En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 14 heures 7 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 14 heures 33 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 14 heures 41 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 15 heures 25 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 11 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 12 heures 43 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 13 heures 53 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 14 heures 42 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 15 heures 11 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 7 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 11 heures
Jamais content ?

Conférence sociale : le dialogue social français moins difficile qu'on ne le répète

Publié le 09 juillet 2012
La conférence sociale organisée par le gouvernement s'ouvre lundi. A cette occasion, le manque de représentativité des syndicats et les difficultés pour trouver un consensus ont été déplorés. Pourtant, le dialogue social fonctionne, et ce depuis 2007 déjà...
Sociologue, Directeur de recherche au CNRS, Directeur de l'IDHE 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Didry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sociologue, Directeur de recherche au CNRS, Directeur de l'IDHE 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La conférence sociale organisée par le gouvernement s'ouvre lundi. A cette occasion, le manque de représentativité des syndicats et les difficultés pour trouver un consensus ont été déplorés. Pourtant, le dialogue social fonctionne, et ce depuis 2007 déjà...

Atlantico : La conférence sociale organisée par le gouvernement s'ouvre lundi. A cette occasion, le manque de représentativité des syndicats et les difficultés pour trouver un consensus ont été déplorés. Le dialogue social est-il particulièrement difficile en France ?

Claude Didry : Les difficultés sont surtout dues à un contexte général, délétère de restructurations nombreuses dans les entreprises.

Ces difficultés existent, comme on l’a vu au début de l’année 2012 : Nicolas Sarkozy avait organisé un sommet social dont il était sorti une réflexion qui a suscité la controverse sur les accords compétitivité-emploi. Le débat s’est arrêté juste avant l'élection présidentielle, mais il s’agissait de permettre aux entreprises en difficulté de remettre en question le droit social. Cet accord, revendiqué par le MEDEF, a créé beaucoup de tensions et supposait de nombreux problèmes juridiques, notamment celui de la continuité des contrats de travail. Qui plus est, la question du dumping social s’est posée : imaginez que Renault et Peugeot s’adonnent à ces pratiques en arguant de leurs difficultés, cela donnerait lieu à une course à la baisse des salaires en Europe.  

Mais malgré tout, les institutions fonctionnent depuis 2007 et aboutissent à des résultats. Il n’y a pas plus de problème en France pour trouver le consensus que dans les autres États.

Les syndicats souffrent-ils réellement d'un problème de représentativité en France ?

Une loi d’août 2008 a réformé la représentativité des syndicats en introduisant un nouveau critère, celui du résultat aux élections professionnelles. Or le taux de participation à ces élections est de 60% en moyenne. Les partenaires sociaux sont donc de plus en plus légitimes – au sens de leur audience auprès des salariés.

Le taux de syndicalisation en France est de 8%. Mais ce n’est qu’une moyenne ; il y a donc des secteurs très faiblement syndicalisés. On a évidemment un problème de militantisme syndical.

Cela dit, le PS ou l’UMP rencontrent aussi un problème de militantisme. Et pourtant, on ne dit pas qu’ils souffrent d’un manque de représentativité. Depuis 2008, les syndicats sont ni plus ni moins représentatifs que le sont les partis au pouvoir.

Ne doit-on pas s'inspirer des modèles allemand ou suédois ?

Je ne crois pas que ces modèles nous surpassent. Au final, le système allemand se rapproche du nôtre. Nos systèmes reposent sur deux pieds : d’une part, l’adhésion syndicale ; d’autre part, la représentation du personnel dans les comités d’entreprise. La différence tient à ce que les conseils d’entreprise allemands ont des pouvoirs plus étendus, notamment en matière d’emploi. Ils peuvent bloquer leur destruction. Cela explique en partie pourquoi le modèle allemand a mieux résisté à la crise, en s’y adaptant par des stratégies de chômage partiel plutôt que de licenciements collectifs.

En Allemagne, les entreprises ont plus de marge de manœuvre – parce que compétitivité y est plus forte. C’est d’ailleurs ce qui explique le poids plus important des syndicats.

En Suède, le dialogue social repose sur une adhésion syndicale massive. Le syndicat a de multiples fonctions : assurance chômage, assurance professionnelle, protection sociale… On ne peut tout simplement pas comparer les syndicats suédois aux français, car ce sont des institutions différentes.

