En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Merveilleux monde du travail
Cette accumulation de petites incivilités quotidiennes qui ruinent la vie d'entreprise
Publié le 17 mai 2012
Hubert Landier rapporte les multiples anecdotes, glanées à l’occasion d'enquêtes qui sont autant de vexations subies par les salariés : directives inapplicables, manifestations de mépris, objectifs contradictoires, informations trop tardives, absence de dialogue... Extraits de "18 bonnes raisons de détester son entreprise" (1/2).
Hubert Landier est expert indépendant, vice-président de l’Institut international de l’audit social et professeur émérite à l’Académie du travail et de relations sociales (Moscou).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Landier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Landier est expert indépendant, vice-président de l’Institut international de l’audit social et professeur émérite à l’Académie du travail et de relations sociales (Moscou).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Landier rapporte les multiples anecdotes, glanées à l’occasion d'enquêtes qui sont autant de vexations subies par les salariés : directives inapplicables, manifestations de mépris, objectifs contradictoires, informations trop tardives, absence de dialogue... Extraits de "18 bonnes raisons de détester son entreprise" (1/2).

"Non, le patron ne dit pas bonjour ; ou alors, quand il le fait, il essaye de m’appeler par mon prénom, mais une fois sur deux, il se trompe ; pourtant, ça fait deux ans que je suis là. » Ou encore : « Ici, c’est jamais de remerciements si tu fais bien ton boulot ; par contre, si tu fais une erreur, alors là, c’est l’engueulade. » De tels témoignages n’ont rien d’excep­tionnel ; ils sont même fréquents. Les marques de courtoisie élémentaires, dans l’entreprise, ne sont pas toujours respec­tées.

Et pourtant, les salariés y sont hautement sensibles : la poignée de main du matin est souvent un rituel auquel tous se conforment, y compris le visiteur de passage. Il s’agit là d’une marque de reconnaissance qui semble aller de soi. Dès lors, celui qui ne s’y conforme pas est mal vu : « Pour qui se prend-il, celui-là ? » L’intéressé est vite catalogué. Selon un maître compagnon dans une grande entreprise du BTP : « Le chef de chantier, le matin, il va dire bonjour à la grue, mais à nous, il ne dit pas bonjour. » Autant dire que les hommes comptent moins que le matériel.

Conversation avec un ouvrier :

« C’est très intéressant, votre atelier. Vous devez avoir beaucoup de visiteurs ?
– Oui, beaucoup.
– Et bien entendu, on vous dit qui c’est ?
– Pensez-vous, on voit les costards-cravates qui débarquent ; on a l’impression qu’ils sont au zoo ; ils s’intéressent aux machines, et nous, on n’existe pas. » Est-ce que cela coûte­rait cher à l’entreprise de mettre à l’entrée de l’atelier un panneau du style : « Vendredi, visite du délégué commercial de notre principal client » ? Simplement, on n’y a pas pensé ; sans doute a-t-on mieux à faire ? En attendant, les salariés, face à cette présence d’inconnus, fabulent : « Est-ce qu’on ne va pas être rachetés ? Est-ce que ce ne sont pas les représen­tants des repreneurs ? » Ceci est arrivé à l’auteur de ces lignes. On le prenait pour le représentant d’un fonds d’investisse­ment américain et un délégué en a profité pour lui remettre un papier où se trouvaient, maladroitement exprimés, tous les sujets d’inquiétude : l’emploi, la prime de résultats, les cadences. Chacun savait que l’usine était en cours de rachat, mais personne n’en savait davantage, le directeur pas plus que les autres.

La politique de communication – « tous ensemble vers de nouveaux défis » – se trouve ainsi contredite en perma­nence par ces messages implicites de mépris. S’y ajoutent les mesures d’exclusion. Dans telle entreprise, il y a ceux qui ont le « macaron » et ceux qui ne l’ont pas. Le macaron, c’est l’au­tocollant sur le pare-brise qui permet de parquer sa voiture à l’intérieur de l’usine. La direction précise que ceux qui en bénéficient font un usage fréquent de leur véhicule ; concrè­tement, ce sont les cadres, qui s’en servent effectivement le midi pour aller au restaurant.

Dans telle autre, les membres du CHSCT, réunis autour de la table de réunion, se classent en deux catégories : les membres de la direction, qui ont devant eux une bouteille d’eau et un gobelet, et les élus du personnel, qui n’en ont pas et doivent, pour se rafraîchir, se déplacer à la fontaine à eau. Curieusement, cela semble tellement aller de soi que plus personne ne le remarque. Il n’empêche : cela crée un état d’esprit. Faut-il s’étonner ensuite que les rela­tions entre les uns et les autres ne soient pas fondées sur une confiance très intense ?

Ce sont là en effet autant de petits détails qui expriment l’état d’esprit de la direction à l’égard du personnel. Ainsi dans ce grand magasin : « J’imagine que le directeur vous a fait visiter la surface de vente ; maintenant, est-ce que vous voulez voir les locaux administratifs ? » En effet, le décor est assez différent. On comprendra que les clients fassent l’objet d’une attention particulière ; mais est-ce une raison pour que la direction se satisfasse de locaux dégradés pour son person­nel ? On fera la différence avec cet hôtel dont la nouvelle directrice a informé les délégués de son intention d’amélio­rer les locaux du personnel, qu’elle juge sordides. Chacun sait par conséquent que leur rénovation est prévue dans le programme concernant l’ensemble de l’établissement, qui a effectivement besoin d’un « revamping ». L’état des vestiaires, des sanitaires et des douches constitue un signe de l’attention, ou du manque d’attention, de la direction pour le personnel.

De gros efforts ont été faits dans de nombreuses entreprises. Mais les standards – ce qui est jugé « normal » – évoluent. Ce qui était considéré comme normal hier ne l’est plus nécessairement aujourd’hui. Les jeunes jettent sur leurs conditions d’emploi un regard différent de celui de leurs aînés. Et surtout, ils comparent : « Pourquoi les uns peuvent-ils venir au travail à l’heure qui les arrange et pas les autres ? » Les petits riens deviennent autant de symboles d’un manque d’équité : il y a les « privilégiés » et les autres, ceux qui n’ont pas droit à certains avantages et qui, pour cette raison, se sentent méprisés.

________________________ 

Extrait de 18 bonnes raisons de détester son entreprise, Bourin Editeur (15 mai 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
03.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
06.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
07.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
03.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
04.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Benvoyons
- 18/05/2012 - 10:46
C'est un peu ancien, car avec les normes iso beaucoup de choses
ont changé dans les entreprises Françaises. Maintenant vous pouvez toujours trouver des cadres " psychiquement non adapté à la vie en groupe" mais nous trouvons aussi des gens non cadre complètement inaptent au respect des autres.
La différence avec l'Allemagne, c'est qu'un "docteur ingénieur"dans l'entreprise accepte de parler à l'ouvrier sur sa machine d'une manière non condescendante.
L'étude des postes est permanentes l’amélioration du poste et du circuit de production sont permanents avec l'ensemble des intervenants mais sans remettre en cause immédiatement le poste et le circuit. Cela est fait après avec des investissements machines si nécessaires et les modifications pour que l'ouvrier soit plus confortable et donc plus efficace. Les mots efficace et rentabilité ne sont pas tabous ni par l'ouvrier( qui a conscience de son poste dans l’intérêt général) ni par les syndicats.
Les mots les plus important en Allemagne " être fier de son entreprise, être fier de la réussite de son entreprise"
sam84
- 17/05/2012 - 17:30
Mais oui
C'est bien connu les patrons sont des salauds,les cadres des Kapos et les salariés de brave victimes innocentes et vertueuses ...C'est ainsi,que les futurs salariés entendent parler du monde de l'entreprise ,dés la période de cursus scolaire et c'est ainsi que des syndicats ringard et des pseudo scientifique (sic) des sciences humaines,s'efforcent d'y donner corps On les comprends c'est grâce a cela qu'ils font les uns et les autres leurs choux gras
laurentso
- 17/05/2012 - 14:43
Quand on pense que ces mêmes boites
se dotent de "Bureau des ressources humaines" aux effectifs pléthoriques...