En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 12 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 33 min
light > Social
Colère des usagers
Grève RATP : sera-t-il possible de se faire rembourser son pass Navigo ?
il y a 6 heures 46 min
pépites > Politique
Engagement
Retraites : Emmanuel Macron défend son projet, salue les efforts du gouvernement et évoque "une réforme historique pour le pays"
il y a 8 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Trois femmes (l'échappée)" de Catherine Anne : une interprétation séduisante

il y a 11 heures 57 min
décryptage > France
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

il y a 12 heures 40 min
pépites > International
Algérie
Présidentielle algérienne : Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre de Bouteflika, est élu dès le premier tour avec 58,15% des voix
il y a 13 heures 14 min
décryptage > Culture
Check news

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Science
Art préhistorique

La première œuvre figurative de l’histoire vient d’être découverte. Elle date d’il y a 44 000 ans

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Europe
Brexit

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Politique
La grande illusion

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

il y a 17 heures 22 min
pépite vidéo > Social
Main tendue
Grève : Jean-Pierre Farandou, patron de la SNCF, demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes de Noël
il y a 3 heures 51 min
pépites > International
Réconciliation
Fin de la guerre commerciale ? : les États-Unis et la Chine annoncent un accord
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"De l'autre côté, la vie volée" de Aroa Moreno Duran : le soleil se lève à l'est

il y a 11 heures 33 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand coulent les heures de bronze et quand roulent les nanobilles dorées : c’est l’actualité des montres à la veille de l’hiver
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Social
Réforme protéiforme

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

il y a 12 heures 54 min
pépites > France
Agression
Un homme qui menaçait des policiers avec une arme blanche a été "neutralisé" à la Défense
il y a 13 heures 59 min
décryptage > International
Vote

Elections algériennes : manifestations et abstention record, le peuple algérien plus déterminé que jamais à en finir avec les années Bouteflika

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Santé
Activité physique

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

il y a 16 heures 3 min
décryptage > France
Clownerie généralisée

Retraites : le jeu des 7 erreurs

il y a 17 heures 1 min
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 1 jour 10 heures
Bonne mémoire

Esclavage : Lettre ouverte à Mme le ministre de la Justice

Publié le 21 mai 2012
La guyanaise Christine Taubira est devenue à la surprise générale Garde des Sceaux du gouvernement Ayrault. L'occasion pour l'écrivain et journaliste Manuel Gomez de lui rappeler les failles de sa loi de 2001 sur l'esclavagisme.
Manuel Gomez est journaliste à la retraite et écrivain.Son choix s'est tourné vers Marine Le Pen au premier tour. Il votera pour Nicolas Sarkozy au second.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Manuel Gomez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Manuel Gomez est journaliste à la retraite et écrivain.Son choix s'est tourné vers Marine Le Pen au premier tour. Il votera pour Nicolas Sarkozy au second.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La guyanaise Christine Taubira est devenue à la surprise générale Garde des Sceaux du gouvernement Ayrault. L'occasion pour l'écrivain et journaliste Manuel Gomez de lui rappeler les failles de sa loi de 2001 sur l'esclavagisme.

Christiane Taubira est très certainement une femme intelligente ; cependant, son manque de lucidité concernant certains apports bénéfiques de la colonisation et sa mémoire très sélective (car si son territoire n’avait pas été colonisé par la France, et si elle n’avait pas reçu les bienfaits de la civilisation française, elle n’occuperait certainement pas le poste ministériel qui est le sien aujourd’hui)

D’une part parce qu’elle confond colonisation et esclavagisme et d’autre part parce qu’elle occulte totalement, de par sa loi dite « loi Taubira » du 21 mai 2001, une très grande partie de l’esclavage qui s’est poursuivi dans les territoires du Maghreb et sub-sahariens bien au-delà de l’abolition de l’esclavage organisé uniquement  par les « blancs ».

L’article premier de la « loi Taubira » stipule :

« La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan Indien d’une part, et l’esclavage d’autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l’humanité. »

Critique interdite

Cet article premier de la « loi Taubira » est profondément sélectif, puisqu’il occulte totalement la traite négrière entre Africains eux-mêmes, la traite des Noirs par les Arabes qui fut plus importante que celle par les Blancs d’Europe ou d’Amérique mais également la traite des « blancs » par les Arabes jusqu’au 19è siècle, et même au-delà.

