En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 9 heures 12 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 10 heures 50 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 13 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 14 heures 38 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 15 heures 45 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 16 heures 49 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 17 heures 42 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 18 heures 7 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 18 heures 46 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 19 heures 10 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 9 heures 44 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 11 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 15 heures 24 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 16 heures 46 sec
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 17 heures 29 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 17 heures 56 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 18 heures 40 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 19 heures 11 min
© FRED TANNEAU / AFP
plage coronavirus covid-19
© FRED TANNEAU / AFP
plage coronavirus covid-19
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

Publié le 28 octobre 2020
Lors du premier confinement en mars dernier, certains sites avaient été fermés comme les parcs ou les plages. Quel impact a eu ce cette fermeture en mars sur le moral des français ? Cette mesure a-t-elle été efficace pour freiner l'épidémie et ralentir les chaînes de contaminations ?
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors du premier confinement en mars dernier, certains sites avaient été fermés comme les parcs ou les plages. Quel impact a eu ce cette fermeture en mars sur le moral des français ? Cette mesure a-t-elle été efficace pour freiner l'épidémie et ralentir les chaînes de contaminations ?

Atlantico.fr : Il est question de fermer l’accès aux aires de plein air afin de durcir les mesures de prévention de la circulation du virus. En cas de reconfinement, faut-il fermer à nouveau les parcs, jardins et plages ?

Stéphane Gayet : C’est de nouveau le risque de transmission du SARS-CoV-2 en air extérieur dont il est question. La majorité des épidémiologistes qui suivent de près l’épidémie de CoVid-19 – en France et dans les pays européens voisins – affirment que les foyers (« clusters ») ne prennent pas naissance lors d’attroupements en air extérieur, mais bien en cas de réunions en atmosphère confinée à l’intérieur de locaux fermés. Pour que l’on risque de se contaminer dehors, il faut se trouver immobiles, sans vent et à une distance d’environ 50 centimètres. C’est dû au fait qu’en plein air, il y a toujours des turbulences aériennes qui emportent les micro particules chargées de virions, pratiquement dès leur émission par une personne contagieuse.

Certes, on avait observé un léger rebond de l’épidémie une quinzaine de jours après la fête de la musique ; il peut s’expliquer par la forte concentration de personnes immobiles et par les réunions à l’intérieur des locaux qui ont eu lieu par la même occasion.

Il faut rappeler que les simulations aérauliques concernant la diffusion des micro particules émises par la parole et la toux sont systématiquement effectuées en atmosphère close, à l’intérieur de locaux fermés, et jamais en air extérieur. Pour se convaincre de la rapide dispersion d’un aérosol – au sens français du terme -, il suffit de constater qu’il n’y a pas de pathologie du « fumeur passif » en plein air et que la fumée de cigarette ou de vapotage émise en plein air n’incommode en général personne, à moins qu’elle ne soit dirigée vers une personne par le vent.

Pour répondre à la question posée, sur le plan épidémiologique et infectiologique, la fermeture des espaces entièrement ouverts – c’est-à-dire sans aucune paroi verticale ni plafond – n’a pas de justification. Une telle mesure est technocratique et non pas scientifique.

Quel impact a eu cette fermeture en mars sur le moral des Français ?

Depuis plus de 20 ans, on recommande largement de s’aérer au maximum, d’avoir des activités physiques en plein air, afin de prévenir le surpoids, le diabète de type 2, l’hypertension artérielle, le stress et beaucoup de maladies dégénératives, y compris la maladie d’Alzheimer.

La fermeture des espaces ouverts (sans aucune cloison ni plafond) est évidemment préjudiciable au moral et au psychisme de tout un chacun. L’Homme est un être social qui ne peut pas vivre impunément confiné. Puisque l’on sait que la circulation du SARS-CoV-2 s’effectue principalement en milieu fermé, laissons ouverts les espaces de rencontre en plein air.

Pendant la période de confinement, on a vu augmenter les consommations de benzodiazépines (tranquillisants), mais aussi d’antidépresseurs. Il y a eu une augmentation importante des téléconsultations de psychothérapie.

Les échanges virtuels n’ont rien à voir avec les rencontres physiques. Et puis le fait de s’aérer, de respirer de l’air frais et non vicié à la différence de celui de nos domiciles, s’ajoutant au fait d’être exposé aux rayons solaires qui sont bénéfiques à la thymie (le moral) et permettent de produire de la vitamine D, c’est quelque chose d’irremplaçable.

La réflexion du gouvernement et de ses conseillers semble déconnectée de la réalité. Ils cherchent à endiguer les flux de virus par des mesures schématiques qui manquent de pertinence. La vérité est qu’il est presque impossible d’empêcher le virus de circuler et sa circulation permet le développement d’une immunité collective. Il est beaucoup plus judicieux de protéger efficacement toutes les personnes à risque.

Quelle serait l'efficacité sanitaire de cette mesure ?

Son efficacité sanitaire serait à mon avis très faible eu égard à ses inconvénients. Elle est du même ordre que le couvre-feu qui n’a jamais été une mesure épidémiologique préventive, mais une mesure martiale.

Nous avons l’impression d’aller d’aberration en aberration avec cette succession de mesures non pertinentes et même contreproductives. Contreproductives, car le masque est devenu une pièce d’uniforme que petits et grands portent docilement comme les tenues que portaient les pensionnaires dans les internats scolaires des années 1950. Mais cette docilité me parait sans grand lien avec une bonne compréhension de la façon dont un masque fonctionne. Ce que j’ai observé maintes fois et encore tout récemment : les adolescents et jeunes étudiants portent un masque dehors – ce qui n’a que très peu d’utilité – et n’en portent pas dès qu’ils sont à l’intérieur des locaux entre eux. C’est exactement le contraire de ce qu’il faut faire. La grandiloquence de nos dirigeants paraît grotesque et même affligeante au vu de ce qui se passe réellement dans les lieux fermés privés ou même certains lieux fermés publics.

Les échanges entre médecins et scientifiques sur les réseaux sociaux professionnels traduisent un sentiment d’exaspération qui prend de plus en plus d’ampleur face à cette gestion déplorable de l’épidémie. Le scandale de l’hydroxy chloroquine n’est que l’un des aspects de ce pilotage chaotique et empreint de cynisme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 29/10/2020 - 09:10
Ajm
Je ne sais pas quel métier vous faisiez avant. Sans doute pas le même que moi mais Je suis à propos des attestations exactement sur la même longueur d’onde que vous en tant que citoyen d’une prétendue démocratie. Ainsi je l’espère que nombre de Français sinon à mon avis les Français ne méritent que le mépris que Macron et coll leur voue. Au premier confinement j’avais fait un modèle intitulé “ausweis für Juden” en jaune mais je n’ai pas été contrôlé avant de ne plus faire aucune attestation car c’est au-dessus de mes forces de me faire humilier ainsi. Cette fois je n’en ferai pas non plus en prévoyant une provision pour payer les amendes car tout se paie.
ajm
- 28/10/2020 - 23:52
Révolte.
Je suis quelqu'un de rigoureux et calme, habitué comme beaucoup, dans mon travail d'avant, à un exercice d'analyse exigeant et inquiet, conscient des limites de nos capacités et connaissances.
Tout ceci pour dire que je ne me hasarde pas normalement à défier les lois et les règlements de notre pays, même si leur logique me semble de plus en plus hasardeuse et même, il faut l'admettre, de plus en plus absurde.
Mais je suis profondément mortifié, humilié et scandalisé par l'obligation de me munir d'un laisser passer ridicule pour sortir de chez moi.
Même les Français sous l'occupation à Paris ,pendant la journée, déambulaient normalement dans la ville.
Je déteste totalement le petit bonhomme pour lequel je n'ai pas voté qui me réduit à cette humiliation et tous les politiciens minables qui le suivent.
J'ajoute aussi à cette détestation toute cette épouvantable nomenklatura en blouse blanche ( pas des énarques !) qui peuple le ministere de la santé depuis des lustres et dont l'échec est incroyable et l'impunité invraisemblable.
Je ne sais pas comment cela va finir.
ajm
- 28/10/2020 - 23:52
Révolte.
Je suis quelqu'un de rigoureux et calme, habitué comme beaucoup, dans mon travail d'avant, à un exercice d'analyse exigeant et inquiet, conscient des limites de nos capacités et connaissances.
Tout ceci pour dire que je ne me hasarde pas normalement à défier les lois et les règlements de notre pays, même si leur logique me semble de plus en plus hasardeuse et même, il faut l'admettre, de plus en plus absurde.
Mais je suis profondément mortifié, humilié et scandalisé par l'obligation de me munir d'un laisser passer ridicule pour sortir de chez moi.
Même les Français sous l'occupation à Paris ,pendant la journée, déambulaient normalement dans la ville.
Je déteste totalement le petit bonhomme pour lequel je n'ai pas voté qui me réduit à cette humiliation et tous les politiciens minables qui le suivent.
J'ajoute aussi à cette détestation toute cette épouvantable nomenklatura en blouse blanche ( pas des énarques !) qui peuple le ministere de la santé depuis des lustres et dont l'échec est incroyable et l'impunité invraisemblable.
Je ne sais pas comment cela va finir.