En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

ça vient d'être publié
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 59 min 22 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 1 heure 20 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 8 heures 31 min
pépites > Media
Justice
Discours de la Convention de la droite diffusé sur LCI : Eric Zemmour sera jugé à la fin du mois de janvier
il y a 10 heures 7 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 9 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 49 min
light > Culture
Principe de précaution pour Disney
Le prochain opus de la saga Star Wars présenterait des risques d’épilepsie
il y a 14 heures 18 min
pépites > Politique
Crise
Levallois-Perret : Sylvie Ramond, adjointe de Patrick Balkany, démissionne de la majorité municipale
il y a 15 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Soyez gentils" de George Saunders : un discours à contre-courant bien réconfortant

il y a 17 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rouge impératrice" de Léonora Miano : au XXIIème siècle, une Afrique pacifiée et prospère accueille des “Sinistrés”, descendants des colons européens

il y a 18 heures 15 min
pépite vidéo > International
Images impressionnantes
Nouvelle-Zélande : lourd bilan après l'éruption du volcan de White Island
il y a 19 heures 30 min
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 1 heure 25 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 9 heures 20 min
pépites > Sport
Drapeau neutre
Exclusion de la Russie des compétitions sportives : Vladimir Poutine dénonce une décision politique
il y a 10 heures 56 min
pépites > Social
Mobilisation en baisse
Retraites : 339.000 personnes ont défilé dans toute la France en ce mardi 10 décembre, 885.000 selon les syndicats
il y a 13 heures 43 min
pépites > Politique
Grand oral
Edouard Philippe prévient qu'il n'y aura "pas d'annonces magiques" sur la réforme des retraites
il y a 14 heures 58 min
pépite vidéo > France
Heures de pointe
Grève SNCF - RATP : les images des quais bondés et de la tension entre les usagers à Gare du Nord notamment
il y a 16 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous pour un moment" de Arne Lygre : une vingtaine de personnages se croisent dans six séquences enchaînées dans lesquelles les acteurs inversent les rôles qu’ils jouent

il y a 18 heures 2 min
light > France
Réseaux sociaux
L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été l'événement le plus commenté de l'année sur Twitter
il y a 18 heures 37 min
pépites > Social
Syndicats vs gouvernement
"Mardi noir" à la veille de la présentation du projet de réformes des retraites
il y a 20 heures 12 min
Jamais content ?

Conférence sociale : le dialogue social français moins difficile qu'on ne le répète

Publié le 09 juillet 2012
La conférence sociale organisée par le gouvernement s'ouvre lundi. A cette occasion, le manque de représentativité des syndicats et les difficultés pour trouver un consensus ont été déplorés. Pourtant, le dialogue social fonctionne, et ce depuis 2007 déjà...
Sociologue, Directeur de recherche au CNRS, Directeur de l'IDHE 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Didry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sociologue, Directeur de recherche au CNRS, Directeur de l'IDHE 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La conférence sociale organisée par le gouvernement s'ouvre lundi. A cette occasion, le manque de représentativité des syndicats et les difficultés pour trouver un consensus ont été déplorés. Pourtant, le dialogue social fonctionne, et ce depuis 2007 déjà...

Atlantico : La conférence sociale organisée par le gouvernement s'ouvre lundi. A cette occasion, le manque de représentativité des syndicats et les difficultés pour trouver un consensus ont été déplorés. Le dialogue social est-il particulièrement difficile en France ?

Claude Didry : Les difficultés sont surtout dues à un contexte général, délétère de restructurations nombreuses dans les entreprises.

Ces difficultés existent, comme on l’a vu au début de l’année 2012 : Nicolas Sarkozy avait organisé un sommet social dont il était sorti une réflexion qui a suscité la controverse sur les accords compétitivité-emploi. Le débat s’est arrêté juste avant l'élection présidentielle, mais il s’agissait de permettre aux entreprises en difficulté de remettre en question le droit social. Cet accord, revendiqué par le MEDEF, a créé beaucoup de tensions et supposait de nombreux problèmes juridiques, notamment celui de la continuité des contrats de travail. Qui plus est, la question du dumping social s’est posée : imaginez que Renault et Peugeot s’adonnent à ces pratiques en arguant de leurs difficultés, cela donnerait lieu à une course à la baisse des salaires en Europe.  

Mais malgré tout, les institutions fonctionnent depuis 2007 et aboutissent à des résultats. Il n’y a pas plus de problème en France pour trouver le consensus que dans les autres États.

Les syndicats souffrent-ils réellement d'un problème de représentativité en France ?

Une loi d’août 2008 a réformé la représentativité des syndicats en introduisant un nouveau critère, celui du résultat aux élections professionnelles. Or le taux de participation à ces élections est de 60% en moyenne. Les partenaires sociaux sont donc de plus en plus légitimes – au sens de leur audience auprès des salariés.

Le taux de syndicalisation en France est de 8%. Mais ce n’est qu’une moyenne ; il y a donc des secteurs très faiblement syndicalisés. On a évidemment un problème de militantisme syndical.

Cela dit, le PS ou l’UMP rencontrent aussi un problème de militantisme. Et pourtant, on ne dit pas qu’ils souffrent d’un manque de représentativité. Depuis 2008, les syndicats sont ni plus ni moins représentatifs que le sont les partis au pouvoir.

