeure que fut notre ingérence dans la guerre civile libyenne. Tout y a en effet commencé au mois de janvier 2012, quand, de retour de Libye, les Touaregs du MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad), culbutèrent l’armée malienne avant de proclamer l’indépendance de la région.

Profitant de l’aubaine, les islamistes d’Al-Qaïda et ses diverticules régionaux se joignirent au mouvement, mais avec des objectifs totalement différents puisqu’ils prônent la création d’un califat transnational, rêvant de faire du Sahel un nouvel Afghanistan. Dans un premier temps ces groupes islamistes nouèrent des alliances de circonstance avec certaines fractions touaregs, ce qui leur permit d’étendre leur zone d’influence ; puis, ils les doublèrent avant de les chasser de Tombouctou, de Gao et du fleuve Niger, les repoussant vers la frontière algérienne, dans le nord de la région de Kidal.

Maîtres de Tombouctou, les miliciens islamistes ont alors entrepris d’y purifier l’islam en luttant contre le culte des saints qu’ils considèrent comme une résurgence ou une survivance du paganisme. A Tombouctou, la population va en effet prier autour des tombeaux de ces saints pour leur demander la guérison ou la réussite. Pour éradiquer cette forme d’idolâtrie, les islamistes ont donc entrepris de raser les tombeaux, Allah, dieu unique méritant seul prière et invocation, interdisant de demander à d’autres ce qui ne relève que de Lui.

Pour nous, Européens qui devons veiller sur notre arrière-cour saharo sahélienne, la question est claire : pouvons-nous laisser pourrir une situation qui pourrait avoir pour résultat la coagulation de plusieurs foyers régionaux de déstabilisation situés dans le nord du Nigeria avec la secte fondamentaliste Boko Haram, dans la région du Sahara nord occidental avec AQMI et dans la zone des confins algéro-maroco-mauritaniens avec le Polisario ? Pouvons-nous laisser se développer un califat fondamentaliste en zone sahélienne ?

Numériquement les islamistes ne sont qu’une poignée, entre 300 et 500 combattants fortement armés grâce au pillage des arsenaux libyens et ils détiennent des otages européens et algériens.

Ceci étant, la solution n’est pas que militaire, tout règlement en profondeur étant politique, mais le problème est que sa prise en compte conduit à une profonde remise en question des dogmes auxquels nous sommes attachés. Il nous faudrait ainsi reconnaître enfin que vouloir faire vivre dans un même État les agriculteurs noirs sédentaires du Sud et les nomades berbères ou arabes du Nord est une utopie profondément crisogène puisque la démocratie africaine étant d’abord une ethno-mathématique, elle donne automatiquement le pouvoir aux plus nombreux, en l’occurrence les Noirs sudistes, ce que les nordistes ne peuvent accepter.

Cette évidence étant admise il conviendra alors d’aller plus avant dans la connaissance des réalités ethnographiques locales qui sont particulièrement complexes. Les Touaregs ne sont ainsi pas les seuls habitants de l’ouest saharien, immense région aux caractéristiques géographiques et humaines très contrastées abritant plusieurs grandes populations aux territoires relativement bien identifiés :

  • Les Touaregs, qui sont des Berbères, vivent dans le Sahara central ;

  • Les Chaamba, qui sont des Arabes se rattachant au rameau des Beni Sulaym, ont pour cœur territorial l’oasis de Timimoun en Algérie ;

  • Les Reguibat, eux aussi Arabes et qui revendiquent une filiation idrisside, nomadisent entre la Mauritanie et le Sahara occidental ;

  • Les Maures, dont la composante blanche est également arabe puisqu’elle se rattache aux tribus hilaliennes (de Beni Hilal), sont installés en Mauritanie ;

  • Les Songhay, Peuls et certains Touaregs vivent dans la région du fleuve Niger.


Il serait de plus illusoire de vouloir créer un État de l’Azawad qui ne prendrait pas en compte le fait que ces populations ont toujours été en conflit. Au moment de la poussée coloniale, les Chaamba furent ainsi les efficaces auxiliaires des Français qui butaient alors sur le bastion touareg. Aujourd’hui, AQMI prospère essentiellement chez certains Arabes sahariens, pas chez les Touaregs, à quelques exceptions près liées à des clivages internes à certains sous clans. Quant aux populations mélangées du fleuve, elles ont toujours vécu dans la hantise des incursions venues du désert.

L’option de sortie de crise pourrait être celle d’une très large autonomie des trois Azawad autour de ses trois grandes composantes ethno géographiques à savoir : la partie sud, le long du Niger, notamment peuplée par des Songhay et des Peul ; la partie nord, ou cœur de l’Azawad, territoire des Touaregs et l’ouest saharien « arabe ».

Mais avant toutes choses il serait nécessaire de convaincre Bamako que le Mali « unitaire » n’existera jamais plus -il n’a d’ailleurs jamais existé-, et qu’il est donc urgent de penser à une nouvelle organisation constitutionnelle et territoriale qui permettrait de faire revenir les Touaregs sur leur déclaration unilatérale d’indépendance.
Toute autre approche serait vouée à l’échec.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

02.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

03.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

04.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

07.

Agnès Saal, condamnée pour des frais de taxi, a été suspendue de sa Légion d'honneur

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Satigui SIDIBE
- 07/07/2012 - 00:28
méconnaissance total du dossier
Par ces propos vous denotez d'une meconnaissance totale de la réalité du terrain.Sachez,cher monsieur,que je ne connais pas une seule personne ISSUE DU NORD COMME MOI QUI VOUDRAIT D UNE INDEPENDANCE OU D UNE AUTONOMIE.Et sachez que dans tous les conflits opposant les rebelles touaregs au pouvoir,jamais uen autre communauté ne s y est joint.Et aussi ne n oubliez pas que les touaregs representent grosso modo au maximum 15 à 20% de la population du nord majoritairement peuplé de songhoi et de peulh.Et aussi vous faites fi du fait QUE JAMAIS AU GRAND JAMAIS LA REBELLION TOUAREG N AURAIT PLUS UNE SEULE REGION DU MALI SI PUTSH IL N Y AVAIT PAS EU LIEU A BAMAKO ET AUSSI QUE LE GROS DU PEU DE COMBAT FUT ENGAGE PAR AQMI ET NON PAR LE PSEUDO MNLA QUI N EXISTE D AILLEURS PAS.En parlant d une necessité d une large autonomie,vous ne parlez en fait que de l instauration d une BASTION ISLAMIQUE ET NON D UNE REGION AUTONOME.
bobocleaner
- 06/07/2012 - 19:02
la leçon des Boudhas de Bamian ..
c'est maintenant qu'il faut frapper avec l'OTAN et la CDAO AVANT un nouveau 11 Septembre
Ravidelacreche
- 06/07/2012 - 18:25
Peut-on empêcher la talibanisation du Nord Mali ?
Oui !