En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

06.

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 9 heures 20 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 10 heures 56 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 12 heures 27 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 14 heures 36 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 18 heures 24 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 1 jour 3 heures
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 1 jour 4 heures
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 10 heures 4 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 11 heures 43 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 12 heures 51 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 15 heures 27 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 18 heures 35 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 1 jour 4 heures
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 1 jour 5 heures
Point mort

Le low-cost peut-il sauver l’industrie automobile française ?

Publié le 28 mai 2012
Renault a réussi à redresser la barre de ses ventes grâce au low cost. Un tournant difficile à négocier que ne devra pas manquer l’autre géant automobile français, Peugeot.
Pascal Perri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Perri est économiste. Il dirige le cabinet PNC Economic, cabinet européen spécialisé dans les politiques de prix et les stratégies low cost. Il est l’auteur de  l’ouvrage "Les impôts pour les nuls" chez First Editions et de "Google, un ami qui ne...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Renault a réussi à redresser la barre de ses ventes grâce au low cost. Un tournant difficile à négocier que ne devra pas manquer l’autre géant automobile français, Peugeot.

Les constructeurs automobiles français veulent montrer leur capacité à s'adapter aux attentes de la demande pour des produits simplifiés et économiques. Renault, le grand pionnier français du low cost, a depuis plusieurs exercices sauvé ou dopé ses résultats grâce au programme Dacia. Le nouveau monospace assemblé au Maroc rencontrera son public et menace les acteurs de ce marché qui n'ont pas vu venir la révolution des prix bas.

On ne le dira jamais assez, Renault-Nissan a mené le développement de sa gamme à bas prix avec discernement et astuce en évitant le risque de cannibalisation de sa propre marque. Un million  de voiture Logan seront vendues cette année contre un peu plus de 800 000 l'an dernier.

Pour une ancienne Régie d’État, Renault a fait preuve de maestria. Nul ne peut le contester. Quelle sera la stratégie de Peugeot dans ses usines de Vigo en Espagne avec le modèle 301 annoncé comme LE produit minimaliste (Peugeot ne veut pas parler de voiture low cost) ? On nous parle d'un véhicule dépouillé, mais un peu plus équipé que la Logan de base.

La différence ne se fait pas que sur le coût de la main d’œuvre

Les conditions de production en Espagne mobiliseront une force de travail mieux rémunérée qu'en Roumanie où se trouve Dacia. Mais, les coûts de main d’œuvre représentent entre 14 et 18% du coût total de production. La différence, la vraie, ne se fait pas uniquement sur le prix de la force de travail, contrairement aux idées reçues de ceux qui voudraient associer le low cost à la misère sociale.

La différence entre les modèles classiques et les modèles low cost procède plutôt d'une révolution copernicienne de la pensée. La simplicité de l'offre, la seule réponse aux besoins exprimés par cette partie du marché exige une grande modestie industrielle. Pour tout dire, le low cost est un modèle radical.

Se dédoubler pour mieux séduire

On est totalement low cost ou on ne l'est pas. Le public est exigeant à ce sujet. Il n'attend pas des prix bas homéopathiques mais des prix radicalement bas. Le danger pour une entreprise aussi ancienne et qualifiée que Peugeot serait de proposer un modèle hybride, simplifié mais avec quelques concessions technologiques : un moteur complexe de la dernière génération avec une bonne dose d'électronique, la climatisation, bref autant de choses qui n'ont pas leur place dans une offre entrée de gamme mais qui devraient pouvoir être proposées en option.

En développant sa marque low cost, le président Louis Schweitzer avait bien pris conscience que le principal danger menaçant la nouvelle offre était celui de la culture, par définition complexe, des ingénieurs et collaborateurs Renault. La simplicité comporte des exigences que les cultures anciennes, celles des ingénieurs notamment, ont bien du mal à porter.

Peugeot a par ailleurs limité sa marge de manœuvre en plaçant cette nouvelle voiture dans sa gamme. Dacia ne s'appelle pas Renault. Et les raisons de ce dédoublement sont nombreuses. On ne peut loger sous le même toit les offres complexes et chères et celles, ultra simplifiées et peu chères, au risque de dérouter les consommateurs et de détruire une partie de la valeur associée aux marques historiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zelectron
- 29/05/2012 - 23:16
low cost = low quality
le low non! la qualité oui!
GOGO
- 29/05/2012 - 11:47
reponse à l'enfume dudit sheldon lobbyiste
connais-tu le vrai prix de revient des voitures :non sûrement pas et celà bien que tu te crois très rusé et employé du secteur.( auto français)
Si tu veux avoir une idée :regarde du côté d'un marché concurrentiel exemple les USA où les bagnoles sont moitié prix qu'en France. T'as compris maintenant!
Surtout compare pas Porsche à Dacia :tu fais rire le monde entier
Avec ces raisonnements oui le low-cost va achever l'industrie automobile française mal positionnée,mal gérée,mal pensée,mal dirigée .Bref elle est très mal.
yabusa14
- 29/05/2012 - 09:35
Revoir ses fondamentaux
On peut s’étonner que dès le deuxième paragraphe, cette analyse nous livre une erreur assez grossière, preuve s’il en est qu’il ne suffit pas d’écrire, il faut d’abord se renseigner. En effet, que lit-on alors dans cet article au titre tapageur ? « Renault-Nissan … avec discernement et astuce … Un million de voiture Logan seront vendues. »
Première remarque : la stratégie à bas coûts du constructeur s’est toujours faite de façon solitaire, sans jamais y atteler son allié japonais. La preuve en est que ce dernier a décidé de ressusciter celle qui lui avait donné naissance, Datsun. Deuxième remarque, et non des moindres : « avec discernement…un million de Logan ». L’auteur de cet article s’est-il un tant soit peu renseigné sur la part de Logan vendues dans le monde sous le badge Renault ? Ayant pris connaissance de cette quotte part, la notion de discernement fera alors bien pâle figure.
On peut alors déplorer que la marque nationale une fois rodée les premiers pas de sa cousine roumaine ait eu vite fait de se l’accaparer sous ses propres couleurs, s’abstenant de facto d’un renouvellement coûteux de sa propre gamme. Un nivellement par le bas...coût.