En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Useless
Homoparentalité : les études menées par les Américains ne prouvent rien
Publié le 23 juin 2012
Avec Koz
Beaucoup d'études (américaines pour la plupart) tendent à prouver qu'il existe aucune différence entre un enfant élevé par un couple hétérosexuel et un enfant élevé par un couple homosexuel. Mais ces études ont montré leurs limites, surtout en termes d’échantillonnage choisi.
Koz est le pseudonyme d'Erwan Le Morhedec, avocat à la Cour. Il tient le blog koztoujours.fr depuis 2005, sur lequel il partage ses analyses sur l'actualité politique et religieuse
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Koz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Koz est le pseudonyme d'Erwan Le Morhedec, avocat à la Cour. Il tient le blog koztoujours.fr depuis 2005, sur lequel il partage ses analyses sur l'actualité politique et religieuse
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Beaucoup d'études (américaines pour la plupart) tendent à prouver qu'il existe aucune différence entre un enfant élevé par un couple hétérosexuel et un enfant élevé par un couple homosexuel. Mais ces études ont montré leurs limites, surtout en termes d’échantillonnage choisi.
Avec Koz

Le débat s’engage et, après quelques échanges à peine, tombe cette sentence qui se veut définitive : il n’y a aucune différence entre un enfant élevé par un couple hétérosexuel et un enfant élevé par un couple homosexuel, des études l’ont prouvé, d’abord ! Des études et, même, des études américaines.

Des études américaines… Un full aux as. Qu’avez-vous à dire à ça ?

Généralement rien, d’autant que personne n’a lu lesdites études : pas plus celui auquel on les oppose que celui qui les invoque. Les études américaines étant ce qu’elles sont, elles sont donc tout aussi barbantes qu’écrites en anglais. Cette main abattue, la partie est pliée.

Mieux encore, le cadeau bonus : depuis quelque temps, les études sur l’ »absence de différences » font place aux études qui démontreraient qu’il vaut mieux être élevé par un couple homosexuel (de préférence, un couple de lesbiennes blanches de l’Upper East Side) que par un couple hétérosexuel. L’Humanité fait fausse route depuis la Genèse. Tu parles d’une désillusion.

Seulement, lorsque quelqu’un se penche sur lesdites études sans révérence injustifiée, on en ressort avec un sens renouvelé du burlesque.

Les limites des études "no differences"

En l’occurrence, il s’agit de Xavier Lacroix, dont j’achève l’ouvrage publié en 2007, La confusion des genres – Réponses à certaines demandes homosexuelles sur le mariage et l’adoption. Ouvrage à lire et qui dépasse nettement la question des études statistiques et sociologiques, au demeurant seulement brièvement exposée ci-dessous.

C’est par là et c’est bon, mangez-en. Au pire, cet article constitue un succédané de son argumentation, quasi-exhaustif sur la question socio-démographique.

Au final, il s’avère que les zétudes zaméricaines (et l’étude française de Stéphane Nadaud) ont une fâcheuse propension à cumuler les biais suivants :

      1. Les échantillonnages retenus sont ridiculement faibles : ainsi dans les articles recensés par Charlotte Patterson (psychologue militante de l’ »homoparentalité », elle-même lesbienne et élevant trois enfants), les questionnaires sont au nombre de 11 à 38… pour toute la population des Etats-Unis. L’ordre de grandeur est le même chez Stéphane Nadaud;
      2. La quasi-intégralité des études porte sur la situation des enfants, négligeant celle des adolescents ou jeunes adultes alors que l’on peut penser que le devenir de ces enfants à ces âges-là est un enjeu véritable;

      3. On interroge essentiellement (voire exclusivement, dans l’étude française) les adultes, qui sont nécessairement enclins à justifier leur mode de vie;
      4. On interroge des adultes directement sélectionnés par des associations d’homosexuels (cas de l’étude française en particulier), bref des militants, qui se sentent une responsabilité politique dans leurs réponses;
      5. La quasi-totalité des études ne compare pas la situation des enfants élevés dans des couples homosexuels à celle d’enfants élevés par des couples hétérosexuels mais étudie le comportement d’enfants élevés par une mère lesbienne au comportement d’enfants élevés par une mère hétérosexuelle seule ou ayant divorcé;
      6. Ces études sont systématiquement univoques : elles conduisent toutes à considérer qu’il n’y a pas de différences entre les deux situations ou, lorsqu’elles en relèvent, c’est exclusivement en faveur des enfants élevés par des mères lesbiennes. Or, ceci n’est tout simplement pas possible, dans le cadre d’une répartition classique de la population selon une courbe de Gauss. Pour mémoire, personne n’affirmerait par exemple que tous les enfants élevés par des parents hétérosexuels vont mieux que des enfants dont un parent est homosexuel.

Autant dire que ces études sont dépourvues de fiabilité.

L’étude « How different are they ? » de Mark Regnerus (mars 2012), et ses limites

Dans ce paysage par trop univoque, une étude a fait une intrusion fort remarquée. Il s’agit de l’étude de Mark Regnerus, de l’Université du Texas : How different are the adult children of parents who have same-sex relationships? Il faut dire que l’auteur n’y est pas allé de main morte, puisqu’il ressortirait de son étude que le fait d’être élevé par un parent ayant eu au moins une relation homosexuelle expose davantage à la marijuana et aux aux pensées suicidaires. Entre autres. C’est ce qui ressort de son tableau n°4.

LM [Lesbian Mothers] respondents report statistically greater marijuana use, more frequent smoking, watch television more often, have been arrested more, pled guilty to non-minor offenses more, and—among women—report greater numbers of both female and male sex partners than do IBF [Intact Biological Family] respondents.

Mark Regnerus prend toutefois soin de préciser à plusieurs reprises qu’il n’est pas justifié de passer directement du constat à la causalité, soulignant même que cela serait faire preuve de négligence. A la fin de sa discussion, il indique encore :

I will not speculate here on causality (…) I am thus not suggesting that growing up with a lesbian mother or gay father causes suboptimal outcomes because of the sexual orientation or sexual behavior of the parent; rather, my point is more modest: the groups display numerous, notable distinctions, especially when compared with young adults whose biological mother and father remain married.

Dans une réponse à des « fellow scholars« , il répète d’ailleurs que :

Implying causation here – to parental sexual orientation or anything else, for that matter -is a bridge too far.

Ainsi, ce n’est pas parce que vous aurez une relation lesbienne dans les douches du lycée que l’enfant que vous aurez ultérieurement (par d’autres voies) finira sa vie en prison. Ce n’est pas non plus parce qu’il te reproche de passer ton temps devant la télé que ton père a expérimenté la sodomie dans sa jeunesse, petit con.

Son étude, présentée sur Slate a provoqué une levée de boucliers, et de nombreuses critiques dont certaines paraissent fondées. Elle présente toutefois quelques avantages.

Ainsi, si Charlotte Patterson a été condamnée (dans le cadre de l’affaire Amer v. Johnson, 4 Fla.L.Weekly.Supp. 854 b (Flat. 17th Cir. 1997)) par un tribunal devant lequel elle était appelée à témoigner pour avoir refusé de lui communiquer les éléments sur lesquels elle s’appuyait (ainsi au demeurant qu’à l’American Civil Liberties Union, qui l’avait appelée à témoigner), Mark Regnerus fournit pour sa part l’ensemble de sa documentation (questionnaire et résultats). En outre, dans une démarche universitaire classique, il soumet son travail à la critique, publie les critiques et y répond.

De plus, contrairement aux échantillonnages par trop restreints voire ciblés des études mentionnées plus haut, l’étude de Mark Regnerus a conduit à interroger 15.000 Américains âgés de 18 à 39 ans. Ce travail est d’ailleurs reconnu, y compris parmi ceux qui le critiquent par ailleurs.

Les principales critiques portent notamment sur le fait que Mark Regnerus ait des convictions catholiques (c’te honte) et que son étude ait reçu des financements de riches conservateurs.

On pourrait aussi noter que, malgré le très large échantillonnage de son étude, Mark Regnerus et son équipe n’ont pu interviewer que 175 personnes dont la mère a eu une relation homosexuelle et 73 personnes dont le père a eu une telle relation.

Il est également relevé que, même s’il justifie de son choix, il a retenu comme constituant une « lesbian mother » une mère qui a eu par le passé ne serait-ce qu’une seule relation homosexuelle. Enfin, et de façon plus substantielle, on relève que son étude porterait davantage sur la situation comparée de ce qu’il appelle – romantiquement -une IBF (Famille Biologique Intacte, c’est-à-dire une famille dont les parents sont hétérosexuels et sont toujours mariés) et toute autre situation de vie.

Il semble toutefois que Mark Regnerus ait tenu compte de cette critique. Il indique ainsi que son étude ne permet pas de dissiper totalement cette limite, mais il note aussi que :

Yet when compared with other young adults who experienced household transitions and who witnessed parents forming new romantic relationships—for example, stepfamilies—the children of lesbian mothers looked (statistically) significantly different just under 25% of the time (and typically in suboptimal directions). Nevertheless, the children of mothers who have had same-sex relationships are far less apt to differ from stepfamilies and single parents than they are from still-intact biological families.

Les morales de ces histoires

Tout d’abord, tu n’abdiqueras pas ton discernement sur la simple invocation d’une étude. Les études sont soumises à de multiples biais possibles, tant dans la collecte de données que dans leur analyse. Certaines plus que d’autres, certes.

Tu te montreras également plus que prudent sur toute notion de causalité. A titre d’exemple, comme le note Mark Regnerus lui-même, le fait que des personnes élevées par une mère lesbienne reportent davantage de cas d’abus sexuels que le reste de la population peut également être dû au fait que c’est précisément cet abus qui a été la cause de la séparation d’une union hétérosexuelle…

Tu noteras tout de même qu’à tout prendre, il paraît clairement faux d’affirmer qu’il n’y ait pas de différence entre les enfants élevés par des couples hétérosexuels et par un parent homosexuel (seul ou en couple).

La morale essentielle nous est fournie par Xavier Lacroix (in La confusion des genres, p.117) :

« Plus fondamentalement, il y a un biais à s’en remettre à la scientificité pour une question qui relève en dernier ressort de choix éthiques et anthropologiques, c’est-à-dire philosophiques. Les enjeux de la paternité comme de la maternité, comme de la notion de santé ou de bien-être, ne relèvent pas seulement du constat; ils relèvent de l’éthique, c’est-à-dire du souci de la croissance de l’humain. Il est tout de même paradoxal d’appliquer des méthodes médicales à des questions fondamentales. Se réfugier derrière l’apparente objectivité du quantitatif, c’est éviter de poser les questions de sens et de valeur. Il y a là une option délibérée selon laquelle toute évaluation morale, tout jugement normatif paraissent littéralement insupportables. »

Et puis, à toutes fins, tu relèveras le bénéfice collatéral de la discussion autour de l’étude de Mark Regnerus. Il y apparaît que nul ne conteste les bénéfices d’une famille stable, alors que l’on se fatigue parfois à souligner l’évidence. Cela peut avoir à tout le moins le mérite de rabattre quelque peu le mythe médiatique stupide et nocif de la famille recomposée si idéale… Enfin, à titre infiniment subsidiaire et facétieux, note qu’un couple parental homosexuel stable, ça ne se trouve manifestement pas sous le sabot d’un cheval ou d’un sociologue.

Cet article est paru précédemment sur le blog de l'auteur : Homoparentalité : « Les études prouvent que »… dalle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
07.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
Commentaires (52)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ヒナゲシ
- 28/06/2012 - 05:30
@ rabbnasser(2)
( http://www.stanford.edu/~mrosenfe/Rosenfeld_Nontraditional_Families_Demography.pdf )
 

☞ Ou encore, cette phrase péremptoire de Koz (et qui ne découle nullement du travail de Regnerus) : « il paraît clairement faux d’affirmer qu’il n’y ait pas de différence entre les enfants élevés par des couples hétérosexuels et par un parent homosexuel (seul ou en couple) ».

De deux choses l'une, la rigueur et la bonne foi, il y en a *au moins une* qui manque.

Regnerus le dit d'ailleurs clairement sur son blog : “One of the key methodological criticisms circulating is that–basically –in a population-based sample, I haven’t really evaluated how the adult children of stably-intact coupled self-identified lesbians have fared. Right? Right. And I’m telling you that it cannot be feasibly accomplished. […]”

( http://www.patheos.com/blogs/blackwhiteandgray/2012/06/part-2-more-info-about-the-study-on-adult-children-of-parents-who-have-same-sex-relationships/ )
ヒナゲシ
- 28/06/2012 - 05:29
@ rabbnasser (1)
Vous plaidez la bonne foi de l'auteur ; s'il s'agit de Regnerus, je suis assez d'accord, et ne m'associe pas à ceux qui font des procès d'intention a priori (malgré ce que j'ai pu donner comme information sur le personnage et ses financements) ; en revanche si c'est de Koz de vous parlez, je reste extrêmement circonspect.
 
☞ Il évoque des études dont il reproduit l'analyse qu'en fait X. Lacroix ; or celui-ci, de son propre aveu, n'a étudié pour ce faire — hormis le travail français de 1997 — qu'une partie des études que C. Patterson recense dans un papier de… 1992. N'y a-t-il rien eu de nouveau depuis 20 ans ?

Par exemple : en 2010 Michael Rosenfeld a pris comme base de travail toute la population américaine recensée en 2000. Les types de famille y étaient finement distingués, notamment les familles homoparentales ; en revanche, les questions auxquelles les Américains ont répondu ne permettaient pas d'analyser aussi finement la situation des enfants.
Il a donc retenu un seul critère, celui de leur progression scolaire. Sa statistique porte sur 3 502 enfants ayant été élevés au moins 5 années par un couple de même sexe.
Sa conclusion : aucune différence décelable.

ヒナゲシ
- 27/06/2012 - 07:15
Irrécupérable
D'autre part, si vous preniez la peine de lire autre chose que la Bible et les sites de la fachosphère (tels le SB), vous auriez peut-être noté que *rien* dans l'étude de Regnerus ne vous permet d'affirmer :

« […] les risques importants de l'homoparentalité que soulève l'étude et que souligne Koz. En particulier, comme je l'ai déjà dit, que 23% des enfants élevés par ces couples risquent d'être abusés sexuellement […] »

et ce pour une bonne raison, c'est que les enfants élevés par des couples de lesbiennes sont, dans l'étude de Regnerus au nombre de 6 ! (6 enfants seulement sur les 15 058 familles de l'étude ont passé *au moins 13 années* avec le couple formé par leur mère et sa compagne), ce qui, au plan statistique, est sans signification.
De surcroît, il se trouve que ce tout petit nombre d'enfants ayant vécu avec deux parents homos durant un temps suffisamment long a les mêmes performances que les enfants d'IBF.

Vous avez seulement confondu « avoir un parent homo » et « avoir *été élevé par* un couple homo » : les premiers sont au nombre de 236, les seconds au nombre de 10.