En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 3 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 11 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 40 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 14 heures 52 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 15 heures 52 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 16 heures 58 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 19 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 18 heures 41 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 18 heures 44 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 18 heures 44 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 35 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 14 heures 44 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 21 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 17 heures 48 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 18 heures 44 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 18 heures 44 min
© DENIS CHARLET / AFP
© DENIS CHARLET / AFP
Atlantico Business

Bridgestone : en se fourvoyant, la classe politique prépare d’autres faillites industrielles

Publié le 14 novembre 2020
Bridgestone a confirmé la fermeture de Béthune, entrainant la suppression de 863 emplois. Mais les politiques qui se défoulent contre Bridgestone risquent surtout d’anéantir tous les efforts d’attractivité industrielle en France.
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bridgestone a confirmé la fermeture de Béthune, entrainant la suppression de 863 emplois. Mais les politiques qui se défoulent contre Bridgestone risquent surtout d’anéantir tous les efforts d’attractivité industrielle en France.

Au-delà du désastre social dans une région qui a besoin d’emplois industriels, la classe politique française a non seulement échoué, mais en se fourvoyant comme elle l’a fait, elle va très certainement engendrer d’autres faillites industrielles. Une fois de plus, les responsables politiques ont créé une situation dans laquelle ils voudraient se donner le beau rôle de sauveur d’emplois, alors que tous ce qu’ils font, les discours, les promesses, les vraies et les fausses, contribuent à décourager les investisseurs. Tant que les responsables politiques n’auront pas compris qu’ils ne peuvent pas tout régenter en donnant des leçons à tout le monde, le système économique ira au fiasco, notamment dans le secteur industriel. La fermeture de Bridgestone était écrite de longue date.

Par lâcheté ou inexpérience, les hommes politiques, de droite comme de gauche, ont essayé de sauver l'outil à coup de subventions, de recommandations et même pour finir de menaces. On sait maintenant qu’ils n’ont rien sauvé. Plus grave, ils se sont déconsidérés aux yeux de leurs électeurs. Plus grave encore, ils ont sans doute découragé d’autres industriels, d’autres investisseurs, d’autres chefs d’entreprise de venir développer des affaires dans un pays où la classe politique veut se mêler de tout et faire des scandales.

Le départ de Bridgestone est un échec pour tout le monde. Non seulement les Japonais savent qu’ils ne reviendront jamais dans un pays où ils ont eu tellement d’ennuis administratifs, fiscaux, syndicaux... mais avec eux, il y évidemment une cohorte d’investisseurs qui vont barrer la France comme terrain possible d’installation.

Bridgestone est un fabricant de pneus japonais qui a des usines partout dans le monde et en Europe – notamment en Pologne, en Hongrie, mais aussi en France. Dans une mauvaise passe cette année due à la crise sanitaire et aux mutations de la demande automobile qui est globalement en baisse, le groupe multinational a cherché à rationaliser ses coûts et à repositionner sa production.

Dans ce cadre-là, l’usine de Béthune située dans le Nord de la France, qui produit des pneus de petit diamètre, n’apparaissait plus adaptée, selon Bridgestone, à la réalité des nouveaux marchés, tant en termes de demande que de prix.

Bridgestone n’a retenu aucun scénario que lui proposait Bercy, aidé du cabinet de conseil Accenture, poussé par la région Hauts de France. Malgré des investissements qui auraient été pris en charge par la sphère publique à 50% et malgré la volonté affichée des politiques et des syndicats de ne pas laisser partir l’industriel, la direction a clairement expliqué que «Bridgestone aurait continué à perdre de l'argent sur chaque pneu produit à Béthune ».

Quoiqu’il arrive, le coût social de cette fermeture est énorme. 863 emplois qui disparaissent dans un contexte de crise et une région industrielle déjà touchée par les départs, c’est évidemment beaucoup de chômeurs en plus.

Mais si la solution de maintenir l’usine en vie grâce à des investissements publics et privés était une proposition possible à court terme, l’idée de garder un modèle économique en respiration artificielle et sous perfusion n’est pas imaginable pour aucun investisseur privé. Est-ce à dire que l’investisseur en question, fut-il japonais, méritait d’être cloué au pilori et jeté en pâture parce qu’elle se retrouve obligée de fermer un site ? Sans doute pas. D’autant que les fonds japonais ne sont pas les plus cyniques du monde. Ils ne sont pas non plus les plus court-termistes. La culture économique des Japonais est orientée sur la préservation du long terme. Dans la forme comme dans le fond, ils auraient mérité un autre traitement. Pour une raison très simple : parce qu’un tel évènement et un tel traitement reviennent largement à desservir, à terme, les intérêts de la France.