Il ne nous est donc pas permis de critiquer cette loi qui se veut « antiraciste » mais qui procède à une discrimination raciale entre les esclavagistes, car cela nous est interdit de le faire par l’article 5 qui modifie la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, en donnant à « toute association régulièrement déclarée depuis au moins cinq ans à la date des faits, se proposant, par ses statuts, de défendre la mémoire des esclaves et l’honneur de leurs descendants, de combattre le racisme ou d’assister les victimes de discrimination fondée sur leur origine nationale, ethnique, raciale ou religieuse » des droits reconnus à la partie civile sur les infractions racistes, établies par la loi de 1881.

Toute contestation ou critique de cette « loi Taubira » est donc interdite (comme le Coran par exemple). On accuse systématiquement comme infractions « racistes » toute contestation ou critique de la « loi Taubira » ! C’est donc une loi parfaitement dictatoriale puisqu’elle interdit qu’on la critique.

Cette « loi Taubira » est donc particulièrement dangereuse par la ségrégation qu’elle opère entre les auteurs d’esclavagisme et par la limitation qu’elle apporte à la liberté d’expression et à la recherche historique.

Il ne s'agit pas de faire l'apologie de l'esclavage mais uniquement une analyse confirmée par son évolution dans notre société moderne. L’esclavagisme c’est la transplantation forcée d’un être humain contre sa volonté.

Il est nécessaire de rappeler à Christiane Taubira que s'il n'y avait pas eu d'esclaves noirs en Amérique du Nord Barak Obama n'aurait jamais été élu Président des États-Unis grâce à leur vote. C'est une constatation.

« Les traites négrières ne sont pas des génocides »

Jusqu'à la moitié du 19è siècle des négriers (noirs et blancs) ont razzié les villes et villages de l'intérieur puis acheminé et transporté vers l'Amérique des dizaines de milliers d'esclaves en provenance d'Afrique noire, et cela dans des conditions quelquefois abominables. Nombreux furent ceux qui furent maltraités, fouettés, tués même, mais bien plus nombreux ont été ceux qui ont connu une existence plus confortable (nourriture, logement, sanitaire, etc.) dans les exploitations cotonnières du Sud que celle qui aurait été la leur s'ils étaient restés dans l'Afrique précoloniale.

J'en veux pour preuve que la population noire actuelle aux États-Unis est toute issue de l'esclavage. La raison est évidente : l'esclave coûtait cher et il était de l'intérêt non pas humanitaire mais financier de le conserver en bonne santé physique afin qu'il soit plus productif et donc plus rentable.

Je cite l’historien Olivier Pétré-Grenouilleau, spécialiste des traites négrières, qui écrivait en 2005 : « Les traites négrières ne sont pas des génocides ». La traite n’avait pas pour but d’exterminer un peuple. L’esclave était un bien qui avait une valeur marchande qu’on voulait faire travailler le plus possible.

Il est donc incontestable qu’on ne peut pas accuser de génocide la traite des « noirs » vers les Amériques, contrairement à la traite des « blancs » dans les pays du Maghreb vers les « pays islamiques », car là il s’agit bien d’un génocide, puisqu’il ne reste pas un seul descendant de ces esclaves – plus d’un million – susceptible de réclamer une repentance quelconque.

Esclavagisme destructeur ou constructeur

Tout comme il a existé une colonisation constructive et une colonisation destructrice il a existé un esclavagisme destructeur et un esclavagisme constructeur dont on perçoit le résultat démographique depuis la fin du 19è siècle.

Esclavagisme destructeur : celui subit par des dizaines de milliers d'Européens dans le Maghreb entre le 16ème et le début du 19ème siècle, enlevés, enchaînés, torturés, vendus ou échangés comme du bétail dans tout l'empire islamique et voués à une destruction certaine dont bien entendu il n'existe plus aucune trace de nos jours.

D'ailleurs cet esclavagisme s'est poursuivi en 1962, sous le regard indifférent des autorités françaises par l'enlèvement de quelques milliers d'européens en Oranie dont on n'a plus la moindre nouvelle. L'on ne peut qu'espérer qu'ils aient tous disparu aujourd'hui afin d'échapper aux effroyables tortures qui leurs étaient promises et qu'ils ont du subir.

En revanche, l’article 2 de la « loi Taubira » impose que les faits concernant l’esclavagisme soient inscrits dans les futurs programmes scolaires ; cela, bien entendu, est inacceptable. Comment peut-on envisager d’enseigner comme étant des faits historiques incontestés des éléments d’une histoire qui dissimule des vérités incontestables ?

Aucun rescapé

Alors je pose la question à Christiane Taubira :

Qui devrait réclamer la repentance au nom de l'esclavagisme et la reconnaissance des esclavages comme « crime contre l’humanité » ?

Les Africains qui aujourd'hui sont la composante d'une très importante partie de la population des États-Unis et ont permis l'élection d'un président noir ?

Ou les blancs dont il ne reste aucun rescapé susceptible de réclamer justice et repentance ?

Il s’agit là de l’article 3 de la « loi Taubira »  qui réclame « une requête en reconnaissance de la traite négrière transatlantique ainsi que de la traite dans l’océan Indien et de l’esclavage comme crime contre l’humanité » auprès de différentes instances internationales. Et qui, là encore, passe sous silence l’esclavagisme organisé par les Noirs et les Arabes, qui sont donc totalement absous de leurs péchés d’esclavagistes.

Poussant encore plus loin sa méconnaissance des lois internationales, Christiane Taubira tente d’expliquer que si « sa » loi ne concerne que l’esclavagisme français c’est par volonté de notre gouvernement qui refuse d’impliquer d’autres nations comme partenaires de ce « crime contre l’humanité ». Cela est totalement inexact. Prenons comme exemple les lois concernant les négations de la « Shoah » ou la loi mémorielle reconnaissant le génocide arménien : elles ne concernent pas uniquement des responsables français – fort heureusement car elles seraient bien trop restrictives, convenons-en.

Il est bien évident que l’on ne peut comparer les « génocides » des arméniens et des juifs, dont le but unique était leur extermination, à celui de l’esclavagisme des « noirs » vers les Amériques, dont l’objectif était tout le contraire, non pas l’extermination mais la multiplication. Il est facile d’en constater le résultat de nos jours dans tous les territoires qui ont « bénéficié » de cet apport.

Je ne vous ferai pas l’injure, Madame la ministre, de mettre en doute votre objectivité sur l’esclavagisme alors votre rôle est, soit de compléter « votre » loi afin qu’elle cerne de plus près la réalité, soit de permettre que l’on puisse la critiquer en toute liberté, sans encourir les foudres de « votre » justice.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (85)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
castrofidel
- 27/05/2012 - 18:20
@NYOR
Dont acte
NYOR
- 27/05/2012 - 00:57
castro
Vous avez tout à fait raison, il y a le même problème avec le riz et certains pays qui ont plus intérêt à exporter qu'à nourrir leur propre population.
Par ailleurs, je ne cherche pas à propager l'image du noir faignant. Il n'y a qu'à se promener pour voir comment ils sont bâtis et les muscles, cela ne pousse pas comme ça. On peut aussi prendre pour exemple les plongeurs de la baie de Lagos qui drague le sable à mains nues.
Je parle de culture. La culture africaine a du mal à s'adapter à la culture industrielle et c'est un véritable choix de société qui se pose aux africains. Et qui est loin d'être simple. Mon propos visait juste, je le répète, comme le font certains intellectuels africains, à les pousser à se polariser sur le futur plutôt que sur le passé. D'ailleurs, si vous descendez un peu en dessous du Cameroun, au Gabon, la colonisation est bien loin et on ferait mieux de se préoccuper de l'invasion chinoise en Afrique qui rafle toutes les matières premières.
castrofidel
- 26/05/2012 - 19:15
@NYOR Panteur de coton et petites bonnes
Comment voulez qu’un paysan producteur de coton au Mali puisse se développer, économiser, créer une entreprise quelconque en un mot diversifier ses activités ?
Dans un pays comme le Mali où le prix du coton, sa principale richesse jusqu’à maintenant, est fixé dans les bourses occidentales, et est mis en concurrence avec les producteurs américains subventionnés eux à coup de milliards de dollars par leur gouvernement, ce que la Banque mondiale interdit de faire à l’Etat malien au nom de la libéralisation.
« Petites bonnes » maintenant. Allez jeter un œil un jour à ce qu’on appelle le « marché aux bonnes» à Dakar. Vous y verrez des centaines de gamines qui n’ont qu’un désir : vivre mieux. Mais comment ? Aucune possibilité si ce n’est d’aller se « vendre » pour un salaire de misère comme employées de maison. Et je peux vous garantir que bien peu d’entre elles le font par facilité, nonchalance ou autre travers génétique.