En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 46 min 12 sec
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 2 heures 59 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 3 heures 31 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 4 heures 39 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 5 heures 31 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 15 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 7 heures 42 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 18 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 2 heures 49 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 1 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 4 heures 34 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 4 heures 50 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 10 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 5 heures 51 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 2 min
© PHILIPPE MERLE / AFP
© PHILIPPE MERLE / AFP
Atlantico Business

L’économie française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

Publié le 31 octobre 2020
De quoi donner du baume au cœur des Français qui n’ont pas d’autre choix que de se confiner. L’Insee le reconnaît, l’économie française est capable d’un redémarrage sur les chapeaux de roues, encore faut-il qu’elle ne soit pas freinée sur sa lancée.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De quoi donner du baume au cœur des Français qui n’ont pas d’autre choix que de se confiner. L’Insee le reconnaît, l’économie française est capable d’un redémarrage sur les chapeaux de roues, encore faut-il qu’elle ne soit pas freinée sur sa lancée.

L’économie française a rebondi de 18% entre le mois de juillet et la fin septembre. Rebond assez incroyable pour tous ceux qui prédisaient la ruine du système mais rebond qui correspond à la reprise générale en Europe puisque l’Allemagne, l’Europe du Nord et l’Italie ont connu des reprises un peu moins violentes, mais tout aussi spectaculaires.

Cette reprise prouve au moins une chose. Le système français a la capacité de repartir très vite dès que la confiance revient et que l’horizon s’éclaircit, si on a le sentiment que la bataille contre le Covid peut être gagnée.

Ce rebond prouve aussi que cette crise sanitaire historique n’a pas eu les mêmes effets que les autres. Cette crise, qui n’est malheureusement pas terminée n’est ni la guerre, ni le début de la fin du monde.

Ce rebond n’a été possible que parce qu’aucun actif de production n’a été détruit. Aucun. Pas même les contrats de travail. Le virus n’a pas démoli les usines, les routes ou les voies de chemins de fer, le virus n’a pas touché les bâtiments publics, il a simplement arrêté l'activité, stoppé net les moteurs, les camions, les avions. Dès qu’en juillet, on a retrouvé les clefs des moteurs, la machine est repartie.

La bourse, comme toujours, a pressenti cette résilience parce que jamais la bourse n’a craqué. Les boursiers ont dû faire des cauchemars pendant deux ou trois jours, mais pas plus, contrairement à ce qui s’est passé lors des grandes crises. De 1929 à 2008, on a toujours dû assumer la tempête boursière sur plusieurs années. Depuis le début de l’année la bourse a regardé le virus circuler autour de la planète et la baisse de mars a très vite été en partie effacé. Ça a semblé bizarre à tellement de chroniqueurs que bien peu ont osé en parler.

Alors divine surprise, erreur de calcul ou évolution attendue par quelques rares économistes ? Le ministre de l’Economie, de son côté, avait pressenti cette capacité de rebond mais Bruno Le Maire aujourd'hui ne doit plus savoir sur quel pied danser. S’enchanter des bons résultats annoncés sur la croissance réalisée au 3ème trimestre ou prévenir des nouveaux dommages possibles à l’économie pour le reconfinement du mois de novembre ? Avec une prévision qu’il faudrait réviser à la baisse et qui s’établira sans doute autour de -5% pour le dernier trimestre de l’année, ce qui donne au total -11% pour l’ensemble de l’année 2020.

Le ministre de l’Économie doit donc compter sur des résultats en dents de scie, mais il peut au moins se satisfaire du potentiel de redémarrage démontré par l’économie française. Lui comme beaucoup d’autres doit pester en silence que la France ait raté son déconfinement sanitaire parce que le déconfinement économique a été plutôt réussi.

Aujourd’hui, on revient comme au Monopoly à la case départ en passant par la case prison.

Ce qui est rageant dans cette affaire, c’est que la France suit le mouvement de la zone euro et dépasse même la moyenne européenne, qui est à +12,7% au 3ème trimestre par rapport au 2ème trimestre. Plus précisément, le PIB de la France a rebondi de 18,2% de juillet à septembre, celui de l’Allemagne de 8,2%, l'Italie de 16,1% et celui de l'Espagne de 16,7%.

