En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 1 heure 22 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 4 heures 23 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 5 heures 14 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 8 heures 31 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 11 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 52 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 12 heures 26 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 46 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 49 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 6 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 8 heures 17 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 50 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 10 heures 15 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 52 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 49 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 44 min
Voisins, copains ?

Le Hezbollah va-t-il se tenir à l’écart du brasier syrien ?

Publié le 28 juin 2012
Malgré la rhétorique ambiante et les rumeurs concernant l’implication du Hezbollah dans la répression en Syrie, le Parti de Dieu n’a aucun intérêt à s’immiscer dans les affaires de son encombrant allié. De son côté le régime syrien n’est pas arrivé à un stade de délitement qui nécessite l’aide d’un acteur non-étatique et étranger tel que le Hezbollah.
Wassim Nasr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Wassim Nasr est journaliste et veilleur analyste. Il est diplômé à l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques (CEDS).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré la rhétorique ambiante et les rumeurs concernant l’implication du Hezbollah dans la répression en Syrie, le Parti de Dieu n’a aucun intérêt à s’immiscer dans les affaires de son encombrant allié. De son côté le régime syrien n’est pas arrivé à un stade de délitement qui nécessite l’aide d’un acteur non-étatique et étranger tel que le Hezbollah.

Depuis le début du soulèvement en Syrie beaucoup ont accusé le Hezbollah d’aider le régime syrien dans la répression des opposants. Ces accusations ne se basent pas sur des faits, mais sur des rumeurs qui trouvent leurs fondements dans le jeu d’alliances régionales et dans la confrontation indirecte à laquelle se livrent l’Arabie Saoudite et la République Islamique d’Iran depuis des décennies dans toutes les « arènes » du Proche-Orient.

Mais on oublie que l’utilité et la valeur ajoutée du Hezbollah pour Téhéran résident dans sa capacité à constituer une menace pour l’Etat hébreu et non dans le soutien d’un régime baathiste aux abois. Surtout après le changement de cap du Hamas et sa sortie officieuse du giron syro-iranien. Une implication directe du Hezbollah en territoire syrien le privera de sa capacité de nuisance vis-à-vis d’Israël et ôtera de ce fait une carte importante des mains du négociateur iranien. Téhéran n’a aucun intérêt à sacrifier un Hezbollah à l’apogée de sa puissance, après l’échec des négociations - avec les Six (les cinq membres du Conseil de Sécurité + l’Allemagne) - de Moscou, cela malgré les lueurs d’espoir qui ont suivis les précédentes négociations d’Istanbul.

Depuis des mois le Hezbollah a entamé une opération d’envergure pour rapatrier son armement stocké en territoire syrien. Toutes les nuits les habitants de Dahié (banlieue sud de Beyrouth) témoignent d’un ballet de camions déchargeant leurs  cargaisons dans plusieurs entrepôts du bastion chiite. Parallèlement le Parti de Dieu retourne à la table des négociations - suivant l’appel du Président de la République Libanaise Michel Souleiman - pour discuter son armement et la « stratégie défensive » à adopter en accord avec les autres composantes politiques libanaises. Deux démonstrations de la primauté des préoccupations locales, qui démontrent à leurs tours que le Hezbollah agit dans l’optique d’un inévitable changement du pouvoir à Damas.

Certes il existe au sein du parti chiite un courant qui appelle à une implication directe dans le soutien au régime syrien. Une partie de l’appareil politique estime que la chute du régime Baathiste signera la fin du camp de la « résistance » et qu’il faudra tout mettre en œuvre pour maintenir Assad au pouvoir. Mais le courant qui s’y oppose a toujours la main haute fort du veto iranien à une telle entreprise. Cela dit les deux courants existent aussi au sein de l’appareil d’Etat iranien, entre le Guide de la Révolution Khamenei qui est pour épargner à l’Iran et au Hezbollah les hasards d’une implication directe dans le conflit syrien et le courant du Président Ahmadinajad qui lui pousse vers un soutien inconditionnel à Bachar el-Assad.

Il ne faut pas oublier aussi qu’au sein même du Hezbollah le courant anti-syrien a toujours exister. Une tendance qui s’est renforcée avec la confirmation de l’implication des renseignements syriens dans l’assassinat d’Imad Moughnieh (à la tête des opérations militaires du Hezbollah) à Damas en 2008.  Sans oublier qu’à la fin des années 1980, le Hezbollah (représentant l’influence iranienne) s’est imposé par la force des armes face à la formation chiite rivale Amal (représentant l’influence syrienne). Cela dit le Parti de Dieu a su s’adapter à la période de la « pax-syriana » (1990-2005) en destituant son chef le Cheikh Sobhi el-Toufaïli (ouvertement anti-syrien et maestro de la victoire du Hezbollah sur le terrain). Donc il n’est pas à exclure qu’une manipulation similaire soit planifiée à la tête du parti en adaptation à un nouvel équilibre régional moins favorable.

 

 

Une réalité qui pourra néanmoins rattraper le Hezbollah

La prise d'otage des pèlerins chiites en territoire syrien met un terme au mythe de la toute puissance du Hezbollah. Avec son incapacité à donner des réponses aux familles, le Parti de Dieu voit son autorité faiblir sur sa propre base populaire et sur sa « rue ». Le flou qui entoure les tentatives de libérations – certaines sources proches du dossier évoquent un déploiement massif de l’armée syrienne d’autres un bombardement de la région – ajoute à la confusion. Des tracts ont été distribués dans  les rues de Dahié menaçant respectivement la population et l’État turc, comme la population et l’État syrien des conséquences de cette prise d’otages.

L’incapacité du Hezbollah à tenir sa « rue », se traduit dans les rumeurs concernant l’énonciation d’une Fatwa religieuse qui interdirait le blocage de l’autoroute menant à l’aéroport de Beyrouth. (1) S’ajoute à cela plusieurs incidents sécuritaires  entre différents clans chiites de cette même banlieue ou dans la plaine de la Bekaa ; même si ces accrochages sont habituels le contexte de crise leur donne  une nouvelle dimension démontrant que l’évolution des choses échappe à la discipline de fer du Parti de Dieu.

Le Hezbollah qui tient le pays du Cèdre depuis son coup d’Etat « démocratique » de 2010, n’a rien à gagner à travers une implication dans le conflit syrien et à encore moins à gagner dans un embrasement au Liban. Mais l’évolution du conflit syrien et sa dimension confessionnelle pourraient mener à une implication de facto du Parti de Dieu, suite à une implication de sa base populaire. L’hégémonie militaire du Hezbollah au pays du Cèdre pourra aussi être mise à l’épreuve avec la constitution d’une force combattante sunnite aguerrie au combat sur le théâtre syrien. (2) Tous ces éléments réunis poussent le Hezbollah à une politique de préservation des acquis qui écarte de fait toute implication dans le conflit syrien et toute escalade sur la scène libanaise.

Les acteurs régionaux du théâtre syrien n’ayant pas encore clairement choisi la régionalisation comme sortie du statut quo, on constate que les acteurs locaux et les évolutions tragiques sur le terrain poussent indéniablement vers cette voie. Le long conflit libanais et le conflit irakien après lui nous donnent assez d’éléments pour savoir qu’arriver à un certain stade les décisions se font et se défont dans la rue et non dans les salons bien cossus.

(1) Cette autoroute - jouxtant Dahié - a été bloquée à plusieurs reprises par les familles des otages. Ce moyen de pression a été régulièrement utilisé pour diverses raisons et depuis des années par les habitants chiites de la banlieue sud de Beyrouth, mais toujours avec le feu vert du Hezbollah ; ce qui ne fut pas le cas de la dernière manifestation durant laquelle un responsable du Parti de Dieu a été agressé par la foule.

(2) Une telle force n’existait pas le 7 mai 2008, ce qui permit au Hezbollah de s’imposer sans grande difficulté dans les quartiers sunnites de Beyrouth et donc d’imposer sa volonté par la force des armes aux autres composantes politiques du pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pascalecs
- 28/06/2012 - 18:12
Complètement d'accord sur la
Complètement d'accord sur la démarche générale du Hezbollah. D'autant que clairement, Assad a toutes les milices qui lui faut pour faire son sale boulot. On ne voit bien quel avantage compétitif l'implication directe du Hezbollah apporterait à Assad. Maintenant, je trouve très intéressant que le groupe évacue ses armes de Syrie en direction du Liban. Est-ce-que le Hezbollah pense qu'Assad ne survivra pas? Est-ce-qu'ill veut mettre ses armes à l'abri des rebelles?
bob
- 28/06/2012 - 15:36
Enfin
Enfin un spécialiste vraiment spécialiste.
Cela fera peut-être réfléchir ceux qui dans tous les cas voient un printemps démocratique arriver demain. Quand le Hezb l'Iran et la Turquie s'y mettront, on s'en mordra les doigts.