En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
De la bibine au travail
Alcoolisme et Police : comment la boisson est devenu un moyen de faire face aux risques de la profession
Publié le 10 juin 2012
L'image des policiers qui filent toutes sirènes hurlantes... vers le bistrot du coin, est ancrée dans les esprits, tous les humoristes en ont fait un sketch. Pourtant ce problème de consommation d'alcool est inhérent à toutes les professions pénibles, notamment pour ses vertus d’anesthésiant émotionnel. Un phénomène qu'analyse Nadège Guidou dans "Malaise dans la Police" (Extraits 2/2).
Nadège Guidou est psychologue du travail. Elle s'occupe de personnes en souffrance professionnelle, de demandeurs d'emploi ou de victimes de harcèlements. En parallèle, elle mène des recherches autour de la violence sociale tout en étant rédactrice web...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nadège Guidou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nadège Guidou est psychologue du travail. Elle s'occupe de personnes en souffrance professionnelle, de demandeurs d'emploi ou de victimes de harcèlements. En parallèle, elle mène des recherches autour de la violence sociale tout en étant rédactrice web...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'image des policiers qui filent toutes sirènes hurlantes... vers le bistrot du coin, est ancrée dans les esprits, tous les humoristes en ont fait un sketch. Pourtant ce problème de consommation d'alcool est inhérent à toutes les professions pénibles, notamment pour ses vertus d’anesthésiant émotionnel. Un phénomène qu'analyse Nadège Guidou dans "Malaise dans la Police" (Extraits 2/2).

Le problème de la consommation d’alcool dans la police nationale est connu et reconnu depuis déjà quelques années. Selon une étude[1] menée par l’ Assurance maladie et le CFES (Comité français d’éducation pour la santé), les professions les plus exposées au risque d’une consommation élevée d’alcool sont les plus pénibles physiquement (agriculteur, manutentionnaire, etc.) et celles en contact avec le public (artisans, représentants, patrons de café, agents de police, journalistes, etc.).

Certains y voient une opportunité de critiquer ouvertement les policiers et de remettre en question leurs valeurs morales, un raisonnement dont le bénéfice immédiat est la remise en cause de leur autorité. Pourtant, là encore, il nous faut être particulièrement précis : effectivement, l’alcool est un problème régulièrement rencontré dans la police nationale, mais non, il ne provient pas de l’individu : « Ce n’est pas l’alcoolisation qui est amenée au travail, c’est le travail qui amène l’alcoolisation. »[2]

L’étude est particulièrement claire sur ce point puisqu’elle démontre scientifiquement les liens entre dégradation des conditions de travail et consommation d’alcool. Après avoir présenté le stress et les conditions de travail pénibles comme des circonstances favorisantes, les auteurs insistent sur l’emploi de l’ alcool comme une aide dans la gestion de l’angoisse et de l’anxiété. Progressivement, la dépendance au produit aidant, toutes contrariétés entraînent la consommation, y compris la fatigue, la soif ou encore l’ennui.

(Cliquez sur l'image pour agrandir)

On voit, à la lecture de ce tableau, que le métier de policier, sans même parler du stress et des dangers, cumule plusieurs conditions de travail propices à l’ alcoolisme : en plein air la moitié du temps, régulièrement en contact avec le public, déplacements fréquents et rapides, posture debout prolongée. Le recours à une consommation d’alcool au travail est en outre une pratique commune dans l’ensemble des métiers où la peur et la mort sont présentes : métiers de la sécurité mais aussi du bâtiment et des travaux publics, pompiers, etc.

L’alcool engendre en effet une anesthésie émotionnelle permettant de réaliser le travail tout en étant « détaché » de la réalité. Il soude également le groupe autour d’une pratique socialement virile et offre un moyen de prouver sa masculinité. Comme les autres pratiques défensives, la consommation d’alcool ne peut concerner un seul individu mais est assumée collectivement, d’une part parce que la confrontation aux difficultés du métier concerne l’ensemble des agents, d’autre part car l’atteinte des valeurs morales serait bien trop importante pour un sujet isolé. Réparties entre les membres du collectif de travail, ces pratiques sont banalisées, permettent un délitement des responsabilités et soudent le groupe. Enfin, l’alcool permet de lever les mécanismes de censure morale, de réduire voire supprimer les inhibitions et donc de réaliser le « sale boulot ».

_______________________________________

Extrait de Malaise dans la police, EYROLLES (31 mai 2012)



[1] CNAMTS/CFES, « Alcool et Travail. Prévention des risques liés à l’alcool en milieu professionnel », 2001.

[2] Marie Pezé, Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés, op. cit., p. 37.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
05.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
06.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
malou44
- 11/06/2012 - 21:40
@ varois
Comment pouvez-vous être aussi cynique, oserais-je dire stupide ?..... Coluche s'est moqué de bien des profession, pas seulement des policiers, et il ne se serait certainement pas permis aujourd'hui de poster un commentaire aussi idiot que le vôtre. Il est même possible qu'il en eut été choqué... Comment pouvez-vous prétendre être "mort de rire" quand on évoque le stress des policiers au travail ? Ne pensez-vous pas que leur métier est en effet stressant ? Ils risquent leur vie tous les jours, ne sont protégés ni par leur hiérarchie ni par la Justice qui ne leur applique JAMAIS la présomption d'innocence. Quant à les accuser de "s'abstenir de boire (...) pour faire tomber les GammaGT", il s'agit là d'une accusation grave et qui plus est totalement infondée !!! Je suis femme de flic depuis de nombreuses années, beaucoup de nos amis sont flics... Je pense connaître ce milieu... Et de votre côté, quelle est votre expérience, si riche et complète, des flics et gendarmes pour que vous vous permettiez de leur cracher au visage de cette façon ?
Peyo de la Mancha
- 10/06/2012 - 23:32
Varois…
… si vous n'êtes pas capable de lire le mot "police" sans devenir rageux, vous devriez éviter ce genre d'article. Tant qu'à y être, évitez également les termes "armée", "sérieux", "réfléchi", "responsabilité" et "maturité", vous pourriez faire un arrêt cardiaque.
Cordialement.
Varois
- 10/06/2012 - 17:27
Poivrots
Ouaip !! Et puis si on ne croit pas celle là, elle nous en raconte une autre, la Nadège ? De tous temps et c'est bien connu, les forces de l'ordre ont été un refuge de poivrots. Pourquoi Coluche se moquait il de ce travers ??Parce que comme tout humoriste, il faisait ressortir les défauts de ces professions. Les apéros à la caserne, dans les commissariats ou dans les cars de crs n'ont jamais été prévus pour diminuer le stress (mort de rire). Et pourquoi, un mois avant la visite médicale annuelle, les flics et les gendarmes s'abstiennent ils de boire d'après vous ?? Pour faire "tomber" les GammaGT si nuisibles à leur carrière !! Renseignez vous !!