En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 11 heures 38 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 12 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 18 heures 18 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 19 heures 26 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 20 heures 3 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 21 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 13 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 12 heures 1 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 12 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 15 heures 18 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 21 heures 20 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 12 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 13 heures
Islam, je te cherche

Le port du voile intégral, chez les jeunes musulmanes, c'est avant tout une question identitaire

Publié le 16 juin 2012
Comment se distinguer des autres "beurettes" de banlieue, férues de mode et pratiquant un Islam "léger" ? L'islam se résume-t-il réellement à l'apprentissage qu'en fait la famille ? Pour les femmes musulmanes, le port du voile permet de trouver une réponse à toutes ces questions comme l'indique Maryam Borghée dans "Voile intégral en France - Sociologie d'un paradoxe" (Extrait 1/2).
Maryam Borghée est chercheuse en Sciences sociales. Diplômée de la Sorbonne et de l'EHESS, elle livre dans Voile intégral en France, une analyse approfondie de l'islamité radicale au féminin qui est une réalité plus complexe qu'il n'y paraît. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maryam Borghée
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maryam Borghée est chercheuse en Sciences sociales. Diplômée de la Sorbonne et de l'EHESS, elle livre dans Voile intégral en France, une analyse approfondie de l'islamité radicale au féminin qui est une réalité plus complexe qu'il n'y paraît. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment se distinguer des autres "beurettes" de banlieue, férues de mode et pratiquant un Islam "léger" ? L'islam se résume-t-il réellement à l'apprentissage qu'en fait la famille ? Pour les femmes musulmanes, le port du voile permet de trouver une réponse à toutes ces questions comme l'indique Maryam Borghée dans "Voile intégral en France - Sociologie d'un paradoxe" (Extrait 1/2).

Une dynamique de « réislamisation »[1] se produit avec des individus qui, du point de vue de la sociologie, sont plus ou moins affiliés aux valeurs de l’islam par un héritage éducationnel. Il consiste à réactualiser, sous des formes radicalement nouvelles, une croyance et un culte que des primo-migrants, souvent illettrés, délaissaient ou ignoraient, par un processus d’acculturation. En développant une islamité « savante », sous une modalité critique proprement occidentale, les réislamisées prennent une distance double avec la religiosité des parents en réfutant la rationalité et la véracité de leurs valeurs coutumières.

Un conflit se joue entre l’édification d’une religiosité intellectualisée, proche des textes canoniques, et le modèle familial oral, jugé altéré et inconsistant. Dans ce contexte, le niqâb constitue le point de cristallisation d’un conflit générationnel. Vu comme un « certificat d’islamité », il s’inscrit dans une démarche identitaire par laquelle on veut se distinguer visiblement d’un groupe social dont on considère la pratique religieuse comme évidée et insuffisante. Le jugement que Taymiya porte sur elle-même renseigne sur le schème commun des réislamisées : « Avant j’étais une fille heu... comme on en voit souvent dehors et tout ça, style l’Algérienne du quartier, qui aime bien sortir et tout ça, qui va au lycée, etc. Et ma pratique de l’islam elle était pas du tout constante ! J’priais, j’arrêtais… c’était pfff… J’allais quelques fois à la mosquée… Ma pratique de l’islam elle a commencé à partir du voile, j’trouve. » Teymiya a dix-neuf ans, elle vit à Annemasse.

D’origine antillaise et algérienne, elle s’est récemment mariée avec un Genevois d’origine érythréenne qui a étudié le salafisme à l’université de Médine. Elle porte le niqâb depuis un an. Elle qui n’était à ses propres yeux qu’une banale fille de cité, une Algérienne de banlieue, estime avoir ainsi réussi à se libérer de l’image que les autres lui renvoyaient d’elle-même. Ce choix accompagné d’une pratique cultuelle constante ont fait d’elle une (vraie) musulmane. Ce n’est dès lors plus une « rebeu » ni une « beurette », mais une dévote. Elle s’émancipe du cliché de la fille prompte à se vêtir à la mode, oublieuse de ses devoirs pieux, impliquée dans une vie active, pour prendre l’habit d’une « soeur » probe et respectable.

Le parcours de Mme Drider, trente-deux ans, obéit à un processus classique de réislamisation. En cela, son rapport à la famille et à la religion représente un modèle dit idéal-typique. Née en Saône-et-Loire, elle habite à Avignon avec ses quatre enfants et son époux marocain. « Mes parents sont marocains, ça fait plus de quarante ans qu’ils sont en France. Musulmans, pas pratiquants à 100% ; mes deux grands frères et ma grande soeur pratiquent aussi l’islam… mais on va dire très légèrement. Chacun a son approche de la religion. Je ne les juge pas mais ils ont fait un mélange entre les traditions arabes et l’islam, donc forcément ça allège énormément les pratiques. » Pour Mme Drider, l’islamité de ses parents relève d’une confusion historique qui dissout, trahit le message religieux en le vidant de son contenu doctrinal et cultuel. Durant notre entretien, une révélation décisive va permettre de mieux comprendre son cheminement personnel.

