En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

07.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

il y a 17 min 41 sec
décryptage > Société
Vos gueules les mouettes

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

il y a 44 min 32 sec
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 15 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 18 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 18 heures 47 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 20 heures 23 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 21 heures 17 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 19 min
décryptage > France
Rapport

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

il y a 31 min
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 15 heures 20 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 16 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 18 heures 38 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 20 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 20 heures 42 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 23 heures 37 min
© Reuters
Cécile Duflot, la ministre du Logement, veut bloquer par décret les loyers à la relocation dès la rentrée, pour lutter contre leur "emballement".
© Reuters
Cécile Duflot, la ministre du Logement, veut bloquer par décret les loyers à la relocation dès la rentrée, pour lutter contre leur "emballement".
Sur la forme

Cécile Duflot fragilise-t-elle sa propre décision en bloquant les loyers à la relocation par un décret ?

Publié le 05 juin 2012
Cécile Duflot, la ministre du Logement, veut bloquer par décret les loyers à la relocation dès la rentrée, pour lutter contre leur "emballement". Mais opter pour le décret plutôt que pour une loi pourrait bien finalement s'avérer contre-productif.
Vincent Canu est avocat au barreau de Paris, spécialiste en droit immobilier, membre du comité de rédaction de la Revue des Loyers, de la revue Administrer, du dictionnaire permanent de gestion immobilière, et du guide du logement.Il est également...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Canu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Canu est avocat au barreau de Paris, spécialiste en droit immobilier, membre du comité de rédaction de la Revue des Loyers, de la revue Administrer, du dictionnaire permanent de gestion immobilière, et du guide du logement.Il est également...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Duflot, la ministre du Logement, veut bloquer par décret les loyers à la relocation dès la rentrée, pour lutter contre leur "emballement". Mais opter pour le décret plutôt que pour une loi pourrait bien finalement s'avérer contre-productif.

A lire aussi :
Blocage des loyers à la relocation : beaucoup de bruit pour peu d'effets concrets

Le journal Libération laissait entendre qu'il n'était pas certain que Cécile Duflot (ministre de l'Égalité des Territoires et du Logement) puisse assurer la mise en application du décret sur le blocage des loyers. Pour apporter réponse à cette question, il convient donc de s'en référer aux législations passées et en vigueur.

Le blocage des loyers est en effet une mesure qui a déjà été pratiquée à de nombreuses reprises dans la passé. Une loi du 3 janvier 1979, promulguée par le gouvernement de Raymond Barre avait ainsi prévu qu’au cours du premier semestre 1979, aucun local à usage d’habitation dont le dernier bail avait pris fin depuis moins d’un an ne pouvait être loué à un prix supérieur au prix résultant de l’ancien bail.

Puis, alors que la loi Quillot était en préparation, une loi du 30 décembre 1981 décidait qu’à compter du 7 octobre 1981 et jusqu’au 30 avril 1982, les loyers et indemnités d’occupation des locaux à usage d’habitation pouvaient être révisés, mais sans excéder 80% de la variation de l’indice du coût de la construction publié par l’Insee. Le communiqué publié à la suite du Conseil des ministres qui avait décidé de cette mesure, demandait instamment aux propriétaires d’appliquer immédiatement cette limitation afin d’écarter tout litige et d’éviter des régularisations ultérieures…

En cas de nouvelle location ou de reconduction du contrat, le nouveau loyer ne pouvait être fixé à un montant supérieur au dernier loyer du contrat précédemment en cours.

Puis c’est la loi du 30 juillet 1982, qui édictait les deux mesures suivantes :

  • Le montant des loyers dus pendant la période du 11 juin au 31 octobre 1982, ne pouvait être supérieur pour le même local ou immeuble au dernier loyer du contrat en cours à la date du 11 juin 1982 ;

  • Les majorations de loyer devant intervenir entre le 11 juin et le 31 octobre 1982 au titre de la révision du loyer ou lors de la conclusion ou du renouvellement du bail, ne pouvait prendre effet qu’à compter du 1er novembre 1982.

Ces mesures autoritaires étaient destinées à éviter les hausses de loyers.

Puis la loi Quillot du 22 juin 1982 édictait un article 56 prévoyant que si des circonstances  économiques graves l’exigeaient, le taux maximum d’évolution des loyers pouvait être fixé pour un ou plusieurs secteurs locatif par un décret en Conseil d’État pris après avis de la Commission nationale des rapports locatifs.

