En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 27 min 4 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 49 min 16 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 24 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 9 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 35 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 29 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 7 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 55 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 22 heures 2 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 31 min 4 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 12 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 38 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 1 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 41 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 17 min
© DR / Leemage / Corbis via Getty Image
vampire corps pandémie peur
© DR / Leemage / Corbis via Getty Image
vampire corps pandémie peur
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

Publié le 27 octobre 2020
La décomposition des corps dans les années 1720 a donné naissance au mythe du mort-vivant. Puis des préoccupations de santé publique ont mis fin à la superstition qui a laissé place au vampire, monstre moderne et romantique.
Gilles Klein
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La décomposition des corps dans les années 1720 a donné naissance au mythe du mort-vivant. Puis des préoccupations de santé publique ont mis fin à la superstition qui a laissé place au vampire, monstre moderne et romantique.

En 1721, le curé londonien Thomas Lewis, préoccupé par la puanteur de la chair en décomposition suintant de tombes trop remplies de cadavres dans son église, publie une brochure intitulée “Seasonable Considerations on the Indecent and Dangerous Custom of Burying in Churches and Church-yards”. Selon lui, des vapeurs nocives profanent ce lieu saint, distrayant sa congrégation de la prière. Lewis ajoute que ces odeurs provoquent des maladies (peste, variole, dysenterie).

Le point de vue de Lewis sur la dangerosité des morts pour les vivants est basé sur la pensée scientifique contemporaine encore proche de superstitions médiévales. A l'autre bout de l'Europe, dans le village de Kisiljevo, à la périphérie de l'empire des Habsbourg, en juillet 1725, des villageois disent que Petar Blagojević, décédé dix semaines plus tôt, est sorti de sa tombe. Il aurait attaqué neuf  villageois qui en sont morts.

Un rapport officiel dit que les anciens du village  considèrent que Blagojević est un «vampyri», mot serbe pour un revenant d'entre les morts. 

On procède à une autopsie de Blagojević dont le cadavre serait tout «frais». On note autour de la bouche, la présence de «sang frais» qu'il aurait aspiré sur ses victimes. Les villageois enfoncent un pieu aiguisé dans le torse de Blagojević.

Le rapport transmis aux autorités des Habsbourg, est publié dans un journal local , c'est la première mention imprimée du terme «vampyri», qui va apparaître dans d'autres langues européennes.

La plainte de Lewis et cette enquête portent sur le même problème de santé publique: la proximité entre les vivants et les morts depuis les débuts de l'urbanisation dans l'Europe du XIe siècle.  On construit maisons et commerces autour des lieux de culte et de leurs cimetières attenants. L'Église n'est pas désireuse de changer cela, car les inhumations sont une entreprise lucrative. 

Lorsque toutes les parcelles d'un cimetière sont pleines - cela se produit de plus en plus à la fin du XVIIe siècle - on ajoute des tombes moins profondes, sans cercueils pour les plus pauvres.  Idéal pour que les morts apparaissent en cas de forte tempête de pluie, ou qu'ils soient déterrés par des chiens. Certains sont décomposés jusqu'aux os tandis que d'autres semblent bien nourris. La tradition populaire les appelle des "revenants" , du verbe français revenir. Le terme slave est « Vampyr» ou « upyr» .

On considère que privés des cérémonies appropriées, incapables de se reposer, ils jaillissent de leurs tombes. La solution : les exhumer, les décapiter et les bruler. Les évêques catholiques et protestants n'apprécient pas cette chasse aux sorcières. Au début du 18e siècle, il est interdit aux curés d'effectuer de tels rituels obscurs dans leurs paroisses.

Fin 1731 un chirurgien austro-hongrois Johannes Flückinger enquête dans le village serbe de Medvegya  sur un Albanais défunt, accusé d'avoir harcelé quatre villageois qui en sont morts. Le cadavre du coupable déterré est trouvé "intact" et, donc, on lui enfonce donc un pieu dans le torse.

Spécialiste des maladies contagieuses, Flückinger réalise des autopsies pour prévenir une épidémie - et une nouvelle panique - il cherche, en vain, une explication scientifique aux apparentes anomalies de décomposition.

En janvier 1732, le rapport de Flückinger, alimente un débat dans les cercles savants, religieux et de la cour sur ces soi-disantes épidémies de vampires.  La question n'est tranchée qu'en 1746, lorsque le spécialiste du Vatican Dom Augustin Calmet conclut dans ses «Dissertations sur les apparitions» que ces revenants sont des créatures imaginaires.

Ce rapport coïncide avec la naissance du mouvement de réforme des cimetières, en particulier en France. Des urbanistes tels que Christopher Wren à Londres préconisent des cimetières en dehors des limites des villes dès 1708 , Paris limite les enterrements dans les églises et les cimetières urbains en 1765.  En 1780, le célèbre cimetière des Innocents au centre de la capitale, plein à craquer, est fermé. Les restes sont enterrés dans les catacombes.

La vision de Lewis de cimetières assainis est enfin réalisée dans les cimetières-jardins du 19ème siècle. Le Père Lachaise fut le premier, ouvrant à l'extérieur de Paris en 1804. Les défunts y sont à l'abri des regards et des esprits. De leur côté, les vampires trouvent leur place dans la littérature romantique comme des séducteurs surnaturels et l'ont gardée jusqu'à aujourd'hui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires