En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 6 heures 13 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 13 heures 19 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 13 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 14 heures 14 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 14 heures 46 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 15 heures 49 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 17 heures 27 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 17 heures 43 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 12 heures 15 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 13 heures 30 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 13 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 14 heures 11 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 14 heures 26 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 17 heures 37 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 17 heures 50 min
© Reuters
Les augmentations des prix du tabac arrangent tout le monde : industriels du tabac, buralistes et pouvoirs publics. Seuls les acteurs impliqués dans la santé publique s’agacent de ces augmentations de 6 %.
© Reuters
Les augmentations des prix du tabac arrangent tout le monde : industriels du tabac, buralistes et pouvoirs publics. Seuls les acteurs impliqués dans la santé publique s’agacent de ces augmentations de 6 %.
1+1=3

Recettes fiscales et lutte contre le tabac : le mauvais calcul des pouvoirs publics

Publié le 29 juin 2012
La hausse de 6% des prix du tabac prévue en septembre par le précédent gouvernement sera appliquée, a confirmé le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac. Si la démarche s'est révélée plutôt efficace en termes de lutte contre le tabagisme, ce n’est pas en cherchant à augmenter les recettes fiscales que l’État va s’enrichir, mais bien en faisant baisser le coût social du tabagisme.
Christian Ben Lakhdar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Ben Lakhdar est enseigant à l'Université catholique de Lille.Il est spécialisé dans l'économie des drogues et des addictions.Il collabore avec l'Institut des Stratégies et Techniques de Communication (www.istc.fr)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La hausse de 6% des prix du tabac prévue en septembre par le précédent gouvernement sera appliquée, a confirmé le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac. Si la démarche s'est révélée plutôt efficace en termes de lutte contre le tabagisme, ce n’est pas en cherchant à augmenter les recettes fiscales que l’État va s’enrichir, mais bien en faisant baisser le coût social du tabagisme.

Depuis Janvier 2004, il n’y a eu aucune augmentation des taxes sur les produits du tabac. Seules des augmentations de prix à l’initiative des industriels du tabac et validées par le ministère du budget sont venues augmenter le prix du tabac. Il y en a eu quatre sans compter celle à venir, et à chaque fois de 6 %. Ces augmentations arrangent tout le monde : industriels du tabac, buralistes et assez bizarrement les pouvoirs publics. Seuls les acteurs impliqués dans la santé publique s’agacent de ces augmentations de 6 %.

On sait en effet que des augmentations modérées du prix du tabac n’incitent pas les fumeurs à arrêter ou à diminuer leur consommation de tabac : l’augmentation n’est pas assez forte pour cela compte tenu de l’inflation. Avec ces augmentations de 6 %, les recettes fiscales augmentent de la même façon que le chiffre d’affaires de l’industrie ; le nombre de fumeurs lui reste stable, voire augmente : entre 2005 et 2010 les prévalences tabagiques ont ré-augmenté en France en particulier chez les femmes et les sans emplois.

Alors oui, certains diront que des augmentations trop fortes des taxes ou du prix vont favoriser les achats de tabac à l’étranger voire la contrebande et qu’au final, l’Etat risque d’y perdre sur les deux tableaux : en termes de recettes fiscales et de santé publique.  Cet argument est contredit par les faits. D’une part, rien ne prouve aujourd’hui que la France ait atteint le sommet de la courbe de Laffer, courbe symbolisant le slogan « trop d’impôt tue l’impôt ». Il reste encore des marges de progression des taxes sur les produits du tabac !

D’autre part, augmenter fortement les taxes augmente moins fortement la consommation de tabac étranger que cela ne baisse la consommation de tabac français. Dit autrement, suite aux augmentations de taxes de 2003 et 2004, les études ont montré qu’il y avait plus de gens qui arrêtaient, diminuaient ou ne commençaient pas à fumer que de gens substituant du tabac français pour du tabac transfrontalier ou de contrebande. Encore en d’autres termes, augmenter très fortement les taxes sur le tabac, diminue la consommation de tabac des français même si les volumes de tabac étranger fumés en France augmentent. La raison à ceci est que les augmentations de taxes incitent les non-fumeurs (en particulier les jeunes) à rester non-fumeur.

De plus, il faut savoir que les études montrent que les fumeurs ont envie d’arrêter de fumer mais qu’ils n’y arrivent pas, la dépendance au tabac étant très forte. C’est pourquoi en plus de fortes et régulières augmentations de taxes sur les produits du tabac, non seulement le rapport du député Yves Bur mais aussi un avis du Haut Conseil de la Santé Publique, tous deux publiés en début d’année 2012, recommandent une prise en charge totale du sevrage tabagique. La Haute Autorité de Santé admet que le sevrage tabagique est très fortement coût-efficace : cela rapporte plus à la collectivité d’aider un fumeur à arrêter plutôt que de ne rien faire et de financer plus tard la prise en charge de son cancer du poumon (ou un autre cancer d’ailleurs).

Les pouvoirs publics se doivent alors d’augmenter les taxes sur le tabac et de financer avec ces recettes fiscales supplémentaires la prise en charge globale du sevrage tabagique (non seulement les substituts nicotiniques mais aussi l’accompagnement réalisé par un tabacologue par exemple).

Actuellement, les pouvoirs publics réalisent un très mauvais calcul en se focalisant sur les recettes fiscales liées au tabac. C’est au contraire en mobilisant la taxe à des fins de santé publique que les finances publiques s’assainiront : le coût social du tabac, c’est à dire la somme des coûts directs et indirects liés au tabagisme, s’élève à 47,7 milliards d’euro par an en France. Les recettes fiscales ne représentent qu’environ 13 milliards d’euro par an. Ce n’est donc pas en cherchant à augmenter les recettes fiscales que l’Etat va s’enrichir mais bien en faisant baisser le coût social du tabagisme : le but de l’outil fiscal est bien de faire baisser les prévalences tabagiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Karamba
- 29/06/2012 - 14:31
Les recettes fiscales du tabac
ne servent visiblement pas à financer les soins liés aux cancers du tabac, donc elles sont allouées à quel effet?