Personnellement, je regarderais plus vers le modèle du dialogue social européen. La confédération européenne des syndicats discute avec Business Europe, le Centre européen des entreprises à participation publique, et ces discussions aboutissent à des directives très importantes en matière de représentation des salariés, de régulation du temps de travail, des contrats de travail, etc. Ce modèle a contribué à renforcer le dialogue social en France, car cela a forcé les syndicats français à s’accorder entre eux avant de dialoguer au niveau européen. On l’ignore malheureusement aujourd’hui – surtout depuis la présidence Barroso à la Commission, très libérale, qui ne range pas le dialogue social parmi ses priorités. Or c’est le levier par excellence qui permettrait de faire face au risque de dumping social au sein du marché unique, pour éviter que des pays comme l’Italie ou l’Espagne baissent leurs salaires afin de gagner en compétitivité, ce qui provoquerait une déflation des salaires européens.

La gauche au pouvoir va-t-elle initier une nouvelle ère dans le dialogue social ?

Les rencontres au sommet existaient déjà sous la présidence Sarkozy – en-dehors, malheureusement, de la réforme des retraites, qui n’avait pas donné lieu à la consultation des partenaires sociaux. Instaurées par une loi sous le gouvernement Chirac, en janvier 2007, elles se déroulent dans un cadre législatif qui implique de consulter les partenaires sociaux sur les grands projets de loi qui touchent au droit social et au droit du travail. Cette conférence sociale est l’occasion de confirmer cette dynamique.

Il est vrai que le dialogue social tient une place importante dans le programme de François Hollande, qui proposait d’intégrer la consultation des syndicats dans la Constitution.

Quel est l’importance du dialogue social dans le contexte des restructurations actuelles ?

Il existe, dans les entreprises françaises aujourd’hui, une attente très forte de renforcement des pouvoirs des comités d’entreprise. Les élus du personnel possède une connaissance des entreprises qui doit être valorisée. Les salariés veulent discuter des restructurations. Ils souhaitent que l’emploi cesse d’être une variable d’ajustement qui dépend des intérêts actionnariaux, que les travailleurs soient des acteurs de l’entreprise – et non plus seulement des coûts. Si une entreprise est compétitive, ce n’est pas seulement parce que les salariés coûtent peu cher ; mais aussi parce qu’ils sont inventifs et bien formés. Alcatel par exemple développe ses marges grâce à des produits innovants.

Les affaires Molex, Continental, Goodyear, Florange ou encore PSA nous le montrent. Cela illustre à quel point le pouvoir politique a besoin de prendre en compte ces attentes, sous peine d’être totalement décrédibilisé. Nicolas Sarkozy, à Gondrange, y faisant des promesses et ne les tenant pas, a été un tournant dans le quinquennat. L’enjeu pour le gouvernement est donc capital. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
flogo
- 09/07/2012 - 20:30
Qui a vu sur A2 les serrements de mains de Hollande

aux représentants de la conférence sociale ?
*****
Lorsqu'un président serre la main du bout des doigts de Me Parisot, sans la regarder mais en regardant avec un grand sourire le chevelu de la CGT, vous savez que le président vient de faire un affront impardonable à la représentante de toutes les entreprises française, à tous les patrons grands et petits, à tous les entrepreneurs.
*****
À partir de ce moment là, aucun cadeau ne lui sera fait par les patrons .
Lorsque les patrons, ceux qui font le tissu économique de la France, sont ainsi bafoués, ils n'ont plus aucun égard pour ce chef politique qui n'a rien compris...C'est normal c'est un énarque !
Il n'est plus rien qu'une baudruche pleine du vent qu'il souffle lui-même dans sa bulle.
*****
La rentrée de septembre sera encore plus violente socialement..
Les patrons vont partir encore plus vite...
Nous sombrerons plus vite ...


Mustapha
- 09/07/2012 - 17:04
Le " on " qui le répète est
Le " on " qui le répète est en fait le droite politique et médiatique.
ISABLEUE
- 09/07/2012 - 16:06
Les soi-disants syndicats enFrance
ne représentent que les fonctionnaires.
Tu parles d'une aventure....