Ce passage en force des autorités françaises est forcément mal vu par tous les porteurs de projets qui voudraient justement s’installer sur le sol français. D’autant que ça n’est pas la première fois que les politiques français se comportent ainsi en croyant sauver leur réputation auprès de leurs propres clients que sont les électeurs.

Dans toutes les banques d’affaires du monde, dans tous les cabinets d’ingénierie industrielle, on sait que la France a un problème de gestion de sa politique industrielle. Au-delà de ses couts de production qui sont élevés, mais qui se gèrent si le montant des couts sociaux correspond à une prestation de service de qualité, au-delà des équipements collectifs et des infrastructures, au-delà même de l’art de vivre à la française, tous ces éléments qui fabriquent la fameuse attractivité de la France, nous avons une arrogance de l’administration française couplée à une complexité insupportable, avec des hommes politiques qui pensent qu’un bon marketing électoral financé par les fonds publics peut tenir lieu d’une véritable politique industrielle qui serait financée et gérée par le privé.

Les démêlés que l’industriel aura avec les autorités françaises, les injonctions publiques et les règlementations menaçantes ne participent guère à renforcer l'attractivité.

« On va rentrer dans un bras de fer pour obtenir le maximum pour le site et les salariés. On ne part pas comme ça, en France» déclare par exemple Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France. «On a eu affaire à des menteurs »,« respecter les gens, c’est tout simplement accepter le plan B que l’on est en train de proposer » continue-t-il. Oui, il est évident que, pour les salariés, la continuation d’activité aurait été la meilleure des solutions, mais Bridgestone y a vu sa pérennité économique dans un contexte mondial, ce qui est le projet censé de toute entreprise.

« Bridgestone doit rembourser! » s’exclame Adrien Quatennens, député La France Insoumise de la région, en évoquant les aides perçues par le Japonais. Mais Bridgestone n’a accepté que des aides provenant de l’Union européenne, et qu’il pouvait donc attribuer à sa guise à des sites français, comme polonais ou hongrois, ce qu’il a finalement choisi de faire profitant du fonctionnement européen qui permet cela. En revanche, il a, à chaque fois, refusé toute aide d’investissement de l’État français ou de la région Hauts de France dans le site de Béthune, de laquelle il y aurait dû y avoir une conditionnalité de faire perdurer le site, si une telle aide avait été versée.

Les dirigeants de Bridgestone ne sont pas idiots et ils devaient en effet avoir en tête depuis quelques temps la fermeture de cette usine. La stratégie d’entreprise était sûrement très claire. Mais avoir accepté les aides de l’Union européenne ne les met aujourd’hui en aucun cas dans l’illégalité face à la fermeture de Béthune aujourd’hui.

Que peut faire aujourd’hui la classe politique française face à cet échec, à part de se lamenter sur cette casse sociale ?

Peut-être élaborer enfin, une stratégie industrielle résolument incitative, mais jamais punitive. Au niveau français, comme au niveau européen. En allant voir ce qui s’était fait, pas très loin de Béthune à Valenciennes où le maire de l’époque avait convaincu Toyota de s’y s’installer. C’était il y a presque trente ans. Toyota est toujours là... Preuve que la France n’est pas complètement incompatible au capitalisme international ou au marché mondial de l’automobile.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 14/11/2020 - 18:41
Cela fait 30 ans que la France a commencé à se désindustrialiser
Et ce n'est pas dû aux entrepreneurs. Depuis F. Mitterrand, puis Chirac, tout a été fait pour faire de la France un pays hostile à l'industrie. Taxes, charges, réglementations, normes, tracasseries administratives , la panoplie complète anti entreprises et industries s'est peu à peu mise en place. Ajoutons à cela code du travail , des syndicats qui ont la haine des entrepreneurs et nous avons le parfit cocktail pour faire de la France un repoussoir pour les entrepreneurs. Il est difficile de monter une entreprise en France, mais il est quasi impossible de la fermer dans de bonnes conditions pour un entrepreneur. La classe politique, les gouvernements font tout pour dissuader un entrepreneur de s'installer en France. La responsabilité est portée par la haute fonction publique qui dirige la France depuis 40 ans. Son incompétence, a conduit la France sur la voie du tiers monde. La France , ce pays est foutu.