En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
info atlantico
Sondage Atlantico/Ifop
52 % des Français favorables à une intervention militaire des Nations Unies en Syrie (plus que les Allemands et les Italiens mais moins qu'il y a un mois)
Publié le 26 juin 2012
Avec Ifop
Sondage Atlantico/Ifop : Seuls 46% des Allemands et 43% des Italiens sont favorables à une intervention contre 65% des Espagnols.
L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ifop
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sondage Atlantico/Ifop : Seuls 46% des Allemands et 43% des Italiens sont favorables à une intervention contre 65% des Espagnols.
Avec Ifop

Question  : Vous savez que depuis plusieurs mois des affrontements et des combats ont lieu en Syrie qui s’enfonce dans la guerre civile. Seriez-vous tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt pas favorable ou pas du tout favorable à une intervention militaire des Nations-Unies en Syrie ?

 (Cliquez sur l'image pour l’agrandir)

Guillaume Chevalier (Chargé d'études au département Opinion à l'Ifop) : L’adhésion européenne à un engagement armé des Nations-Unies en Syrie apparaît tout d’abord inégale : les Espagnols (65%) et les Français (52%) se révèlent majoritairement favorables à une telle intervention militaire, au contraire de leurs voisins et alliés Allemands (45%) et Italiens (43%). Dans les faits, l’écart de positionnement entre la France et l’Allemagne ou l’Italie n’est pas si marqué, puisque 21% des Français y sont « tout à fait favorables », contre 18%, soit un score relativement proche, chez nos deux voisins. L’opinion espagnole se singularise donc en se prononçant plus nettement en faveur d’une intervention sous l’égide des Nations-Unies.

L’instabilité régionale et les incertitudes qui pèsent sur l’issue du conflit syrien inspirent donc la méfiance des européens, surtout si l’engagement impliquait la présence de leur propre pays. Ainsi, environ deux tiers des Italiens (68%) et des Allemands (64%) ne veulent pas que leur pays intervienne, contre 58% des Français. De plus, relativisant ainsi leur soutien à un engagement militaire de l’ONU, les Espagnols s’opposeraient à 56% à une intervention de leur propre pays. Cette réaction de méfiance, valable dans les quatre pays, n’a rien d’étonnant, les opinions européennes faisant comme en France primer une intervention collective sur l’engagement national.

Parmi les hypothèses pouvant expliquer les écarts de soutien d’un pays à l’autre, le souvenir de l’engagement en Libye l’an passé et les contextes politiques divergents constituent des éléments à prendre en compte. Les opinions publiques allemande et italienne sont ainsi marquées par un profond mouvement pacifiste, l’Espagne ou la France ayant été pour leur part particulièrement sensibles et attentives aux révolutions arabes de 2011. Il est probable également que les populations interrogées dans ces quatre pays soit plus ou moins conscientes des coûts, en hommes comme en moyens, qu’un tel conflit suppose : l’Espagne a par exemple engagé un peu moins de moyens militaires en Libye ou en Afghanistan que les trois autres pays.

 

Question  : Vous savez que depuis plusieurs mois des affrontements et des combats ont lieu en Syrie qui s’enfonce dans la guerre civile. Seriez-vous tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt pas favorable ou pas du tout favorable à une intervention militaire des Nations-Unies en Syrie ?

 (Cliquez sur l'image pour l’agrandir)

Guillaume Chevalier : L’adhésion de l’opinion française à une intervention militaire des Nations Unies en Syrie recule sensiblement depuis le mois dernier (-6 points, à 52%), mais reste tout de même majoritaire. Ce sensible tassement dans l’opinion est sans doute à relier à l’absence de résultats émanant des négociations diplomatiques actuelles, à la sensation que les gouvernements hésitent à s’engager militairement, et à la prise de conscience de la puissance du régime syrien, qui apparaît plus installé que ne l’étaient les forces du colonel Kadhafi en mars 2011.

Toutefois, le recul de l’adhésion à une intervention internationale est relatif : ce niveau reste supérieur à celui relevé en février dernier (51% à l’époque), et la proportion de Français « tout à fait favorables » à l’intervention des Nations-Unies (21%), plus fort qu’en février ou mai dernier, laisse entrevoir une radicalisation du soutien à l’engagement militaire. Surtout, cette courte majorité est bien supérieure au niveau de soutien relevé en mars 2011 s’agissant du conflit libyen (36%).

Politiquement, il est intéressant de noter que les sympathisants de l’UMP (56%) et du PS (60%) s’entendent sur la nécessité d’un engagement en Syrie, les plus réticents se comptant parmi les personnes se déclarant proches d’Europe Ecologie-Les Verts (44%), sans doute culturellement plus pacifistes, et du Front National (42%), pour leur part plus isolationnistes.

Enfin, l’engagement en propre de la France au sein d’une force internationale suscite en parallèle une adhésion moins marquée qu’en mai (-8 points en un mois), à 42%. C’est toutefois 4 points de plus qu’en février dernier, et douze points de plus qu’en mars 2011, avant le lancement des premières attaques sur la Libye.

 

  (Cliquez sur l'image pour l’agrandir)

Guillaume Chevalier : De manière générale, et justifiant sans doute la réticence des européens, la montée des combats n’a pas particulièrement affaibli le régime de Bachar el Assad. En outre, prime sans doute le sentiment que plus le conflit s’installe, plus la probabilité d’une guerre longue et donc à l’issue incertaine se confirme.

Dans le détail, et de manière assez classique s’agissant des conflits armés, le soutien des opinions publiques européennes s’avère avant tout masculin et plus marqué parmi les catégories socioprofessionnelles supérieures, traditionnellement plus impliquées dans les problématiques internationales, quand les CSP- tendent à se focaliser davantage sur les problèmes nationaux. 

  (Cliquez sur l'image pour l’agrandir)

  (Cliquez sur l'image pour l’agrandir)

 

  (Cliquez sur l'image pour l’agrandir)

 Question  : Dans l’hypothèse d’une telle intervention, seriez-vous tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt pas favorable ou pas favorable du tout à un engagement militaire de la France / l’Allemagne /
l’Espagne / l’Italie ?

 (Cliquez sur l'image pour l’agrandir)

 Question  : Dans l’hypothèse d’une telle intervention, seriez-vous tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt pas favorable ou pas favorable du tout à un engagement militaire de la France ?

- Rappels France -

 (Cliquez sur l'image pour l’agrandir)

  (Cliquez sur l'image pour l’agrandir)

  (Cliquez sur l'image pour l’agrandir)

  (Cliquez sur l'image pour l’agrandir)

  (Cliquez sur l'image pour l’agrandir)

 

[1] Etude Ifop pour La Croix réalisée par téléphone du 12 au 13 juillet 2007 auprès d'un échantillon de 1009 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La question était « Etes-vous tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt pas favorable ou pas du tout favorable à une intervention militaire des Nations-Unies au Darfour ? ».

[2] Etude Ifop pour France Soir réalisée par téléphone du 3 au 4 mars 2011 auprès d'un échantillon de 1002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La question était « Etes-vous tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt pas favorable ou pas du tout favorable à une intervention militaire des Nations Unies en Libye ? ».

[3] Etude Ifop pour Atlantico.fr réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 7 au 9 février 2012 auprès d'un échantillon de 969 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

[4] Etude Ifop pour Dimanche Ouest France réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 30 mai au 1er juin 2012 auprès d'un échantillon de 1006 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

 _________________________________________

La méthodologie

Ce document présente les résultats d’une étude réalisée par l’Ifop. Elle respecte fidèlement les principes scientifiques et déontologiques de l’enquête par sondage. Les enseignements qu’elle indique reflètent un état de l’opinion à l’instant de sa réalisation et non pas une prédiction.

Aucune publication totale ou partielle ne peut être faite sans l’accord exprès de l’Ifop.

  (Cliquez sur l'image pour l’agrandir)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
05.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
06.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Koba53
- 27/06/2012 - 22:10
Pour soutenir qui? Le régime
Pour soutenir qui?
Le régime Laïque de Bachar el assad mais qui a trahis son peuple en privatisant une parti de l'économie ou les rebelles islamistes responsable de nombreux massacre contre les Chiites et le Chrétiens?

Je ne comprends pas pourquoi les français veulent absolument faire tomber un nouveau régime anti-impérialiste (après la Libye) pour placer au pouvoirs des extrémistes islamistes.
Transistor
- 26/06/2012 - 20:35
Moi je dis chiche et payons notre litre d'essence 3 euros
Vu sous cet angle je ne sais pas si les français veulent toujours monter au "carton".
Diego
- 26/06/2012 - 19:42
Syrie
Intervenir pour faire quoi? Défendre les islamistes pour avoir en Syrie un régime islamo/salafiste ? Ces sondages montrent la capacité de désinformation des médias ainsi que leur asservissement aux intérêts des "gringos".