En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

06.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 10 min 5 sec
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 2 heures 32 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 2 heures 53 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 3 heures 16 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 3 heures 40 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 3 heures 56 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 4 heures 18 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 5 heures 4 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 5 heures 44 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 6 heures 7 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 1 heure 13 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 2 heures 42 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 2 heures 57 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 3 heures 42 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 4 heures 15 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 5 heures 7 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 6 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 6 heures 18 min
© CHAIDEER MAHYUDDIN / AFP
boycott des produits français caricatures de Mahomet mort de Samuel Paty  Emmanuel Macron France
© CHAIDEER MAHYUDDIN / AFP
boycott des produits français caricatures de Mahomet mort de Samuel Paty  Emmanuel Macron France
Francophobie

Boycott des produits français : l’enquête qui prouve que les islamistes préparaient leurs actions bien avant le meurtre de Samuel Paty

Publié le 05 novembre 2020
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés dans le monde musulman. En cause, les caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo, ainsi que le discours d’Emmanuel Macron évoquant un islam en crise. Cette stratégie de boycott anti-française n’est pourtant pas nouvelle.
Peggy Porquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Peggy Porquet est Grand reporter. Officiant auparavant en tant que rédactrice en chef à l'agence Corbis Sygma, elle est aujourd'hui  rédactrice en chef du site GlobalGeoNews.com. Elle a travaillé sur plusieurs enquêtes relatives aux boycotts et au cyber...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés dans le monde musulman. En cause, les caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo, ainsi que le discours d’Emmanuel Macron évoquant un islam en crise. Cette stratégie de boycott anti-française n’est pourtant pas nouvelle.

L’appel au boycott des produits français n’est pas nouveau. En 2018 au Maroc, Central Danone, filiale du groupe Danone en a fait les frais. S’engouffrant à l’époque dans la brèche des revendications populaires contre la cherté de la vie, des activistes islamistes en avaient profité pour tenter d’affaiblir le gouvernement marocain en s’en prenant à une grande société française, accusée de collusion avec le régime. Rumeurs et fausses informations diffusées sur les réseaux sociaux, rien n’a été épargné au groupe agro-alimentaire, pourtant parmi les plus exemplaires dans la gestion et la diffusion de ses produits au Maghreb.

Directeur de recherches au Centre Français de Recherche sur le Renseignement Youssef Chiheb* le confirme : « au Maroc, le courant islamiste a drainé les masses avec lui et organisé des opérations de boycott, notamment contre le ministre milliardaire Aziz Akhannouch ». De son côté, Bouziane Ahmed Khodja, spécialiste du monde arabe et de l’organisation des Frères Musulmans, rappelle que « ces nouveaux appels au boycott via internet s’inscrivent dans une dynamique antifrançaise qui a débuté dans les années 2000 ».   

Azam Tamimi, un universitaire palestinien proche du régime Turc et membre influent de l’organisation des Frères Musulmans, nous confiait d’ailleurs lors d’un entretien il y a deux ans que « cette idée des boycotts anti-français était apparue lors de la guerre civile en Algérie. Avec l’apparition des réseaux sociaux, cela a pris tout son sens, c’est bien plus efficace qu’une révolution ».

Du pain béni pour Recep Tayyip Erdoğan

Pour Bouziane Ahmed Khodja, il n’y a aucun doute : « la Turquie est derrière tous ces mouvements ».  C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles - outre la dissolution de l’association Barakacity - Idriss Sihamedi a récemment demandé l’asile auprès du président Erdogan.

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan - lui-même Frère musulman - se pose en « leader » de la communauté musulmane en appelant le monde à ne plus acheter de produits français, cela servant son rêve d’expansionnisme et de restauration du califat.  Il s’inscrit toutefois, on le voit, dans une longue histoire, remise au goût du jour par des théoriciens de l’organisation des Frères Musulmans tels Jassim Sultan. Ex-conseiller éditorial à la direction du groupe de télévision Al Jazeera, ce Qatari a théorisé dès les années 2000 l’entrisme dans les grandes entreprises internationales, et l’usage des réseaux sociaux à des fins de contre-information, de stratégie d’influence et de lobbying politique.

