En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Renault en plein chaos post Ghosn

04.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

05.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Zemmour se paye Anne Sinclair

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 11 heures 11 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 13 heures 2 min
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 15 heures 14 min
pépites > Justice
Dénonciation calomnieuse
Alexandre Benalla a déposé une plainte contre l'association Anticor
il y a 16 heures 45 min
pépites > Politique
Voix sociale et républicaine
Des élus PS et des soutiens d'Emmanuel Macron signent une tribune en faveur de la création d'un "pôle de gauche" dans la majorité
il y a 17 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Le dernier hiver du Cid" de Jérôme Garcin : le chagrin et la piété

il y a 19 heures 17 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
La Nasa a dévoilé les combinaisons des astronautes qui marcheront sur la Lune ; Le système planétaire le plus proche de nous a des propriétés étranges
il y a 20 heures 27 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L'amélioration des conditions de travail de la police passera par la restauration de l'autorité de l'Etat et par une modernisation en profondeur

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Finance
Monnaies

Facebook : comment le Libra pourrait bien changer le dollar

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Société
Transmission

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

il y a 22 heures 3 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 12 heures 43 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 13 heures 31 min
pépites > Politique
Neutralité religieuse
Elections municipales : Bruno Retailleau propose un projet de loi pour interdire les "listes communautaristes"
il y a 16 heures 7 min
pépite vidéo > Europe
Avenir du Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson se résigne à demander un nouveau report
il y a 17 heures 24 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Société
Culpabilisation à grande échelle

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

il y a 20 heures 23 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

il y a 20 heures 28 min
rendez-vous > Science
Atlantico Green
Les recherches prometteuses de chimistes japonais sur de nouveaux matériaux plastiques qui permettent de fixer le CO2
il y a 20 heures 31 min
décryptage > Europe
Bras de fer politique

Jusqu’à quand une poignée de parlementaires britanniques s’opposera-t-elle à l’inéluctable - le Brexit ?

il y a 21 heures 47 min
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 1 jour 10 heures
Qui veut tuer l'Europe?

Nationalismes: 1/ Euro: 0 ?

Publié le 20 juin 2012
Montée de l'extrême droite en Grèce, entrée du Front national à l'Assemblée en France : les nationalismes européens ont connu ces derniers temps une résurgence rapide. Ils se nourrissent des méfaits de la monnaie unique, des angoisses des classes populaires ignorées par leur gouvernement et des conséquences néfastes que pourrait avoir l'Europe sur ses pays membres. Auront-ils la peau du projet européen?
Thomas Houdaille est secrétaire général du think-tank EuropaNova et directeur du programme européen de leadership, 40under40. Diplômé de l’ESCP Europe, il a auparavant été directeur commercial de la société Devoteam, fondé un cabinet de conseil avant de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Houdaille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Houdaille est secrétaire général du think-tank EuropaNova et directeur du programme européen de leadership, 40under40. Diplômé de l’ESCP Europe, il a auparavant été directeur commercial de la société Devoteam, fondé un cabinet de conseil avant de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Montée de l'extrême droite en Grèce, entrée du Front national à l'Assemblée en France : les nationalismes européens ont connu ces derniers temps une résurgence rapide. Ils se nourrissent des méfaits de la monnaie unique, des angoisses des classes populaires ignorées par leur gouvernement et des conséquences néfastes que pourrait avoir l'Europe sur ses pays membres. Auront-ils la peau du projet européen?

Atlantico: L’une des principales cibles des différents mouvements nationalistes européens est l’euro en crise considéré par les populations comme le cœur de tous leurs problèmes économiques. Est-ce que la monnaie va aussi souffrir de la montée des nationalismes ?

Thomas Houdaille: La monnaie en elle-même est un symbole. A travers l’euro, on attaque la construction européenne. Aux détracteurs de l’euro, on peut opposer les arguments solides que sont la stabilité des prix, des cours et des changes. Quand on regarde les hausses des prix depuis l’introduction de l’euro, le panier moyen – en dehors de la hausse du prix de la baguette – a subi des taux d’inflation très acceptables.

Depuis quelques mois, l’Europe est le théâtre de la montée de nationalismes très forts qui prennent des formes différentes allant d’un néo-nazisme dur en Grèce avec l’Aube Dorée à une forme de protestation bien plus installée et politique avec le Front National français. A cela s’ajoute une sorte de distorsion dans la relation franco-allemande depuis l’élection de François Hollande. L’euro saura-t-il résister à toutes ces forces qui s’exercent et qui le menacent ?