C’est dans le cadre de cette mesure qu’un décret du 29 décembre 1982 prévoyait des majorations maximums pour tous les logements répartis en quatre secteurs.

Par exemple, dans le secteur 4, concernant les bailleurs privés, en cas de changement de locataire, une majoration du loyer pouvait être pratiquée à condition qu’elle ne dépasse pas 6% du dernier loyer du précédent contrat.

La loi du 6 juillet 1989 a instauré un mécanisme identique, puisque l’article 18 de cette loi, aujourd’hui en vigueur, prévoit que dans la zone géographique où le niveau et l’évolution des loyers comparés à ceux constatés sur l’ensemble du territoire révèlent une situation anormale du marché locatif, un décret en Conseil d’État pris après avis de la Commission nationale de concertation peut fixer le montant maximum d’évolution des loyers des logements vacants et des contrats renouvelés.

Ce décret précise sa durée de validité qui ne peut excéder un an, et peut prévoir des adaptations particulières, notamment en cas de travaux réalisés par les bailleurs ou de loyers manifestement sous évalués.

C’est dans le cadre de ce dispositif que tous les ans depuis plus de 20 ans, sont promulgués des décrets limitant la hausse de loyer à 50% de la différence entre le nouveau loyer et l’ancien, en cas de loyer manifestement sous évalué, le dernier en date de ces décrets étant celui du 26 août 2011.

On peut imaginer que le gouvernement prenne un décret en Conseil d’État pris après avis de la Commission nationale de concertation pour fixer le montant maximum d’évolution des loyers des logements vacants et des contrats renouvelés, mais il peut y avoir une difficulté juridique en ce que l’article 18 ne vise que le loyer des logements vacants définis à l’article 17 b, qui contenait des dispositions applicables jusqu’au 31 juillet 1997.

Depuis le 1er août 1997, la fixation des loyers d’origine est donc entièrement libre, de sorte que seule une loi pourrait revenir sur ce dispositif.

Quant à l’article 17 c, il s’agit des loyers manifestement sous évalués et non pas des loyers trop élevés par rapport à la situation du marché locatif. Il est donc inadapté à l’objectif aujourd’hui poursuivi.

Il est donc possible que le gouvernement renonce à utiliser ces dispositions pour prendre un décret qui risquerait d’être annulé, et préfère plutôt le vote d’une loi qui aurait l’avantage de pouvoir s’appliquer d’une manière rétroactive, ainsi que l’avait fait la loi du 30 décembre 1981.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

07.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
chacal
- 07/06/2012 - 09:02
Pfff, encadrer, toujours encadrer
Ils voudraient tout encadrer au PS, surtout pour ceux qui investissent, travaillent. Comment je finance mes travaux de rénovation moi si je peux pas monter le loyer au changement de locataire ? Dèja avec ce que prends l'état ? Si c'est pour faire moins de 5% par an autant vendre 'allez, paye encore des sous sur les plus values) et mettre le tout sur une assurance vie, et je serais moins emmerdé par des locataires qui oublient de payer...
Mani
- 06/06/2012 - 09:31
@Alex de M.
Bonjour la subtilité... Non, ce n'est pas comme ça que ça se passe en démocratie. Si on pense qu'une loi est anticonstitutionnelle, on fait appel au Conseil constitutionnel pour qu'il tranche. En plus, maintenant, grâce à Sarkozy, la question prioritaire de constitutionnalité est accessible aux simples citoyens. Il ne faut pas tout confondre...
Alex de M.
- 06/06/2012 - 07:06
Droits de l'homme ?
Il n'y a pas de droits de l'homme sans droit à la propriété.
Or interdire au propriétaire de fixer librement le prix de son bien est une spoliation partielle mais réelle de la propriété de ce bien.
Le fondement légal de l'état en France repose en premier sur la déclaration universelle des droits de l'homme qui garanti le droit à la propriété.
Dès maintenant ce gouvernement a donc rendu l'état illégitime et illégal.
De ce fait aucun habitant n'est plus tenu à une quelconque obéissance aux lois...
Au contraire, tout démocrate sincère, tout humaniste respectueux des droits de l'homme, tout chrétien soucieux du décalogue se doit d'entrer en résistance contre ce qui n'est plus dès maintenant qu'une dictature ignoble.