Ne doit-on pas s'inspirer des modèles allemand ou suédois ?

Je ne crois pas que ces modèles nous surpassent. Au final, le système allemand se rapproche du nôtre. Nos systèmes reposent sur deux pieds : d’une part, l’adhésion syndicale ; d’autre part, la représentation du personnel dans les comités d’entreprise. La différence tient à ce que les conseils d’entreprise allemands ont des pouvoirs plus étendus, notamment en matière d’emploi. Ils peuvent bloquer leur destruction. Cela explique en partie pourquoi le modèle allemand a mieux résisté à la crise, en s’y adaptant par des stratégies de chômage partiel plutôt que de licenciements collectifs.

En Allemagne, les entreprises ont plus de marge de manœuvre – parce que compétitivité y est plus forte. C’est d’ailleurs ce qui explique le poids plus important des syndicats.

En Suède, le dialogue social repose sur une adhésion syndicale massive. Le syndicat a de multiples fonctions : assurance chômage, assurance professionnelle, protection sociale… On ne peut tout simplement pas comparer les syndicats suédois aux français, car ce sont des institutions différentes.

Personnellement, je regarderais plus vers le modèle du dialogue social européen. La confédération européenne des syndicats discute avec Business Europe, le Centre européen des entreprises à participation publique, et ces discussions aboutissent à des directives très importantes en matière de représentation des salariés, de régulation du temps de travail, des contrats de travail, etc. Ce modèle a contribué à renforcer le dialogue social en France, car cela a forcé les syndicats français à s’accorder entre eux avant de dialoguer au niveau européen. On l’ignore malheureusement aujourd’hui – surtout depuis la présidence Barroso à la Commission, très libérale, qui ne range pas le dialogue social parmi ses priorités. Or c’est le levier par excellence qui permettrait de faire face au risque de dumping social au sein du marché unique, pour éviter que des pays comme l’Italie ou l’Espagne baissent leurs salaires afin de gagner en compétitivité, ce qui provoquerait une déflation des salaires européens.

La gauche au pouvoir va-t-elle initier une nouvelle ère dans le dialogue social ?

Les rencontres au sommet existaient déjà sous la présidence Sarkozy – en-dehors, malheureusement, de la réforme des retraites, qui n’avait pas donné lieu à la consultation des partenaires sociaux. Instaurées par une loi sous le gouvernement Chirac, en janvier 2007, elles se déroulent dans un cadre législatif qui implique de consulter les partenaires sociaux sur les grands projets de loi qui touchent au droit social et au droit du travail. Cette conférence sociale est l’occasion de confirmer cette dynamique.

Il est vrai que le dialogue social tient une place importante dans le programme de François Hollande, qui proposait d’intégrer la consultation des syndicats dans la Constitution.

Quel est l’importance du dialogue social dans le contexte des restructurations actuelles ?

Il existe, dans les entreprises françaises aujourd’hui, une attente très forte de renforcement des pouvoirs des comités d’entreprise. Les élus du personnel possède une connaissance des entreprises qui doit être valorisée. Les salariés veulent discuter des restructurations. Ils souhaitent que l’emploi cesse d’être une variable d’ajustement qui dépend des intérêts actionnariaux, que les travailleurs soient des acteurs de l’entreprise – et non plus seulement des coûts. Si une entreprise est compétitive, ce n’est pas seulement parce que les salariés coûtent peu cher ; mais aussi parce qu’ils sont inventifs et bien formés. Alcatel par exemple développe ses marges grâce à des produits innovants.

Les affaires Molex, Continental, Goodyear, Florange ou encore PSA nous le montrent. Cela illustre à quel point le pouvoir politique a besoin de prendre en compte ces attentes, sous peine d’être totalement décrédibilisé. Nicolas Sarkozy, à Gondrange, y faisant des promesses et ne les tenant pas, a été un tournant dans le quinquennat. L’enjeu pour le gouvernement est donc capital. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
flogo
- 09/07/2012 - 20:30
Qui a vu sur A2 les serrements de mains de Hollande

aux représentants de la conférence sociale ?
*****
Lorsqu'un président serre la main du bout des doigts de Me Parisot, sans la regarder mais en regardant avec un grand sourire le chevelu de la CGT, vous savez que le président vient de faire un affront impardonable à la représentante de toutes les entreprises française, à tous les patrons grands et petits, à tous les entrepreneurs.
*****
À partir de ce moment là, aucun cadeau ne lui sera fait par les patrons .
Lorsque les patrons, ceux qui font le tissu économique de la France, sont ainsi bafoués, ils n'ont plus aucun égard pour ce chef politique qui n'a rien compris...C'est normal c'est un énarque !
Il n'est plus rien qu'une baudruche pleine du vent qu'il souffle lui-même dans sa bulle.
*****
La rentrée de septembre sera encore plus violente socialement..
Les patrons vont partir encore plus vite...
Nous sombrerons plus vite ...


Mustapha
- 09/07/2012 - 17:04
Le " on " qui le répète est
Le " on " qui le répète est en fait le droite politique et médiatique.
ISABLEUE
- 09/07/2012 - 16:06
Les soi-disants syndicats enFrance
ne représentent que les fonctionnaires.
Tu parles d'une aventure....