Alors, personne ne se fait trop d’illusion. Le rebond français est deux fois plus fort que le regain d’activité en Allemagne, mais tout simplement parce que la France avait plongé deux fois plus. La France avait connu une dégringolade de 13,2% de sa croissance au 2ème trimestre.

Dans le détail, dans la reprise de l’activité au 3ème trimestre, on peut voir que les ménages ont recommencé à dépenser, la consommation s’est élevée de +17%, mais ce n’est pas encore ce qui constitue le cœur du rebond. C’est bien mais ce n’est pas le niveau d’avant-crise. Les particuliers restent très prudents quant à l’utilisation de leur épargne accumulée au cours des derniers mois.

Les dépenses des administrations publiques ont en revanche légèrement dépassé le niveau pré-Covid.

Plus surprenant, c’est l’investissement des entreprises, que l’on mesure par l’acquisition de nouveaux biens de production, qui a grimpé en flèche de +23% sur ces trois mois, alors qu’on pensait qu’on était planté. Ce qui veut dire que l’horizon se dégage un peu pour les anticipations de production des entreprises.

Tout cela signifie qu’une fois de plus, l’économie française dispose encore d’une cartouche de reprise, puisque c’est ce qui avait le plus diminué pendant la crise.

Et enfin, la France a pu compter sur ses exportations au 3ème trimestre. Elles ont bondi de 23% également, et le commerce extérieur devient un contributeur de croissance, c’est-à-dire qu’il n’y a pas eu de déficit commercial au 3ème trimestre, alors même que les gros moteurs de ce commerce extérieur sont en temps normal le tourisme et l’aéronautique. Avec le tourisme en panne et l’aéronautique en vrille, on s’aperçoit que l’économie française a quand même survécu.

Alors, la vigueur de ce commerce extérieur est principalement imputable à la reprise des économies, en Asie. Après le désastre du Covid lors de la saison 1, la Chine apporte une sorte de salut et de solution.

Le problème, c’est que la France aujourd’hui, tout comme la plupart des économies européennes, est retombée dans le trou noir du confinement. Le problème est que la France et son gouvernement ont fait tellement d’erreurs depuis le début qu’on a peine à croire que ce gouvernement n’en fera plus.

Tout ce qui s’est passé nous a appris au moins trois choses :

Premier point, un confinement presque total est sans doute le seul moyen d’arrêter le virus. C’est assez facile à réussir. Il suffit de semer la peur.

Deux, un déconfinement est nécessaire mais il faut beaucoup de talent et de compétences pour le réussir. On sait que la France a complètement raté le sien.

Trois, on sait désormais que la France a une capacité de résilience extraordinairement forte. Cette résilience n’est certainement pas la qualité première de l’administration, ni du gouvernement, ni même de ses services publics qui sont pourtant les plus chers du monde. Cette résilience est propre aux entreprises en situation de se battre. Ce sont les entreprises qui ont sauvé la fin de la saison 1 avec la preuve de ce rebond. Les entreprises dans toutes leurs composantes :

Les chefs d’entreprises qui n’ont pas baissé les bras, qui ont certes profité du PGE (une invention allemande) et qui ont eu raison.

Les salariés qui ont été protégés par le chômage partiel (une autre invention allemande). Les syndicats qui se sont montrés responsables, y compris la CGT. Parce que tous avaient compris que le pouvoir central coincé dans les contraintes administratives marchait à côté de la réalité.

Et les actionnaires français et étrangers qui ne se sont pas tirés avec l’oseille, comme disait Jean Gabin dans ce magnifique film sur les grandes familles.

La saison 2 du film du Covid commence, si on pouvait pour une fois laisser faire les chefs d’entreprise, on aurait peut-être une petite chance de ne pas rater le déconfinement. Les tests existent, ils sont fiables. Les vaccins se préparent et les traitements aussi. Il va falloir attendre encore six mois ou un an avant de pouvoir respirer, mais que l’administration pour une fois, une seule petite fois, laisse les gens de terrain travailler.

A relire :

Covid-19 : les entreprises françaises sont plus gênées par la peur de l’épidémie que par l’épidémie elle-même...

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 31/10/2020 - 10:17
En conclusion
Les variations du PIB sur 4 trimestres seraient plus proches de :
Allemagne : - 4,3 %
Union européenne : - 4,8 %
France : - 7,1 %