En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

André Santini préfère regarder les étoiles plutôt que les CV pour décider d'une embauche

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 13 heures 34 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 14 heures 18 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 16 heures 46 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 17 heures 30 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 18 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 19 heures 37 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 20 heures 35 sec
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 20 heures 12 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 20 heures 35 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 20 heures 53 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 13 heures 59 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 15 heures 29 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 17 heures 1 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 17 heures 58 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 18 heures 56 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 19 heures 53 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 20 heures 6 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 20 heures 27 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 20 heures 45 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 20 heures 57 min
© ADEM ALTAN / AFP
Azerbaïdjan Arménie Haut Karabagh Haut Karabakh conflit guerre intervention France
© ADEM ALTAN / AFP
Azerbaïdjan Arménie Haut Karabagh Haut Karabakh conflit guerre intervention France
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

Publié le 22 octobre 2020
Si la France entend encore être écoutée et respectée, elle doit parler haut, fort et clair. Valérie Boyer revient sur la situation tragique au Haut-Karabagh et sur le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.
Valérie Boyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Boyer est députée des Bouches-du-Rhône et Adjointe au Maire de Marseille - Auteur et rapporteur de la  proposition de loi visant à réprimer la contestation des génocides reconnus par la loi. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la France entend encore être écoutée et respectée, elle doit parler haut, fort et clair. Valérie Boyer revient sur la situation tragique au Haut-Karabagh et sur le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

Depuis trois semaines maintenant, le Haut-Karabagh subit une guerre provoquée par l’Azerbaïdjan. Dès le début du conflit, le président Macron a clairement énoncé les faits et les responsabilités en indiquant que « les frappes qui sont parties d'Azerbaïdjan n’ont pas de justification », que la France avait établi que « 300 combattants ont quitté la Syrie pour rejoindre Bakou en passant par Gaziantep. Ces combattants sont connus, tracés, identifiés, et ils viennent des groupes djihadistes qui opèrent dans la régions d'Alep » et qu’une « ligne rouge » avait été franchie par de la Turquie, membre de l’OTAN, dans la mise en œuvre complice de ce plan d’agression. Azerbaïdjan-djihadistes-Turquie, tout est dit à propos de cette coalition de la terreur.

Depuis lors, les faits qui s’accumulent justifient les pires craintes de la communauté internationale : bombardements des populations et des infrastructures de la petite République du Karabagh ; exode des civils en Arménie voisine – qui n’est d’ailleurs exempte de bombardements non plus – et exécutions sommaires de soldats et de civils karabaghiotes faits prisonniers par les forces azéries et leurs supplétifs djihadistes ; voire décapitation comme aux plus belles heures de l’Empire ottoman.

Face au nettoyage ethnique qui se profile, c’est l’ensemble de la communauté internationale qui s’émeut et c’est très légitimement que des parlementaires français ont interpellé Jean-Yves le Drian, notre Ministre des Affaires Etrangères. La France a en effet une responsabilité particulière dans cette affaire, en ce qu’elle copréside le Groupe de Minsk de l’OSCE chargé, depuis près de trente ans, d’aider les parties au conflit à conclure un Traité de paix qui semble désormais plus lointain que jamais.

Interrogé le 13 octobre à l’Assemblée nationale, M. Le Drian a bien rappelé les propos du Président Macron et « les conséquences graves surtout de l’internationalisation de ce conflit, internationalisation engagée par la Turquie avec livraisons d’armes et mobilisations de mercenaires » pour aussitôt mettre en balance « l’émotion légitime » que susciterait en France ce conflit en raison de « la proximité des liens humains, culturels, historiques, qui nous lient à l’Arménie » et la « longue relation » que nous aurions également avec l’Azerbaïdjan. Enfin et surtout, il a insisté sur le fait que les trois coprésidents du groupe de Minsk font pression « pour que les deux parties respectent strictement le cessez-le-feu » en rappelant « l’exigence d’impartialité de la France dans le contexte de crise du Haut-Karabagh ». Avant de conclure : « Nous ne serions plus légitimes si nous prenions parti pour l’un ou l’autre des pays. Et je pense que nous ne rendrions pas service à la qualité de notre relation bilatérale avec l’Arménie si nous tenions une posture déséquilibrée qui remettrait en cause le rôle que nous jouons dans le cadre du groupe de Minsk et qui remettrait en cause l’influence que nous pouvons avoir sur les parties en crise ».