Lorsqu’elle est interrogée sur les épreuves qu’elle a traversées, la jeune femme revient sur sa culture d’origine et dresse une liste des interdits qui lui ont été inculqués dès sa prime jeunesse, par des parents conservateurs. « Ce qui m’a marquée le plus, c’est surtout que… en fait c’est pas l’islam, c’est la culture arabe qui a dicté leur conduite, mes parents ils ne justifiaient pas avec des arguments religieux mais leur argument religieux c’était le mot harâm[2] ! » Adolescente, Mme Drider a failli renier sa religion pour avoir souffert de restrictions sévères. L’islam ne représentait alors rien de plus qu’un ensemble d’interdits liberticides dont elle voulait se débarrasser. Lorsque nous lui demandons à quel moment sa pratique religieuse a débuté et en quoi elle consistait, elle répond : « Quand j’ai cherché l’islam en lui-même, j’ai voulu remplir un vide lié à la non-connaissance de l’islam, même si on pouvait se dire musulmans sans pratiquer. » Initialement, le vide que la jeune femme cherchait à combler était d’ordre identitaire : se prétendre musulman sans respecter une pratique afférente lui semblait problématique et contradictoire.

À cette époque, elle cherchait à saisir dans quelle mesure elle était marocaine, musulmane, également française, et ce qui définissait concrètement son appartenance à l’islam. Une identité sceptique, d’abord cristallisée autour de questions culturelles et religieuses, est devenue progressivement une certitude identitaire, avec le choix de l’islam puis du niqâb comme symbole visible de cette affirmation. Elle veut rompre avec des normes familiales, en l’occurrence coercitives, tout en instituant, pour elle-même, une identité « autodéterminée[3]». Dans cette construction personnelle de la pratique religieuse, le voile intégral devient un emblème de soi, puisqu’il est chargé d’un faisceau de significations subjectives.

Ainsi, du point de vue du sujet, est-il le vecteur d’une forme d’émancipation à l’égard de la famille et d’un milieu d’appartenance insatisfaisant.

_______________________________________

Extrait de Le voile intégral en France, MICHALON (3 mai 2012)



[1] Voir Xavier Ternisien, La France des mosquées, Paris, Albin Michel, 2002.

[2] Illicite, en arabe ; se dit d’un interdit religieux.

[3] Irène Jonas, L’Individu auto-déterminé, anatomie d’un nouveau caractère social, Paris, L’Harmattan, 2004.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (42)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
francoise
- 17/06/2012 - 14:16
la France et l'islam
Je voyage et je peux vous dire que dans certaines régions notamment la Bretagne, la Corse, la Normandie, il y a de nombreux heurts entre les "nationalistes" et les musulmans, les médias n'en parlent pas, mais les problèmes sont là.... J'appelle "nationalistes" les bretons où les corses qui sont amoureux de leurs traditions, de leurs mode de vie.. (danses, chants, cuisines)... Apparemment, le courant passe mal avec les musulmans... Il faut dire que nous sommes français et attachés à nos traditions, et avons du mal à accepter le mode de vie de certains... Nous aimons notre pays et ses traditions...La France est une terre chrétienne... Sans être une ultra au niveau de la religion, j'ai noté qu'un petit village de France s'était mobilisé pour sauver tout le patrimoine religieux (croix, édifices religieux, statues bois, statues ciment).... Ils ont remis en état tout ce patrimoine... les musulmans devront en tenir compte... et oui, terre chrétienne....
sam06
- 17/06/2012 - 12:00
liberté individuelle
@Ecclesiaste
"Vous pouvez vous rendre dans n'importe quelle Mosquée de France, qu'est-ce que vous y rencontrez en général ?
- 2 salles de prières (hommes/femmes)
- une salle de cours"
Tout comme les synagogues et je ne vois pas le mal. Je n'ai jamais entendu de tels propos aux sermons du vendredi, il ne faut pas généraliser sur 2 ou 3 imams ou prédicateurs. On nous apprend des valeurs de l'Islam, comme le respect très ardu du voisin, importe peu sa religion, le respect de la Nature, des êtres humains, des personnes qui nous entourent ne croyez pas que la religion musulmane est barbare et sans spiritualité bien au contraire. Les imams nous explique surtout la possibilité de vivre sa religion bien que certains soient persécutés, ou pire agressés. Et surtout avoir un comportement doux malgré l'islamophobie grandissante. Nous ne voulons ni assimilation ni intégration car ces mots n'ont plus de sens. Nous sommes nés français, nous sommes français et ne voulons rien imposer, sauf les droits que notre pays nous permet : la liberté de culte.
sam06
- 17/06/2012 - 10:58
vivre sereinement
@ Nikaye, la taqiîa est complètement marginale en Islam, et non je ne suis ni hypocrite ni pernicieuse. Vous vous trompez fortement en affirmant que l'Islam ne peut pas pas cohabiter avec des musulmans ne sont pas arabes et d'autres cultures, prenez l'Angleterre aux valeurs judéo-chrétiennes ou chacun peut vivre sa foi en respectant les droits des autres. Cher monsieur mon espèce est humaine tout comme vous.
@ Carcajou, qui a dit que l'Islam voulait aliéner la culture occidentale, voila le problème la peur d’islamisation, nous on ne veut pas islamiser l'Occident, 90% des musulmans ne sont pas arabes et 90% des arabes ne sont pas musulmans. Simplement vivre sa religion en paix, ces femmes qui portent le niqab sont à peine 200-400, et pour la plupart elles enlèvent leur voile pour des questions de sécurité (banque, aéroports, gares...) c'est leur liberté . Vous pensez trop que les femmes musulmanes ( voile intégral ou voile traditionnel), sont esclaves d'autres êtres humains en l’occurrence les hommes, c'est faux !! Vous croyez que le voile leur enlève leur intelligence, la plupart font des études, travaillent, s'investissent dans des associations.