En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 min 22 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 35 min 45 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 57 min 57 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 32 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 43 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 38 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 16 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 20 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Insécurité
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 6 min 9 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 39 min 45 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 21 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 47 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 9 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 18 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 50 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / POOL / AFP
© STEPHANE DE SAKUTIN / POOL / AFP
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

Publié le 30 octobre 2020
Suite aux attentats de 2015, un manque de coordination entre les services en charge de la lutte contre le terrorisme a été pointé du doigt. Alors que les attentats se multiplient ces dernières semaines, de nombreuses questions se posent encore sur ce dossier et sur les méthodes de la lutte anti-terroriste.
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite aux attentats de 2015, un manque de coordination entre les services en charge de la lutte contre le terrorisme a été pointé du doigt. Alors que les attentats se multiplient ces dernières semaines, de nombreuses questions se posent encore sur ce dossier et sur les méthodes de la lutte anti-terroriste.

Après les attentats de 2015 fut identifié un manque de coordination entre les services chargés de la lutte contre le terrorisme, les divers attentats d'octobre 2020 suggèrent-ils que ce problème n'a pas été résolu ? 

Xavier Rauffer : Coordonner avec succès plusieurs segments d'un dispositif d'État ; ici, les divers appareils devant prévenir, traquer et réprimer "le terrorisme" (menace kaléidoscopique s'il en fut) exige d'agir à deux niveaux :

- Coordination opérationnelle : améliorer, perfectionner, la circulation des informations et données cruciales dans tout le "système artériel" du dispositif antiterroriste général : renseignement intérieur, extérieur, militaire ; plus renseignement territorial, celui de la gendarmerie nationale, des finances, etc. Ce, pour que toute péril sérieux identifié en un point du système soit au plus vite connu des autres. L'échec ici s'exprime en deux mots : trop tard. Il faut donc capter l'information cruciale, l'analyser, la transmettre ; enfin, agir à temps, avant le drame, le bain de sang. Ici, des progrès substantiels ont été accomplis depuis 2015 : toute machine terroriste lourde, complexe et durable (comme celle qui a frappé à Paris et Bruxelles entre novembre 2015 et mars 2016) est désormais repérée bien plus vite et mieux qu'auparavant ; multipliant ainsi les chances de la neutraliser, comme on dit, en temps utile.

- Coordination conceptuelle, sur la nature, l'essence de l'ennemi. Cette seconde tâche, qui bien sûr concerne le plus les criminologues, la coordination nationale du renseignement et de la lutte antiterroriste, voulue par le président Macron n'a su la mener à bien. Il ne fallait pas, comme la CNRLT l'a fait, prétendre jouer les universités-bis et vouloir naïvement instaurer une sorte de système de cours du soir, mais donner, de sa propre autorité, une définition claire et précise de désormais (on est alors en 2017) "qui est l'ennemi" (méthode connue depuis la Grèce antique...). Ensuite, exiger de tous les services en cause de bien vouloir converger sur cet ennemi là ; de le traquer lui seul et de rendre compte au quotidien des progrès dans sa traque ; dans l'identification des terroristes potentiels et dans la surveillance pointue de toute amorce de passage à l'acte de ceux-ci. "Est souverain, celui qui désigne l'ennemi" : une coordination sise à la présidence de la République avait bien sûr cela comme mission prioritaire ; ou plutôt, aurait dû avoir.

Quelle est la responsabilité des politiques dans ces manquements ? Pourquoi ne parviennent-ils pas à corriger les failles du système ?

Depuis le président Hollande, le sommet de notre classe politique vit dans la crainte révérentielle du renseignement intérieur ; or si professionnel soit-il, ce service fait preuve, depuis Mohamed Merah en 2012, d'une forte rigidité conceptuelle, rejetant notamment le pourtant fécond concept d'hybride (entre terrorisme et crime organisé) ; jadis, la DST, ancêtre de la DGSI, dédaignait de même les criminels ordinaires ; elle traquait l'aristocratie de l'espionnage soviétique : le reste, à ses yeux, comptait peu. Vers 1969-70, le ministre de l'Intérieur Raymond Marcellin eut grand mal à faire créer une cellule antiterroriste à la DST (ancêtre de la DGSI), qui s'y refusait. Mais Raymond Marcellin était une forte personnalité et une forte tête et parvint à ses fins, heureusement. Or, il n'est pas assuré que les récents ministres de l'Intérieur, depuis 2015, aient été de fortes personnalités et de fortes têtes...

Que peut-on faire concrètement pour changer les choses et développer une meilleure réponse contre le terrorisme ?

D'abord, confier le ministère de l'Intérieur à une personnalité capable de s'en faire obéir. En son temps, Nicolas Sarkozy y était parvenu, mais c'est à la fois difficile et un peu épuisant. Il faut du caractère, de l'acharnement et de la santé - plus bien sûr, une vision de ce que doit-être la sécurité de la france, au delà des diverses entourloupes de communication qui aujourd'hui, en sont le simulacre.

Ensuite exiger à bref délai des chefs de service concernés par l'antiterrorisme une définition clinique commune de qui pose pour l'avenir proche - devant nous sur la route - un danger terroriste sérieux et durable. Pas un ennemi de confort, ni de routine - l'ennemi vrai et grave. Puis, en ayant à l'esprit la devise des Partisans de Staline "marcher séparément, frapper ensemble", monter sur ces individus dangereux et instables, des campagnes coordonnées visant à les déstabiliser et à les mettre hors d'état de nuire.

En priorité, identifier d'abord, expulser ensuite sans faiblesse, tous les étrangers dangereux, aguerris, fanatisés, issus de pays en guerre civile ou autre, qui traînent en France sans rime ni raison. Le fait qu'il n'y ait jamais de loups vraiment solitaires n'interdit pas, bien au contraire, d'éloigner de notre pays ceux qui pourraient un jour s'y agréger en meutes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires