En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 23 min 58 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 46 min 10 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 21 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 6 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 32 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 26 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 4 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 52 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 59 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 27 min 58 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 9 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 35 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 58 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 38 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 14 min
© Julien DE ROSA / POOL / AFP
Emmanuel Macron unité nationale
© Julien DE ROSA / POOL / AFP
Emmanuel Macron unité nationale
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

Publié le 30 octobre 2020
Face à la crise sanitaire, le chef de l'Etat a invoqué l'unité nationale dans le cadre de cette "guerre" contre le virus. L'Union Sacrée a pourtant été rare dans l'histoire de France. Le divorce entre les Français et leurs élites n'a pas débuté avec Emmanuel Macron. Il remonte à plusieurs décennies.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à la crise sanitaire, le chef de l'Etat a invoqué l'unité nationale dans le cadre de cette "guerre" contre le virus. L'Union Sacrée a pourtant été rare dans l'histoire de France. Le divorce entre les Français et leurs élites n'a pas débuté avec Emmanuel Macron. Il remonte à plusieurs décennies.

"L'exercice solitaire du pouvoir" ne convient pas à l'union nationale

C'est devenu une formule rituelle: depuis le début de la crise des coronavirus, le président nous explique que nous sommes en guerre. Et il invoque l'unité nationale. Effectivement la guerre requiert l'Union Sacrée. Elle a été rare dans notre histoire mais elle a existé, quand les Français comprenaient contre qui ils se battaient. En l'occurrence, en cette année 2020, les Français Ce n'est pas seulement qu'on leur explique qu'ils se battent actuellement contre un virus - en fait, plusieurs virus successifs nous disent de plus en plus les spécialistes. C'est qu'ils ne ressentent aucune solidarité réelle des élites envers la nation. Richard Ferrand en a fait hier l'éclatante démonstration: en expliquant aux Français que c'était de leur faute s'ils attrapaient le coronavirus, ce proche d'Emmanuel Macron résume tout le grand malentendu sur lequel repose le macronisme. La part la plus aisée de la population française a voté pour que la France se "remette en marche". Le président a été mal élu au second tour (forte abstention, un tiers des voix pour une candidate populiste) mais, lors des élections législatives, l'immense majorité acquise grâce à une abstention encore plus forte pouvait conduire à un sursaut de lucidité: les députés de LREM pouvaient devenir des "missi dominici", des ambassadeurs de la politique du président. A condition d'être consultés, associés aux décisions. Et que le président soit prêt à dialoguer avec l'opinion. Au lieu de cela, nous avons eu l'affirmation d'un "exercice solitaire du pouvoir" comme la Vè République n'en avait jamais connu, qui après une année relativement calme, enchaîne les crises: Gilets Jaunes, conflit des retraites, confinement pris dans la panique, reconfinement décidé pour masquer l'inaction. Et Monsieur Ferrand, lui-même fortement soupçonné de corruption, fait la leçon au Français pour dissimuler le fait que nous avons affaire à plus mauvais encore que les gouvernements de François Hollande. 

Un divorce de 40 ans entre les Français et leurs dirigeants

Le divorce entre les Français et leurs élites ne commence pas avec Emmanuel Macron. Il remonte à il y a plusieurs décennies. C'est durant les septennats de François Mitterrand que tout a commencé. Cet homme renégat de la droite, cynique manipulateur de la gauche, a abandonné toute préoccupation des classes populaires dès que l'échec d'une politique économique socialiste était devenu patent. Il a alterné les déclarations fatalistes ("Contre le chômage on a tout essayé"), la fuite en avant européiste et la démagogie (jouer avec la perspective du droit de vote pour les immigrés aux élections municipales. Mitterrand n'était pas seul: ses choix ont été validés par la génération de 1968, qui avait encore fait une bonne scolarité dans une forme classique et exigeante et qui, par vanité, s'est appliquée consciencieusement à défaire l'école de la République. Comme par ailleurs la même génération était pour l'immigration à outrance, l'Ecole est devenu le creuset de la désintégration sociale. Un homme politique a décrit ce qui se passait, Jean-Marie Le Pen: et là les opposants de François Mitterrand se sont chargés de le seconder: sous l'impulsion de Chirac, complice de cohabitation mitterrandienne et successeur du président socialiste à l'Elysée, on a dressé un "cordon sanitaire" avec un parti qui avait un premier tort, faire dans la provocation inutile, et un second, en fait beaucoup plus grave aux yeux de l'establishment: désigner de manière insistante le divorce entre les dirigeants et le reste de la société. 

Et si Emmanuel Macron avouait que le bon sens du peuple français fait partie de la construction de l'unité nationale? 

La droite n'a pas fait mieux que la gauche. Jacques Chirac a reculé sur tous les points concernant l'intégrité de la famille et la souveraineté de la nation qui auraient pu le faire désigner comme un président de droite. Nicolas Sarkozy, plus sincère mais incapable d'accepter qu'une politique de réconciliation avec les classes populaires conduisait inévitablement à être un mal-aimé du système dirigeant, n'a pas mis en oeuvre les points les plus durs de son programme: la fin de l'immigration subie et le retour à la sécurité intérieure. Emmanuel Macron se glorifie - bien qu'étant un homme de gauche jusqu'à la moelle - d'être EN MEME TEMPS de gauche et de droite. Ce disant, il ne fait que souligner qu'il est l'héritier de la faillite du système. Face à l'intensification de la violence musulmane radicale, le président hésite entre les provocations et l'attitude guerrière face à la Turquie, des mesures spectaculaires du point de vue de la sécurité intérieure et des opérations de com (comme la cérémonie de la Sorbonne). A la différence de ce qui se passe face l'épidémie de COVID, qui relève de la politique santé publique (et de ses ratés), la lutte contre l'islamisme est une vraie guerre, presque civile et dont le commanditaire extérieur est polymorphe. Elle requiert effectivement une cohésion forte autour du président. 

Mais lui-même et l'ensemble du monde dirigeant n'obtiendront le soutien des Français à leur politique que s'ils commencent par reconnaître la faillite des trente à quarante dernières années. Emmanuel Macron sera-t-il capable de dire, non seulement, "Je me suis trompé" (par exemple quand il faisait l'éloge de la politique d'immigration de Madame Merkel) mais: je prends acte de 40 ans d'échecs. J'assume de commencer une nouvelle politique, où les points de vue qui vont contre la vulgate européenne et mondialiste ne seront pas systématiquement dépréciés comme ringards voire réactionnaires ou fascistes? J'accepte que ma politique s'appuie AUSSI sur le sens commun du peuple français. C'est la condition d'une union nationale.      

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gastoch
- 01/11/2020 - 23:48
Franchement?
Je ne souhaite pas du tout que maqueron reconnaisse 40 ans d'échecs. Je préférerais qu'il paye l'addition et soit pendu par les pieds avec trogneu, comme il Duce en 1945.
JG
- 30/10/2020 - 19:19
Je suis moins optimiste...
Macrounet 1er est arrivé par ruse au pouvoir mais surtout par un battage médiatique sans précédent que les français ont gobé comme des veaux qu'ils sont.
On a les dirigeants que l'on mérite...

spiritucorsu
- 30/10/2020 - 14:27
Le goupil est cerné de toutes parts!
Celui qui est arrivé par ruse,imposture et trahison(son père spirituel en a encore le dos qui cicatrise mal) est aujourd'hui entre impopularité,crise sanitaire et terreur islamique cerné de toutes parts,prisonnier qu'il est de son incompétence crasse et de son impuissance à faire face et à résoudre les périls qui menacent le pays.En mauvaise posture,il utilise la seule arme qu'il maîtrise parfaitement à savoir:la ruse et ses corollaires qui sont:le mensonge,la tromperie et la manipulation.Une fois de plus,il nous ressort ce joker un feu fatigué qui est celui de l'unité nationale,non sans se priver au passage sans vergogne de culpabiliser les Français à qui il fait aussi payer le prix de toutes ses erreurs.Une ruse de plus,un dernier sursaut pathétique avant l'hallali final