En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 3 heures 56 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 7 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 9 heures 32 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 9 heures 46 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 10 heures 54 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 38 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 6 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 7 heures 14 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 8 heures 36 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 10 heures 38 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 13 heures 41 min
Ultime décision

Abouliques ! Le pire ennemi de la zone euro est-il l’incapacité des dirigeants européens à prendre des décisions...?

Publié le 17 juin 2012
L'aboulie - ou une grande incapacité à prendre des décisions pourtant planifiées - serait-elle la principale tare qui plombe la zone Euro ? Dans la ligne de mire, la passivité décisionnelle des institutions européennes, les solutions hésitantes, comme le reconnaissait, de manière inquiétante, l'ex-premier ministre François Fillon il y a quelques jours...
Jérôme Revillier est  fondateur d’Eole Trading et gérant chez Alternative Capital Investments.Il est conseiller et stratège auprès de professionnels des marchés et de sociétés de gestion.Il contribue chaque semaine à l’Edito des matières Premières et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Revillier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Revillier est  fondateur d’Eole Trading et gérant chez Alternative Capital Investments.Il est conseiller et stratège auprès de professionnels des marchés et de sociétés de gestion.Il contribue chaque semaine à l’Edito des matières Premières et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'aboulie - ou une grande incapacité à prendre des décisions pourtant planifiées - serait-elle la principale tare qui plombe la zone Euro ? Dans la ligne de mire, la passivité décisionnelle des institutions européennes, les solutions hésitantes, comme le reconnaissait, de manière inquiétante, l'ex-premier ministre François Fillon il y a quelques jours...

Nous avons eu la crise boursière, la crise de liquidités et plus largement la crise économique.
Le point commun entre ces krachs ? L’impasse politique et la carence de décision.

Notre ancien Premier ministre, François Fillon, le reconnaissait d’ailleurs lui-même la semaine passée lors d’une interview : “il n’y a plus d’endroit où prendre une décision en Europe”. Le propos est pertinent, mais inquiétant (sans positionnement partisan) quand il est tenu par quelqu’un qui a été au pouvoir pendant cinq ans et rodé aux mécanismes européens.

Une crise politique

Je le répète depuis bientôt trois ans. Nos dirigeants n’ont pas pris la mesure de ce qui les entoure, et nous amènent droit dans le mur. D’un extrême à l’autre de l’échiquier, même combat.
Le système européen a fabriqué des hommes et des organes politiques incapables de décider, neutralisés par un millefeuille technocrates où l’initiative est étouffée.
L’Europe s’est trompée de chemin, mais elle n’a pas été conçue pour faire demi-tour.


Gagner du temps …

Les sommets européens de la dernière chance s’enchaînent, comme les téléconférences, les élections et les plans de sauvetage de plus en plus alambiqués et inefficaces. LTRO, FESF ou encore MES ont permis de gagner du temps, mais au prix fort.

 

Graphique : taux d’emprunt à 10 ans Italien et Espagnol depuis juillet 2011


C’est d’ailleurs sans doute la seule décision prise unanimement par tous les dirigeants européens de tous les bords politiques : essayer de gagner du temps, repousser l’échéance en attendant le sauveur.

D’ailleurs notre nouveau ministre de l’économie, en plaine campagne, s’est borné à déclarer que « la France parviendra à ses objectifs de réduction du déficit de 3% sans mesures d’austérité ». Vivement que les élections se terminent, ça tourne au ridicule !


Et le gaspiller !

Mais ces mécanismes et autres plans d’aide, potentiellement vertueux (il fallait bien que je positive quelque chose), deviennent de véritables bombes à retardement si aucun plan complémentaire de création de croissance et de valeur n’est en place.
Imprimer des billets comme la Fed ou bientôt la BCE, n’est pas le plus grave en soi, si ces assouplissements sont accompagnés d’une véritable relance cohérente, homogène et d’une politique d’assainissement des comptes publics. L’assouplissement ne doit exister que pour laisser respirer la croissance.

En clair, l’Europe pourrait se permettre de repousser l’échéance si elle avait décidé d’un plan global, il y a de cela trois ans. Hors l’incapacité exécutive de la zone euro due à l’absence de centre de décision commun, plonge l’Europe dans une crise dont elle ne sortira plus indemne.
Malheureusement, c’est sans doute le même mal qui ronge aujourd’hui l’ONU, mais c’est un autre débat.


Des citoyens  SDF, sans décideurs fixes.

Même l’électeur est touché par cette incapacité à se prendre en main. En France, quelques semaines à peine après son élection, François Hollande n’était pas certain d’avoir la majorité au parlement, et le point fort de la campagne se résume à savoir si son ex-femme sera élue.
Les appareils politiques ont le plus grand mal à faire respecter leurs consignes pendant que l’extrême droite gagne du terrain dans tous les pays. En Grèce, les néo-nazis claquent les communistes à la télé, pendant que le bankrun continue à un rythme de 100 à 500 millions d’euros par jour (selon Kathimerini). Bref, nous vivons la politique en version grand écart…ou plutôt, « nous verrons plus tard »


Merkel veut accélérer le fédéralisme...allemand.

Angela Merkel a pourtant tenter de reprendre la main et a donné le ton la semaine passée avec une déclaration qui fera date. Elle prône en effet désormais une Europe à deux vitesses, qui permettrait enfin d’accélérer l’harmonisation budgétaire des pays majeurs. Mais c’est aussi une façon élégante de faire comprendre à ses partenaires que l’Allemagne ne rasera plus gratis. Le choix est clair, soit vous respectez les règles et lâchez du lest sur la souveraineté nationale, soit vous serez relégués en deuxième division.

Taux emprunt 10 ans italiens, espagnols et allemands depuis 3 ans.

Définitivement, la zone euro à 27 est déjà un souvenir. Et contradictoirement, c’est sans doute le plus bel espoir. L’Europe doit repartir sur d’autres bases ou mourir, un point c’est tout.


Quand les banques centrales s’en mêlent… ou pas.

Au-delà de la politique, ce sont les banques centrales qui ont animé la semaine, avec tout d’abord la BCE. Mario Draghi a justement pris ses distances avec le monde politique en affirmant que ce n’était pas à la BCE d’inciter les gouvernements à l’action. Comprenez : “Nous on gagne du temps, pour le reste voyez avec vos élus“.

Sa conférence n’a pas apporté grand-chose de neuf, et il s’est appliqué à doucher les attentes de nouvelles mesures d’assouplissement.
Pourtant, le recours à ces mesures ne fait aucun doute dans les mois qui viennent, mais Draghi a préféré mettre la pression sur les différents acteurs, trop habitués à ses injections massives.


La Fed hésitante

Jeudi, lors de son intervention devant le comité économique américain, Ben Bernanke a, lui aussi, douché les attentes des marchés sur de nouvelles mesures d’assouplissement. Toutefois, il a reconnu que l’activité reste modérée et a même émis des doutes sur la capacité de la croissance à générer de nouveaux emplois. Après quelques trimestres d’embellie, la croissance a affiché un taux de 1,9% en rythme annuel, contre 3% le trimestre précédent. Et le taux de chômage a légèrement progressé. Comme pour la Banque centrale européenne, il fait peu de doutes, malgré la rhétorique, que de nouvelles mesures seront décidés lors des prochains comités monétaires. Déjà de nouvelles menaces pèsent sur les USA avec Fitch qui a directement menacé la note souveraine et alors que l’on apprenait hier que le déficit budgétaire mensuel de mai s’élevait à 125 milliards de $ en Mai, soit le double d’il y a un an.


Et l’euro dans tout ça ? Il subit.

Vous l’aurez compris, le bateau continue de couler normalement, et les seules décisions prises permettent tout juste de limiter la casse.
Le catalyseur principal du marché des changes va désormais être la politique monétaire accommodante que toutes les banques centrales majeures vont devoir mettre en place pour palier le défaut de croissance et le manque de liquidités sur le marché interbancaire …
Comprenez, « qui remettra l’imprimante en route le premier ? »

Ainsi, il n’est pas impossible de voir la devise européenne rebondir vers 1.30$ sous l’effet d’un QE3 américain. Tant que la zone euro n’aura pas un pouvoir de décision politique ni une banque centrale à mandat élargi, l’euro continuera de subir les volontés de nos voisins étrangers.

Mais un jour, le déséquilibre sera trop grand. Et à ce moment là, les décisions s’imposeront d’elle-même, au-delà de la couleur politique.

Vous entendrez bientôt parler de Target 2, le plus bel outil de contagion de crise qui devrait rapidement faire parler de lui …

Bonne journée …quand même.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Teo1492
- 18/06/2012 - 17:36
Les économistes ne comprennent rien à la politique !
Les économistes apportent leurs solutions généralement plutôt rationnelles, mais ne comprennent jamais le temps de la politique.
Le traité de Lisbonne (qui n'est autre que la Constitution européenne) est entré en vigueur en décembre 2009 : il a donc fallu près de huit années de négociations politiques et autres...
Croire que des décisions fortes, et donc nécessitant obligatoirement la signature et la ratification d'un nouveau traité européen important, puissent être prises en l'espace de quelques mois, relève de la naïveté.
Par ailleurs, rien ne se fera avant l'élection américaine du 6 novembre 2012 (le moins de vagues possible).
Les choses continueront à se dégrader... et la zone Euro à sombrer...
Jaca10
- 17/06/2012 - 21:30
Aboulie ou blocage allemand ?
Cette aboulie résulte avant tout du blocage systématique de Mme Merkel qui lâche le minimum quand elle y est contrainte par les évènements ...
totor101
- 17/06/2012 - 12:10
NORMAL !
Notre époque VEUT des diplomés !
un max de diplomés
avec de gros grands et immense diplomes
.
Elle met le savoir au dessus de tout !
Mais balaye le savoir faire (une des 1ère disposition de notre gouvernement a été de sucrer la loi Cherpion sur l'apprentissage)
Vous rendez vous compte de l'horreur que causerait la prolifération d'autodidactes
1) ils aiment leur boulot
2) ils ridiculisent les sachants
.
Une classe sociale, celle des profs domine e écrase le pays ! ! !