L’appel au boycott, essentiellement relayé sur Internet, constitue ainsi une arme redoutable pour les islamistes car il est « efficace, légal et provoque des dégâts. Ils ont inventé le djihad économique, c’est-à-dire une forme de déstabilisation des régimes leur évitant d’aller sur le terrain pénal, criminel, voire terroriste » observe Youssef Chiheb.

Pour ce spécialiste de l’islam politique, ces derniers se sentent outragés, à l’instar de millions de musulmans, par les mots d’Emmanuel Macron évoquant « un islam en crise »  lors de son allocution sur le séparatisme le 8 octobre dernier.

La republication des caricatures par Charlie Hebdo a exacerbé leur courroux, d’autant plus qu’ils fêtaient la naissance du Prophète Mahomet il y a quelques jours. Tout cela n’a pourtant été que le révélateur d’une guerre économique lancée par les Frères musulmans et leur parrain turc il y a longtemps.

L’affaire des caricatures et du discours d’Emmanuel Macron présentent en fait une aubaine pour Erdogan, fragilisé politiquement et économiquement sur le plan intérieur, et par ailleurs embourbé en Syrie, en Libye et dans le conflit faisant rage au Haut Karabagh. En adoptant la double posture de meneur et de victime chère aux Frères musulmans, il souhaite faire l’union sacrée autour de lui en même temps qu’il pense étendre son aura depuis Jakarta jusqu’à Rabat. S’appuyant sur les services secrets turcs, mais aussi sur ses relais en Europe, il s’active tous azimuts.

Parallèlement à ces opérations de boycott, Youssef Chiheb explique qu’« en amont, les Frères musulmans ont infiltré les structures d’État et les corps intermédiaires. Ils ont notamment réactivé les réseaux de la communauté Turque en Allemagne, en France et aux Pays Bas. Parmi les 6 millions de Turcs expatriés à travers toute l’Europe, certains sont ainsi les vecteurs des idées portées par M. Erdogan ». 

Montée de la francophobie dans le monde arabe

La presse arabophone semble avoir occulté l’assassinat de Samuel Paty, relatant furtivement les faits ou les passant sous silence. Bouziane Ahmed Khoja le confirme : « Il y a une sorte de consensus général de la presse arabophone qui est profondément islamisée et qui est d’ailleurs en campagne contre la France depuis le 22 février 2019 (date du soulèvement de la population algérienne contre le régime ndlr) ». Youssef Chiheb évoque la problématique du prisme, car si l’assassinat de Samuel Paty a profondément traumatisé les Français, « pour l’opinion Arabe, l’impact des caricatures constitue un évènement majeur, car le Prophète a été insulté ». Il poursuit « : ils ont considéré Samuel Paty comme une victime collatérale du comportement de la République Française (…). L’opinion est en fait en train de se radicaliser au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Libye et en Egypte. Les discours deviennent de plus en plus virulents à l’encontre de la France ».

En Algérie il y a quelques jours, des députés ont appelé à une manifestation devant l’assemblée nationale algérienne afin de condamner les propos du président Macron, et aussi pour annoncer un dépôt de plainte officielle contre lui pour atteinte aux valeurs de l’islam et au Prophète. « Les populations maghrébines – notamment algériennes – vivent dans une ambiance de francophobie. Un fort pourcentage des Algériens est orienté vers l’Orient où se situent les lieux saints et seul un petit pourcentage est tourné vers l’Europe. Mais ceux qui s’en prennent à l’État Français, au président Macron, à l’Occident en général sont toutefois parmi les premiers dans les demandes de visas pour pouvoir s’installer en Europe », observe Bouziane Ahmed Khodja.

Un boycott tout relatif

L’appel au boycott des produits français encouragé par Recep Tayyip Erdoğan, le Qatar et le Koweït n’a pas toutefois fait l’unanimité au sein du Monde Arabe.  Une contre-campagne a vu le jour aux Emirats Arabes Unis, en Égypte et en Arabie Saoudite. « Au sein de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI), il y a des gens très conscients de la realpolitik et certains États ont des intérêts stratégiques avec la France. Ce n’est donc pas l’affaire des caricatures qui va mettre en cause des intérêts plus importants » reprend Youssef Chiheb.

Attendu que les échanges entre la France et le Moyen Orient représentent à peine 3% des exportations Hexagonales, ce boycott aura-t-il un impact réel ? Si à ce stade, celui-ci est tout relatif, il faut peut-être le craindre. Car il pourrait s’étendre aux communautés musulmanes d’Europe. « Je crois que tout le monde comprend qu’avec la mondialisation il y a une interdépendance économique et que personne ne peut boycotter personne » conclue Youssef Chiheb.

*Youssef Chiheb est l’auteur de l’ouvrage Les Théoriciens de l’Islam radical (VA éditions ). 

Une enquête de Peggy Porquet pour GlobalGeoNews, en partenariat avec Atlantico 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Alain Proviste
- 05/11/2020 - 17:26
Qui est toujours pour le vivre-ensemble ?
Evidemment ça démange et ça a été vite dit : on aimerait qu'ils boycottent les allocs etc.
Ce qui frappant avec certains, c'est le contraste entre une extrême sensibilité dans un sens, avec gros caca nerveux pour une caricature à la clé, et une profonde indifférence pour un prof égorgé.
Frappante aussi est l'absence totale de reconnaissance pour une certaine liberté d'installation chez nous avec le "généreux" système social qui n'a pas l'air de déranger.
jijite
- 05/11/2020 - 14:52
Virons tous les radicaux femmes et enfants compris
Pas que l'immigration massive surtout pour des gens qui disent ne pas aimer la France ils sont nombreux a courir pour venir se gaver comme des porcs mais en plus de stopper cet immigration il faut aussi virer tous ceux qui n'ont rien a y faire les sans papiers, les immigrés djihadistes et ça pas qu'envers les hommes ce sont toutes les familles de ces déchets de l'humanité qui ne font des enfants que pour renforcer leurs positions en France et ainsi être plus nombreux a combattre ceux qu'ils considèrent comme infidèles , ce qui est fort pour des gens qui majoritairement enfreignent les préceptes de cette religion en fumant, buvant, se droguant, volant , violant tous cela est interdit par l'islam mais ça oups ils l'oublient tout comme considérer les femmes comme leurs objets bien que quelques unes sont tout aussi dangereuses que ces déchets de l'humanité , l'islam doit être sous contrôle total du gouvernement et si soumettre tous ceux qui ne veulent pas dehors , LA FRANCE ON L'AIME OU ON LA QUITTE
Corinnemamy
- 05/11/2020 - 14:16
stoppons cette immigration massive
l'affaire des caricatures ???? c'est evident que cela fait bien longtemps que les islamistes s'imiscent dans toutes nos institutions ,on peut le voir quotidiennement .et comme la pluspart des mulsumans refusent de condamner ces gens et leur derive de mort ,ou croyez vous que cela va aller ? depuis mitterand nous sommes obliges de supporter le politiquement correct ,le "vivre ensemble " mais que font ils quand ils arrivent chez nous ou si ils y sont depuis plus longtemps ? apprennent ils a parler correctement francais ? salue t'ils notre drapeau ,essayent -ils de s'integrer ? quand vous vivez dans un pays etranger vous respecter ses lois ,et ses traditions ,grace a ces islamistes nous voila en prison ,confines et eux dehors a nous attendre !