On ne sait par où commencer pour commenter ces propos qui non contents de placer sur le même plan la démocratie arménienne avec la dictature azerbaïdjanaise, non contents d’insinuer que le soutien à la première relèverait d’une « émotion » irrationnelle quand ce sont nos valeurs qui sont en jeu, néglige totalement de parler des victimes de ce conflit. Pour y être allée à plusieurs reprises je peux témoigner que le Haut-Karabagh n’est pas une zone de conflit fantôme que se disputent deux Etats. C’est un pays habité par une population, des femmes et des hommes que j’ai eu l’occasion de rencontrer lors de mes voyages. Le fait que les institutions étatiques et la société moderne qu’ils ont mises en place ne soient pas reconnues par la France ne change rien à la réalité, à leur vie de tous les jours comme au strict fait même qu’ils existent. Mais cette non-reconnaissance ne change rien à la responsabilité de la France et de la communauté internationale envers cette population menacée aujourd’hui par un véritable nettoyage ethnique. Comment qualifier autrement une situation où la moitié de la population du Haut-Karabagh a déjà quitté son pays et s’est réfugiée en Arménie voisine, tandis que l’autre moitié se bat dans une solitude absolue pour arrêter l’avancée d’un ennemi dont chaque offensive s’accompagne inexorablement de crimes de guerre. En matière de politique intérieure, face au dernier crime de Conflans-Sainte-Honorine, nous nous apprêtons à juste titre à durcir nos mesures à l’encontre des terroristes et autres professionnels de la décapitation. Nous devons en faire de même face à l’Azerbaïdjan dont les soldats massacrent sans merci prisonniers et civils arméniens au mépris des conventions internationales. 

Et c’est là où interpelle cette posture irréelle de neutralité que notre ministre des Affaires étrangères estime devoir conserver. Etre impartial, c’est à minima savoir affirmer comme l’a fait le Président Macron qui est l’agresseur et qui est l’agressé. Quand dans un tribunal un juge prononce un acquittement ou une condamnation, il est parfaitement impartial. On n’attend pas de lui qu’il renvoie dos à dos la victime et son agresseur car être neutre devant une situation d’injustice, c’est être du côté du bourreau. Et même de ce point de vue cynique qu’affectionne tant le Quai d’Orsay, cette impartialité nuit à la position et à la légitimé de l’action la France, ce qui est précisément l’un des objectifs visés par la Turquie, alliée de l’Azerbaïdjan : En marginalisant la voix de notre pays, en la ridiculisant même, cette belle « impartialité » contribuera à l’évincer de la coprésidence du Groupe de Minsk et éventuellement à la remplacer par la Turquie dont on connaît l’appétence pour les solutions équilibrées et sa grande impartialité vis-à-vis des Arméniens.

La vraie question à laquelle il nous faut répondre aujourd’hui est de savoir si nous voulons sauver le groupe de Minsk ou les Arméniens du Karabagh menacés à l’heure actuelle de nettoyage ethnique ? Faut-il se soucier davantage du « rôle du groupe de Minsk » et de « l’influence que nous pouvons avoir sur les parties en crise » que du sort de ces parties ?  Notre mandat nous suggère certes l’impartialité du médiateur, mais il nous oblige surtout à contraindre les parties à une solution exclusivement pacifique au conflit. Or l’Azerbaïdjan y impose aujourd’hui sa solution belliqueuse aussi bien aux Arméniens du Karabagh qu’aux coprésidents du Groupe de Minsk les mettant tous devant le fait accompli. Cette solution est aussi claire qu’un problème d’arithmétique : Quand les Arméniens natifs du Karabagh auront disparu, assassinés ou exilés, quand soumis aux bons soins des Diafoirus de la diplomatie, ils pourront s’écrier avec soulagement « en somme, grâce à vous, docteur, je meurs guéri », il n’y aura plus de problème de défense de leurs droits et il n’y aura par conséquent plus de question du Karabagh. Quelle serait alors la raison d’être du Groupe de Minsk ? Tenter de sauver la réputation ou défendre la neutralité de la France sera alors une préoccupation d’autant plus futile et sans objet que notre politique étrangère aura été gravement entachée par son incapacité et même par sa réticence à faire respecter les valeurs de notre pays.

Si la France entend encore être écoutée et respectée, elle doit parler haut, fort et clair. Nous sommes capables de déplaire à des grandes puissances comme la Chine pour la cause des Ouighours ou la Russie pour la cause de Navalny. Nous devrions pouvoir déplaire à l’Azerbaïdjan pour la cause des Karabaghiotes. Reconnaissons la République du Karabagh car, en la circonstance, c’est le seul moyen rationnel de placer sa population sous la protection de la communauté internationale. C’est votre droit le plus strict, Monsieur le ministre des Affaires étrangères, et, vu les circonstances, c’est aussi votre devoir le plus élevé.

Valérie Boyer
Sénatrice des Bouches-du-Rhône

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Thierry59
- 23/10/2020 - 21:57
La France ne peut pas être neutre !
"être neutre devant une situation d’injustice, c’est être du côté du bourreau."
=> sauf à se renier une fois de plus, la France ne peut pas rester neutre dans ce conflit !
Thierry59
- 23/10/2020 - 21:57
La France ne peut pas être neutre !
"être neutre devant une situation d’injustice, c’est être du côté du bourreau."
=> sauf à se renier une fois de plus, la France ne peut pas rester neutre dans ce conflit !