En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 49 min 50 sec
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 1 heure 34 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 3 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 3 heures 35 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 4 heures 42 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 6 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 5 heures 35 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 5 heures 45 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 19 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 7 heures 45 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 2 heures 52 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 5 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 4 heures 38 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 4 heures 53 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 13 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 5 heures 54 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 5 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Bruno Le Maire Olivier Véran Jean Castex économie perspectives
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Bruno Le Maire Olivier Véran Jean Castex économie perspectives
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

Publié le 26 octobre 2020
Jean-Paul Betbeze décrypte l'impact de la pandémie de coronavirus et revient sur la hausse du nombre de cas. L'économie française risque d'être fortement impactée par cette hausse de nouvelles contaminations et par les nouvelles mesures déployées par le gouvernement.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze décrypte l'impact de la pandémie de coronavirus et revient sur la hausse du nombre de cas. L'économie française risque d'être fortement impactée par cette hausse de nouvelles contaminations et par les nouvelles mesures déployées par le gouvernement.

C’est à désespérer : quand on dit que la France enregistre 45 422 nouveaux cas le 24 octobre, qu’une personne contaminée va à contaminer 1,5 s’il ne prend aucune précaution, il paraît que l’« on inquiète la population » ! Mais c’est dire que le processus est explosif ! Et quand on dit que tout montre que les lieux de proximité, comme les bars, sont à encadrer et à fermer à partir d’une certaine heure, les voilà qu’ils servent des chips. Ils sont devenus « restaurants » et peuvent rester ouverts, soutenus par certains maires. Et quand on demande de porter un masque en ville, voilà une mesure liberticide !

L’économie française va donc replonger : la « croissance » prévue par l’Insee, à 0% en fin d’année, est menacée. Ce sont les services qui sont les plus exposés. Déjà, avec près de 1,1 millions de cas, la France est le septième pays du monde infecté, derrière les États-Unis (8,8 millions), l’Inde (7,8), le Brésil (5,4), la Russie (1,5), l’Espagne (1,1) et l’Argentine (1,1).

La remontée des cas de COVID-19 en Europe pèse sur la croissance et donc sur les bourses, à côté de la Présidentielle américaine et du Brexit. Le Nasdaq américain résiste toujours, avec 32% de hausse depuis janvier. Il est clair pour tous que les nouvelles technologies seront les gagnantes de la pandémie, où la digitalisation va partout se répandre, dans les ménages, les entreprises, les bureaux et les commerces. Suit la Bourse de Shanghai (+7,8%), avec la reprise chinoise qui se consolide. De l’autre côté du spectre, la bourse anglaise est encore plus en retard (-22%), avec la forte remontée des cas et des décès plus le Brexit. Un peu moins touché, le Cac 40 français est toujours en baisse (-18%) payant le prix du risque d’une replongée. Entre eux, le Nikkei japonais, le Dow Jones américain et le Dax allemand se trouvent pratiquement au niveau de janvier.

Les prix des matières premières traduisent, à leur manière, ces évolutions boursières :

  • La hausse du prix de l’or est celle des inquiétudes sur la croissance, les tensions politiques et les élections américaines. Ces dernières poussent à des creusements sans exemple du déficit budgétaire américain, ce qui fait graduellement baisser le dollar,
  • La baisse du prix du Brent, toujours parce que la reprise de l'économie est ralentie et que les marchés sont convaincus qu’il y a trop de pétrole. Et ceci d’autant plus que le Vice-Président Biden vient d’annoncer dans sa confrontation avec le Président Trump, qu’il voulait à terme la neutralité carbone pour l’Amérique, face au réchauffement climatique,
  • Le réchauffement climatique explique les hausses des prix du soja et désormais du blé, avec la baisse des rendements plus la hausse de la demande chinoise.

Incroyable concours de circonstances : les déficits budgétaires se creusent partout, mais les taux des bons du trésor ne montent pas ! L’inquiétude alimente en effet une surépargne, qui pèse sur la reprise, surépargne alimentée par les achats de bons du trésor de Banques Centrales. Mieux, l’inflation baisse, voire devient négative en Europe, mais sans pour autant faire monter les taux réels à long terme, puisque l’inflation ne monte pas !

  • C’est le cas aux États-Unis, où le déficit ne cesse de se creuser, avec le soutien sans limite de la Fed. Ceci freine la montée des taux nominaux alors que l’inflation semble se réveiller. Le taux réel américain est alors négatif.
  • C’est aussi le cas en Allemagne et en France, où les déficits budgétaires se creusent, pour éviter les chutes des économies puis permettre des programmes de relance et de restructuration, avec l’idée de les verdir. Ralentissement de la croissance plus interventions des Banques Centrales : les réels baissent.
  • Le Royaume-Uni connaît une situation intermédiaire : les taux sont assez bas et positifs, même si le déficit augmente et la croissance chute, mais comme les prix se mettent à monter, le taux réel est nul.
  • L'Italie est en déflation, mais S&P relève la perspective de sa note (BBB/A 2) de « négative » à « stable » ! Malgré la récession forte (-12%), le déficit budgétaire (10% du PIB) et une dette publique à 1,6 fois le PIB, plus une remontée des cas de virus, malgré des taux d'intérêt nominaux sur la dette publique à 0,76%, grâce à la Banque Centrale Européenne, ceci n’empêche pas la baisse des prix à 0,6%, donc le taux réel de la dette italienne de s’inscrire à 1,4%. Mais S&P valorise l’accord interne sur le budget et le soutien européen, à venir.

Evidemment, les taux de change exagèrent ces faits. Le dollar paye ses déficits budgétaire et extérieur, plus ses incertitudes politiques, plus le fait qu’il ne se soucie pas du dollar ! Le dollar baisse donc, mais un peu, par rapport à l’euro (qui retrouve presque son taux de naissance par rapport au dollar, il y a 20 ans !), au yen et au franc suisse. Comme l’euro pèse 57,6% de la valeur pondérée du dollar, le yuan n’y est pas (!), le dollar baisse donc un peu sur la période, mais c’est en liaison avec l’euro ! En sens inverse, les monnaies des pays émergents sont en chute nette. Les fortes baisses impliquent des aides du FMI pour l’Afrique du Sud et le Brésil, mais la Turquie ne la demandera pas. Et pourtant, comme sa Banque Centrale Turque n’a pas monté ses taux la semaine passée, « surprenant les marchés » (!), le change a encore baissé.

Devant nous : les élections américaines et la résurgence du COVID-19. Ça promet !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires