En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

07.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 58 min 1 sec
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 4 heures 46 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 13 heures 53 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 15 heures 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 22 heures 40 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 23 heures 44 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 1 jour 16 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 1 heure 48 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 4 heures 57 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 14 heures 22 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 15 heures 37 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 23 heures 27 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 1 jour 19 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 1 jour 48 min
De la bibine au travail

Alcoolisme et Police : comment la boisson est devenu un moyen de faire face aux risques de la profession

Publié le 10 juin 2012
L'image des policiers qui filent toutes sirènes hurlantes... vers le bistrot du coin, est ancrée dans les esprits, tous les humoristes en ont fait un sketch. Pourtant ce problème de consommation d'alcool est inhérent à toutes les professions pénibles, notamment pour ses vertus d’anesthésiant émotionnel. Un phénomène qu'analyse Nadège Guidou dans "Malaise dans la Police" (Extraits 2/2).
Nadège Guidou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nadège Guidou est psychologue du travail. Elle s'occupe de personnes en souffrance professionnelle, de demandeurs d'emploi ou de victimes de harcèlements. En parallèle, elle mène des recherches autour de la violence sociale tout en étant rédactrice web...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'image des policiers qui filent toutes sirènes hurlantes... vers le bistrot du coin, est ancrée dans les esprits, tous les humoristes en ont fait un sketch. Pourtant ce problème de consommation d'alcool est inhérent à toutes les professions pénibles, notamment pour ses vertus d’anesthésiant émotionnel. Un phénomène qu'analyse Nadège Guidou dans "Malaise dans la Police" (Extraits 2/2).

Le problème de la consommation d’alcool dans la police nationale est connu et reconnu depuis déjà quelques années. Selon une étude[1] menée par l’ Assurance maladie et le CFES (Comité français d’éducation pour la santé), les professions les plus exposées au risque d’une consommation élevée d’alcool sont les plus pénibles physiquement (agriculteur, manutentionnaire, etc.) et celles en contact avec le public (artisans, représentants, patrons de café, agents de police, journalistes, etc.).

Certains y voient une opportunité de critiquer ouvertement les policiers et de remettre en question leurs valeurs morales, un raisonnement dont le bénéfice immédiat est la remise en cause de leur autorité. Pourtant, là encore, il nous faut être particulièrement précis : effectivement, l’alcool est un problème régulièrement rencontré dans la police nationale, mais non, il ne provient pas de l’individu : « Ce n’est pas l’alcoolisation qui est amenée au travail, c’est le travail qui amène l’alcoolisation. »[2]

L’étude est particulièrement claire sur ce point puisqu’elle démontre scientifiquement les liens entre dégradation des conditions de travail et consommation d’alcool. Après avoir présenté le stress et les conditions de travail pénibles comme des circonstances favorisantes, les auteurs insistent sur l’emploi de l’ alcool comme une aide dans la gestion de l’angoisse et de l’anxiété. Progressivement, la dépendance au produit aidant, toutes contrariétés entraînent la consommation, y compris la fatigue, la soif ou encore l’ennui.

(Cliquez sur l'image pour agrandir)

On voit, à la lecture de ce tableau, que le métier de policier, sans même parler du stress et des dangers, cumule plusieurs conditions de travail propices à l’ alcoolisme : en plein air la moitié du temps, régulièrement en contact avec le public, déplacements fréquents et rapides, posture debout prolongée. Le recours à une consommation d’alcool au travail est en outre une pratique commune dans l’ensemble des métiers où la peur et la mort sont présentes : métiers de la sécurité mais aussi du bâtiment et des travaux publics, pompiers, etc.

L’alcool engendre en effet une anesthésie émotionnelle permettant de réaliser le travail tout en étant « détaché » de la réalité. Il soude également le groupe autour d’une pratique socialement virile et offre un moyen de prouver sa masculinité. Comme les autres pratiques défensives, la consommation d’alcool ne peut concerner un seul individu mais est assumée collectivement, d’une part parce que la confrontation aux difficultés du métier concerne l’ensemble des agents, d’autre part car l’atteinte des valeurs morales serait bien trop importante pour un sujet isolé. Réparties entre les membres du collectif de travail, ces pratiques sont banalisées, permettent un délitement des responsabilités et soudent le groupe. Enfin, l’alcool permet de lever les mécanismes de censure morale, de réduire voire supprimer les inhibitions et donc de réaliser le « sale boulot ».

_______________________________________

Extrait de Malaise dans la police, EYROLLES (31 mai 2012)



[1] CNAMTS/CFES, « Alcool et Travail. Prévention des risques liés à l’alcool en milieu professionnel », 2001.

[2] Marie Pezé, Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés, op. cit., p. 37.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
malou44
- 11/06/2012 - 21:40
@ varois
Comment pouvez-vous être aussi cynique, oserais-je dire stupide ?..... Coluche s'est moqué de bien des profession, pas seulement des policiers, et il ne se serait certainement pas permis aujourd'hui de poster un commentaire aussi idiot que le vôtre. Il est même possible qu'il en eut été choqué... Comment pouvez-vous prétendre être "mort de rire" quand on évoque le stress des policiers au travail ? Ne pensez-vous pas que leur métier est en effet stressant ? Ils risquent leur vie tous les jours, ne sont protégés ni par leur hiérarchie ni par la Justice qui ne leur applique JAMAIS la présomption d'innocence. Quant à les accuser de "s'abstenir de boire (...) pour faire tomber les GammaGT", il s'agit là d'une accusation grave et qui plus est totalement infondée !!! Je suis femme de flic depuis de nombreuses années, beaucoup de nos amis sont flics... Je pense connaître ce milieu... Et de votre côté, quelle est votre expérience, si riche et complète, des flics et gendarmes pour que vous vous permettiez de leur cracher au visage de cette façon ?
Peyo de la Mancha
- 10/06/2012 - 23:32
Varois…
… si vous n'êtes pas capable de lire le mot "police" sans devenir rageux, vous devriez éviter ce genre d'article. Tant qu'à y être, évitez également les termes "armée", "sérieux", "réfléchi", "responsabilité" et "maturité", vous pourriez faire un arrêt cardiaque.
Cordialement.
Varois
- 10/06/2012 - 17:27
Poivrots
Ouaip !! Et puis si on ne croit pas celle là, elle nous en raconte une autre, la Nadège ? De tous temps et c'est bien connu, les forces de l'ordre ont été un refuge de poivrots. Pourquoi Coluche se moquait il de ce travers ??Parce que comme tout humoriste, il faisait ressortir les défauts de ces professions. Les apéros à la caserne, dans les commissariats ou dans les cars de crs n'ont jamais été prévus pour diminuer le stress (mort de rire). Et pourquoi, un mois avant la visite médicale annuelle, les flics et les gendarmes s'abstiennent ils de boire d'après vous ?? Pour faire "tomber" les GammaGT si nuisibles à leur carrière !! Renseignez vous !!