En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 3 heures 13 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 4 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 5 heures 15 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 6 heures 46 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 8 heures 10 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 10 heures 44 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 11 heures 32 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 13 heures 17 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 3 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 4 heures 53 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 6 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 7 heures 34 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 9 heures 51 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 10 heures 33 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 12 heures 16 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 13 heures 21 min
Tout doit disparaître

La grande braderie : la crise va-t-elle entraîner une déferlante de privatisations en Europe ?

Publié le 20 juin 2012
La dette publique augmente dans tous les pays du sud de l'Europe ce qui entraîne une baisse incontrôlable du prix des actifs. Les Etats doivent ainsi miser sur les exportations et les privatisations.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La dette publique augmente dans tous les pays du sud de l'Europe ce qui entraîne une baisse incontrôlable du prix des actifs. Les Etats doivent ainsi miser sur les exportations et les privatisations.

Privatisations reprises en Italie, rachats à bon compte en Espagne, vente à perte en Grèce : il n’y a jamais de miracle en économie. Quand la croissance est là, les prix montent, qu’il s’agisse du prix du travail, le salaire, de celui des maisons, ou encore de celui des entreprises, à la bourse. Et quand la croissance n’est pas là, c’est l’inverse qui se produit : tout baisse, salaires, maisons, bourse. Et c’est le cas aujourd’hui. La récession s’installe au sud, pas seulement en Grèce où c’est la quatrième année, mais aussi au Portugal, en Italie et désormais en Espagne. Partout la dette publique monte et partout les valorisations des entreprises baissent. C’est mathématique : d’un côté, une croissance plus faible, ce sont des profits attendus plus réduits, s’il y en a, et d’un autre côté des taux plus élevés, c’est un taux d’actualisation des résultats qui grimpe, donc des valeurs boursières qui chutent plus encore. Ajoutons que les états surendettés cherchent à se défaire d’actifs inutiles, locaux, parcs ou châteaux, sans compter les immeubles de bureaux, et plus encore à privatiser des activités. Vendues, elles permettent d’alléger un peu la dette et de diminuer les coûts fixes publics, plus encore elles font monter la productivité de l’économie dans son ensemble. Mais ce n’est ni facile, ni immédiat.

Le problème aujourd’hui est que ce processus de vente, public et privé, se produit dans une phase de faible croissance, au mieux, au moment où ceux qui ont des liquidités se disent qu’il faut les garder, car nul ne sait de quoi demain sera fait, et qu’en toute hypothèse, demain, ce sera moins cher. La spirale baissière des valeurs d’actifs est partout en train de s’enclencher, pour ne pas parler de spirale dépressive.

La crise rebat ainsi les cartes. Elle conduit chacun à s’adapter et change les titres de propriété de ceux qui ne sont pas assez forts, pas assez rapides, pas assez connectés. La dette publique pourrait ralentir le processus d’ajustement, mais c’est fini, et c’est plus difficile pour la dette privée, celle qui vient des marchés ou des banques. On voit déjà que certains pays se sortent d’affaire économique par la baisse des salaires et des gains de part de marché à l’exportation, donc par la remontée des profits dans la valeur ajoutée. Ceci se produit en Irlande, en Espagne, en Italie et même en Grèce. C’est évidemment tout à fait méritoire, et c’est la seule voie. Mais cette reprise par l’exportation se heurte à la morosité ambiante côté demande et à la capacité des entreprises à trouver des marchés extérieurs. Si elles n’y parviennent pas, quel qu’effort d’ajustement interne elles font en baissant les effectifs et les salaires, elles doivent vendre leurs actifs non stratégiques, puis moins stratégiques, avant de se couper un bras… en espérant que ceci suffit. On voit ainsi l’Italie privatiser, elle a raison, mais la Grèce ne peut pas y parvenir, pour des raisons largement liées aux entreprises elles-mêmes. On voit l’Espagne remonter la pente de l’exportation, mais on voit aussi le mexicain Carlos Slim se rapprocher de Telefonica. On voit Carrefour vendre des actifs en Grèce, d’autres entreprises en céder en Egypte…

C’est donc la braderie, si l’on peut user d'un mot aussi violent, tant il s’agit d’efforts d’hommes et de femmes qui sont ainsi dépréciés. Mais c’est un ajustement économique nécessaire, économiquement positif, mais politiquement dangereux. Car il s’agit de propriétés nationales qui peuvent être défendues au niveau des territoires et d’autres au niveau national, pour l’emploi bien sûr, mais aussi pour leur importance en termes stratégique ou symbolique. Un pays qui ne peut plus payer est un pays qui vend, qui se vend. Et qui peut réagir, violemment.

Voilà pourquoi il faut tout faire pour permettre les ajustements internes par les salaires et l’emploi, par la baisse des taux et les financements, parce que la solution par la vente est la plus radicale, la plus traumatisante, et pas toujours la plus sûre. Voilà pourquoi il faut mobiliser la BCE, soutenir les banques en difficulté parce que ce sont elles qui peuvent « tenir » les valeurs d’actifs et poursuivre les programmes d’assainissement budgétaires. Voilà pourquoi il faut avancer unis en Europe, pour réduire les dépenses publiques dans le temps et soutenir la croissance privée, par la profitabilité, au plus tôt.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sbgf43
- 20/06/2012 - 09:38
A VENDRE EN FRANCE
Etat en difficultés financières très graves cède gracieusement nombreux députés, sénateurs, conseillés régionaux et conseillés généraux toutes tendances confondues avantages et privilèges nombreux inclus .