Il est très probable que oui, car certains croient encore que c’est le projet européen qui sauvera les nations des replis populistes et nationalistes qu’elles vivent actuellement. La montée de ces partis vient de la crise économique d’une part, mais aussi de la défiance envers des partis traditionnels qui ont du mal à répondre aux angoisses des citoyens qui se sont donc repliés vers des partis qui proposaient des solutions certes simplistes mais qui ont l’avantage de protéger contre ce que l’on perçoit comme des menaces (la mondialisation ou l’Union Européenne).

Si les partis politiques ont été incapables de répondre, c’est parce qu’ils ont, pendant des années, stigmatisé l’Europe pour des raisons électoralistes. L’émergence de la crise et l’historique de déni du projet européen les a pris au piège.

Il est clair que la seule réponse à apporter est européenne car on sait désormais que l’ensemble des sujets ne peut plus être réglé uniquement au niveau national. C’est donc une période de tournant très difficile car les partis politiques hésitent encore à prendre une dynamique plus radicale en acceptant et en accélérant l’intégration européenne. Il est vrai que c’est compliqué car il faut à la fois négocier avec les partenaires européens et garder les citoyens en éveil sur ces questions. Cela demande donc à la fois du courage politique et de la pédagogie afin de montrer qu’il n’y a pas d’alternatives. En ce moment on vit le pire des moments car la dynamique européenne n’a pas encore passé ce cap et les partis politiques supportent encore le poids des erreurs passées, ce qui nourrit l’idéologie des partis extrémistes et populistes.

La solution réside donc en partie dans une refonte idéologique des partis traditionnels sur le projet européen ?

Complètement et nous l’avons martelé pendant la campagne présidentielle française durant laquelle il y a eu un déni de réalité considérant que les recettes du 20ème siècle étaient encore applicables. Or le monde a changé, il s’est largement globalisé, la France a besoin de ses partenaires européens pour construire un projet politique pérenne. Ainsi, les partis qui sont encore beaucoup trop nationaux doivent mettre au point une vision collective vers une Europe plus démocratique et la proposer aux citoyens. Cela implique aussi de lutter contre les dysfonctionnements mêmes de l’Union européenne. Le projet doit être en tous les cas plus porteur de valeurs et de prospérité tout en s’engageant vers des politiques européennes plus ambitieuses.

C’est d’ailleurs ce que demande l’ensemble du monde à l’Europe notamment pendant le G20. Mais les responsables politiques européens vont le faire progressivement car ils n’ont pas le choix, sur le plan national, ils sont menottés par des échéances électorales importantes. La vague est passée pour la France, mais ce sera bientôt au tour de l’Allemagne et de l’Italie d’y être confrontée.

Comment l’Union européenne, qui s’aperçoit que son existence ne pourra plus longtemps se concevoir en dehors d’une union politique, va réussir à juguler ces mouvements nationalistes ?

D’abord, elle devra donner une perspective en répondant aux exigences des électeurs qui ont rejoint les partis populistes. Bien sûr, elle est en train de tenter de régler les problèmes de croissance et d’emploi mais d’autres en revanche n’arrivent pas à s’imposer dans le débat public. Le premier d’entre eux est l’immigration. On n’affronte pas encore les partis populistes sur cette question en leur opposant des arguments valables et structurés, on évite le débat car il faut prendre des risques. La conséquence de ces atermoiements a été une confiscation du débat par ces partis populistes qui distillent le rejet de l’Europe, des élites et la peur de l’autre.

Face à ses arguments les partis politiques traditionnels doivent adopter un discours très didactique mettant en avant des arguments moraux et éthiques. Il s’agit d’expliquer aux populations qu’il faut faire le choix entre un monde de repli sur soi et d’ouverture grâce à des arguments économiques concrets que l’on entend assez peu tels que l’obligation que l’on aura d’immigrer en Europe en raison de la baisse de la population active et de la croissance. D’ailleurs, les études faites sur l’impact de l’immigration en Europe ont eu des conclusions très positives.

Tous ces arguments sont susceptibles de convaincre les électeurs qui sont passés d’une droite plutôt classique à une extrême droite.

Certains observateurs estiment que la crise aura aussi appris aux dirigeants européens à prendre leurs responsabilités en évitant de rendre la construction européenne responsables de tous les maux nationaux. Partagez-vous cette analyse ?

En effet, car on ne pourra pas revenir en arrière. Les lois nationales émanent de presque 40% de directives européennes. L’Europe est construite en grande partie par des pays qui décident des politiques européennes par le biais du Conseil Européen – même si ce mode de gouvernance pose encore problème.

Au-delà de cela, on sait que les crises sont des moments importants d’évolution et depuis trois ans, il y a un mûrissement fort des idées et du discours public sur les sujets européens. Je suis de ceux qui disent que la crise a eu et a encore des effets positifs. C’est l’instabilité et la souffrance qui permet aux lignes de bouger sensiblement.

Le couple franco-allemand enregistre ces derniers temps quelques ratés du fait de l’élection de François Hollande. Ce nouveau couple se cherche encore. Là encore il y a-t-il un risque pour l’euro avec un discours franco-allemand à deux vitesses ?

Parler de risque est encore prématuré. Les choses ne sont pas faciles car le discours est faussé par les échéances nationales de chacun. Le couple Merkozy avait une apparence d’entente dans un contexte de crise qui ne laissait pas d’autres solutions. En revanche, sur la vision du projet européen, ils n’ont jamais été sur la même ligne. Angela Merkel, à l’image de la population allemande, est consciente de la nécessité d’une véritable intégration européenne pour aller vers plus de fédéralisme dans le sens où il y aurait un peu plus de mise en commun des politiques économiques. De son côté, Nicolas Sarkozy avait une vision plus inter-gouvernementale et moins sensible à une plus grande intégration européenne.

Pour ce qu’il en est de la période actuelle avec François Hollande, seul l’avenir peut en décider. Je pense toutefois que le Président français a quelques gênes en commun avec Jacques Delors et il aura une vision, on peut l’espérer en tous cas, plus communautaire des enjeux européens et cela peut servir de lien avec Angela Merkel. Cela ne signifie pas pour autant que les négociations seront faciles, reste à voir les tactiques politiques mises en place pour y arriver. Les eurobonds - signifiant une mutualisation des dettes, le pendant étant pour Angela Merkel l’installation des changements institutionnels qui permettent des contrôles budgétaires plus étroits – constituent pour l’instant l’une des plus grandes difficultés.

J’avoue être optimiste car sur le fond, les philosophies de François Hollande et d’Angela Merkel sont très proches. D’autre part, on ne peut pas avoir un couple franco-allemand discordant mais en raison d’impératifs nationaux parfois l’atmosphère entre les deux se réchauffe un peu.       

Propos recueillis par Priscilla Romain

  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Renault en plein chaos post Ghosn

04.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

05.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Zemmour se paye Anne Sinclair

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Dardanelles
- 20/06/2012 - 15:02
"Pitoyable" c'est le mot
Encore un article écrit pour ne rien dire, qui ne sert à rien et ne propose rien, d'un auteur qui veut plutôt montrer qu'il existe plutôt que de servir réellement à quelque chose. En somme pas mieux qu'une interview de Paris Hilton dans Voici.
Equilibre
- 20/06/2012 - 12:39
Pitoyable article d'une non moins pitoyable idéologie, l'UE
La totale, il y a tous les poncifs, mélange de concept et démagogie du moment. La novlangue est officiellement devenue langue officielle des européens. Le vide de sens, le mensonge, l'absence de réflexion, la tromperie sur le sens des mots érigé au niveau d'art suprême.
Bravo. Du grand art.
Il me faudrait plus de 1200 caractères pour tout défoncer, ce qui n'est guère bien dure avec les idéologues.
Juste pour le premier paragraphe, catégorie mensonge, "le panier moyen – en dehors de la hausse du prix de la baguette"
La baguette, le lait et les produits laitiers, les timbres, les œufs (à cause de la décision DEBILE de technocrates d'augmenter la taille de la cage moyenne de la poule), et la diminution des quantités dans chacune des produits, à coût constant évidemment., l'essence, le cinéma et l'UE...
L'UE coûte TRES cher. l'UE a augmenté ses cotisations des pays de 7%.
http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/eu/9214724/European-Commission-to-increase-EU-budget-by-7.4-billion.html
C'est sûr, des idéologues payés à coup de milliers de neuros par mois s'en foutent et préfèrent mentir.
Ceux qui sont proches de pas grand choses beaucoup moins.
Ceci se finira mal.


Teo1492
- 20/06/2012 - 11:52
Souverainisme 1 - fédéralisme 0
Encore un article gauchiste... qui confond nationalisme et souverainisme.
Le fédéralisme, c'est le cancer des Nations !!!!!!!